Le 24 novembre 2018, plus de 2’000 personnes se sont mobilisées pour empêcher une marche d’extrême droite du PNOS (Parti des Suisses d’orientation nationale) à Bâle. La contre-manifestation populaire et antifasciste “Basel Nazifrei” avait réussi à stopper les néo-nazis et la mobilisation contre les néo-nazis du PNOS avait été un grand succès (voir notre article). De nombreu.x.ses manifestant.e.s sont actuellement criminalisé.e.s. Dans toute la Suisse, des perquisitions à domicile et des poursuites pénales ont été procédées par le parquet de Bâle.

Le 21 septembre 2020, la Cour pénale de Bâle a prononcé la première peine de prison ferme de la série de procès des antifascistes de « Basel Nazifrei » : la militante condamnée sera emprisonnée pendant huit mois. Ceci malgré le fait que l’activiste condamnée n’a pas exercé de violence, même aux yeux de la cour. Mais elle faisait cependant partie d’une foule qui avait selon la police « commencé la violence » et elle était donc coupable de “trouble à l’ordre public” et de “participation passive à la violence et aux menaces contre les autorités”. En réalité la police avait ouvert le feu sur la contre-manifestation antifasciste avec des balles en caoutchouc, sans sommations, afin de permettre aux néo-nazis de lancer leur cortège.

C’est pour soutenir les inculpé.e.s qu’est née l’idée de lancer la campagne 500K, qui consistait à récolter 500.000 francs suisses (à peu près autant d’euros).Cette campagne vient d’atteindre son objectif.

Dossier(s): Suisse Tags: ,

Dans la nuit du 2 janvier, la vitre d’une voiture de Securitas AB a été brisée et du bitume a été déversé dans le véhicule et son système d’aération. Cela en solidarité avec les peuples en lutte en Turquie, avec la lutte de libération kurde et avec tous les prisonniers révolutionnaires dans les prisons turques. En Turquie, la société Securitas assure des fonctions de surveillance dans de nombreuses prisons – parfois même dans les prisons de type F – et participe ainsi à la répression, à l’enfermement, à l’isolement, à la torture et aux violences sexuelles. Alors qu’en avril 2019, en raison de la situation précaire due à la pandémie de Corona, des prisonniers issus de structures mafieuses, entre autres, ont été libérés des prisons, la situation des prisonniers révolutionnaires s’aggrave actuellement. Des décès comme ceux de Halil Güneş et Abdülrezzak Şuyur, se sont multipliés: des révolutionnaires souffrant de maladies graves qui se sont vu refuser non seulement une libération anticipée mais aussi un traitement médical. Lire le communiqué

 

Notre camarade Andi, secrétaire du Secours Rouge International, a été condamnée aujourd’hui à une peine de 14 mois de prison ferme au tribunal confédéral de Bellinzona pour une attaque contre le consulat général de Turquie à Zurich durant l’hiver 2017 en solidarité avec le Rojava. D’autres infractions liées à des manifestations pendant le confinement du Covid ont donné lieu à une amende. Le promoteur du procès contre Andi était l’État turc, qui a forcé le procès d’aujourd’hui devant le tribunal pénal fédéral par de multiples interventions. C’est pour cela que l’appel à la solidarité avec Andi était dirigée contre le fascisme turc. Ces actions se sont d’ailleurs poursuivies: tag, affichages et banderole dans plusieurs villes, action contre des sociétés ayant fourni l’armée turque comme Thales Defense à Zurich et Microtec à Berne (photo). Une manifestation sauvage a également eu lieu devant le consulat de Turquie à Zurich.

Edit: L’avocat de la camarade va faire appel et cet appel est suspensif. Andi reste en liberté provisoire en attendant le procès d’appel.

