Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Un homme qui est accusé par les autorités péruviennes d’avoir été le “médecin de la guérilla” (du PCP-SL) a été arrêté hier par la police italienne dans un hôtel du centre de Gênes. Luis Enrique Paredes Del Pino, alias “Juan Carlos” faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Le Procureur de la Cour d’appel de Gênes sera appelé dans les quarante prochains jours à évaluer la demande d’extradition. Luis Enrique Paredes Del Pino, qui est détenteur de la double nationalité et d’un passeport espagnol, avait déjà été arrêté en 2013 à Tolède. Madrid avait refusé l’extradition et, depuis lors, le médecin avait obtenu l’autorisation de rester en Espagne, où il travaille comme urgentologue dans le district de Castilla-La Mancha. Après le rejet de l’Espagne, le Pérou avait lancé un nouveau mandat d’arrêt international.

Luis Enrique Paredes Del Pino, lors d'une précédente arrestation

 

À la fin d’octobre 2015, une grande opération de la Garde civile a eu lieu dans différents endroits de la Galice (Compostelle, Vigo, Boiro, Muros,…) afin d’arrêter 9 militants de Causa Galiza sous plusieurs accusations, dont celle “d’appartenance à une bande armée”. Finalement, près de quatre ans après l’opération policière, la justice espagnole ne retient plus que l’accusation de “soutien et financement” de Causa Galiza. La gravité des accusations de 2015 avaient conduit la justice espagnole à “suspendre temporairement” les activités de cette organisation politique de la gauche indépendantiste. Cette suspension a aussi été levée.

Manifestation de soutien aux 9 inculpés

Manifestation de soutien aux 9 inculpés

Le nouveau Conseil municipal de Madrid qui inclut les partis de droites, PP et Ciudadanos, ainsi que le parti d’extrême-droite, Vox, a annulé un concert de Def con Dos, un groupe de Rap Metal militant qui devait se tenir ce vendredi 5 juillet dans la commune de Tetuán. L’annulation fait référence à la condamnation en 2017 du chanteur César Strawberry pour six tweets sur le retour des GRAPO et ETA et le décès de Luis Carrero Blanco. Il fut condamné par la chambre criminelle de la Cour suprême à un an de prison et six ans et demi de déchéance absolue pour crimes de glorification du terrorisme et d’humiliation des victimes. Il sera par la suite acquitté par la Cour Nationale. Au final, il sera acquitté deux fois et condamné par un verdict contradictoire.

Cette semaine, le parti Vox a demandé qu’un autre concert de Def con Dos soit annulé à Rincón de la Victoria, dans la région de Malaga.

César Strawberry, chanteur de Def con Dos

César Strawberry, chanteur de Def con Dos

Après les arrestations de 3 militants en mai ([voir notre article>article16311]), ce jeudi 20 juin, la police espagnoles a arrêté cinq autres militants pour avoir porté des photos de prisonniers basques durant la Korrika. La justice les accuse “d’apologie du terrorisme”. Les cinq ont été libérés quelques heures après leur arrestation.

Photos des prisonniers de l’ETA portées sur le parcours de la Korrika

Photos des prisonniers de l'ETA portées sur le parcours de la Korrika

Mardi 18 juin, après plus de 10 ans de procédures, le bureau du procureur de Séville a retiré les accusations contre les 35 membres de l’Union andalouse des travailleurs (SAT) à l’encontre de qui avait été requis pour chacun 23 mois de prison et une amende, pour l’ensemble, de 107 000 euros.

En 2008, à la suite du licenciement de deux équipes de travailleurs, des membres du SAT avaient lancée une grève et occupée la ferme La Jarilla pendant 3 jours. Plus de 200 policiers mettront fin à cette occupation. L’affaire débutera suite aux dégâts constatés après l’occupation. Ne pouvant établir qui avait causé les dégâts, le ministère public a finalement mis fin à la procédure pour l’ensemble des accusés.

Osca Reina, porte-parole du SAT, et Diego Canamero, un des co-accusés de l’affaire La Jarilla

Osca Reina, porte-parole du SAT, et Diego Canamero, un des co-accusés de l'affaire La Jarilla

Lundi 10 juin, les Mossos (la police catalane) ont arrêté un jeune homme qui recherchaient depuis plus de deux mois parce qu’il ne s’était pas présenté devant le tribunal d’instruction n °4 de Gérone lorsqu’il l’avait cité pour les manifestations de l’anniversaire du 1-O, le réferendum d’indépendance. Il a été arrêté alors qu’il collait des autocollants sur l’Audiencia de Girona (un tribunal de la ville).

Il est accusé d’attaque contre un agent de l’autorité, de troubles de l’ordre public et de dégradation. Il est le dernier de tous les accusés qui ont dû passer devant les tribunaux dans le cadre de l’occupation des voies du TGV (voir notre article). Une cinquantaine de personnes étaient rassemblées ce lundi après-midi devant le commissariat de police d’Esquadra, dans le quartier de Vista Alegre de Girona, pour soutenir le militant prisonnier.

