Pour la quatrième nuit, de violentes émeutes ont suivi les manifestations de soutien au rappeur Pablo Hasél, entré en prison mardi dernier. À Barcelone, des manifestants ont arraché un panneau de signalisation avec lequel ils ont brisé la vitre d’une succursale de la banque Caixa. Certaines personnes sont entrées dans les locaux de la banque, lançant des pétards et détruisant des meubles et des ordinateurs, et essayant d’y mettre le feu. Des distributeurs automatiques de billets d’autres banques ont été détruits sur le parcours de la manifestation, et les policiers (Mossos) ont été abondamment caillassés.

Des affrontements ont également eu lieu à Gérone où des barricades ont été incendiées et une banque attaquée. À Vilafranca del Penedès, des manifestants ont lancé des pierres, des feux d’artifice et de la peinture sur les agents gardant le commissariat, ils ont détruit les clôtures de sécurité et endommagé un véhicule de police. Il y a eu au mois deux arrestations à Barcelone et deux autres à Gérone.

Dossier(s): Espagne Tags: , ,

De nouvelles émeutes ont éclaté, mercredi 17 février au soir, pour réclamer la libération de Pablo Hasel, principalement à Barcelone et Madrid. Dans la capitale espagnole, la police a chargé les manifestant·es alors que ceux-ci leur lancé des bouteilles. On dénombre 19 arrestations et au moins 20 blessé·es parmi les manifestant·es. Dans la capitale catalane, la police a tiré sur la foule avec des balles en caoutchouc et chargé les manifestant·es qui leur lançaient des projectiles et incendiaient des barricades. Les affrontements ont fait une trentaine de blessés et environ 19 personnes ont été arrêtées. Dans émeutes se sont également déroulées dans la ville de Lérida menant à 14 arrestations et au moins 8 blessé·es. Quatre personnes ont également été arrêtées à Grenade, en Andalousie. Il s’agit du deuxième jour consécutif d’émeutes déclenchées suite à l’arrestation du rappeur communiste (voir notre article).

Nouvelles émeutes pour réclamer la libération de Pablo Hasel

Nouvelles émeutes pour réclamer la libération de Pablo Hasel

Des émeutes ont éclaté hier soir dans plusieurs villes de Catalogne et d’Espagne, dont Barcelone, Gérone et Valence après l’arrestation du rappeur communiste Pablo Hasél (voir notre article). Des conteneurs ont notamment été incendiés et un commissariat a été attaqué à Barcelone. Dans certains cas la police a chargé les manifestant·es qui ont répondu avec des jets de pierres. Par ailleurs, plus de 200 personnalités du monde culturel hispanophoneont signé une tribune en soutien à Pablo Hasel.

Émeutes pour protester contre l'arrestation de Pablo Hasel

Émeutes pour protester contre l’arrestation de Pablo Hasel

À la fin du mois de janvier, la Haute Cour espagnole avait notifié à Pablo Hasel l’ordre d’entrer volontairement en prison. Ce dernier avait été condamné à plusieurs peines de prison totalisant deux ans, neuf mois et un jour (voir notre article). Parmi ces condamnation, un peine de 9 mois de prison pour avoir chanté une chanson critiquant la monarchie espagnole. Cette condamnation était assortie d’une amende que Hasel avait d’ores et déjà annoncé qu’il ne payerait pas, risquant ainsi une majoration de sa peine à 2 ans de prison.

Le rappeur communiste disposait d’un délai courant jusqu’au vendredi 12 février pour se rendre à la police. Il avait refusé et s’était retranché, hier, dans le rectorat de l’Université de Lérida. Ce matin vers 7h, des mossos (policiers catalans) équipés en tenues anti-émeutes étaient intervenus pour l’arrêter. Les policiers ont cependant dû affronter plusieurs centaines de personnes qui avaient monté des barricades, formé des chaines sur les routes, et monté différents dispositifs de défense pour empêcher l’arrestation. Ces dispositifs n’ont cependant pas suffit et Pablo Hasel a été arrêté vers 9h.

Pablo Hasel arrêté

Pablo Hasel arrêté

L’annonce de l’arrestation prochaine du rappeur communiste avait déclenché un important mouvement de solidarité. De nombreuses actions avaient été menées en Catalogne (voir notre article), en Espagne mais aussi en Belgique et ailleurs en Europe.

La semaine dernière, la Haute Cour espagnole a notifié à Pablo Hasel l’ordre d’entrer volontairement en prison pour purger deux peines totalisant deux ans, neuf mois et un jour (voir notre article). En guise de soutien au rappeur communiste, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées, samedi soir, à Barcelone. Les manifestant·es se sont notamment rendus à la délégation du gouvernement espagnol en Catalogne en scandant des slogans tels que “Liberté pour Pablo Hasel” ou “notre meilleure arme est la solidarité”. Des affrontements ont eu lieu avec les Mossos (la police catalane) alors des conteneurs étaient renversés et parfois incendiés par les manifestant·es.

