Le 9 novembre 2020,  la féministe et dirigeante palestinienne Khitam Saafin a été condamnée par une cour militaire israélienne à six mois en détention administrative, sans inculpation ni procès. Présidente de l’Union des comités de femmes palestiniennes, elle a été arrêtée avec six autres militants le 2 novembre 2020.  Elle a déjà été arrêtée par les forces d’occupation israéliennes en 2017 et condamnée à trois mois de détention administrative.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Plusieurs jeeps de l’armée israélienne sont entrées, vendredi à l’aube, le village de Beit Dajan, à l’est de la ville de Naplouse, au nord de la Cisjordanie. Les soldats ont envahi le centre de la ville et ont tiré un barrage de bombes à gaz et de stun-grenades sur les manifestants locaux. L’armée envahit fréquemment le village en raison des protestations en cours contre l’annexion des terres palestiniennes par Israël, dans la partie orientale du village, pour étendre les colonies illégales. La dernière invasion pourrait être une tentative d’empêcher les Palestiniens de faire le manifestation pendant la journée. Par ailleurs, plusieurs colons israéliens ont détruit des canalisations d’eau et des poteaux électriques dans le village d’as-Sawiya, au sud de Naplouse.

Les autorités de l’occupation israélienne viennent de classer le Pôle étudiant démocratique progressiste (la branche étudiante du Front Populaire de Libération de la Palestine – FPLP) comme « terroriste ». Troisième organisation étudiante de l’Université de Birzeit en Cisjordanie occupée, elle regroupe des milliers de sympathisant·e·s qui sont régulièrement la cible de campagnes d’arrestations et d’intimidations. Plus d’infos ici.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Des journalistes israéliens ont dévoilé une campagne de propagande mondiale contre le mouvement des droits palestiniens, Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS). Le ministère des Affaires stratégiques a autorisé 37 millions de dollars pour placer sa publicité comme s’il s’agissait d’informations journalistiques dans les médias du monde entier. Le média numérique israélien 972 Magazine a notamment fait écho à une enquête ouverte en 2017 par le journaliste Itamar Benzaquen qui a révélé que le ministère des Affaires stratégiques de l’État d’Israël avait versé d’importantes sommes d’argent au Jerusalem Post pour publier des contenus contre BDS. Au cours des dernières années, des rapports similaires ont été publiés par des journalistes et des médias du monde entier. Plus d’infos ici.

Rassemblement du mouvement BDS à Valence

Rassemblement du mouvement BDS à Valence

Les autorités israéliennes ont entamé des démarches pour expulser l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, arrêté brièvement au début de l’été (voir notre article). Salah Hamouri est accusé par Israël – malgré ses dénégations – d’être membre du Front populaire de libération de la Palestine. Il avait été arrêté le 30 juin à Jérusalem, puis libéré après une semaine de détention (voir notre article). Pour être libéré, Salah Hamouri, qui défend comme avocat des prisonniers palestiniens, a dû payer une caution, s’engager à ne pas parler pendant trois mois à certaines personnes et se tenir prêt à se rendre “disponible pour d’éventuelles convocations de la justice”. Mais, jeudi 3 septembre, le ministre israélien de l’Intérieur Arié Dery, figure de proue du parti ultra-orthodoxe Shass, a informé Salah Hamouri de son intention de “révoquer son statut permanent en Israël”.  Les Palestiniens nés à Jérusalem (et c’est le cas de Salah Hamouri) n’ont pas la nationalité israélienne, à moins d’en faire la demande, mais bénéficient d’un permis de résidence permanent les autorise à vivre et travailler sur le territoire. Sans ce permis, Salah Hamouri serait donc expulsé et contraint à l’exil.