Le 18 novembre, notre camarade Andi, secrétaire du Secours Rouge International, doit comparaître devant la plus haute juridiction suisse. Le coeur de ce procès est l’action contre le consulat turc à Zürich en 2017 en solidarité avec le Rojava. Ce procès n’a lieu qu’en raison des pressions diplomatique de la Turquie C’est pourquoi, le Secours Rouge International avait appelé à des actions solidaires (voir cet appel). Plusieurs initiatives solidaires ont déjà eu lieu, notamment des tags et des accrochages de banderoles dans plusieurs villes, mais aussi des actions contre l’OPWC à La Haye (communiqué), contre la Chambre du commerce Suisse-Turquie (CCIST) à Genève (communiqué), et contre la Direction cantonale de la Sécurité, à Zurich (communiqué).

L’action contre l’OPCW à La Haye

Le 18 novembre, notre camarade Andi, secrétaire du Secours Rouge International, doit comparaître devant le tribunal fédéral de Bellinzona, la plus haute juridiction suisse. Le coeur de ce procès est l’action contre le consulat turc à Zürich en 2017 en solidarité avec le Rojava. Le procès contre notre camarade n’a lieu qu’en raison des pressions diplomatique de la Turquie. Ces pressions s’expliquent par le rôle que joue la camarade dans la solidarité internationale avec le Rojava. Il est remarquable que le procureur fédéral suisse ai tenté, à plusieurs reprises, de mettre fin à cette procédure: soit en raison de la faiblesse du dossier (absence de preuve), soit parce qu’ils ont d’autres enquêtes en cours. L’État turc s’y est toujours opposé et a exigé, et finalement obtenu ce procès, en suivant son objectif de liquider la solidarité avec le Rojava. C’est pourquoi, à la mi-novembre, en réponse à la comparution de notre secrétaire devant la justice suisse, le Secours Rouge International appelle à des actions contre le fascisme turc.

Lire l’appel à l’action du Secours Rouge International

Le consulat suisse après la manifestation de soutien au Rojava

Il y a quelques jours, nous avons relayé le fait que Protonmail avait fournit des informations à la police française via une demande Europol vers la Suisse, dans le cadre d’une enquête contre les occupant·e·s d’un bâtiment de la place Sainte Marthe, militant·e·s pour le climat. Les adresses IP n’étant effectivement pas enregistrées par défaut par Protonmail, la société a activé l’enregistrement d’IP pour l’adresse e-mail visée par le mandat.

Protonmail a depuis réagi à l’information en déclarant avoir agit dans le cadre de ses obligations vis à vis de la loi suisse et de ses propres conditions d’utilisation, qui précisent que les IP ne sont pas enregistrées « par défaut » mais qu’elles peuvent être enregistrées pour des adresses spécifiquement visées par une requête légale. Protonmail suggère à ses utilisateurs et utilisatrices qui auraient des besoins « spécifiques » en matière de vie privée d’utiliser le site .onion, accessible uniquement via TOR. Il est toutefois toujours impossible d’ouvrir un nouveau compte sans devoir fournir un numéro de téléphone ou de carte de crédit.

Les protocoles e-mail sont réputés pour être des technologies fondamentalement difficiles à sécuriser. Auparavant, la seule façon de garantir le chiffrement de ses e-mails était d’utiliser le logiciel OpenPGP, mais là encore avec une immense faille puisque la plupart des méta-données (émetteur, destinataire, sujet, date et heure) sont très difficiles ou impossibles à chiffrer, dû au fonctionnement même des e-mails. En plus de ça, OpenPGP est difficile à utiliser, et encore plus à utiliser collectivement avec des personnes aux compétences informatiques variables. L’arrivée de fournisseurs d’e-mails chiffrés associatifs (comme Riseup) ou commerciaux (comme Protonmail ou Tutanota) a massivement augmenté la facilité d’utilisation du chiffrement des e-mails, comparés aux fournisseurs classiques comme Gmail et Outlook. Le fait que le contenu des e-mails n’ait pas pu être transmis à la police française est donc un point important à noter. Protonmail n’est pas anonyme (pas plus que Tutanota qui peut également être légalement forcé d’enregistrer l’adresse IP d’un utilisateur spécifique, par la justice allemande). L’utilisation d’un bon VPN ou de TOR est la seule façon d’être anonyme vis-à-vis de son fournisseur d’accès à internet ou des sites web visités.

