Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Le 14 décembre, un appel à une journée internationale d’action a été lancé par les campagnes Rise Up 4 Rojava, Women Defend Rojava et Defend Rojava. La journée se déroulera sous le slogan « Ensemble contre le fascisme et le patriarcat! – Défendons ensemble la révolution du Rojava ».

L’appel en français.

Solidarité avec le Rojava

Salutations internationales aux prisonnier·e·s révolutionnaires à l’occasion de la Conférence de Travail du Secours Rouge International, novembre 2019.

Les délégué·e·s de Belgique, Suisse, Italie, Allemagne et Turquie/Kurdistan présent·e·s à la Conférence de Travail 2019 du Secours Rouge International vous adressent leurs salutations les plus chaleureuses.

La conférence s’est tenue dans un contexte général de progrès du fascisme sous toutes ses formes : du fascisme déchaîné au pouvoir en Turquie à l’action des gangs néo-nazis ou islamistes en passant par les politiques gouvernementales racistes et répressives des États de l’Union Européenne.

Cette tendance est issue de la crise générale du capitalisme, qui ne peut répondre aux aspirations des peuples que par la répression et la violence. Le SRI a toujours considéré que la dialectique lutte/répression/résistance était une partie importante, organique, du processus révolutionnaire. Il faut assumer cette dialectique comme partie intégrante de la tendance à la guerre de classes, un espace de maturation et de qualification de la lutte révolutionnaire.

Cette perspective prend un caractère concret avec le développement de nouveaux mouvements de masse, comme celui des Gilets Jaunes en France, des mouvements populaires au Chili, etc. Ces mouvements sont eux aussi issus de la crise générale du capitalisme, et ils expriment, par de nouvelles voies, l’aspiration des peuples à un changement de société. Ces mouvements sont confrontés à une répression très brutale, à laquelle ils offrent, ne serait-ce que par leur continuité, une résistance admirable. La défense des luttes dans la rue est l’une de nos préoccupations dans la période actuelle.

Les enjeux de la résistance du Rojava à l’agression fasciste turque concernent tout le mouvement révolutionnaire. Le destin politique de l’Europe est étroitement lié à celui du Moyen-Orient, et le Rojava est la principale ligne de front. On y voit s’opposer de la manière la plus nette et la plus radicale le projet de société nouvelle aux formes les plus barbares de répression et de réaction. Cet enjeu est assumé par les internationalistes (notamment ceux du Bataillon International de Libération) dont 48 ont payé de leur vie cet engagement. Notre campagne pour fournir les combattant·e·s du Rojava en matériel médical de première ligne est notre contribution modeste, mais effective. La délégation turque a souligné, à notre conférence, l’importance de l’internationalisme, dans toutes ses formes et à tous les niveaux d’action, dans cet affrontement d’une portée internationale.

Le succès du mois d’agitation pour Georges Abdallah est l’expression d’une autre facette de notre travail qui unit la défense des prisonnier·e·s révolutionnaires à la valorisation des causes qu’ils incarnent, dans le cas de Georges à la cause du peuple Palestinien. Cette mobilisation prend un sens tout particulier alors que les peuples arabes, notamment en Irak et au Liban, descendent dans la rue contre des régimes réactionnaires et corrompus.

Malgré les progrès du fascisme et de la réaction, impulsés par le système pour désamorcer les conflits que sa crise génère, les luttes de classes et populaires constituent une alternative puissante, à laquelle nous contribuons dans la mesure de nos moyens. Vous êtes une part de cette alternative, comme dans cette lutte contre la section spéciale d’isolement de la prison de l’Aquila, partie de la lutte contre la loi 41bis, qui a montré que la détermination et l’unité entre prisonnier·e·s révolutionnaires de différentes tendances, renforcée par la solidarité extérieure et intérieure, pouvait déboucher sur une victoire.

C’est en soulignant votre importance pour le processus révolutionnaire et en saluant votre résistance dans les prisons que nous vous adressons, cher·e·s camarades, nos salutations les plus chaleureuses.

Jeudi 7 novembre, Aidan James a été condamné à un an de prison pour être parti s’entraîner à combattre l’État islamique aux côtés des YPG. La cour criminelle de l’Old Bailey (à Londres) l’a condamné pour “formation au terrorisme”. Il était accusé d’avoir reçu en 2017 des entraînements au maniement d’armes en Syrie et en Irak donnés par le PKK qui figure sur la liste des organisations “terroristes” du Royaume-Uni. Il était revenu au Royaume-Uni en avion en février 2018 et avait immédiatement été placé en détention (voir notre article).

