L’affaire remonte à fin 2021 mais a été rendue publique récemment: le 29 novembre, un homme a fait une chute mortelle à la sortie d’un restaurant de Mayence. Pour retrouver des témoins, la police a utilisé l’application Luca, l’une des plus répandues, qui assiste restaurants et bars dans l’enregistrement des clients pour permettre un traçage en cas de contamination. Cet accès leur a permis de contacter 21 personnes, auxquelles le parquet de Mayence a depuis présenté ses excuses. Une enquête est ouverte, car l’interdiction légale d’utiliser les données de suivi des contacts à des fins policières est clairement inscrite dans la loi sur les infections. L’application Luca enregistre lieu et durée du séjour, nom complet, adresse et numéros de téléphone. Seul un service de santé peut avoir accès aux données des clients enregistrés. Or, pour mener son enquête, la police et le parquet local ont sollicité un service de santé, qui a accepté de prétendre qu’un cas d’infection avait été détecté.

 

Dossier(s): Allemagne Tags:

Environ 150 antifas ont effectué une manifestation surprise dans l’est de Leipzig. Ils ont tagué les murs, fait des barricades de containers enflammés et lancés divers projectiles vers la police à son arrivée, endommageant une voiture de patrouille. Ils ont aussi brisé les vitres et tiré des engins pyrotechniques contre la mosquée de l’Union turco-islamique pour les affaires religieuses (DITIB). Le DITIB dépend directement de l’Etat turc et ses mosquées sont moins des lieux de culte que des centres de propagande fasciste de l’AKP. Les dommages sont d’environ 30 000 euros. La police a arrêté douze personnes et les a placées en garde à vue. L’enquête est en cours.

 

Le journaliste britannique Matt Broomfield a été emprisonné en Grèce et interdit d’entrée dans les pays membres de Schengen au motif qu’il soutenait le Rojava. La demande venait d’Allemagne que ses intérêts économiques avec la Turquie poussent à criminaliser le mouvement de libération kurdes et ceux qui le soutiennent. Broomfield, qui est resté au Rojava pendant trois ans, écrivait pour les médias britanniques « Vice », « Independent » et « New Statesman ». Mais il était surtout le co-fondateur de la principale source d’information indépendante de la région, le Rojava Information Center (RIC). Broomfield voulait se rendre en Italie en ferry depuis la Grèce le 27 avril 2021, mais a été arrêté par la police italienne et remis aux autorités grecques. Après avoir été détenu dans des centres de déportation pendant deux mois (photo), il a été expulsé vers l’Angleterre. Broomfield ne peut entrer, pendant dix ans, dans aucun pays de l’espace Schengen, c’est-à-dire les 26 pays couverts par l’Accord sur la zone de libre circulation. La seule explication qu’il a reçu était son soutien à l’Administration démocratique autonome du nord et de l’est de la Syrie.

Le 1er décembre tombera à Berlin la sentence du procès contre Cem. Il est accusé des attaques en 20210 contre la Haus der Wirtschaft, la « Maison de l’économie », siège des principales associations patronales allemandes, le Département pour le développement urbain de Berlin et le tribunal de district de Wedding. Ces actions ont été revendiquées par les Revolutionären Aktionszellen (RAZ), les Cellules d’action révolutionnaires. Depuis 2013, neuf personnes ont été accusées, dont un militant du Secours Rouge International à Stuttgart, en vertu de l’article 129 du code pénal relatif à l' »association de malfaiteurs », d’avoir crée les RAZ et d’avoir participé à la revue clandestine Radikal. L’accusation spécifique d' »association de malfaiteurs » est tombée et un seul inculpé, Cem, reste sur le banc des accusés, accusé de trois incendies et d’avoir participé à Radikal.

 

 

Dossier(s): Allemagne Tags: , ,

Le gouvernement allemand a approuvé l’expulsion de la militante espagnole Maria V. au motif qu’elle travaillait en relation avec des organisations et institutions kurdes. Maria V., qui a été expulsée vers l’Espagne, sera interdite d’entrée en Allemagne pendant les 20 prochaines années. C’est la première fois que l’état allemand impose une restriction d’une telle durée à un-e ressortissant-e de l’UE, en invoquant un lien avec le mouvement kurde.

Parmi les motifs de l’ordre d’expulsion figurent sa maîtrise du kurde, sa visite d’institutions kurdes et sa participation à des manifestations et des panels sur le Kurdistan ainsi que sa participation aux manifestations du 8 mars pour la Journée internationale des femmes travailleuses et sa résistance au Hambacher Forst, l’un des mouvements écologistes les plus connus d’Allemagne. Elle est considérée comme personne de lien entre le PKK, listée comme organisation terroriste depuis le 26 novembre 1993, et les groupes politiques de gauche en Allemagne.

manifestation kurde en Allemagne (archive)

Dossier(s): Allemagne Tags: , ,

Le 18 novembre, du matériel de surveillance a été découvert dans une voiture. Il s’agit d’un appareil plus grand, avec une balise GPS de la société U-blox, ainsi que d’un appareil d’enregistrement audio, plus petit. Les appareils étaient cachés derrière un revêtement du plafonnier avant. Ils étaient reliés entre eux par un câble électrique et étaient alimentés par l’alimentation du plafonnier arrière. Pour ça, il a été utilisé un adaptateur en Y, apparemment adapté précisément à ce modèle de voiture. L’unité audio était reliée au microphone, déjà existant, du kit mains libres, qui se trouve derrière un cache au-dessus du rétroviseur. Les deux unités étaient enveloppées de mousse et de ruban adhésif toilé probablement pour ne pas faire de bruit lors des mouvements de la voiture.

