Pablo Hasél rappeur catalan incarcéré depuis février 2021 pour avoir critiqué ouvertement la royauté, l’état, la police et l’armée. Condamné au préalable à 9 mois de prison, Pablo se retrouve chargé de multiples condamnations qui prolongeront sa détention de 2 ans et 6 mois.  Et depuis le début de l’année 2022, les procès se multiplient en Espagne contre les soutiens qui avaient revendiqué sa libération. Le mois passé, le porte parole de Pablo Hasel a expliqué qu’en plus du harcèlement et de la répression particulière qu’il subit depuis 19 mois, l’accès a toute pratique artistique lui a été interdite, comme la compilation de soutien. Officiellement libérable en mars 2023, Pablo pourrait voir sa peine de prison prolongée jusque en 2030.
Dans l’élan de solidarité internationale avec Pablo, une compilation musicale regroupant 36 artistes et groupes internationaux a vu le jour, suite à une initiative française de « Cédric Perez AKA Ced’ (La Ligue des MC Révolutionnaire) » qui a son tour créera un collectif international. En Belgique des CD et K7 sont imprimés par les Liégeois de « Prolétaire prod  » et du  » F.S.A.R « . Dans plusieurs pays des dates de concerts de soutien s’organisent. Une soirée de diffusion de la compile musicale se tiendra au Sacco-Vanzetti, dans une ambiance conviviale, avec information sur la situation actuelle et les événements a venir en soutien à Pablo Hasél en présence de membres du groupe Atomes d’Intifada ayant participé à la compil.
Ce vendredi 14 octobre au Sacco-Vanzetti, 54 chaussée de Forest (métro Porte de Hal)
Pablo Hasel

Pablo Hasel

Dossier(s): Espagne Tags: , ,

Politiciens, avocats et militants, au moins 65 indépendantistes catalans ont été espionnés avec le logiciel Pegasus installé à leur insu sur leurs téléphones portables. Presque tous les piratages de téléphones se sont produits entre 2017 et 2020. Parmi les personnes visées figurent l’actuel président régional catalan Pere Aragoné (qui était au moment des faits numéro deux de la région), les ex-présidents régionaux Quim Torra et Artur Mas, ainsi que des eurodéputés, des députés du parlement régional catalan et des membres d’organisations civiles indépendantistes. Carles Puigdemont, qui avait fui en Belgique pour échapper à la justice espagnole après la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017, n’a pas été directement espionné mais nombre de ses proches, dont son épouse. En juillet 2020, le président du parlement régional catalan, Roger Torrent, avait déjà affirmé avoir été espionné par l’État espagnol via Pegasus, une accusation niée par le gouvernement central.

À l’été 2021, une enquête avait révélé que le logiciel Pegasus avait permis d’espionner les téléphones de journalistes, d’hommes politiques, de militants ou de chefs d’entreprises de différents pays, dont le président français, Emmanuel Macron. Pegasus permet, une fois installé dans un téléphone mobile, d’espionner l’utilisateur de l’appareil, accédant à ses messageries, ses données, ou activant l’appareil à distance à des fins de captation de son ou d’image.

Georges Abdallah, Pablo Hasel, Musa Asoglu, Erdal Gokoglu, Thanos Hatziangelou, Georgia Voulgari et les 11 révolutionnaires emprisonnés en Grèce sont en grève de la faim ce samedi 16 pour soutenir les prisonniers politiques Sibel Balaç et Gökhan Yildirim. Sibel Balaç et Gökhan Yildirim sont en « grève de la faim à tombeau ouvert » depuis respectivement le 19 et le 25 décembre 2021 pour dénoncer les conditions de détention dans les prisons en Turquie, surtout celles de type F, et exiger l’abrogation des lois permettant des procès se servant des témoins fantômes.

Sibel Balaç et Gökhan Yildirim

Des marins-pêcheurs ont provoqué la coupure du pont reliant l’Espagne au Portugal en brûlant des pneus, en signe de protestation contre le prix élevé du carburant. Le pont sur le fleuve Guadiana qui relie les deux pays, entre Ayamonte à Huelva et la municipalité portugaise de Vila Real de San Antonio, a littéralement brûlé, provoquant la coupure de la A-49. Des explosions et des flammes ont embrasé ce lieu de transit pendant plus d’une heure, jusqu’à ce que la Guardia Civil intervienne pour disperser la manifestation. Les pompiers sont alors venus éteindre les flammes.

Le ministère public espagnol a requis jusqu’à 9 ans de prison et 20 000 € d’amende pour 14 antifascistes qui ont repoussé un groupe d’ultras néonazis de la ville de Pego (La Marina Alta), dans la province d’Alicante. Le 18 octobre 2020, un groupe de supporters de Gandía est venu à Pego pour assister à un match. Ce groupe a traversé la ville avec des symboles, des chants et des saluts nazis, provoquant et insultant les personnes présentes, sans que la police ne fasse le moindre effort pour les en empêcher. Une contre-manifestation s’est formée qui, elle, a immédiatement été ciblée par la Guardia Civil.