Aidan James

Aidan James

L’Allemagne est le pays d’Europe le plus empressé à endosser les procédures répressives venant de Turquie. C’est ainsi qu’en avril 2015, 10 membres de l’organisation ATIK (Confédération des Travailleurs de Turquie en Europe) avaient été arrêtés en Allemagne, France, Grèce et Suisse. Ceux qui n’avaient pas été arrêtés en Allemagne lui ont été livrés et y sont accusés d’appartenance au TKP-ML (Parti Communiste de Turquie – Marxiste-Léniniste). Le TKP-ML n’est pas une organisation illégale en Allemagne, mais bien en Turquie. Cependant, les lois 129a et 129b permettent à l’État allemand de poursuivre des personnes si elles sont membres d’une organisation considérée comme illégale dans un autre pays, ce qui est le cas du TKP-ML en Turquie. Le procès s’est ouvert à Munich en juin 2016 et est toujours en cours. Depuis, tous les inculpés ont été remis en liberté, notamment pour raisons de santé, plusieurs d’entre eux ayant été durement torturés en Turquie. Seul Müslüm Elma reste détenu à ce jour.

Müslüm Elma est né dans le Dersim d’une famille kurde et alévie. Politiquement actif au lycée et à l’université, il fut arrêté lors du putsch militaire de 1980 et abominablement torturé pendant quatre ans dans ce qui a été considéré comme la “pire prison du monde”, la prison n°5 de Diyarbakir. Libéré en 1992 et ré-arrêté l’année suivante, il sera une nouvelle fois libéré en 2002, à l’issue de la grande grève de la faim des prisonniers politiques qui fit une trentaine de morts parmi les prisonniers politiques. Souffrant des séquelles des tortures et de la grève de la faim et exposé à une nouvelle arrestation, Müslüm Elma quitte la Turquie et obtient l’asile politique en Allemagne en 2009 où il développera une activité importante au sein de l’ATIK jusqu’à sa dernière arrestation.

Ce vendredi 15 novembre, l’ATIK appelle à une journée internationale d’action pour la libération de Müslüm Elma. À Bruxelles, le Secours Rouge et l’ATIK organisent un rassemblement de 17h à 18h devant l’ambassade d’Allemagne, au 8-14 rue Jacques de Lalaing à 1040 Bruxelles (dans le quartier européen).

Le Parti Révolutionnaire des Communards/Forces unies de libérations (DKP / BÖG) a annoncé la mort d’une de ses dirigeante, Göze Altunöz (nom de guerre: Aynur Ada), et d’un de ses combattants, Yasin Aydın (nom de guerre: Imran Firtina). Göze Altunöz, la camarade Aynur, était une des membres fondatrice du DKP et de sa branche féminine. Ils combattaients dans les rangs du Bataillon Internationale de Libération.

Göze Altunöz (Aynur Ada) et Yasin Aydın'ı (İmran Fırtına)

 

 

Ceren Güneş, membre du comité central du DKP/BIRLIK (Parti Communard Révolutionnaire/Unité) et commandante du Bataillon International de Libération (IFB), est tombée au combat le 3 Novembre 2019 lors d’une opération militaire contre l’intervention militaire turque au Rojava. Elle était l’une des coordinatrices des volontaires internationaux de l’IFB, une femme courageuse qui luttait résolument contre le patriarcat et une combattante intrépide qui se battait au Rojava depuis 4 ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce samedi 2 novembre est une journée internationale d’action en soutien à la résistance du Rojava.
Dates des manifestations en France:
Bordeaux: 13H, Maison Citoyen
Lyon: 16H, Place Guichard
Marseille: 13H, Canabiere
Nîmes: 14H, Maison Carrée
Paris: 15H, Place de la République
Rennes: 13H, Place Colombier
Strasbourg: 14H, Place de la République
Toulouse: 14H, Metro Capitole
En Belgique:
Bruxelles: 16H, Place Victor Horta,

L'affiche de la mobilisation

Dans la nuit de lundi à mardi 15 octobre, un engin incendiaire a été jeté sur le balcon du premier étage du consulat de Turquie à Nantes et des tags contre le chef d’Etat turc (« dictateur fasciste », « Erdogan assassin »), accompagnés d’un « A » cerclé, ont été tracés sur la façade.  Vers 1 h 50 du matin, un témoin a appelé les pompiers, constatant un début d’incendie au niveau du balcon. Les sapeurs-pompiers ont éteint les flammes. La nuit suivante, vers 2h du matin, ce même consulat a été attaqué par trois personnes qui ont été interpellées. Le bâtiment était sous surveillance policière depuis l’attaque de la nuit précédente. De la peinture verte a été aspergée sur les murs du consulat et de l’essence répandue le long des grilles.

