Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

L’Allemagne est le pays d’Europe le plus empressé à endosser les procédures répressives venant de Turquie. C’est ainsi qu’en avril 2015, 10 membres de l’organisation ATIK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe) avaient été arrêtés en Allemagne, France, Grèce et Suisse. Ceux qui n’avaient pas été arrêtés en Allemagne lui ont été livrés et y sont accusés d’appartenance au TKP-ML (Parti Communiste de Turquie – Marxiste-Léniniste). Le TKP-ML n’est pas une organisation illégale en Allemagne, mais bien en Turquie. Cependant, les lois 129a et 129b permettent à l’État allemand de poursuivre des personnes si elles sont membres d’une organisation considérée comme illégale dans un autre pays, ce qui est le cas du TKP-ML en Turquie. Le procès s’est ouvert à Munich en juin 2016 et est toujours en cours. Depuis, tous les inculpés ont été remis en liberté, notamment pour raisons de santé, plusieurs d’entre eux ayant été durement torturés en Turquie. Seul Müslüm Elma reste détenu à ce jour.

Müslüm Elma est né dans le Dersim d’une famille kurde et alévie. Politiquement actif au lycée et à l’université, il fut arrêté lors du putsch militaire de 1980 et abominablement torturé pendant quatre ans dans ce qui a été considéré comme la “pire prison du monde”, la prison n°5 de Diyarbakir. Libéré en 1992 et ré-arrêté l’année suivante, il sera une nouvelle fois libéré en 2002, à l’issue de la grande grève de la faim des prisonniers politiques qui fit une trentaine de morts parmi les prisonniers politiques. Souffrant des séquelles des tortures et de la grève de la faim et exposé à une nouvelle arrestation, Müslüm Elma quitte la Turquie et obtient l’asile politique en Allemagne en 2009 où il développera une activité importante au sein de l’ATIK jusqu’à sa dernière arrestation.

Ce vendredi 15 novembre, l’ATIK appelle à une journée internationale d’action pour la libération de Müslüm Elma. À Bruxelles, le Secours Rouge et l’ATIK organisent un rassemblement de 17h à 18h devant l’ambassade d’Allemagne, au 8-14 rue Jacques de Lalaing à 1040 Bruxelles (dans le quartier européen).

Une nouvelle audience avait lieu aujourd’hui à Munich en Allemagne contre Müslüm Elma dans le cadre de la procédure contre l’ATIK – Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe (voir notre précédent article). Un rassemblement regroupant plusieurs dizaines de personnes avait lieu durant l’audience devant le tribunal ce qui fut l’occasion de lancer la campagne pour la libération de Müslüm Elma. À Bruxelles, le Secours Rouge et l’ATIK organisent un rassemblement le 15 novembre de 17h à 18h devant l’ambassade d’Allemagne, au 8-14 rue Jacques de Lalaing à 1040 Bruxelles (dans le quartier européen).

Dossier(s): Allemagne Tags: , ,

Dans la nuit du 11 octobre, deux pelleteuses “Eurovia VINCI” ont été incendiées à Leipzig, en Allemagne. VINCI a été visée en tant qu’entreprise participant à la construction de prisons. Cette attaque avait pour but de venger les personnes qui ont été arrêtées et emprisonnées suite aux manifestations contre le sommet G7 à Biarritz ou encore suite au sommet G20 à Hambourg. VINCI est considérée complice de cette répression en tant qu’entreprise qui génère des profits en construisant des prisons.

Une des pelleteuses VINCI incendiées

Une des pelleteuses VINCI incendiées

Dossier(s): Allemagne

Le 28.08.2019, le mandat d’arrêt contre Deniz Pektaş (membre d’ATIK, Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe) a été annulé. Cela marque la fin de sa détention préventive qui aura duré plus de quatre ans, en partie en cellule d’isolement. Il avait été arrêté en 2015 avec 9 de ses camarades en Allemagne en tant que membre présumé du TKPML/TIKKO (voir notre article). Deniz a salué toutes les personnes solidaires et a exprimé combien les manifestations de solidarité étaient et sont importantes pour lui.

Désormais, des 10 accusés dans le cadre du procès contre ATIK, il ne reste plus que Müslüm Elma en détention préventive. Ces détentions de personnes qui avaient été auparavant emprisonnées et torturées dans des prisons turques témoignent du soutien que le gouvernement allemand apporte au régime turc.

Deniz Pektaş

Deniz Pektaş

Une centaine de jeunes militants kurdes et internationalistes participent à une marche de cinq jours entre Bonn et Cologne, dans le but de demander la libération d’Abdullah Öcalan. Au deuxième jour de la marche, des tensions sont apparues après qu’un Turc ait insulté les militants alors qu’ils allaient de Troisdorf à Cologne. La police a arrêté un marcheur. Les autres participants à la marche ont fait un sit-in jusqu’à ce qu’il soit relâché. La marche a alors repris et est arrivée devant la cathédrale de Cologne. La police allemande est une nouvelle fois intervenue et a arrêté deux activistes. Le groupe a à nouveau fait un sit-in devant la gare de Cologne pour leur libération.