Salah Hamouri

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Des dizaines de Palestiniens ont été blessés lors d’affrontements avec des soldats israéliens arrivés hier dimanche 11 octobre pour procéder à des arrestations dans un camp de réfugiés près de Ramallah. 53 personnes ont été traitées médicalement, dont dix personnes blessées par balles réelles. Treize autres ont été blessés par balles en caoutchouc et le reste par des gaz lacrymogènes. Les résidents du camp de réfugiés d’Amari ont rapporté que l’armée israélienne avait bloqué plusieurs routes dans la région avant qu’un grand nombre de soldats n’entrent dans le camp et arrêtent trois personnes.

Un des blessés de samedi à Ramallah

Quinze Palestiniens ont été blessés par balle en caoutchouc vendredi 2 octobre dans des heurts avec l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie occupée, lors d’une manifestation marquant le 20e anniversaire de la seconde Intifada. Les 15 manifestants ont été blessés dans le village de Kfar Qaddum, près de Naplouse. Quatre d’entre eux ont été transportés à l’hôpital et les autres soignés sur place. Les services de santé ont du aussi porté secours à des dizaines de manifestants ayant inhalé des doses massives de gaz lacrymogène tiré par les forces israéliennes.

Heurts entre manifestants palestiniens et forces de sécurité israéliennes, le 2 octobre à Kfar Qaddoum

Samedi 26 septembre, un stand de solidarité pour la libération de Georges Abdallah était organisé en centre-ville de Toulouse par le Collectif Palestine Vaincra. Pendant plus de deux heures, des milliers de flyers ont été distribués et beaucoup de personnes ont affirmé leur solidarité. Un calicot sur l’histoire et le combat de Georges Abdallah était également déployé et a reçu un vif intérêt. Cette initiative s’inscrit dans le mois de mobilisation (voir notre article) qui se clôturera par une manifestation le samedi 24 octobre à Lannemezan devant la prison où il est détenu.

Le Dr Issam Hijjawi Bassalat et des prisonniers républicains irlandais ont entamé une grève de la faim le 16 septembre pour protester contre l’isolement du Dr Hijjawi Bassalat par les autorités pénitentiaires (voir notre article). Plus de 50 prisonniers ont rejoint cette grève dont 20 détenus à la prison de Maghaberry à Co Antrim et 21 détenus à la prison de Portlaoise. Par ailleurs, 3 prisonnières républicaines, Mandy Duffy, Sharon Jordan et Christine Connor, actuellement détenues au Hydebank Wood College et à la prison pour femmes, ont rejoint la grève hier.

Sharon Rafferty, Mandy Duffy et Christine Connor

Sharon Rafferty, Mandy Duffy et Christine Connor

Suite à la pression d’organisations sionistes et de leurs avocats, Zoom a décidé de censurer un webinaire de Leila Khaled prévu à l’Université d’État de San Francisco. L’événement a également subi des restrictions de la part de Facebook. Mercredi, l’événement a eu lieu via YouTube mais, peu après le début, la société a coupé le canal vidéo, le remplaçant par un avis disant : “Cette vidéo a été supprimée, parce que qu’elle violait les conditions d’utilisation de YouTube.” Leila Khaled devait prendre la parole en compagnie du dirigeant militaire anti-apartheid sud-africain Ronnie Kasrils, d’activistes américains et d’anciens prisonniers politiques comme Sekou Odinga et Laura Whitehorn, ainsi que de la professeure Rula Abu Dahou, directrice de l’institut des études féminines à l’Université de Birzeit, en Cisjordanie occupée.

Zoom fait régulièrement l’objet de critiques pour son manque de sécurité et ses collaborations avec les différents gouvernements et forces de répression du monde entier (voir notre article). Nous conseillons l’utilisation de Jitsi qui constitue une alternative sécurisée et permet de se prémunir contre l’espionnage policier. Pour nos conseils sur l’utilisation de Jitsi (alternative sécurisée à Zoom): ici.

La députée palestinienne et icône de la résistance, Leila Khaled

La députée palestinienne et icône de la résistance, Leila Khaled