Mariam Abudaqa, 71 ans, arrivée en France de Gaza le mois passé, vient de faire l’objet d’un arrêté d’expulsion de France en raison de son appartenance au FPLP, et pour sa participation à une tournée de conférences en France sur les conditions de vie des Palestiniens de Gaza et/ou l’apartheid israélien. Pour ces raisons, Mariam constituerait, selon le gouvernement français, une menace à l’ordre public et augmenterait les « tensions entre communautés » en France. Mariam Abudaqa, née dans le village de Bani Suheila à l’est de Khan Younis (dans la bande de Gaza), a un doctorat en philosophie. Résistante à l’occupation israélienne, elle est une combattante pour les droits des femmes et un soutien aux prisonnières politiques palestiniennes. Elle vit habituellement à Gaza et y préside le conseil d’administration de l’association féministe : Palestinian Development Women Studies Association. Un recours en suspension de l’expulsion et un recours en annulation sont en cours.

Environ un millier de personnes qui s’étaient rassemblées dimanche à Berlin n’ont pas été autorisées à manifester en solidarité avec les Palestiniens. Toutes les manifestations pro-palestiniennes sontactuellement interdite en Allemagne. La police a exigé des manifestants réunis à la Potsdamer Platz de quitter la place, puis a attaqué le rassemblement. La police a frappé et arrêté plusieurs manifestants qui refusaient de quitter la place. Des incidents ont également eu lieu à la dernière manifestation pro-palestinienne (autorisée) à Londres: des manifestants se sont affrontés aux policiers Trafalgar square.

New-York compte 9 millions d’habitants dont près de 2 millions de juifs. Vendredi soir, à l’appel de l’organisation juive de gauche Jewish Voice for Peace (JVP), des milliers de personnes ont convergé vers le domicile du chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, lui-même de confession juive et qui doit se rendre avec d’autres parlementaires en Israël. Il a été sommé par la JVP d’”agir pour un cessez-le-feu immédiat”. Le JVP a exigé la “fin de 75 ans d’occupation militaire et d’apartheid par Israël, avec la complicité des Etats-Unis”. Les manifestants portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire “Des Juifs disent stop au génocide des Palestiniens”, « Les Juifs contre l’apartheid » ou « Les descendants juifs des survivants de l’Holocauste contre l’apartheid israélien » et scandaient « Pas en notre nom » et « Plus d’armes pour Israël ». La police a procédé à l’arrestation de dizaines de personnes, sans doute une centaine, de 20 à 85 ans, dont deux élus de New York, des rabbins et des descendants de survivants de l’Holocauste…

Plusieurs manifestations propalestiniennes avaient été interdites sur le territoire français depuis l’attaque du Hamas contre Israël. Elles le seront désormais systématiquement, a annoncé le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. En plus, Darmanin annonce avoir « dressé onze article 40 » concernant des associations et des individus concernant entre autres le collectif « Palestine vaincra », le « Comité Action Palestine » et le parti des « Indigènes de la république ». Le dernier bilan de la répression de la manifestation de Paris est de 19 arrestations et 752 verbalisations, Parmi les verbalisations émises par la police, plusieurs manifestants ont évoqué des amendes de 135 euros pour avoir arboré un drapeau ou un symbole en lien avec la Palestine. Vendredi soir, treize personnes ont été interpellées lors d’un rassemblement de soutien au peuple palestinien à Strasbourg. Partout ailleurs des manifestations de masse ont eu lieu (sans incident) pour protester contre le massacre des Gazaouis, comme à Londres (photo), Manchester ou à New-York.

