Le gouvernement allemand a approuvé l’expulsion de la militante espagnole Maria V. au motif qu’elle travaillait en relation avec des organisations et institutions kurdes. Maria V., qui a été expulsée vers l’Espagne, sera interdite d’entrée en Allemagne pendant les 20 prochaines années. C’est la première fois que l’état allemand impose une restriction d’une telle durée à un-e ressortissant-e de l’UE, en invoquant un lien avec le mouvement kurde.

Parmi les motifs de l’ordre d’expulsion figurent sa maîtrise du kurde, sa visite d’institutions kurdes et sa participation à des manifestations et des panels sur le Kurdistan ainsi que sa participation aux manifestations du 8 mars pour la Journée internationale des femmes travailleuses et sa résistance au Hambacher Forst, l’un des mouvements écologistes les plus connus d’Allemagne. Elle est considérée comme personne de lien entre le PKK, listée comme organisation terroriste depuis le 26 novembre 1993, et les groupes politiques de gauche en Allemagne.

manifestation kurde en Allemagne (archive)

Dossier(s): Allemagne Tags: , ,

Une nouvelle opération policière a visé des membres du HDP Parti Démocratique des Peuples). Cette opération était basée sur une enquête menée par le bureau du procureur général de Kocaeli. Les maisons des administrateurs provinciaux et de district du HDP à Kocaeli ont été perquisitionnées dans la matinée. Le coprésident du district HDP de Darıca, le coprésident du district de Dilovası, le coprésident du district de Gebze, l’administrateur provincial, un membre du conseil municipal de Darıca et deux membres du HDP ont été emprisonnés suite à les raids. Des perquisitions ont été menées à Istanbul dans le cadre de la même enquête. Deux personnes ont été détenus dans les districts de Kartal, Tuzla et Sultanbeyli.

(image d’archive)

 

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Les étudiants des universités et instituts du gouvernorat de Sulaymaniyah, dans le nord de l’Irak, ont manifesté en exigeant le paiement et l’amélioration des subventions financières qui leur sont accordées par le gouvernement régional autonome. La circulation des véhicules dans la province avait été complètement arrêtée sur la rue principale qui mène à l’Université de Sulaymaniyah.Les forces de sécurité sont alors intervenues pour réprimer la manifestation.

Les forces de sécurité turques et les jihadistes qui leurs servent d’hommes de main continuent à faire régner la terreur dans le canton d’Afrin, envahi par la Turquie en mars 2018. Le cadavre d’un civil âgé a été retrouvé dimanche dans le district de Jindires (photo). Le corps, retrouvé dans une oliveraie, porte des traces de torture. Les mercenaires de Faylaq al-Sham soutenus par la Turquie ont enlevé un civil nommé Beşar Xelîl Cûtî du village de Fefertînê. D’autre part, le groupe de mercenaires Muhamed El-Fatih a enlevé deux civils du village de Mist Eşûra. Cela porte à plus de 300 le nombre des enlèvements enregistrés à Afrin, dont 25 femmes, ces deux deux derniers mois. Au moins six civils ont été tués.

Souvent, les personnes enlevées sont torturées par des jihadistes ou le MIT et libérées après avoir payé des rançons. Cependant, les personnes enlevées sont à plusieurs reprises torturées à mort et leurs corps jetés dans des champs ou d’autres endroits. Cela crée un climat de terreur et fait fuir la population kurde. Pour obtenir le déplacement de celle-ci, des mesures « économiques » sont aussi prises comme l’arrachage des oliviers, la principale ressource de la région.

Mehmet Eymür a accordé une interview au site d’information turc T24, vendredi 5 novembre. Cet  ancien chef du département de lutte contre le terrorisme du service de renseignement turc (MIT), admet avoir participé à des actes de torture. Parlant de la villa de Ziverbey à Istanbul, qui a été un important centre de torture, Eymür a déclaré « On ne peut pas dire que la torture était pratiquée contre tout le monde. (…) La torture était appliquée s’il n’y avait pas d’autre moyen de faire parler les gens, car il y avait effectivement des gens très obstinés qu’il est très difficile de faire parler autrement ! (…) Quand il n’y a pas d’autre moyen de faire parler les gens, on peut recourir à la torture. J’en suis toujours convaincu. » Et d’avouer que la torture a pu aller jusqu’à la mort.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Les forces de sécurité turques et leurs auxiliaires jihadistes continuent leurs exactions dans les régions kurdes occupées par la Turquie du nord de la Syrie. C’est ainsi que ces derniers jours, les forces d’occupation ont enlevé 10 civils du village de Mamila, dans le canton d’Afrin. L’État turc a établi un régime de terreur dans ce canton qu’il occupe depuis mars 2018. Les services turcs s’appuient pour cela sur divers groupes jihadistes, recyclant de nombreux membres et responsables de l’État islamique. C’est à Afrin que Abou Zaki al-Taybani, l’ancien dirigeant de l’État islamique pour la région de Hama, a été tué par un drone de la coalition. Les enlèvements avec demandes de rançon, les pillages et les déplacements de populations sont devenus quotidiens. 300 enlèvements ont été recensés à Afrin au cours des deux derniers mois. 25 des personnes enlevées étaient des femmes. Au moins six civils ont par ailleurs été exécutés.