Les participants à la marche

Lundi soir, 19 août, le Commando Thomas Meyer-Falk a incendié plusieurs véhicules de chantier sur le site de construction de la prison de Zwickau Marienthal. Une excavatrice a été complètement brûlée, les quatre autres excavatrices et une chargeuse frontale ont été endommagées par l’ incendie et rendues partiellement inutilisables. Cette action est dédiée en particulier à Loïc Schneider, au Park Bench 3 et au Basel 18.

Pour plus d’information, lire le communiqué (en anglais).

En août 2017, suite au G20 à Hambourg, le ministère de l’intérieur allemand avait interdit la plateforme “Indymedia Linksunten”, la plus grande plateforme d’extrême gauche en Allemagne (voir notre article), parce qu’elle enfreindrait la loi des associations. La procédure judiciaire ouverte à ce moment-là, entre autres pour “constitution d’une organisation criminelle”, a été suspendue après deux ans faute d’indices qui permettraient d’identifier des opérateurs responsables du site.

Le raid du 25 août 2017 dans les appartements de plusieurs personnes suspectées de gérer “Linksunten” ont mené à la saisine de plusieurs supports de données chiffrés. Le Landeskriminalamt (police judiciaire régionale) de Bade-Wurtembert n’a pas réussi à déchiffrer ces données, malgré le soutien de plusieurs administrations et de services secrets comme la police fédérale ou le Verfassungsschutz (service de renseignement allemand). Les données qui étaient accessibles aux investigateurs ne leur permettaient pas d’identifier les personnes dont les appartements avaient été fouillés comme les opérateurs de la plateforme. De nouvelles révélations pourraient mener à la réouverture de l’enquête.

Interdiction de la plateforme Open-Posting Indymedia Linksunten en 2017

Interdiction de la plateforme Indymedia Linksunten en 2017

Le gouvernement fédéral allemand prépare une loi élargissant les possibilités d’usage des tests ADN par la police. Le ministère fédéral de la justice souhaite, en effet, étendre les possibilités de recherche de la police via les tests ADN, afin de pouvoir identifier la couleur des yeux, de la peau et des cheveux ainsi que l’âge des suspects dans le cadre d’affaires criminelles. Aujourd’hui, les tests ADN se limitent à la seule identification du sexe. La recherche du groupe ethnique resterait interdite. Le texte permettrait aussi de comparer une ADN avec celle de personnes déjà connues des services de police. Le texte n’est qu’un premier projet qui, une fois officialisé, devra être ratifié par les députés du Bundestag.

Vers une extension des tests ADN en Allemagne ?

Dans la nuit du 8 juillet, trois personnes ont été arrêtées sur un banc public du quartier d’Eimsbüttel, à Hambourg. Peu de temps après, plusieurs appartements ont été perquisitionnés à Hambourg. Le lendemain, la police a justifié l’arrestation des trois par le soupçon de préparation d’un délit grave (« incendie criminel présumé »). Deux d’entre elles sont depuis en détention préventive. Le mandat d’arrêt à l’encontre de la troisième a été suspendu et elle est dehors sous contrôle judiciaire. L’audience préliminaire a été à huis clos. L’enquête est menée par le bureau du Procureur général, qui engage généralement des procédures de grande envergure, comme par exemple les poursuites à l’encontre du PKK.

Il y a déjà eu beaucoup d’action en solidarité avec les « Trois de la Parkbank », des rassemblements, des tags, mais aussi des actions directes (voir le Le blog solidaire des trois du parkbank). Ainsi, avant-hier (dans la nuit du 12 au 13), un véhicule de Siemens a été incendié a Francfort-Bockenheim. Siemens produit des systèmes de fermeture des portes pour les prisons, en fournissant des technologies de surveillance, entre autre à la Turquie et à Frontex (lire le communiqué).

L'incendie à Francfort-Bockenheim

 

Les autorités de l’état de Bavière ont déporté un homme kurde, père de quatre enfants, qui vivait en Allemagne depuis 30 ans parce qu’il avait brandi un drapeau des YPG (milices kurdes ayant combattu l’État islamique dans le Nord de la Syrie) et parce qu’il avait participé à des événements pro-kurdes. Après sa déportation en Turquie, l’homme a pu fuir le pays et est retourné en Allemagne où il a de nouveau introduit une demande d’asile.

En mars 2017, le ministère de l’intérieur allemand avait annoncé l’interdiction des symboles des YPG/YPJ et du PYD (parti de l’union démocratique, parti kurde en Syrie) sous prétexte que ces groupes étaient affiliés au PKK (parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme organisation terroriste par la Turquie, l’Union Européenne et les États Unis). La Bavière est une des régions en Allemagne qui applique cette nouvelle règle particulièrement durement. Ainsi, un homme y avait été poursuivi pour avoir affiché un drapeau YPG sur sa page facebook.

Drapeaux des YPG et du PYD

Drapeaux des YPG et du PYD

Dossier(s): Allemagne Tags: ,