Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Mardi 17 septembre, le centre des médias et de la communication du HPG (Forces de défense du peuple) a publié une vidéo de l’attaque par leurs forces d’une caserne de l’armée turque. Cette attaque s’est déroulée le 27 juillet près du village de Hedit, dans le district de Silopi (dans la province de Şırnak) dans la région d’Anatolie du sud-est. Au cours de celle-ci 3 soldats ont été tués et un autre blessé. Un véhicule blindé de type cobra a également été détruit.

La vidéo de l’opération ici.

Plus d’infos ici.

Attaque du HPG contre une caserne turque

Attaque du HPG contre une caserne turque

Une centaine de jeunes militants kurdes et internationalistes participent à une marche de cinq jours entre Bonn et Cologne, dans le but de demander la libération d’Abdullah Öcalan. Au deuxième jour de la marche, des tensions sont apparues après qu’un Turc ait insulté les militants alors qu’ils allaient de Troisdorf à Cologne. La police a arrêté un marcheur. Les autres participants à la marche ont fait un sit-in jusqu’à ce qu’il soit relâché. La marche a alors repris et est arrivée devant la cathédrale de Cologne. La police allemande est une nouvelle fois intervenue et a arrêté deux activistes. Le groupe a à nouveau fait un sit-in devant la gare de Cologne pour leur libération.

Les participants à la marche

Le Comité exécutif de HBDH a publié une déclaration sur les actions des deux derniers mois et revendiqué 20 actions depuis juillet 2019. Ces actions sont menées dans la lutte contre la politique du gouvernement turc AKP-MHP en Turquie à l’encontre des femmes, des travailleurs et de la population kurde de Turquie et du Rojava.

1 juillet : Sabotage des émetteurs de télévision à Datça (Palmutbükü),
2 juillet: Sabotage du Grand Hôtel et des hôtels avoisinants à Izmir,
26 juillet : Action de sabotage des yachts de luxe à Ataköy Marina et à Pendik Marina (Istanbul),
26 juillet : Action à l’encontre des installations de stockage et de production de palettes dans la région d’İzmir (Pınarbaşı, district de Bornava),
27 juillet : Action contre un hors-bord à Bodrum,
28 juillet: Action au port d’Ambarli à Istanbul,
30 juillet: Attaque de l’usine d’armes de Konya Beyşehir,
30 et 31 juillet : Action contre le dépôt du ministère de la justice, à Denizli et à İzmir,
1er août: Action contre la fabrique de Cem Boyner et de la famille Ali Kurşat à Ayvalık, Balıkesir,
4 août : Action contre la zone industrielle de Denizli,
5 août : Action contre l’école d’infanterie de Tuzla,
6 août : Action au Centre scientifique d’Üsküdar,
6 août: Attaque de l’usine appartenant à la famille Ercal, dans le district d’Alapli à Zonguldak,
9 août: Attaque de l’usine de production de peinture de Tuzla,
10 août : Attaque de la zone industrielle de Çiğli, Izmir,
10 août : Attaque contre un convoi militaire chargé de munitions à Konya Aksehir,
10 août : Sabotage du dépôt de munitions militaires à Reyhanli, Hatay,
12 août : Attaque contre l’usine qui produit des conteneurs à Bornova, Izmir.

Déclaration du comité exécutif du HBDH (en turque).

Les forces du HBDH ont mené 6 actions les 20 et 21 août en réponse au limogeage des 3 co-maires de Diyarbakir, Madrin et Van et à la répression qui a suivi (voir nos articles ici et ici).
1. Un commando a incendié l’entrepôt «Jolly Textile Military Products» à Istanbul, qui fabrique des vêtements pour l’armée rendant le bâtiment et l’ensemble de ce qui s’y trouvait inutilisables.
2. L’usine de cosmétiques de la zone industrielle de Küçükcekmece a été détruite.
3. Un commando a incendié l’usine de produits chimiques située dans la zone industrielle de Küçükcekmece.
4. Une usine de cosmétiques de trois étages située dans la zone industrielle de Başakşehir a été détruite.
5. Environ 500 voitures ont été détruites sur un parking du district de Şirinevler, à Yıldırım.
6. Une usine de recyclage dans le district de Çorlu, à Tekirdağ, a été réduite en cendres.

Lire le communiqué en anglais.

Lire le communiqué en turc.

