Le mercredi 13 octobre, le procès dit de « Wasen » contre deux antifascistes de Stuttgart s’est achevé au tribunal régional supérieur de Stuttgart par des condamnations extrêmement lourdes : des peines de prison 4 ans et demi pour Jo, et 5 ans et demi pour Dy. Les deux militants sont accusés d’avoir été impliqués dans une altercation physique avec des membres du pseudo-syndicat fasciste « Centre Automobile » le 16 mai 2020, en marge d’une marche de l’extrême-droite (« Querdenker »). Dans le cadre des mesures de surveillance et des perquisitions à grande échelle ciblant les structures antifascistes de Stuttgart, Jo et Dy ont été arrêtés ; tandis que le premier a été temporairement libéré après plus de six mois de détention provisoire, Dy est enfermé à Stuttgart-Stammheim depuis plus de onze mois.

A l’issue du procès, qui ne reposait que sur des preuves circonstancielles, la défense avait demandé l’acquittement des deux antifascistes le 29 septembre 2021. Le procureur, en revanche, avait plaidé une condamnation pour lésions corporelles dangereuses et particulièrement graves ainsi que pour atteinte particulièrement grave à l’ordre public et avait requis des peines d’emprisonnement de cinq ans et six ans respectivement. Un rassemblement de solidarité s’était réuni devant le bâtiment du tribunal, qui a pris acte du verdict par de fortes protestations. Pour le 23 octobre 2021, la campagne de solidarité « L’antifascisme est nécessaire » appelle à une manifestation sous la devise « Liberté pour tous les antifas ! ».

Dossier(s): Allemagne Tags: ,

Des dizaines de jeunes fascistes proches d’Aube dorée sont entrés mercredi au lycée professionnel de Stavroupoli, au nord de Thessalonique, et ont attaqué une manifestation de gauche en lançant des cocktails Molotov, des fusées éclairantes et des pierres. Cette manifestation d’étudiants de gauche dénonçai les réformes de l’éducation du gouvernement. La police est intervenue au milieu des affrontements qui ont duré deux heures, et a utilisé des gaz lacrymogènes. Quarante personnes ont été interpellées, dont six ont été arrêtées et des poursuites ont été engagées à leur encontre pour violation de la législation sur les armes.

 

 

Dossier(s): Grèce Tags: ,

A Lyon, les manifestations contre le pass sanitaire ont vu s’affronter, les membres de l’extrême droite et les antifascistes. Mercredi dernier, une jeune antifasciste a été arrêté dans ce cadre et devait être jugé en comparution immédiate vendredi au tribunal judiciaire de Lyon. Ce jeudi matin, une dizaine d’arrestations a visé les antifascistes lyonnais.

MAJ (23/9): Sept antifascistes sont passés aujourd’hui devant le procureur et devant le juge des libertés. 4 d’entre eux sont écroués dès ce soir.

 

Le 8 septembre, le procès contre Lina et trois autres antifascistes a débuté au tribunal régional supérieur de Dresde. Les quatre militant-e-s sont accusé-e-s en vertu de l’article 129 – l’État déclare que l’engagement contre les activités nazies est une « organisation criminelle ». Un rassemblement en soutien aux accusé-e-s s’est tenu devant le tribunal.

Un manifestant antifasciste a été blessé par balle, samedi, alors que des affrontements éclataient entre des manifestants antivax/pro-Trump et des contre-manifestants antifascistes. La fusillade est survenue après quelques heures d’affrontements intermittents au Capitole et aux alentours, où les partisans du président Donald Trump s’étaient rassemblés, affichant des pancartes remettant en cause les élections présidentielles et les mesures contre la pandémies, dans ce qui devient un événement régulier sur le campus du Capitole, à Washington. Les manifestants MAGA (« Make America Greath Again ») ont été submergés par les contremanifestants antifa, malgré une présence massive de la police d’Olympia, et ils ont été refoulés vers leurs véhicules dans un parking adjacent. C’est alors qu’un partisan de Trump a ouvert le feu. Deux personnes ont été arrêtées en lien avec la fusillade.

