Le mercredi 10 février, la Turquie a lancé l’opération « Griffes Aigle -2 » dans la région de Gara, au Kurdistan irakien. Cette opération vise les bases des HPG (les forces de défenses du PKK présentes dans la région) avec l’aval du gouvernement régional du Kurdistan irakien (allié de la Turquie). Un rassemblement se tiendra ce samedi à Bruxelles pour la libération d’Abdullah Öcalan et dénoncer les attaques de l’état turc dans la région de Gare. Rassemblement demain samedi 13 février 2021 à 14h à la Porte de Namur (Bruxelles).

Opération Griffes Aigle -2 _ 10 février 2021

 

L’Union des communautés du Kurdistan (KCK) a lancé la nouvelle campagne « Fin de l’isolation, au fascisme, à l’occupation – Assurons la libération [d’A. Öcalan]». Cette campagne a lancé un appel aux actions pour le 10 octobre. Durant tout le week-end des rassemblements sont organisés dans différentes villes d’Europe. À Bruxelles, ce rassemblement s’est tenu le vendredi 9 octobre devant la Commission Européenne. Juste après, l’Union des Femmes Socialistes (SKB) organisaient au même endroit un rassemblement pour dénoncer les nouvelles arrestations, en Turquie, de membres de l’ESP et des membres de l’organisation des jeunes du SGDF.

 

Le rassemblement d’hier vendredi à Bruxelles

Abdullah Öcalan, ainsi que Ömer Hayri Konar, Veysi Aktaş et Hamili Yıldırım, détenus sur l’île-prison d’Imrali, se sont vus imposer une interdiction officielle de visite, alors qu’ils sont soumis à un isolement aggravé depuis des années. À la demande du procureur de Bursa, la juridiction d’exécution des peines de Bursa a émis une interdiction de visite de six mois pour Öcalan et ses trois codétenus, dans la prison d’Imrali. La décision aurait été prise le 23 septembre. Les avocats d’Öcalan avaient pu rencontrer leur client le 2 mai 2019 pour la première fois en huit ans. Quatre autres visites avaient ensuite été autorisées pars les autorités turques, entre mai et août 2019. Depuis, toutes les demandes de visite soumises par les avocats d’Öcalan, 107 au total, sont restées sans réponse.

Pénitentier d'Imrali

Mehmet Yalcin est un jeune Kurde vivant à Bordeaux. Il a été arrêté le 28 juillet dernier et risque d’être expulsé vers la Turquie. Il avait été condamné par la justice française en 2019 à deux ans de prison, dont un an ferme, pour de prétendus liens avec le PKK. Mehmet Yalcin a dû porter un bracelet électronique pendant près d’un an. Il est actuellement sans papiers du fait du rejet de sa demande d’asile par l’OFPRA, rejet motivé par cette condamnation.

Le 28 juillet dernier, cet homme marié, père de trois enfants (âgés de 2, 4 et 6 ans), résidant à Bordeaux depuis 2006, a été convoqué au commissariat où il a été immédiatement menotté et placé en rétention. A ce stade, tous les recours déposés par ses avocats ont été rejetés. Mehmet Yalcin dont l’expulsion est prévue le 28 août prochain a fait savoir qu’il entamait une grève de la faim.

Manifestation kurde en France (archive)

 

Arrêté en novembre 2019 à l’aéroport de Zurich car il figurait sur le “Système d’Informations Schengen” sur demande de l’Allemagne, un cadre du PKK va être extradé. Il est accusé d’avoir eu un rôle de recruteur pour les Forces de défense du peuple (HPG). Le militant Kurde avait saisi le Tribunal pénal fédéral pour faire opposition. Dans un premier temps celui-ci c’était opposé à l’extradition. Suite à un recours de l’Office Fédéral de la Justice sur recommandation des Services de Renseignements de la Confédération le Tribunal pénal fédéral est revenu sur son jugement. Le soutien à une organisation criminelle a été retenu et donc l’extradition validée.

Dossier(s): Suisse Tags: , ,

La Turquie a lancé une offensive terrestre contre le PKK dans le Kurdistan irakien, mercredi 17 juin à l’aube. Des commandos ont pénétré sur le territoire irakien, soutenus par de l’artillerie, des chasseurs-bombardiers F16, des hélicoptères d’attaque et des drones. L’offensive a débuté dans la région de Haftanin, à une quinzaine de kilomètres de la frontière turque. Avant d’envoyer ses forces terrestres de l’autre côté de sa frontière, la Turquie avait bombardé ces derniers jours les positions du PKK dans les montagnes de Qandil, bastion historique de la résistance kurde, non loin de la frontière avec l’Iran. Des bombardiers ont aussi frappé d’autres bases du PKK dans la région semi-autonome kurde du nord de l’Irak, à Sinjar, Karacak, Zap, Avasin et Hakurk. Dans la ville-frontière de Silopi, entre le Kurdistan irakien et le Kurdistan turc, plusieurs milliers de soldats turcs ont été massés. La réquisition par l’armée turque d’une partie d’un hôpital frontalier ne laisse pas de doutes quant au fait que l’armée turque se prépare à de violents combats. La Turquie est déjà bien présente au Kurdistan irakien, où elle dispose d’une quinzaine de bases militaires.

Célébration du Nouvel An kurde dans les monts Qandil (archives)

 

Dossier(s): Non classé Tags: , , ,

Quatre personnes ont été mises en examen vendredi dans le cadre d’une enquête sur des collectes de fonds pour le PKK dans le sud-ouest de la France. Six personnes, nées en Turquie mais vivant en France, ont été interpellées mardi en Gironde et en Charente-Maritime dans le cadre de cette enquête. Quatre d’entre elles ont été présentées vendredi à un juge d’instruction antiterroriste et mises en examen pour « association de malfaiteurs terroriste » et « financement du terrorisme ». Parmi elles, une personne a été placée en détention provisoire et les trois autres sous contrôle judiciaire. Les deux autres personnes ont pour leur part été remises en liberté sans poursuite pour l’heure mais seront convoquées ultérieurement par le magistrat instructeur.

Militants et militantes du PKK

Mardi 28 janvier, la cour de cassation a rendu son verdict dans le procès anti-PKK. Ce verdict final confirme de non-lieu de la chambre des mises en accusation qui estimait que le PKK ne pouvait pas être considéré comme une organisation terroriste par la Belgique (voir notre article). Il met un terme à une longue saga judiciaire faites de victoires pour les avocats du PKK et d’appels ou de pourvois en cassation par les parquets belges et turcs. Dans ce dossier, le parquet fédéral souhaitait poursuivre au pénal une trentaine de membres du PKK pour infractions terroristes. Ces derniers étaient soupçonnés d’avoir recruté de jeunes Kurdes en Belgique et ailleurs en Europe, d’avoir fabriqué et commercialisé de faux papiers et récolté des fonds dans le but de financer la lutte armée kurde en Turquie. Plus d’infos ici.

Rassemblement solidaire lors d'une des audiences

Rassemblement solidaire lors d’une des audiences