Le consulat turc badigeonné de peinture verte

 

Nous tentons habituellement de fournir quotidiennement les actualités du Rojava. Fournir ces informations est devenu incroyablement compliqué dans les dernières 48h, car une immense confusion règne diplomatiquement, militairement et politiquement. Nous ne prendrons donc aujourd’hui pas le risque de relayer des informations invérifiables. Au lieu de cela, le Secours Rouge a contacté une personne actuellement présente au Rojava pour tenter d’obtenir des éléments de réponse face à ce qui est probablement la situation la plus confuse en Syrie d’histoire récente.

“Cette nouvelle situation ne doit pas arrêter la solidarité qui a été construite ces derniers mois. Il y a des rassemblements massifs dans les rues et nous devons les poursuivre. Les télévisions ici sont pleines d’images des rassemblements de masse et il est très important qu’ils ne baissent pas en intensité et qu’ils puissent renforcer la résistance ici. Il ne faut pas que cette confusion amène à une situation où la solidarité faiblit. Nous devons continuer à descendre dans la rue, à élargir et à renforcer la solidarité. C’est ainsi que nous renforcerons nos amis, en faisant de la solidarité un facteur décisif dans cette guerre. Car la guerre n’est définitivement pas terminée, mais elle est devenue beaucoup plus complexe qu’avant, il ne s’agit plus uniquement des fascistes turcs présents à la frontière avec leurs frappes aériennes et leurs armements lourds, maintenant c’est devenu beaucoup plus compliqué. Le seul facteur qui peut aider les Kurdes et les internationalistes c’est la plus forte solidarité. Le mouvement se défend, Serekanye est un point très important que nous devons tenir, car elle n’est pas tombée. Il y a aussi beaucoup d’internationalistes et la résistance de Serekanye fonctionne toujours bien, elle travaille très dur et très bien. Donc nous devons appuyer la victoire de Serekanye, nous devons appuyer les forces de notre côté afin qu’elles soient capables de repousser l’ennemi. Nous devons faire un lien entre la solidarité là-bas et la résistance ici. Car beaucoup de gens sont partis, mais beaucoup de gens sont restés et sont prêts à se défendre et à défendre leur société. C’est une situation très étrange, c’est une bonne situation, nous ne devons pas paniquer, c’est calme, la vie continue. Renforcez la solidarité.”

Nous vous invitons donc à continuer à rejoindre les mobilisations en soutien au Rojava, comme celle qui aura lieu à Bruxelles demain (Schuman, 12h).

La décision prise ce soir par l’Auto-administration du Nord et de l’Est de la Syrie (“gouvernement du Rojava”) fait prendre un tournant historique au Rojava. Face à l’invasion turque, un accord vient d’être signé avec le régime syrien.

Extrait : “Durant les cinq dernières années, les crimes les plus odieux ont été commis contre des civils non-armés. Les FDS ont répondu avec dignité et courage, résultant en la mort de ses combattants, afin de sauver l’intégrité syrienne. Néanmoins la Turquie poursuit ses assauts. En conséquences, nous devions faire un accord avec le gouvernement syrien qui a le devoir de protéger les frontières du pays et de préserver la souvereineté syrienne, pour que l’armée syrienne puisse accéder et se déployer le long de la frontière turco-syrienne afin de soutenir les FDS pour repousser cette agression et libérer les zones pénétrées par l’armée turque et ces mercenaires embauchés. Cet accord offre l’opportunité de libérer le reste des territoires syriens et les villes occupées par l’armée turque comme Afrin et d’autres villes et villages syriens.” Un extrait plus long est disponible ici en anglais.

De larges mouvements de troupe sont déjà en cours depuis plusieurs heures : les YPG ont évacué la quasi-totalité de leurs forces entre Serekanye et Tal Abyad tandis que des convois de l’Armée Syrienne Arabe (ASA) faisaient route vers Manbij. Des informations non-confirmées indiquent également que le convoi de l’ASA aurait été bloqué par les militaires américains, et que la Russie a rétabli la no-fly zone au-dessus de Manbij et Kobane.

Sur la carte, les zones mauves entourées de rouge sont les zones conquises par la Turquie depuis le 9 octobre.