Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Nous tentons habituellement de fournir quotidiennement les actualités du Rojava. Fournir ces informations est devenu incroyablement compliqué dans les dernières 48h, car une immense confusion règne diplomatiquement, militairement et politiquement. Nous ne prendrons donc aujourd’hui pas le risque de relayer des informations invérifiables. Au lieu de cela, le Secours Rouge a contacté une personne actuellement présente au Rojava pour tenter d’obtenir des éléments de réponse face à ce qui est probablement la situation la plus confuse en Syrie d’histoire récente.

“Cette nouvelle situation ne doit pas arrêter la solidarité qui a été construite ces derniers mois. Il y a des rassemblements massifs dans les rues et nous devons les poursuivre. Les télévisions ici sont pleines d’images des rassemblements de masse et il est très important qu’ils ne baissent pas en intensité et qu’ils puissent renforcer la résistance ici. Il ne faut pas que cette confusion amène à une situation où la solidarité faiblit. Nous devons continuer à descendre dans la rue, à élargir et à renforcer la solidarité. C’est ainsi que nous renforcerons nos amis, en faisant de la solidarité un facteur décisif dans cette guerre. Car la guerre n’est définitivement pas terminée, mais elle est devenue beaucoup plus complexe qu’avant, il ne s’agit plus uniquement des fascistes turcs présents à la frontière avec leurs frappes aériennes et leurs armements lourds, maintenant c’est devenu beaucoup plus compliqué. Le seul facteur qui peut aider les Kurdes et les internationalistes c’est la plus forte solidarité. Le mouvement se défend, Serekanye est un point très important que nous devons tenir, car elle n’est pas tombée. Il y a aussi beaucoup d’internationalistes et la résistance de Serekanye fonctionne toujours bien, elle travaille très dur et très bien. Donc nous devons appuyer la victoire de Serekanye, nous devons appuyer les forces de notre côté afin qu’elles soient capables de repousser l’ennemi. Nous devons faire un lien entre la solidarité là-bas et la résistance ici. Car beaucoup de gens sont partis, mais beaucoup de gens sont restés et sont prêts à se défendre et à défendre leur société. C’est une situation très étrange, c’est une bonne situation, nous ne devons pas paniquer, c’est calme, la vie continue. Renforcez la solidarité.”

Nous vous invitons donc à continuer à rejoindre les mobilisations en soutien au Rojava, comme celle qui aura lieu à Bruxelles demain (Schuman, 12h).

La décision prise ce soir par l’Auto-administration du Nord et de l’Est de la Syrie (“gouvernement du Rojava”) fait prendre un tournant historique au Rojava. Face à l’invasion turque, un accord vient d’être signé avec le régime syrien.

Extrait : “Durant les cinq dernières années, les crimes les plus odieux ont été commis contre des civils non-armés. Les FDS ont répondu avec dignité et courage, résultant en la mort de ses combattants, afin de sauver l’intégrité syrienne. Néanmoins la Turquie poursuit ses assauts. En conséquences, nous devions faire un accord avec le gouvernement syrien qui a le devoir de protéger les frontières du pays et de préserver la souvereineté syrienne, pour que l’armée syrienne puisse accéder et se déployer le long de la frontière turco-syrienne afin de soutenir les FDS pour repousser cette agression et libérer les zones pénétrées par l’armée turque et ces mercenaires embauchés. Cet accord offre l’opportunité de libérer le reste des territoires syriens et les villes occupées par l’armée turque comme Afrin et d’autres villes et villages syriens.” Un extrait plus long est disponible ici en anglais.

De larges mouvements de troupe sont déjà en cours depuis plusieurs heures : les YPG ont évacué la quasi-totalité de leurs forces entre Serekanye et Tal Abyad tandis que des convois de l’Armée Syrienne Arabe (ASA) faisaient route vers Manbij. Des informations non-confirmées indiquent également que le convoi de l’ASA aurait été bloqué par les militaires américains, et que la Russie a rétabli la no-fly zone au-dessus de Manbij et Kobane.

Sur la carte, les zones mauves entourées de rouge sont les zones conquises par la Turquie depuis le 9 octobre.

Alors que l’État turc avait annoncé avoir pris le contrôle de Serekanye (Ras al-Ain) hier après-midi, la situation laisse apparaître ce dimanche matin que les Forces Démocratiques Syriennes ont repris le contrôle de la ville. Les gangs de djihadistes avaient effectivement pris le contrôle d’une bonne partie de la ville alors que les combattants YPG/YPJ étaient retranchés dans le quartier industriel, avec notamment le QG des YPG (c’est à Serekanye que la guérilla a été fondée en 2012). L’aviation turque a bombardé sans relâches, mais la contre-attaque aura payé. Des dizaines de djihadistes de “l’Armée Nationale Syrienne” (les supplétifs de la Turquie) ont été tués. Une dizaine de combattants internationalistes est toujours en première ligne face à l’envahisseur, comme en témoigne la vidéo plus bas.