Un rassemblement de solidarité aura lieu demain dimanche à 15H place Bethléem, à 1060 Bruxelles

Après la manifestation de plusieurs milliers de personnes hier, à Paris, qui a été chargé par la police (voir ici), plusieurs autres manifestations ont été interdites pour ce vendredi. A Toulouse, malgré l’interdiction et l’annulation par les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne à Toulouse, un rassemblement s’est tenu qui a été dispersées par des gendarmes mobiles à l’aide de gaz lacrymogènes. A Saint-Nazaire, des manifestants se sont rendue au point de rassemblement quadrillé par un dispositif policier; deux d’entre elles ont été verbalisées pour « participation à une manifestation interdite ». La préfecture de police des Bouches-du-Rhône a saisi le parquet après le maintien de deux manifestations pro-palestiniennes ce mardi (photo) et ce mercredi à Marseille qui étaient interdites. Mercredi, un organisateur et une manifestante avaient été arrêtés. Malgré les interdictions, d’autres manifestations ont eu lieu comme à Rennes, à Bordeaux ou à Lille, où il y a eu dix interpellations pour « rébellion » et « refus de se disperser ».

Les informations sur la bataille « Déluge d’Al Aqsa » inondant les médias, nous nous limiterons des compléments d’information, comme cette déclaration publiée hier par le FPLP:

C’est le jour où la nature de la lutte et la dignité de la nation arabe ont été recouvrées. Les rocs inébranlables issus des rangs de la résistance se sont unis pour répondre à l’appel de la Palestine, à l’appel d’Al-Qods et d’Al-Aqsa, au cours duquel l’essence du conflit est retrouvé et l’honneur de la nation arabe rétabli. Ils sont déterminés à remporter une victoire stratégique sur l’ennemi dans une bataille qui ouvrira la porte du retour et redéfinira l’histoire de la Palestine et de la région.
Le Front populaire exhorte notre peuple héroïque à participer activement à travers la Palestine à la bataille du déluge d’Al-Aqsa. Chacun, depuis sa position respective et avec les moyens qu’il possède, doit attaquer l’armée ennemie et ses colons, couper ses voies d’approvisionnement, saboter ses installations vitales, et poursuivre les envahisseurs sionistes terrifiés face aux frappes de la résistance, en les frappant sur chaque centimètre du sol palestinien.
Le Front insiste sur son appel à tous ceux qui portent des armes, en particulier les membres des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, à s’engager dans la bataille du peuple palestinien contre son ennemi et à prendre la position naturelle de tout Palestinien libre qui se bat pour se libérer de l’occupation et atteindre les objectifs et les droits de tout notre peuple.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Ce samedi 30 septembre, plus de 200 policiers berlinois ont encerclé un rassemblement en solidarité avec Kayed Fasfous, en grève de la faim depuis plus 60 jours, et en soutien à Zaid Abdulnasser, coordinateur de Samidoun en Allemagne qui est menacé de se voir retirer son titre de séjour en Allemagne en tant que réfugié palestinien de Syrie en raison de ses activités politiques en faveur de la Palestine. Les policiers ont nassé les manifestants qui s’étaient rassemblés dans la Sonnenallee, près de la Hermannplatz. Les policiers ont inspecté chaque image et chaque texte, employant un traducteur pour traduire le texte arabe, y compris les calligraphies décoratives sur les sacs ou les t-shirts des participants. Ils ont successivement exigé que les drapeaux de Samidoun ne soient pas hissés, que les drapeaux et les pancartes à l’effigie de Georges Ibrahim Abdallah soient retirés. La police a ensuite menacé d’annuler le rassemblement si les participants chantaient “Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre”. Les manifestants ont refusé de céder. Après de nombreux chants, la police a dispersé le rassemblement et arrêté six manifestants, leur donnant des amendes et les relâchant peu après, pour avoir chanté “De la rivière à la mer, la Palestine sera libre”.

 

Le maire de New York, Eric Adams, a rencontré mercredi des responsables israéliens de la police et de la sécurité pour discuter des technologies de sécurité publique. Adams, un ancien capitaine de police, a demandé aux responsables de la police de New York d’envisager d’adopter des éléments du système israélien de sécurité. Il a ainsi fait l’éloge des méthodes utilisées par la police israélienne pour « gérer stratégiquement et avec succès une grande foule ». Adams a ajouté que la ville de New York étudierait notamment la manière dont Israël combine l’utilisation d’agents en motos et de drones pour orienter les unités d’intervention. Adams a ensuite rencontré des représentants de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, mais a refusé de fournir toute information sur les détails de la réunion.