Le 3 mars 2017, le ministère de l’Intérieur a publié une décision qui interdit les drapeaux du PYD, du YPG/YPJ et les photographies d’Abdullah Ocalan et de plusieurs symboles du mouvement kurde. Après l’envoi de ce décret aux 16 Landen allemands, la politique de criminalisation des Kurdes en Allemagne a immédiatement augmenté, notamment en Bavière. Cependant, plusieurs tribunaux locaux en Allemagne ont statué qu’aborder des drapeaux des YPG/YPJ et du PYD n’est pas un délit.

L’activiste kurde Ciwan Çewlik, qui fait du travail politique et culturel en Allemagne depuis plusieurs années, était monté sur une scène pour soutenir la résistance des YPG/YPJ et la révolution du Rojava le 20 juillet 2019. Le ministère turc de la Justice a ouvert une enquête à son sujet et, à la demande de la Turquie, la Cour suprême de Hanovre avait ouvert une procédure contre l’artiste. Ciwan Çelîk a comparu avant-hier jeudi devant la Cour suprême de la ville. La représentation de la cour a décidé que l’affaire ne comportait aucun acte criminel.

Septembre 2021, des manifestations s’étaient tenues lors du Salon de l’Automobile (IAA) à Münich. Des militant.es pour le climat ont été arrêté.es dans ce cadre et accusé.es d’avoir apposé, sur une clôture du camp de protestation contre l’IAA, des affiches avec une photo d’Abdullah Öcalan et l’inscription « Free Öcalan ». Le 9 mai 2022, les trois activistes pour le climat ont été condamné.Es à des amendes (30 forfaits journaliers de 60 € et 30 forfaits journaliers de 20 € dans le cas d’un mineur) ainsi qu’à trois séances de conseil. Leur condamnation s’est faite sur la base de l’article 20 de la loi sur les associations, considérant leur acte comme une violation de l’interdiction d’activités à laquelle le PKK est soumis dans ce pays. Il faut souligner, qu’en Allemagne, la seule autre personne dont les photos ne peuvent être montrées en public est Adolf Hitler. Les 3 accusé.e.s font appel à leur condamnation.

Plus de 50 réunions ont été enregistrées à Berlin pour les 8 et 9 mai pour commémorer la fin de la Seconde Guerre mondiale. La police de Berlin y a interdit par décret les drapeaux et symboles de l’Union soviétique. Ce décret de la police de Berlin date du 4 mai, est s’appliquera du 8 mai à 6 heures du matin au 9 mai à 22 heures. Sont concernés 15 mémoriaux, sites commémoratifs et bâtiments historiques où les survivants de l’Holocauste et de la guerre d’extermination et leurs proches ainsi que les opposants au fascisme et à la guerre tiennent traditionnellement des rassemblements.

Dossier(s): Allemagne Tags: ,

Le 22 mars, le tribunal du Land de Berlin a mis fin au procès en appel de Thunfisch. Thunfisch a été arrêtée lors de la manifestation du 9 juillet 2016, à Berlin, en réponse à la tentative d’expulsion de la Kadterschmiede, le bar autogéré au rez-de-chaussée du squat Rigaer94. Elle était accusé d’avoir jeté des pierres dans la rue depuis le ballast du tram de la Warschauer Strasse, pour que d’autres personnes s’en servent. Selon le procureur: il s’agirait d’un cas grave d’atteinte à l’ordre public, à forte valeur criminelle. Il a demandé 10 mois de prison avec sursis. L’avocate de la défense n’y voit qu’un cas simple d’atteinte à l’ordre public et sollicite une amende. Verdict : pour atteinte à l’ordre public, 90 jours-amende, dont 60 déjà exécutés à cause de la longue durée de la procédure. L’accusée pourrait être dédommagée pour sa détention provisoire, car celle-ci n’était pas justifiée. D’un point de vue juridique, cet appel a donc été un succès.

Opération policière contre le Kadterschmiede (archive)

Dossier(s): Allemagne Tags:

Ce matin à l’aube, cinq perquisitions ont eu lieu chez des militants de gauche à Stuttgart, Tübingen et Villingen-Schwenningen. Les rues autour des bâtiments perquisitionnés ont été bloquées et les portes du centre Lilo Herrmann à Stuttgart ont été enfoncées avec des béliers (photo). Dans ce cas, deux événements différents de 2020 servent de prétextes à cette opération. D’une part, il s’agit d’une participation présumée à la « nuit d’émeute de Stuttgart » (des affrontements entre des jeunes et la police y avaient eu lieu dans la nuit du 20 au 21 juin dans le centre-ville, à la suite du contrôle répressif d’une personne par la police). D’autres mandats de perquisition concernent une manifestation antifasciste contre un néonazi connu de la ville de Constance en octobre de l’année précédente.