Dossier(s): Espagne Tags: ,

Le prisonnier politique basque Mikel Otegi a été admis d’urgence à l’hôpital de Navarre la semaine dernière, de la prison d’Iruñea. Après avoir été testé positif au COVID19, il a été conduit au secteur COVID du centre hospitalier. Une fois cette infection surmontée, après avoir été testé négatif au COVID, Mikel a été emmené dans une autre section. Il y a subi des tests qui ont permis de lui diagnostiquer une tuberculose pulmonaire. Mikel Otegi fait partie du groupe de 19 prisonniers et prisonniers politiques basques atteints de maladies graves. Etxerat et d’autres organisations solidaires revendiquent la libération pour Mikel Otegi ainsi que pour les autres prisonniers et prisonniers politiques basques souffrant de maladies graves et incurables.

Le prisonnier politique basque Francisco José Ramada Estevez a été admis vendredi dernier dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital de Donostia, après avoir subi un incident cardiaque. Il a été transféré d’urgence après s’être évanoui dans la prison de Martutene, où il est actuellement détenu. Ramada Estevez, militant d’ETA, 58 ans, est en prison depuis 21 ans. Pendant son emprisonnement à Murcia I, à 830 km du Pays basque, il a subi une intervention chirurgicale, après laquelle ‘il avait été immédiatement transféré à nouveau en prison, malgré la douleur intense dont il souffrait encore. En juin 2020, il a été transféré à la prison d’Iruñea et finalement, l’année dernière, il a été transféré à Martutene. En septembre 2020, Ramada Estévez avait déjà purgé les trois quarts de sa peine, étant déjà dans la dernière phase de sa peine, ce qui devrait lui permettre d’avoir des permissions.

 

Une manifestation s’était tenue à Madrid le 1er octobre 2017 pour dénoncer la répression en Catalogne et soutenir le droit à l’autodétermination du peuple catalan. La police avait réprimé cette manifestation pacifique en laissant faire une contre-manifestation néo-nazie réduite mais agressive. Six personnes avaient été arrêtées un mois après la manifestation. Elles ont été accusées de désordre public et de blessures à autrui. Le verdict vient de tomber: deux sont condamnées à un an et deux mois de prison, les quatre autres sont acquittées.

La manifestation du 1er octobre 2017

Dossier(s): Espagne Tags: ,

Dolores « Lola » López Resina est originaire de Granollers (Catalogne). Elle a étudié et travaillé dans plusieurs usines de la région de Valles où elle vivait.
Dès son plus jeune âge, elle a commencé à lutter pour le socialisme et pour droit à l’autodétermination des peuples basque et catalan. En 1980, elle a été arrêtée avec d’autres militants du PCE(i), le Parti Communiste d’Espagne (internationaliste), une organisation maoïste. Elle a été sauvagement torturée, jugée et condamnée à 9 ans de prison. Elle a été libérée en 1988. Après sa sortie de prison, Lola a continué la lutte, et s’est engagée comme combattante internationaliste dans ETA. En 2001, elle est à nouveau arrêtée, en France. En janvier 2018, la France l’a remise à l’Espagne et elle purge actuellement sa peine à la prison de Brieva, près d’Avila, dans une situation de premier degré, la plus dure des prisons espagnoles. Si Lola doit purger toute sa peine, elle sortira de prison le 4 juillet 2046, à l’âge de 96 ans. Car l’État espagnol viole la loi, ses lois, en ne comptant pas les années d’emprisonnement en France. Dans le cas contraire, Lola serait libre.

Lien vers le comité de soutien à Lola

Dossier(s): Non classé Tags: , , ,

Six personnes interpellées après la manifestation du samedi 27 février dans le centre de Barcelone, qui dénonçait l’état espagnol et l’emprisonnement du rappeur Pablo Hasél, étaient inculpés de manifestation illicite, désordre, agression contre des agents des forces de l’ordre, dommages,  tentative d’homicide et appartenance à un groupe criminel. Les accusations reposent uniquement sur la déclaration rédigée une division de la police catalane à laquelle appartiennent les agents qui ont procédé aux arrestations.

L’accusation de tentative de meurtre pour l’attaque contre la camionnette de police dans laquelle se trouvait un agent (photo) est tombée après qu’un rapport technique des pompiers ait conclu que le risque pour la vie du policier était « faible ». Les avocats ayant déposé de nouvelles demandes de mise en liberté, le juge a décidé le 9 novembre une caution provisoire de 40 000 à 45 000 euros avec, en cas de paiement de la caution et donc de libération, des mesures de restriction des libertés seront prises (pointage hebdomadaire au tribunal, retrait du passeport et interdiction de quitter l’Espagne). Deux des manifestants ont pu quitter leurs cellules. Cependant, les quatre autres sont toujours en détention provisoire. Tous ont déposé un recours contre le montant de la caution fixée par le juge. L’affaire est encore en cours mais les cautions ont déjà été réduites à 15.000 euros..

Dossier(s): Espagne Tags: ,