Dimanche 28 février, à Bruxelles, une action a eu lieu en soutien à la militante féministe Khitam Saafin, ainsi qu’à tou·te·s les prisonnier·es incarcéré·es par le régime israélien. Une banderole a été déployée devant l’ambassade israélienne et ses soldats, et la façade a été taguée de messages « BDS ». Khitam Saafin est la présidente de l’Union des comités de femmes palestiniennes. Elle a été condamnée par une cour militaire israélienne à 4 mois de détention administrative après avoir été arrêtée avec 6 autres militant·es palestinien·nes le 2 novembre dernier (voir notre article). Ce n’était pas la première fois ; elle avait déjà été arrêtée par les forces d’occupation israélienne en 2017 et condamnée à 3 mois de détention administrative (voir notre article). Plus d’infos ici.

Action de solidarité avec Khitam Saafin, prisonnière féministe palestinienne

Action de solidarité avec Khitam Saafin, prisonnière féministe palestinienne

Samidoun est une organisation internationale, arabe et palestinienne indépendante qui se mobilise pour la libération de près de 5.000 prisonnier·e·s politiques palestinien·ne·s dans les prisons israéliennes. Elle plaide pour le boycott d’Israël et défend le droit des Palestinien·ne·s à résister à l’occupation, à l’apartheid et à l’oppression, ainsi que le droit de tous les réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers et sur leurs terres. C’est une organisation sans personnel rémunéré à plein temps et qui ne collecte de fonds que pour soutenir ses propres campagnes politiques publiques. Elle a des sections aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en Suède, au Brésil, en Grèce et en Palestine occupée, et un réseau d’organisations membres dont le Collectif Palestine Vaincra en France.

Samidoun vient d’être désignée comme « organisation terroriste » par le ministre israélien de la Défense et criminel de guerre Benny Gantz. Il s’agit d’une attaque contre le mouvement des prisonnier·e·s palestinien·ne·s ainsi que contre le droit des Palestinien·ne·s en exil et de la diaspora à s’organiser. C’est également une tentative de détourner l’attention du problème auquel sont confrontés des centaines de responsables sionistes – dont Gantz lui-même – qui craignent les prochaines étapes des enquêtes de la Cour pénale internationale (CPI) après sa dernière annonce le 5 février 2021 affirmant qu’elle a l’autorité d’enquêter sur les crimes de guerre dans les territoires palestiniens occupés. En savoir plus

 

Des centaines d’étudiants palestiniens sont régulièrement détenus par l’occupation israélienne. Rien qu’à l’université de Bir Zeit, environ 74 étudiants furent détenus au cours de l’année universitaire 2019-2020. Ils font partie des quelque 5 000 prisonniers politiques palestiniens détenus par Israël. Le travail d’organisation des étudiants, qui va de la simple tenue de salons du livre jusqu’à l’organisation d’événements et la participation aux élections étudiantes, est criminalisé par l’occupant. Une fois arrêtés, les étudiants palestiniens sont régulièrement soumis à des positions de stress et étirés sur des chaises, suspendus aux murs et forcés à se tenir sur la pointe des pieds, privés de sommeil, menottés, soumis à des pressions physiques sur leur blessures et battus.

Les étudiants palestiniens peuvent être envoyés en détention administrative : forme de détention sans accusation ni procès, indéfiniment renouvelable par périodes de six mois. Les Palestiniens passent couramment des années en prison sans inculpation, sans procès et sans véritable contestation de la privation de leurs droits. Ils peuvent être traduits devant les tribunaux militaires israéliens, qui condamnent plus de 99% des Palestiniens qui y sont jugés. Une campagne est lancée en solidarité avec eux: voir ici

Deux Palestiniens ont été blessés hier vendredi alors que les forces d’occupation israéliennes attaquaient des dizaines de militants qui manifestaient, comme chaque semaine, contre la construction de colonies coloniales israéliennes dans le village de Kafr Qaddum, près de la ville de Qalqilia en Cisjordanie. Les soldats israéliens avaient tiré des balles recouvertes de caoutchouc, des grenades et des gaz lacrymogènes sur les manifestants, blessant l’un d’entre eux avec une grenade et provoquant de nombreux cas d’étouffement par inhalation de gaz. Deux des blessés avaient été transférés dans un hôpital voisin pour des soins médicaux après avoir été respectivement blessés à la tête et au dos. Les autres blessés ont été soignés sur les lieux par des médecins locaux.

 

Deux Palestiniens ont été blessés par des balles de métal recouvertes de caoutchouc, et un troisième a été contusionné, après avoir été renversé par un véhicule des forces d’occupation israéliennes lors d’affrontements qui ont éclaté dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie. Ces Palestiniens ont été blessés dans la répression des manifestations ont fait suite à un raid des forces israéliennes venues arrêter un ancien prisonnier, Osama Nasser Hassan Salah, après avoir perquisitionné son domicile dans la vieille ville de Jénine.

Un certain nombre de Palestiniens ont souffert de suffocation lundi matin après que des affrontements aient éclaté avec les forces d’occupation israéliennes dans le village de Jaba ‘, au sud de la ville de Jénine en Cisjordanie. Les troupes d’occupation ont pris d’assaut le village et tiré des balles et des grenades lacrymogènes contre les jeunes qui protestaient, laissant des dizaines d’entre eux étouffés.

Au moins trois Palestiniens ont été blessés vendredi dans des affrontements avec des soldats israéliens dans diverses régions de Cisjordanie. Les soldats israéliens ont dispersé des dizaines de manifestants à l’est de la ville de Qalqilya, au nord de la Cisjordanie, en utilisant des balles en métal recouvertes de caoutchouc et des cartouches de gaz lacrymogène.

Qalqilya

 

Du 15 au 23 janvier 2021, le réseau Samidoun appelaient à une semaine internationale de mobilisation pour la libération d’Ahmad Sa’adat, secrétaire général du FPLP emprisonné par l’occupation israélienne (voir notre article). Plusieurs initiatives ont eu lieu en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suède, en France, en Irlande, en Angleterre, en Italie, en Suisse, en Grèce, en Tunisie, aux États-Unis, aux Philippines et en Palestine. Dimanche 24 janvier à Paris, une soixantaine de personnes se sont rassemblées afin d’exiger la libération de Sa’adat mais aussi Georges Abdallah et tous les prisonniers palestiniens. Parallèlement, un stand de solidarité a été organisé à Toulouse (voir notre article) et des photos de soutien ont été réalisées à Genève (voir ici). À Bruxelles, plusieurs collages ont eu lieu afin d’exiger la libération de Sa’adat et Georges Abdallah.

Rassemblement dimanche à Paris

Dans le cadre de la Semaine internationale d’actions pour la libération d’Ahmad Sa’adat (secrétaire général emprisonné du FPLP), le Collectif Palestine Vaincra a organisé un stand de solidarité samedi 16 janvier dans le centre-ville de Toulouse. À cette occasion, différentes banderoles et affiches exigeaient la libération d’Ahmad Sa’adat, de Georges Abdallah et de Khalida Jarrar. Par ailleurs, des centaines de flyers ont été distribués et des dizaines de photos de solidarité ont été prises en soutien au leader de la gauche révolutionnaire palestinienne. D’autres initiatives ont également eu lieu ou sont en préparation en Palestine et dans différents pays européens.