Manifestations en soutien à Pablo Hasel à Barcelone

Manifestations en soutien à Pablo Hasel à Barcelone

Dossier(s): Espagne Tags: ,

Mercredi 20 janvier, le tribunal provincial de Saragosse a condamné à 6 ans de prisons quatre antifascistes qui avaient manifesté contre le parti d’extrême-droite Vox le 17 janvier 2019. Francisco Javier AV, Antonio Daniel LD, Adrián LR et Imad MB avaient été arrêtés durant la manifestation et étaient poursuivis pour troubles de l’ordre public (voir notre article). Ils étaient également accusés d’avoir lancé des objets sur des policiers et d’en avoir blessé six. Cela s’est avéré impossible à prouver. Un agent a cependant prétendu avoir reconnu un des militants qui l’aurait blessé. Celui-ci, Imad MB, écope ainsi d’une amende de 480 euros en plus de sa peine de prison.

Les affrontements de Saragosse

Les affrontements de Saragosse

Dossier(s): Espagne Tags: , ,

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a estimé que Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, mieux connu comme Josu Ternera, ancien responsable d’ETA devrait être extradé en Espagne pour y être jugé. La justice française fait ainsi suite à une requête de Madrid au sujet de l’exécution, le 25 juin 1980, par un commando d’ETA, du directeur de l’usine Michelin de Vitoria-Gasteiz, capitale administrative de la région du Pays basque en Espagne. Pourtant, cette action avait été revendiquée par ETA-pm (politico-militaire) à laquelle Josu Ternera n’a jamais appartenu: il appartenait à l’autre branche de la scission, ETA militaire.

Ce n’est pas la première fois que Josu Ternera, assigné à résidence depuis juillet 2020 (voir notre article), est confronté à une demande d’extradition. En novembre 2020, déjà, la justice française avait accepté de le remettre à l’Espagne pour une autre affaire : un attentat à la voiture piégée contre la garde civile à Saragosse en 1987. Josu Ternera, 70 ans, a été arrêté après plus de seize ans en cavale en Haute-Savoie le 16 mai 2019, devant un hôpital où il se rendait, sous une fausse identité, pour y être soigné pour un cancer (voir notre article). Entré dans ETA en 1970-1971, il a été élu député du Parlement basque de 1998 à 2005, alors qu’il était en prison. 30 Basques de nationalité espagnole seraient actuellement incarcérés sur le sol français pour leur appartenance présumée à ETA, la moitié faisant l’objet de mandats d’arrêt européens ou de demandes d’extradition vers l’Espagne.

Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, mieux connu comme Josu Ternera

 

La Haute Cour nationale a acquitté les 12 militants indépendantistes inculpés dans le cadre de “l’opération Jaro”. Ces 12 militants étaient poursuivis pour “appartenance à une organisation criminelle” et “exaltation du terrorisme”. Le parquet avait requis des peines 4 à 12 ans de prison totalisant 102 ans pour les 12 inculpés (voir notre article). Les trois juges ont donc rejeté toutes les accusations ainsi que la demande de dissolution de “Causa Galiza” et “Ceivar” du ministère public. Ils ont également déclaré qu’il n’était pas prouvé que “Causa Galiza” avait une relation, personnelle ou institutionnelle, avec l’organisation armée “Resistencia Galega”.

Les inculpés de Causa Galiza

Les inculpés de Causa Galiza

Dossier(s): Espagne Tags: ,

Des centaines de personnes se sont rassemblées dans le quartier Poble Sec de Barcelone, où ils ont affronté la police anti-émeute. Des policiers catalans (Mossos) sont venus, à la demande d’un propriétaire, expulser un appartement occupé situé rue Bisbe Laguarda à Barcelone. Un moratoire sur les expulsion pour cause de pandémie avait bien été établi à Barcelone, mais il a expiré et n’a pas été renouvelé. Depuius les expulsions se multiplient.  Cependant, l‘expulsion de lundi après-midi s’est faite sans ordonnance du tribunal, et quand les policiers ont traîné dehors l’occupante d’une cinquantaine d’année, le voisinage s’est scandalisé et le rassemblement solidaire s’est transformé en émeute.

 

 

Dossier(s): Espagne Tags: ,

La police espagnole a distribué plus de 100 amendes à des personnes ayant participé à deux mobilisations en solidarité avec le prisonnier Patxi Ruiz au moment où ce dernier était en grève de la faim et de la soif (voir notre article). Les autorités avaient interdit ces manifestations qui se sont tout de même déroulée. La police a alors prétendu que les mesures de sécurité imposées pour prévenir les infections à Covid-19 n’avaient pas été respectées et les agents affirment qu’ils ont pu identifier “sans aucun doute” les personnes qui y ont participé. Il s’agit là d’un mensonge puisque certaines des personnes condamnées à une amende ne participaient pas à ces mobilisations. Le nombre exact de personnes condamnées à une amende n’est pas encore connu. On sait cependant que le montant des amendes s’élève à 600 € chacune (300 € si payées dans les 15 prochains jours). Plus d’infos ici.

Patxi Ruiz

Patxi Ruiz