Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Mardi 11 février, plusieurs milliers de libanais·es manifestaient à Beyrouth pour dénoncer le nouveau gouvernement dirigé par Hassan Diab et s’opposer au vote de confiance de celui-ci par le parlement. Des affrontements ont éclaté entre contestataires et les forces de de sécurité faisant quelque 200 blessés dont plusieurs ont été hospitalisé·es.  Les manifestant·es ont lancé des pierres sur les forces de sécurité et sur les murs protégeant le parlement. Ils ont également tenté de bloquer le chemin des députés. Les forces de sécurité ont quant-à-elle utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Plusieurs groupes de manifestant·es se sont également attaqué aux voitures des députés et des ministre qui se rendaient au parlement. Un groupe a ainsi encerclé la voiture d’un ministre, la recouvrant d’œufs et l’attaquant à coups poings avant que l’armée et des forces de police ne les repoussent. Un autre groupe a également attaqué un député dans sa voiture. Enfin, des manifestant·es ont incendié une banque dans le centre ville. On dénombre plusieurs arrestations dont, Mohamed, un membre de la direction de la jeunesse et des étudiants du Parti Communiste Libanais. Un rassemblement était prévu aujourd’hui pour exiger sa libération.

 Affrontements entre manifestant·es et forces de sécurité au Liban

Trois mois après la démission de Premier ministre Saad Hariri, le Liban s’est finalement doté d’une nouvelle équipe ministérielle. Mais les Libanais qui réclamaient un gouvernement détaché d’une classe politique corrompue se sentent floués. Le nouveau gouvernement a été formé mardi avec 20 ministres soutenus par les deux partis politiques chiites, le Hezbollah et le Mouvement Amal. Les affrontements ont repris mercredi soir, les manifestants exprimant leur désapprobation à l’égard du nouveau cabinet qui a tenu sa première réunion plus tôt dans la journée.  Au moins 52 personnes ont été blessées mercredi soir lors de violents affrontements entre des centaines de manifestants et les forces de sécurité dans le centre-ville de Beyrouth. 12 des blessés ont été envoyés à l’hôpital tandis que 40 autres ont été traités sur place. Les protestations nationales se poursuivent au Liban depuis le 17 octobre 2019.

Les affrontementsq hier mercredi à Beyrouth

 

 

Pour le deuxième soir consécutif, des centaines de manifestants se sont rassemblés dimanche dans le centre-ville de Beyrouth, à l’entrée d’une avenue menant au Parlement. Aux cris de “Révolution, Révolution”, ils ont jeté des pierres et des pétards sur les policiers bloquant l’avenue. Ces derniers ont tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Les affrontements de samedi et de dimanche ont blessé plus de 500 personnes, au moins quarante-cinq manifestants ont été hospitalisés, dont plusieurs avec des fractures du crâne. Les policiers sont venus les arrêter et maltraiter des manifestants blessés jusque dans les hôpitaux. Dimanche en fin de soirée et face au nuage de gaz lacrymogène et aux pluies diluviennes, les manifestants se sont retirés du principal point de rassemblement et les heurts ont cessé, tandis que les policiers tabassaient les manifestants arrêtés dans leurs locaux.  En trois mois de contestation, la colère n’a fait que grandir parmi les manifestants qui fustigent l’inertie des dirigeants, ont été d’une violence inédite depuis le début, le 17 octobre, de la contestation contre une classe politique corrompue.

Arrestation d'un manifestant dimanche à Beyrouth

Parmi les manifestations, des initiatives et des appels pour la libération de Georges Abdallah, comme ici, samedi soir, devant l’association des banques libanaises:

Quelques dizaines de manifestant·e·s étaient rassemblé·e·s ce 19 janvier devant l’ambassade du Liban à Bruxelles, en soutien aux luttes des peuples libanais et palestinien, pour la libération de Georges Abdallah et Ahmad Sa’adat. Le rassemblement faisait suite à un appel international lancé par le SRI, Samidoun et le Secours Rouge Arabe pour ce 19 janvier, ainsi qu’à l’appel à une semaine d’actions solidaires avec Ahmad Sa’adat. Georges Abdallah, militant révolutionnaire libanais, est emprisonné depuis 35 ans en France pour avoir participé à des actions contre le Mossad et la CIA à Paris. Il se retrouve aujourd’hui parmi les symboles de la révolte populaire qui secoue le Liban.

Le soulèvement du peuple libanais contre la corruption et les politiques économiques qui visent à faire payer au peuple la crise du système s’inscrit dans un vaste mouvement de luttes qui traverse les continents. Parmi les moyens utilisés par les élites pour diviser les peuples : le confessionnalisme et le communautarisme. Cette pratique du « diviser pour régner » est profondément ancrée au Liban : instituée par les Français, elle a été reprise par toutes les forces dominantes : semi-féodales, compradores et bourgeoises.

Et c’est une des grandes qualités du soulèvement de ces dernières semaines d’unir les ouvriers, intellectuels, travailleurs agricoles, étudiants, et membres de la petite-bourgeoisie indépendamment de leurs confessions et communautés respectives. La violence de la réaction des partis communautaristes, qui lancent leurs miliciens contre les manifestants avec la complicité des forces de sécurité, montre l’importance de l’enjeu. Important aussi est la présence, dans le mouvement, de la revendication de la libération de Georges Abdallah. Georges Abdallah est une figure internationale qui incarne la résistance anti-impérialiste et anti-sioniste. Il incarne aussi cet héritage révolutionnaire qui, tournant le dos au communautarisme, a mis en avant l’internationalisme révolutionnaire comme élément central de la libération entre les peuples.