Au cinquième jour de l’offensive, la Turquie en est toujours au même point, le contrôle des villages avoisinants Serekanye et Tal Abyad. La ville toute proche, Suluk, viendrait d’être prise par les forces coloniales. Pour ces deux seules villes 130.000 civils ont été déplacés. Les djihadistes à la solde de la Turquie se sont illustrés hier par deux massacres de civils dont les images ont été partagées sur internet et sont particulièrement insoutenables.

Déclaration de Nikos Maziotis et Pola Roupa, membres emprisonnés de l’organisation “Lutte Révolutionnaire” au sujet du feu vert américain à l’invasion turque du Nord de la Syrie.

Après une période de positionnement hypocrite de la part de l’État américain envers les Kurdes et les autres peuples rebelles du Nord de la Syrie qu’ils ont soutenus militairement tandis qu’ils donnaient leurs vies dans la bataille contre Daesh et que leurs forces armées composées de d’hommes et de femmes libéraient une ville après l’autre en étendant le projet révolutionnaire du Confédéralisme Démocratique, le régime US a montré son vrai visage en donnant le feu vert à l’État turc pour une invasion militaire de la région. C’est le développement attendu de la part de l’État “démocratique” américain et de l’Occident “démocratique” en général. Il faut attendre de l’histoire elle-même et de la facilité avec laquelle les “grandes puissances” ont utilisé les peuples en lutte dans l’échiquier de leurs intérêts géopolitiques et économiques à travers les années, qu’elles étendent leur propre pouvoir. Cela doit aussi servir d’exemple pour le peuple de ce pays dans les moments présents, alors que l’État grec offre une fois encore “la terre et l’eau” à ses “alliés” américains pour son intervention militaire dans la région, un fait défendu comme un succès par le gouvernement suite à sa rencontre avec Mr. Pompeo et la présence militaire “mise à jour” en Grèce sous le pacte de coopération sur la défense.

L’invasion militaire des forces armées turques dans le Nord de la Syrie noiera une fois encore la région et la Révolution dans le sang. L’existence d’un projet social révolutionnaire qui devrait être une lueur d’espoir pour tous les peuples opprimés, un exemple pour la libération de tous les peuples, un modèle de liberté pour l’Occident “démocratique”, est menacée. La Révolution du Rojava, la révolution de notre époque, est menacée.

Les États sont les seuls terroristes, longue vie à la Révolution du Rojava et du Nord de la Syrie, longue vie à la révolution sociale !

Pola Roupa & Nikos Maziotis, membres de Lutte Révolutionnaire, 7 octobre

Pola Roupa et Nikos Maziotis

L’offensive redoutée de longue date a commencé aujourd’hui : la Turquie a lancé ce matin une offensive militaire de grande ampleur contre plusieurs villes du Nord de la Syrie. Des frappes aériennes ont visé de nombreux endroits, dont certains n’avaient plus connu de situation de guerre depuis 2011. Des frappes aériennes ou de mortiers sont rapportées (dans l’ordre ouest-est) à Kobané, Gire Spî (Tal Abyad),  Mashrafah, Serê Kaniyê (Ras-al-Ayn), Darbasiyah, Qamishlo et Al-Malikiyah. Plus au sud, dans la campagne de Raqqah, une frappe a été rapportée à 50km de la frontière turque. Il est à noter qu’à l’heure d’écrire ces lignes les forces turques, accompagnées de “l’Armée Nationale Syrienne” (le récent rebranding des forces rebelles de l’Armée Syrienne Libre combattant pour le compte de la Turquie) n’ont pas encore avancé sur leurs lignes, cette situation pourrait toutefois changer.

En plus de cette offensive turque, des combattants de Daesh ont attaqué Raqqah ce matin. Il y aurait également eu une mutinerie dans le camp d’al Hol (où de très nombreux combattants de Daesh sont détenus par les Forces Démocratiques Syriennes. Plusieurs prisonnières ce serait échappées à cette occasion, démontrant tout l’intérêt que l’opération turque représente pour Daesh, quelques heures seulement après le début de l’offensive turque. Pour suivre la situation en direct, nous recommandons Syria Live Map ainsi que le compte Twitter “Syrian Rebellion Observatory”.