L’occupation turque à Afrin

Une semaine de mobilisation pour la libération d’Abdullah Öcalan a lieu à Strasbourg. Cette semaine vise plus spécifiquement à obtenir l’application des décisions des organisations internationales, en particulier du Conseil de l’Europe concernant le traitement d’Öcalan dans la prison d’Imrali, où il est détenu à l’isolement depuis 22 ans. Un rassemblement de mille personnes a ainsi eu lieu samedi devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Ce même samedi, les Kurdes ont installé 120 tentes devant l’église Saint-Maurice, dans le quartier de la Forêt Noire de Strasbourg, mais le campement n’a pas duré longtemps. La préfecture du Bas-Rhin a décidé de procéder à son évacuation. Celle-ci ne s’est pas faite sans résistance et les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Yasin Bulut, 64 ans, membre historique du PKK, a été tué par balle, vendredi matin, dans la ville de Sulaymaniyah, au Sud-Kurdistan (nord de l’Irak). Souffrant d’une maladie grave, Bulut, qui suivait un traitement à Sulaymaniyah, venait de sortir de chez lui pour se rendre à pied dans un hôpital du district de Çarçira, lorsqu’il a été abattu par un commando relevant probablement des services secrets turcs (MIT). Yasin Bulut, également connu sous le nom de Şükrü Serhat, est né en 1957 dans la province de Kars. En 1978, il a rejoint le PKK nouvellement formé. Arrêté suite au coup d’État militaire du 12 septembre 1980, il a été emprisonné dans la prison de Diyarbakir avec de nombreux autres cadres du PKK. Après sa libération de prison en 1991, il a rejoint les montagnes du Sud-Kurdistan. Des milliers de personnes ont assisté à ses funérailles.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Le 16 août, un haut responsable des Unités de résistance de Sinjar, la force d’auto-défense des Yézidis, Saeed Hassan Saeed a été touché par un raid mené par les forces turques dans la région du Sinjar. Il a ensuite été admis dans une ancienne école transformée en clinique, située précisément dans le village de Sekaina. Cette clinique a été visée le lendemain par des drones turcs. Ce raid, qui a fait huit morts et huit blessés, est un crime de guerre puisque la Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre précise, dans son article 18, que « les hôpitaux civils organisés pour donner des soins aux blessés, aux malades, aux infirmes et aux femmes en couches ne pourront, en aucune circonstance, être l’objet d’attaques ».

Précisions/Corrections
Le 16 août, Saeed Hassan Saeed a en fait été tué par le raid turcs. Ce sont d’autres membres des YBŞ, blessés lors de ce raid, qui ont ensuite été admis dans la clinique de Sekaina, visée le lendemain par des drones turcs.

Les huit victimes du bombardement de la clinique

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Des mandats d’arrestation ont été émis par le procureur générale de Diyarbakir à l’encontre de 88 personnes pour motif de « propagande du terrorisme sur les réseaux sociaux ». Dans le cadre de l’enquête, la police a mené des perquisitions simultanées à 104 adresses et procédé à l’arrestation de 59 personnes. 29 personnes seraient toujours recherchés par la police turque dans le cadre de cette même enquête. Dans le cadre d’une enquête similaire lancée par le procureur général d’Adana, 29 domiciles ont été perquisitionnés par la police à Adana. Les perquisitions ont eu lieu aux motifs de participations à des manifestations non déclarées, de publications sur les réseaux sociaux, ainsi que de préparations de manifestation en faveur de la cause kurde.

Policiers turcs (archives)

26 personnes arrêtées dans ces perquisitions ont été emmenées à la Direction provinciale de la sécurité d’Adana pour y être interrogés.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,