Rassemblement de soutien au prisonnier du 1-0

Rassemblement de soutien au prisonnier du 1-0

Marina Bernadó était une des deux dernières prisonnières politiques catalanes incarcérées pour avoir prit part à la lute d’ETA. Clandestine en France entre 2001 et 2006 , puis incarcérée jusqu’à la fin de la semaine dernière à la prison des femmes de Rennes , elle a été extradée vers l’Espagne qui vient de la relâcher sans peine supplémentaire. Il ne reste qu’une prisonnière catalane détenue pour avoir participé à l’action d’ETA, Dolores “Lola” López Resina, toujours détenue à la prison de Brieva (Àvila).

La libération de Marina Bernadó


Le comité d’accueil à Barcelone

La libération de Marina Bernadó
Le comité d'accueil à Barcelone

Le tribunal pénal d’Iruñea (Pampelune) a condamné un syndicaliste du syndicat LAB (syndicat de travailleurs du courant de la gauche séparatiste basque) à 21 mois de prison pour une action syndicale menée durant l’été 2018 dans le cadre de manifestations de soutien à plusieurs travailleurs d’un restaurant italien. Le juge a acquitté le deuxième accusé, un ouvrier de cet établissement.

Dans le restaurant La Sangiovesa, un grand nombre d’heures n’étaient pas rémunérées, certains employés travaillaient sans contrats, les libertés syndicales étaient violées. Entre autre, le restaurant proposait l’option de “rémunérer” quelques heures de travail par une pizza. Suite à l’organisation d’élections syndicales, l’entreprise a licencié des travailleurs. Après plusieurs manifestations contre l’entreprise, le LAB est parvenu à un accord pour l’ensemble des travailleurs qui prévoyait la réintégration des travailleurs licenciés et le respect des droits des travailleurs. Dans le cadre de cet accord, la société a accepté le retrait de toute plainte pour les mobilisations effectuées pendant le conflit. Cependant, le bureau du procureur a maintenu les demandes de sanction à l’encontre de deux syndicalistes du LAB qui étaient entrés dans le restaurant de manière pacifique, se concentrant à l’extérieur, collant plusieurs autocollants et scandant des slogans au mégaphone. En fin de compte, le juge Emilio Labella a condamné un des syndicalistes à 21 mois de prison et acquitté le second. Le syndicat a décidé de faire appel au jugement. Le LAB organise une conférence de presse ce lundi 3 juin à 11h30 sur la Plaza del Castillo à Iruñea.

Manifestation devant le restaurant La Sangiovesa

Manifestation devant le restaurant La Sangiovesa

Le prisonnier politique basque Iñaki Bilbao ‘Txikito’, qui purge une peine dans la prison de Puerto III, se voit obligé de mettre des menotte lors des visites. ‘Txikito’ a fait savoir qu’il n’irait plus aux visites tant que les autorités ne renonçaient pas à cette mesure. ‘Txikito’, de la ville de Lezama dans la région de Bizkaitarra, est le prisonniers basque qui a passé plus d’années en prison. Il a déjà passé 35 années en prison, en deux fois. Il a déjà purgé 12 années de son dernier lot de condamnations qui s’élève au total
à 68 ans et 7 mois, de sorte qu’il ne sera libéré de prison qu’en 2070.

Les autorités judiciaires et carcérales espagnoles s’acharnent particulièrement contre lui en raison de ses positions critiques envers l’abandon de la lutte armée par ETA.

Iñaki Bilbao ‘Txikito’

Iñaki Bilbao 'Txikito'

Six ans après une première opération policière contre l’association Herrira (association de soutien aux prisonniers de la gauche indépendantiste basque) (voir notre article), le procès de 47 personnes accusées par l’Etat espagnol de former le “front prisons d’ETA” seront jugées à l’Audience nationale de Madrid le 16 septembre. Parmi les accusés donc, des membres d’Herrira, de Jaiki Hadi et d’Etxerat. Mais aussi des observateurs et des avocats de prisonniers basques. Emilie Martin, ancienne membre d’Herrira au Pays Basque Nord, fait partie de la liste, mais la justice française a rejeté le mandat d’arrêt européen ordonné par la justice espagnole à son encontre.

Ils risquent tous entre huit et 21 années d’enfermement, toutes peines confondues, 601 années de prison. 117 600 euros d’amendes sont également demandées. Le procès devrait durer environ trois mois. Ces dernières années, ils ont eu obligation de pointer tous les quinze jours au commissariat, et ils n’ont pas pu quitter le territoire espagnol.

Quelques inculpé.e.s d’Herrira

Quelques inculpé.e.s d'Herrira