Aujourd’hui à Lannemezan, plus de 600 personnes ont manifesté devant la prison où est détenu Georges Abdallah, combattant de la résistance palestinienne. En dépit du contexte difficile, c’est la plus grande manifestation de soutien au plus ancien prisonnier politique d’Europe !

A Bruxelles, une initiative pour Georges a eu lieu devant les bureaux d’Air France:

 

Samedi 24 octobre à 14h, partira la 10e manifestation vers la prison de Lannemezan pour exiger haut et fort la libération de Georges Abdallah, qui entamera ce jour-là une 37e année de prison.
Et ceci dans le respect des règles sanitaires.
Départ des cars :
☞ MARSEILLE : RDV 5h30/5h45 à la gare St Charles. Départ à 6h. Arrêts à Martigues, Nîmes et Montpellier (07 68 50 21 65)
☞ PAU : l’AFPS-Pau propose un covoiturage : rdv 12h30 parking du Jaï Alaï, 458 boulevard du Cami Salié
☞ PARIS : RDV vendredi 23 octobre à 20h place de la République (départ impératif à 21h) campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com
☞ TOULOUSE : RDV 11h30 au métro Basso Cambo (ligne A) collectifpalestinevaincra@gmail.com
☞ BORDEAUX : RDV à 8h30 Place Ravezies (tram C) pour un départ à 9h liberonsgeorges33@riseup.net

Georges Abdallah est un militant communiste libanais et combattant de la cause palestinienne emprisonné en France depuis 1984 et libérable depuis 1999. Samedi 24 octobre prochain, une manifestation nationale est organisée à 14H devant les portes de la prison de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) où il est incarcéré à l’occasion de son entrée dans sa 37ème année d’incarcération. Des départs en bus sont organisés depuis plusieurs grandes villes de France, pour s’inscrire :
– Toulouse : collectifpalestinevaincra@gmail.com
– Paris/Ile-de-France : campagne.unitaire.gabdallah@gmail.com
– Bordeaux : liberonsgeorges33@riseup.net
– Marseille/Martigues/Nîmes/Montpellier : 0613205151 (Adil)

Samedi 26 septembre, un stand de solidarité pour la libération de Georges Abdallah était organisé en centre-ville de Toulouse par le Collectif Palestine Vaincra. Pendant plus de deux heures, des milliers de flyers ont été distribués et beaucoup de personnes ont affirmé leur solidarité. Un calicot sur l’histoire et le combat de Georges Abdallah était également déployé et a reçu un vif intérêt. Cette initiative s’inscrit dans le mois de mobilisation (voir notre article) qui se clôturera par une manifestation le samedi 24 octobre à Lannemezan devant la prison où il est détenu.

Samedi 12 septembre, la Campagne unitaire pour la libération de Georges Abdallah (Ile-de-France) a organisé une soirée solidaire qui a réuni plus de 70 personnes. À cette occasion, Georges Abdallah a rédigé une déclaration. Dans celle-ci, il affirme notamment : “Nous savons pertinemment que les divers mouvements sociaux qui occupent le devant de la scène ces jours-ci ne peuvent vaincre que dans la mesure où ils arrivent à se débarrasser des scories de la bourgeoisie. Et c’est à ce moment et seulement à ce moment-là que le « bloc social révolutionnaire » s’acquittera de sa tâche en tant que Sujet de l’Histoire. C’est dans le processus de la lutte que se construit l’identité de la classe et que se précise son rôle politique. Nous ne devons jamais perdre de vue que le bloc historique des travailleurs se construit et se structure dans la dynamique globale de la lutte dans toutes ses composantes.” (lire la déclaration)

Samedi 12 septembre, soirée de solidarité à Paris pour Georges Abdallah.

Mardi 1er septembre, un rassemblement d’une centaine de personnes étaient organisé devant l’ambassade de France au Liban pour exiger la libération immédiate de Georges Abdallah, communiste libanais emprisonné en France depuis 1984 et libérable depuis 1999. Cette initiative s’inscrivait dans le cadre des mobilisations contre la venue du président français Emmanuel Macron au Liban afin de dénoncer l’acharnement de l’État français contre Georges Abdallah (voir notre article). À la fin du rassemblement, l’armée a utilisé des gaz lacrymogènes contre la foule qui tentaient de franchir le barrage l’empêchant d’accéder à l’ambassade.

À l’appel de plusieurs comités de soutien, une large campagne sur Twitter avec le hashtag #MacronLibérezAbdallah est organisée lundi 31 août à 18H (Belgique/France) à l’occasion de la venue d’Emmanuel Macron à Beyrouth. Lors de sa précédente visite, le président français avait été interpellé à plusieurs reprises à propos du maintien en détention de Georges Abdallah, communiste libanais emprisonné en France depuis 1984 (voir notre article).

Hier, lors de la visite du président français, Emmanuel Macron à Beyrouth, plusieurs groupes de plusieurs dizaines de personnes ont chanté le nom de George Abdallah pour réclamer sa libération. Cette visite se déroule suite à la double explosion survenue dans la ville mardi 4 août. Emmanuel Macron prétend être venu apporter une aide humanitaire. Mais de nombreuses personnalités libanaises ont dénoncé un double discours néo-colonial soulignant que l’objectif de Macron est avant tout d’imposer des réformes structurelles au pays selon les besoins et les exigences du FMI. Le meilleur exemple de ce double discours est le maintien en prison par la France de Georges Abdallah. Plus d’infos ici.

Macron interpellé par la population de Beyrouth qui réclame la libération de George Abdallah

Macron interpellé par la population de Beyrouth qui réclame la libération de George Abdallah

Le 26 juin dernier, Ahmad Sa’adat (secrétaire général du FPLP emprisonné par l’occupation israélienne) a publié une déclaration en soutien au Collectif Palestine Vaincra et à propos de son analyse de la période actuelle. Il y déclare en particulier : “Je vous assure que nous sommes avec vous et à vos côtés dans les tranchées du camp de la révolution internationale pour vaincre le système impérialiste capitaliste mondialisé, mettre fin à l’oppression de classe et nationale et à la discrimination fondée sur la race, la couleur de peau, le sexe et la religion, et construire un nouvel ordre international fondé sur la justice, l’égalité entre les peuples et la répartition équitable des richesses – un système permettant de rendre l’humanité volée aux personnes torturées.” (lire ici la déclaration dans son intégralité)

Parallèlement, Georges Abdallah a publié une déclaration à l’occasion de la manifestation parisienne contre le plan d’annexion de la Cisjordanie occupée du samedi 27 juin. Le communiste libanais enfermé en France depuis 1984 souligne à cette occasion que “Dans des conditions particulièrement difficiles, les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires se battent sans relâche, depuis la fin des années soixante. L’émergence et l’affirmation de la révolution palestinienne contemporaine suite à la défaite de la bourgeoisie arabe et ses divers régimes en 1967, a certes suscité l’enthousiasme des masses populaires et des forces vives dans le monde arabe, surtout dans le Machrek… Cependant les réactionnaires de tous bords n’ont jamais voulu, et ne peuvent pas vouloir, cohabiter avec ce foyer révolutionnaire dans cette région et cautionner en quelque sorte une réelle Résistance à l’entité sioniste qui, soi dit en passant, n’est pas simplement un instrument parmi tant d’autres au service de l’impérialisme pour le pillage et la domination de la région. Il est en fait un prolongement organique de l’impérialisme occidental.” (lire la déclaration dans son intégralité)