Ces dernières années ont enfin vu se développer de nouveaux protocoles de messagerie chiffrée comme Signal ou Session qui permettent le chiffrement de la quasi-totalité des méta-données par défaut. Contrairement à OpenPGP qui utilise toujours la même clé pour chiffrer, ces nouveaux protocoles utilisent de nouvelles clés pour chaque message.

Malgré le fait que Protonmail est transmis cette information, il est toujours préférable d’utiliser un tel service plutôt qu’un fournisseur d’e-mail classique, en gardant à l’esprit que contrairement à Signal, les méta-données des e-mails ne sont généralement pas chiffrées. En toutes circonstances, sur tous les appareils que vous utilisez (smartphones, tablettes, ordinateurs) et pour toute activité sur le web, nous recommandons fortement l’utilisation d’un VPN réputé en matière de vie privée comme Mullvad, ou de TOR.

L’année 2020 et 2021 a été marqué par la mise en place et la répression d’une série d’occupations dans le quartier de la place Sainte Marthe, à Paris, afin de lutter contre sa gentrification. Quelques 20 personnes ont été arrêtées, trois perquisitions ont été menées et plusieurs personnes ont été condamnées à des peines de prison avec sursis ou à des amendes de plusieurs milliers d’euros (plus d’infos ici et ici). Par ailleurs, sept personnes passent en procès début 2022 pour « vol et dégradation en réunion et violation de domicile » suite à l’occupation d’un avec un dossier de plus de 1000 pages. Durant l’enquête, les policiers se sont concentré sur le collectif « Youth For Climate ». Ils ont notamment pu exploiter des photos publiées sur Instagram et ce même si elles étaient floutées à cause des vêtements.

Les policiers ont également remarqué que le collectif communiquait via une adresse mail protonmail. Ils ont donc adressé une réquisition (via EUROPOL) à l’entreprise suisse gestionnaire de la messagerie afin de connaître l’identité du créateur de l’adresse. Protonmail a répondu à cette réquisition en communiquant l’adresse IP ainsi que l’empreinte du navigateur utilisé par le collectif. Il est donc impératif de passer par le réseau tor (ou au minimum un VPN) lorsque vous utiliser une boite mail Protonmail (ou une autre boite mail sécurisée) si vous voulez garantir une sécurité suffisante.

A la fin du mois de mai, la police a mené des perquisitions chez trois militant.e.s de la Grève pour le climat en Suisse romande. Leurs téléphones portables, ordinateurs et tablettes ont été saisies. Cette action policière serait en lien avec l’appel qu’avait passé la Grève pour le climat à boycotter l’armée suisse, ne plus s’y engager et ne plus payer les taxes militaires. Lors de la diffusion de cet appel le conseiller national UDC (extrême droite) Jean-Luc Addor avait demandé à ce que la Confédération porte plainte contre les militant.e.s. Le conseil fédéral avait refusé, il avait donc lui même porté plainte et une procédure avait été lancée.

 

Dossier(s): Suisse Tags:

Mardi 30 mars au petit matin, la police a donné l’assaut sur la ZAD de la Colline dans le canton de Vaud. Petit à petit, plusieurs centaines de policiers ont détruit les barricades érigées sur leur route. Un canon à eau et plusieurs bulldozers ont été engagés. La résistance, principalement de la désobéissance civile, a duré toute la journée. Des personnes ont afflué de toute la région pour apporter leur soutien. Les forces de l’ordre ont eux beaucoup de mal à déloger les militants et militantes accorché.e.s dans les arbres ou sur des constructions en hauteur. Au final, il y a eu une trentaine d’interpellations.  La ZAD de la Colline a été organisée en opposition à une carrière du leader mondial des matériaux de construction LafargeHolcim. La colline est une zone de biodiversité reconnue ainsi qu’un site archéologique celte d’exception. L’exploitation de la carrière détruit petit à petit toute la zone.

 

Dossier(s): Suisse Tags: ,