Dossier(s): Allemagne Tags:

Un activiste berlinois s’est vu retirer sa carte d’identité et a été interdit de sortie du territoire allemand. L’organisateur d’une manifestation pour la levée de l’interdiction du PKK en novembre dernier à Berlin est considéré comme un risque pour la sécurité de l’Allemagne. Le 24 janvier 2022, l’activiste avait reçu une lettre l’informant qu’il devait remettre ses documents d’identité dans un délai de quatre jours ouvrables et qu’il lui était interdit de quitter la République fédérale dès réception de la lettre. Cette décision a été prise par un service de l’Office des citoyens et de l’ordre public du Land de Berlin, qui a agi à l’instigation du LKA berlinois. L’activiste est considéré comme une menace potentielle pour les intérêts de sécurité intérieure et extérieure de la République fédérale.

Dossier(s): Allemagne Tags: , ,

La voiture d’Astrid Oppermann a été incendiée près de son appartement, rue Maria-Louisenstieg dans le quartier de Winterhude. En tant qu’agente infiltrée, sous le nom d’Astrid Schütt, Astrid Oppermann a espionné le milieu autonome de Hambourg entre 2006 et 2013. Elle participait régulièrement et activement à l’assemblée générale autonome, elle a contribué à la préparation du congrès autonome de Cologne, elle est allée aux manifestations contre le sommet mondial sur le climat de Copenhague, elle a participé aux mobilisations contre la conférence des ministres de l’intérieur de 2010 et aux protestations contre la soi-disante « journée de l’avenir allemand », en 2012 à Hambourg. Elle a rédigé des dossiers sur de nombreuses personnes, comme ses collègues Maria Böhmichen, Iris Plate et Kristian Krumbeck.

Dossier(s): Allemagne Tags:

Ladite « longue marche » pour exiger la libération du leader kurde Abdullah Öcalan, commencée à Sierentz le 6 février, est arrivé à sa destination aujourd’hui, dans la ville de Strasbourg, où un rassemblement central est organisé. Au cours de la marche, les marcheuses et marcheurs ont subi des attaques fascistes et des interventions de la police qui a menacé à plusieurs d’interrompre la manifestation. Plusieurs autres marches ont également eu lieu (à Marseille, Kiel, Hanovre, …) dont une allant de Francfort à Strasbourg.

Dans la nuit du 24 janvier, quatre voitures électriques de la Polizeibehörde (comparable à la police municipale) ont été incendiées dans la cour arrière de la mairie du quartier Abtnaundorf, à Leipzig. Le communiqué dénonce « Le durcissement des lois sur la police et la crise persistante due à la pandémie leur donnent (leur ont donné) des compétences de plus en plus étendues. Nous pouvons voir comment elles font « régner l’ordre ». De manière toujours plus autoritaire et violente. » Le communiqué rappelle comme la police avait empêché une manifestation contre la criminalisation du mouvement révolutionnaire à Leipzig en concluant:« Si vous nous prenez le jour, nous nous rabattons sur la nuit. » Lire le communiqué

Dossier(s): Allemagne Tags:

La demande d’asile de Peter Krauth et Thomas Walter a été reconnue par la CONARE, la commission vénézuélienne pour les réfugiés. Les deux internationalistes recherchés en Allemagne pour « terrorisme » ont ainsi droit à un droit de séjour illimité au Venezuela. Pour la première fois depuis leur fuite d’Allemagne en 1995, ils peuvent désormais vivre sans être arrêtés et extradés vers l’Allemagne. un troisième accusé, Bernd Heidbreder, était décédé en mai 2021 (voir notre article). Les trois internationalistes étaient recherchés pour leur appartenance au groupe K.O.M.I.T.E.E. qui a incendié en 1994 un bâtiment de l’armée allemande en raison du soutien par l’Allemagne de la guerre menée par la Turquie contre les Kurdes. En 1995, une patrouille de police avait surpris plusieurs militants du groupe en train de placer 120kg d’explosif dans un centre de détention pour sans-papier en construction à Berlin-Grünau. Ces actions auraient être prescrits en 2016, mais une manœuvre du parquet fédéral a porté leur délai de prescription à 40 ans.

Peter Krauth et Thomas Walter ont déclaré: « On peut considérer comme un peu de justice historique le fait que ce soient nous qui, justement, avons lutté dans les années 90 pour le droit d’asile des réfugiés du Tricontinent, bénéficions maintenant nous-mêmes de ce droit dans le Tricontinent. Nous l’apprécions. Et en tant que personnes concernées, qui ont vécu pendant des décennies l’absence de droits et l’insécurité permanente que les sans-papiers subissent quotidiennement partout dans le monde, nous voulons profiter de l’annonce de notre propre sécurité acquise pour lancer un appel passionné à tous ceux qui ont le privilège de vivre à l’intérieur de la forteresse Europe : défendez ceux qui fuient des gouvernements tyranniques de quelque couleur que ce soit, des persécutions en raison de leur différence ou tout simplement des conditions insupportables, et qui cherchent protection auprès de vous ! N’oubliez jamais que la prospérité européenne repose en grande partie sur la misère d’autres régions du monde. Prenez fait et cause pour les plus faibles ! Engagez-vous pour le droit de rester pour tous! »