La figure de Georges Abdallah rappelle aussi l’importance de la lutte pour une Palestine libre, laïque et démocratique. Les capitulation d’Oslo, les perspectives d’un « État arabo-musulman » à côté d’un « État juif » ne peuvent satisfaire que ces élites qui collaborent avec l’impérialisme et qui font leur fortune sur le dos de leur peuple. Faut-il rappeler qu’Ahmad Sa’adat, secrétaire général du FPLP, la principale force s’opposant aux accord d’Oslo, a été emprisonné par l’Autorité Palestinienne avant de l’être par Israël ? Pour soutenir la lutte du peuple libanais et pour appeler à la libération de Georges Abdallah, pour soutenir la lutte du peuple palestinien et pour appeler à la libération d’Ahmad Sa’adat, le Secours Rouge International, le « Liban se soulève », le Secours Rouge Arabe, et Samidoun appellent à une Journée internationale d’action dimanche 19 janvier.

Volet bruxellois de cette journée d’action : un rassemblement aura lieu devant l’ambassade libanaise, Avenue Franklin Roosevelt 101, à 1050 Bruxelles, le 19/1 à 18h.

Après une pause qui a coïncidé avec les fêtes de fin d’année, les manifestations populaires ont repris depuis samedi. Mercredi, des rassemblements ont eu lieu à Beyrouth, mais aussi à Tripoli (nord) et à Nabatieh (sud) notamment.. “À bas le règne de la banque” ou encore “Riad Salamé a provoqué la faillite du Liban”, en allusion au gouverneur de la Banque centrale, ont scandé mardi les manifestant à Beyrouth,s alors que les forces de sécurité et l’armée ont imposé de strictes mesures de sécurité dans le secteur. Mardi soir, la police y avait fait usage de lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants alors que des banques ont été vandalisées. Trente-sept personnes ont été blessées et hospitalisées, selon la Croix-Rouge libanaise et dix ont été traitées sur place. Les forces de sécurité ont annoncé 59 arrestations. Mercredi soir, des centaines de manifestants se sont également dirigés devant le commissariat de Hélou, un autre secteur de la capitale, où ils ont bloqué la route et scandé des slogans réclamant la libération des détenus, avant que des affrontements n’éclatent entre eux et les forces de sécurité, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes.

Une banque attaquée mardi à Beyrouth

Au moins cinq personnes ont été blessées lundi lors d’affrontements entre des manifestants et l’armée libanaise dans la ville méridionale de Sidon. Les affrontements sont survenus alors que les manifestants tentaient de bloquer des routes. Des milliers de manifestants étaient descendus dans les rues de différentes régions du pays, y compris la capitale Beyrouth et Tripoli, pour insister sur leurs revendications. Les gens ont bloqué les routes tout en scandant des slogans contre les politiciens et la banque centrale, les tenant responsables de la détérioration financière et économique du pays. Des manifestations à l’échelle nationale ont commencé le 17 octobre 2019 contre la classe dirigeante libanaise, entraînant la démission de l’ancien Premier ministre et la nomination d’un successeur. Cependant, celui-ci n’a jusqu’à présent pas réussi à former un nouveau cabinet en raison de l’intervention de différents partis politiques et de leurs querelles sur les parts dans le nouveau gouvernement. Pendant ce temps, les manifestants demandent un gouvernement indépendant capable de lutter contre la corruption et mettent en œuvre de sérieuses réformes structurelles pour sauver le système financier du pays d’un effondrement imminent.

Une ambulance emporte un manifestant blessé à Sidon

Des affrontements violents ont éclaté entre un groupe de manifestants et les forces de police devant la banque centrale du Liban, alors que le pays traverse actuellement sa pire crise économique et financière depuis des décennies, ce qui a provoqué des protestations dans tout le pays.  Les manifestants ont également distribué des tracts disant ” Nous ne payons pas “, appelant tous les Libanais à cesser de payer des taxes et des frais au gouvernement et à s’abstenir de rembourser les prêts aux banques jusqu’à ce qu’ils puissent obtenir la totalité de leurs droits. Les forces de sécurité sont intervenues et ont déclenché de fortes confrontations avec les manifestants lorsqu’ils ont tenté de bloquer la route.

Devant le siège de la banque du Liban

Dossier(s): Non classé Tags: ,

La contestation au Liban se poursuit en même temps que la répression qui l’accompagne. Des dizaines de personnes ont été blessées dans des heurts survenus samedi 14 décembre, dans la soirée, à Beyrouth. Les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser des manifestants antipouvoir. A deux jours de consultations parlementaires organisées pour tenter de nommer un nouveau premier ministre, les manifestants s’étaient rassemblés samedi dans le centre de la capitale pour dénoncer l’ensemble de la classe politique. Les heurts ont éclaté lorsque des manifestants ont tenté de franchir un barrage de police bloquant l’entrée d’une avenue qui mène au Parlement, avant de se poursuivre ailleurs en centre-ville. La Croix-Rouge libanaise a transporté quinze blessés vers des hôpitaux et soigné trente-sept personnes sur place. De son côté, la défense civile libanaise a annoncé avoir transporté trente-six blessés vers des hôpitaux, tandis que cinquante-quatre personnes ont été soignées sur place.

Les affrontements de samedi à BeyrouthLes affrontements de samedi à Beyrouth