Action du HBDH

Au moins huit personnes ont été arrêtées pour leurs liens présumés avec le PKK à Istanbul. Des escadrons antiterroristes ont mené des opérations simultanées dans sept quartiers de la ville, dont Ataşehir, Kadıköy et Üsküdar, pour appréhender ces personnes qui sont accusés d’avoir diffusé une “propagande terroriste”, d’avoir apporté un soutien financier au PKK et d’avoir participé à certaines activités du parti. Des documents, ainsi que diverses armes et munitions auraient également été saisis lors des raids. Neuf autres personnes accusées de lien avec le PKK ont été arrêtés mardi dans la province de Bitlis, par des unités anti-terroristes de la Direction de la sécurité provinciale. La police affirme avoir saisi une arme automatique, un pistolet, ainsi que des documents papiers et numériques. Au même moment, un opération de la guérilla du PKK a causé la mort d’un militaire et blessé 3 autres à Silopi, district de la province de Sirnak. Ces militaires étaient chargés d’assurer la sécurité de la société pétrolière turque “Türkiye Petrolleri Anonim Ortaklığı” (TPAO) très souvent ciblés par les combattants du PKK.

Combattants du HPG, la guérilla du PKK

 

 

 

Suite au limogeage des 3 co-maires de Mardin, Diyarbakir et Van (voir notre article), des manifestations se sont organisées dans plusieurs villes du Kurdistan Turque, ainsi qu’à Istanbul. Depuis lundi, déjà plus de 400 personnes ont été arrêtées lors de ces manifestations. À Van, le nouveau gouverneur (administrateur placé par l’état) a commencé son nouveau mandant par le licenciement des chefs de département mis en fonction après les élections du 31 mai. Le même jour, la police a effectué des raids dans les maisons d’employés municipaux ainsi que dans celle du co-président du syndicat des employés municipaux de Van. Au cours des deux derniers jours, au moins six journalistes pro-kurdes ont également été arrêtés par la police dans les provinces de Mardin et de Diyarbakır : les journalistes Ahmet Kanbal et Mehmetah Oruç de Mesopotamia Agency (MA), la journaliste de Jinnews, Rojda Aydın et les journalistes Nurcan Yalçın, Halime Parlak et Yelda Özbek.

Six journalistes arrêtés à Madrin et à Diyarbakir

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 août, les maires de Diyarbakir (Amed), Mardin (Mêrdîn) et Van (Wan) ont été démis de leur mandat de maire. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, les accuse d’appartenance au PKK et ils sont poursuivis par le ministère de l’Intérieur pour “appartenance à une organisation terroriste” et “propagande terroriste”. Déjà en 2016, les co-maires HDP ou affiliés de 95 municipalités sur 102 avaient été limogés et remplacés par des administrateurs de l’État. À la veille des élections locales de mars 2019, le président turc avait prévenu que les futurs maires du HDP seraient à leur tour privés de leur mandat.

Un rassemblement de soutien se tiendra ce lundi 19 août à 18h à la gare centrale (Bruxelles).

Ahmet Türk (Mêrdîn), Adnan Selçuk Mızraklı (Amed) et Bedia Özgökçe Ertan (Wan)

Ahmet Türk (Mêrdîn), Adnan Selçuk Mızraklı (Amed) et Bedia Özgökçe Ertan (Wan)

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Le jeudi 15 août (date commémorant la première attaque du PKK en 1984), les forces du HPG ont mené une série d’actions contre l’armée turque dans les districts de Iouksekova et Cukurca à Hakkari. À Iouksekova, les guérilleros sont entrés dans quatre positions militaires turques, faisant sept victimes. À Cukurca, le HPG a mené une action de sabotage contre un véhicule militaire de l’armée turque. Le véhicule a été détruit tuant 2 soldats et en blessant 3. Dans le même district, le HPG a mené deux autres actions contre des positions de l’armée turque. Le nombres de victimes n’a pas été communiqué. Une autre attaque a été mené le vendredi 16 août à Cudi (Hakkari). Les guérilleros ont pris pour cible un convoi de camion militaire turc. Le nombre de morts et de blessés n’a pas été communiqué.

Combattants HPG (Archives)

Combattants HPG (Archives)

 

Les unités HBDH Alişer Xelikan (PKK), Ulaş Bayraktaroğlu (DKP/BÖG) et Bayram Namaz (MLKP) ont revendiqué une action menée le 10 août contre un convoi militaire de 8 véhicules chargés de munitions (dans le district de Konya, Anatolie centrale). Le convoi militaire transportait des renforts dans la région frontalière avec la Syrie. L’action a entraîné de violentes explosions, faisant des morts et des blessés dans le rang des soldats turcs.

Attaque du HBDH contre un convoi militaire à Konya

Le vendredi 9 août, le HBDH a revendiqué l’attaque du dépôt de munition militaire de Reyhanli. Cette attaque a été faite à l’occasion du 35e anniversaire de l’opération du 15 août 1984, date de la première attaque du PKK à l’encontre d’unités de l’armée et de la police turque à Eruh et Semdinli. L’attaque de ce vendredi a été mené sur le champ de munitions militaires de Reyhanli qui sert de dépôt de munitions pour le matériel de guerre militaire et qui comprend également des inventaires des forces du MIT et de l’armée de l’air alimentant des bandes informelles. Les explosions des munitions ont duré plus de 5 heures.

Dépôt militaire de Reyhanli attaqué par le HBDH