Les manifestants MAGA

Les manifestants antifa

Dimanche 22 août, un rassemblement du groupe fasciste « Proud Boys » se tenait dans la ville de Portland. En réaction, les militant.es antifascistes de la ville se sont mobilisés. Des affrontements ont éclaté qui se sont terminés vers 18h par une fusillade. Des manifestants antifascistes ont riposté contre un militant fasciste qui leur a tiré dessus avec une arme de poing dans une rue du centre-ville. La fusillade n’a fait aucun blessé. Plus tôt dans l’après-midi, dans la banlieue est de la ville, les Proud Boys ont tiré des balles de fusils airsoft sur les militant.es antifascistes qui ont riposté avec des munitions de feux d’artifice. Du gaz poivre a également été utilisé.

Affrontements entre fascistes et antifascistes à Portland.jpeg

Affrontements entre fascistes et antifascistes à Portland

Samedi 31 juillet, une manifestation de 10 000 personnes se déroulait à Nantes contre le pass sanitaire. Au cours de cette manifestation, des militants du collectif catholique intégriste « Civitas », visiblement bien organisés, ont attaqué un groupe de manifestant·es identifié·es comme antifascistes au moyen de matraques télescopiques, de poings américains et d’armes improvisées. Les manifestant·es et les antifascistes sont parvenu·es à se re-saisir rapidement et à repousser l’attaque. Les fascistes ont pu entrer sur le lieu de la manifestation avec leurs armes, malgré les contrôles de police et la surveillance. Leur attaque s’est déroulée à la faveur d’un gazage et d’une charge policière. Une fois les fascistes repoussés, les manifestant·es se ont dû subir une nouvelle charge de la BAC qui était restée passive durant toute l’attaque.

Plus d’infos ici.

Attaques néo-nazie et policière lors d'une manifestation contre le pass sanitaire à Nantes

Attaques néo-nazie et policière lors d’une manifestation contre le pass sanitaire à Nantes

Une manifestation de 2000 personnes s’étaient rassemblées à Vallecas le 8 avril, quartier du sud de Madrid pour s’opposer à la tenue d’un rassemblement électoral du parti d’extrême droite Vox. Un quartier populaire et marqué à gauche. Les manifestants antifascistes auraient lancé divers projectiles en direction de la police présente en nombre pour protéger les fascistes de VOX, provoquant une charge dans le but de disperser les antifascistes. Il s’en est suivi des affrontements qui aurait fait selon les déclarations  de la police : 21 blessés du côté policier (dont 10 soignés à l’hôpital pour des blessures légères) et 14 personnes du côté antifasciste. Il y’aurait par ailleurs eu 4 arrestations suite à ces afrontements.

Ce samedi devait se tenir à Lyon une grande manifestation antifasciste organisée par le collectif Fermons les Locaux fascistes et l’Union Communiste Libertaire. Cette manifestation avait pour but de marquer la solidarité avec la librairie La Plume Noire (attaquée par un groupe de 50 fascistes le samedi 20 mars) et de revendiquer la fermeture des locaux fascistes lyonnais. Plus d’infos ici. Une tentative de manifestation sauvage au départ place Carnot en direction du centre ville a été bloquée par la Brigade Anti-Criminalité (BAC) et un hélicoptère. Au même moment, 25 fascistes des loups gris ont attaqué la maison de la Mésopotamie faisant des dégâts matériels et 4 blessés. Spontanément le groupe de manifestant·es a décidé de partir en manifestation sauvage dans le quartier de la Guillotière. La police a tenté d’intercepter la manifestation mais la voiture de la BAC a percuté un tramway mettant fin à leur tentative de répression.  Plus d’infos ici.

Manifestation antifasciste sauvage à Lyon

Manifestation antifasciste sauvage à Lyon

Mercredi 10 mars, le tribunal de Zurich jugeait un antifasciste accusé d’avoir participé à une attaque sur un groupe de néo-nazi en 2019. Les faits se sont déroulés en vielle ville quand un groupe de néo-nazi attablé en terrasse d’un bar se sont fait attaquer par un groupe d’antifasciste. Plusieurs fascistes avaient été blessés. Le tribunal avait aussi décidé de juger en même temps une accusation de participation aux émeutes qui ont eu lieu à Hambourg lors du G20 en 2017. Le militant antifasciste a refusé de répondre aux questions du juge et a seulement fait une déclaration politique attaquant le fascisme et le capitalisme. En dehors du tribunal un rassemblement de soutien a réuni plus d’une cinquantaine de personnes malgré les tentatives de la police d’empêcher l’évènement. Le juge a finalement doublement acquitté le militant.

Dossier(s): Suisse Tags: , ,