A Bruxelles, une manifestation a eu lieu devant l’Ambassade de Turquie, les manifestants ont été attaqués par la police alors qu’ils s’approchaient de l’Ambassade américaine, avant d’être repoussés vers la Place du Luxembourg (voir photo). D’autres manifestations et actions sont prévues dans les jours qui suivent pour soutenir la résistance kurde, nous vous tiendrons informés sur ce site.

L’explosion d’un IED lors du passage d’un bus transportant des policiers a blessé cinq personnes dans le district de Yuregir, dans la région d’Adana, ce mercredi, tôt dans la matinée. Le bus transportait des membres des unités spéciales anti-émeutes de la police. Lundi, deux soldats turcs ont été tués lors d’une attaque de la guérilla kurde dans le nord de l’Irak.

Le bus visé

Une centaine de jeunes militants kurdes et internationalistes participent à une marche de cinq jours entre Bonn et Cologne, dans le but de demander la libération d’Abdullah Öcalan. Au deuxième jour de la marche, des tensions sont apparues après qu’un Turc ait insulté les militants alors qu’ils allaient de Troisdorf à Cologne. La police a arrêté un marcheur. Les autres participants à la marche ont fait un sit-in jusqu’à ce qu’il soit relâché. La marche a alors repris et est arrivée devant la cathédrale de Cologne. La police allemande est une nouvelle fois intervenue et a arrêté deux activistes. Le groupe a à nouveau fait un sit-in devant la gare de Cologne pour leur libération.

Les participants à la marche

Au moins huit personnes ont été arrêtées pour leurs liens présumés avec le PKK à Istanbul. Des escadrons antiterroristes ont mené des opérations simultanées dans sept quartiers de la ville, dont Ataşehir, Kadıköy et Üsküdar, pour appréhender ces personnes qui sont accusés d’avoir diffusé une “propagande terroriste”, d’avoir apporté un soutien financier au PKK et d’avoir participé à certaines activités du parti. Des documents, ainsi que diverses armes et munitions auraient également été saisis lors des raids. Neuf autres personnes accusées de lien avec le PKK ont été arrêtés mardi dans la province de Bitlis, par des unités anti-terroristes de la Direction de la sécurité provinciale. La police affirme avoir saisi une arme automatique, un pistolet, ainsi que des documents papiers et numériques. Au même moment, un opération de la guérilla du PKK a causé la mort d’un militaire et blessé 3 autres à Silopi, district de la province de Sirnak. Ces militaires étaient chargés d’assurer la sécurité de la société pétrolière turque “Türkiye Petrolleri Anonim Ortaklığı” (TPAO) très souvent ciblés par les combattants du PKK.

Combattants du HPG, la guérilla du PKK

 

 

 

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 août, les maires de Diyarbakir (Amed), Mardin (Mêrdîn) et Van (Wan) ont été démis de leur mandat de maire. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, les accuse d’appartenance au PKK et ils sont poursuivis par le ministère de l’Intérieur pour “appartenance à une organisation terroriste” et “propagande terroriste”. Déjà en 2016, les co-maires HDP ou affiliés de 95 municipalités sur 102 avaient été limogés et remplacés par des administrateurs de l’État. À la veille des élections locales de mars 2019, le président turc avait prévenu que les futurs maires du HDP seraient à leur tour privés de leur mandat.

Un rassemblement de soutien se tiendra ce lundi 19 août à 18h à la gare centrale (Bruxelles).

Ahmet Türk (Mêrdîn), Adnan Selçuk Mızraklı (Amed) et Bedia Özgökçe Ertan (Wan)

Ahmet Türk (Mêrdîn), Adnan Selçuk Mızraklı (Amed) et Bedia Özgökçe Ertan (Wan)

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Le jeudi 15 août (date commémorant la première attaque du PKK en 1984), les forces du HPG ont mené une série d’actions contre l’armée turque dans les districts de Iouksekova et Cukurca à Hakkari. À Iouksekova, les guérilleros sont entrés dans quatre positions militaires turques, faisant sept victimes. À Cukurca, le HPG a mené une action de sabotage contre un véhicule militaire de l’armée turque. Le véhicule a été détruit tuant 2 soldats et en blessant 3. Dans le même district, le HPG a mené deux autres actions contre des positions de l’armée turque. Le nombres de victimes n’a pas été communiqué. Une autre attaque a été mené le vendredi 16 août à Cudi (Hakkari). Les guérilleros ont pris pour cible un convoi de camion militaire turc. Le nombre de morts et de blessés n’a pas été communiqué.

Combattants HPG (Archives)

Combattants HPG (Archives)