L’appareil plus grand dispose, entre autres, d’un récepteur GPS « U-blox MAX-M8 », d’un slot pour cartes, avec une carte microSD de 16 Go, d’une puce de téléphonie mobile « U-blox LISA-U230 » avec une carte SIM, ainsi que d’un module d’antenne tripolaire amovible. L’unité plus petite contient un convertisseur de tension, une batterie lithium-ion de 3,7 V et 550 mAh et un petit circuit imprimé. Les différentes pièces sont reliées par une gaine thermorétractable. Sur le petit circuit imprimé on trouve entre autres une carte microSD de 32 Go et une antenne NN01-104 conçue pour la bande de fréquence des 2,4 GHz et qui peut donc transmettre et recevoir des signaux Bluetooth ou WLAN. Il n’y a pas de téléphonie mobile, mais il est possible que des enregistrements audio aient été transmis par WLAN ou Bluetooth à l’appareil plus grand et envoyés par celui-ci, ou qu’ils aient été consultés, à une distance rapprochée, via WLAN ou Bluetooth.

Plus de photos et de détails ici

Un procès contre le militant Suryoye (Araméens, Assyriens et Chaldéens) Sami Grigo Baydar s’ouvrira le 9 décembre au tribunal régional d’Augsbourg. Dans le passé, son travail de solidarité avec les Suryoye en Turquie et en Europe ainsi que sa défense du groupe de musique révolutionnaire turc Grup Yorum lui ont valu de nombreuses poursuites pénales. Cette fois-ci, Sami Baydar comparait devant le tribunal pour avoir publié sur Facebook, le 14 décembre 2020, un message dans lequel il soulignait que des « policiers d’origine turque » lui avaient rendu visite. La plainte pénale indique en outre que Baydar aurait établi un lien entre les policiers et les services secrets de la gendarmerie militaire turque par le biais d’un « J’aime ». Selon l’accusation, Baydar a non seulement exprimé son approbation avec le « J’aime », mais s’est également approprié l’énoncé du commentaire comme étant le sien. Le ministère public d’Augsbourg considère désormais que cela constitue une diffamation. Le 23 juin, Sami Baydar a été condamné par le tribunal de district d’Augsbourg à une amende de 3 600 euros (90 peines journalières de 40 euros chacune). Sami Baydar a fait appel de cette sentence.

Avec l’aide d’un blindé, la police a pénétré vendredi matin dans le « Köpi », à Berlin-Mitte, un espace alternatif occupé par des tentes et des véhicules-logements. Les policiers ont découpé au chalumeau les tôles protégeant l’espace. Ils ont aussi usé de tronçonneuses alors qu’ils étaient bombardés de projectiles divers. Lors de l’évacuation, 37 habitants et partisans du projet ont été embarqués en début d’après-midi. Il y a eu 21 arrestations au cours de l’opération, des occupants mais aussi des manifestants solidaires qui s’étaient rassemblés autour du site de la Köpenicker Straße. Neuf partisans du « Köpi » sont restés perchés sur des arbres du quartier.

Dossier(s): Allemagne Tags: ,

Le mercredi 13 octobre, le procès dit de « Wasen » contre deux antifascistes de Stuttgart s’est achevé au tribunal régional supérieur de Stuttgart par des condamnations extrêmement lourdes : des peines de prison 4 ans et demi pour Jo, et 5 ans et demi pour Dy. Les deux militants sont accusés d’avoir été impliqués dans une altercation physique avec des membres du pseudo-syndicat fasciste « Centre Automobile » le 16 mai 2020, en marge d’une marche de l’extrême-droite (« Querdenker »). Dans le cadre des mesures de surveillance et des perquisitions à grande échelle ciblant les structures antifascistes de Stuttgart, Jo et Dy ont été arrêtés ; tandis que le premier a été temporairement libéré après plus de six mois de détention provisoire, Dy est enfermé à Stuttgart-Stammheim depuis plus de onze mois.

A l’issue du procès, qui ne reposait que sur des preuves circonstancielles, la défense avait demandé l’acquittement des deux antifascistes le 29 septembre 2021. Le procureur, en revanche, avait plaidé une condamnation pour lésions corporelles dangereuses et particulièrement graves ainsi que pour atteinte particulièrement grave à l’ordre public et avait requis des peines d’emprisonnement de cinq ans et six ans respectivement. Un rassemblement de solidarité s’était réuni devant le bâtiment du tribunal, qui a pris acte du verdict par de fortes protestations. Pour le 23 octobre 2021, la campagne de solidarité « L’antifascisme est nécessaire » appelle à une manifestation sous la devise « Liberté pour tous les antifas ! ».

Dossier(s): Allemagne Tags: ,

Dans la nuit du 12 octobre, une attaque au moyen d’engins incendiaires a détruit la flotte de véhicules du Service de l’ordre public d’Alt-Hohenschönhausen, dans le nord-est de Berlin. L’action a été revendiquée par Groupe autonome « Peter H. » [Peter H. s’est ôté la vie le 31 mai dernier, peu avant son expulsion de chez lui, à Kreuzberg] qui dénonce les opérations d’expulsions locatives à Berlin et l’expulsion annoncée du squat Køpi Wagenplatz.

Dossier(s): Allemagne Tags: