Dans la nuit du 3 au 4 mai, des dizaines de milliers de personnes se sont mobilisés dans tous les Etats-Unis pour le droit à l’avortement après la fuite d’un document confirmant que la Cour suprême prévoit de revenir sur la jurisprudence Roe v. Wade (un arrêt de 1973 qui garantit le droit à l’avortement à l’échelle fédérale). À Los Angeles, plus d’un millier de personnes ont participé à des rassemblements et à des manifestations. Alors qu’ils marchaient du palais de justice fédérale sur la 1ère rue Ouest jusqu’à Pershing Square, des escouades de policiers se sont abattues sur les manifestants. Les policiers ont agressé un manifestant, le frappant, ainsi que d’autres personnes. Alors que les policiers prétendent avoir été attaqués par les manifestants, les vidéos montrent le contraire. Il est clair que les policiers ont attaqué les manifestants.

Selon un rapport accablant, résultat d’une enquête de deux ans et publié par le département des droits de l’homme du Minnesota, la police de Minneapolis a violé la législation sur les droits civils en adoptant des pratiques policières racistes. Bien que les personnes noires représentent environ 19% de la population de Minneapolis, les données du MPD montrent que du 1er janvier 2017 au 24 mai 2020, 78% – soit plus de 6 500 – de toutes les fouilles effectuées par les agents de la MPD étaient des fouilles de personnes noires ou de leurs véhicules lors de contrôles routiers à l’initiative des agents. Les Noirs de Minneapolis courent six fois plus de risques d’être traités avec force lors des contrôles routiers que leurs voisins blancs.

Le rapport a également révélé une série de défaillances dans les enquêtes et les mesures disciplinaires prises à l’encontre des agents ayant déposé des plaintes pour usage de la force et autres fautes. L’enquête a révélé enfin l’existence d’un vaste réseau de surveillance ciblant les militants à la suite du meurtre de George Floyd. Les agents du MPD surveillaient secrètement les individus, organisations et politiciens noirs non soupçonnés de crimes via les médias sociaux.

Dossier(s): Amérique du Nord Tags:

Julian Assange a vu lundi disparaître l’un de ses derniers espoirs d’éviter son extradition, avec le refus de la Cour suprême britannique d’examiner son recours. Les hauts magistrats britanniques ont estimé que son recours ne soulevait “aucun point de droit discutable”. Assange est poursuivi par la justice américaine pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Parmi eux figurait une vidéo montrant des civils, dont deux journalistes de l’agence Reuters tués par les tirs d’un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007. Poursuivi notamment en vertu d’une législation contre l’espionnage, Julian Assange risque 175 ans de prison.

Le dossier va à présent revenir à la juridiction de première instance. En janvier 2021, la justice britannique avait initialement tranché en faveur d’Assange (voir notre article), mais la Haute Cour avait annulé cette décision (voir notre article). Incarcéré dans une prison de haute sécurité près de Londres depuis près de trois ans, Julian Assange avait été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans dans l’ambassade londonienne de l’Equateur où il s’était réfugié alors qu’il était en liberté sous caution.

Rassemblement pour Assange à Bruxelles (archives)

Lancé en 2017, le projet OFFensive Swarm-Enabled Tactics (OFFSET) vise à créer un essaim de plus de 250 drones (terrestres et aériens, de taille et de spécialisations différentes) commandés par un seul opérateur afin de remplir des missions de combat urbain. Une interface entre l’essaim et l’homme permett à ce dernier de diriger en temps réel les différents drones et de les diriger tous/une partie vers une zone indiquée. L’utilisation de la réalité augmentée sera centrale (monde virtuel basé sur la voix, les gestes et le toucher de l’utilisateur), et un environnement virtuel en réseau et en temps réel permettra à l’utilisateur d’explorer et d’évaluer le positionnement des drones via l’interface. Enfin, un échange des tactiques de positionnement de drones en essaim entre toute la communauté (comportement collectif des drones, schémas pensés par des algorithmes…).

Un essai vient ainsi de valider l’utilisation de plus de 100 drones par un seul utilisateur, l’objectif étant de 250 drones coordonnés dans une mission urbaine. En octobre, Northrop Grumman avait réussi à contrôler un essaim de 174 drones. Pendant trois heures et demie, ils ont effectué diverses simulations de reconnaissance et de patrouille en se déployant en différentes formations. En novembre, Raytheon de faire voler un essaim de 130 drones physiques et 30 drones virtuels. L’utilisateur possédait un set de réalité virtuelle et l’essaim était également autonome (si l’utilisateur souhaitait cartographier un immeuble, le système définissait automatiquement le nombre de drones appropriés, tout en sélectionnant les plus proches et les plus spécialisés). Les deux systèmes seront présentés à Fort Benning lors de l’Army Expeditionary Warrior Experiment de mars 2022.

Plusieurs police des Etats-Unis ont adopté, et certaines ont déjà utilisé, une nouvelle arme non-léthale: le BolaWrap, une produit de la Wrap Technologies, Inc. Le BolaWrap est un dispositif déchargeant un fil de Kevlar qui s’enroule autour de la personne ciblée jusqu’à 7,5 mètres de distance. Un laser aide à la visée. Le BolaWrap a été mis sur le marché en 2016, a été testé par quelques polices en 2018, mais ce n’est que maintenant qu’il se répend largement dans divers départements de police aux USA.

Aux États-Unis, dans l’État du Nouveau-Mexique, une attaque ransomware a touché une prison le 5 janvier et paralysé les systèmes informatiques du centre carcéral. A cause de l’attaque, les caméras de surveillance et les portes automatiques des cellules ne fonctionnaient plus (elles n’était pas ouvertes, mais un gardien devait se déplacer pour chaque ouverture). La prison était tout simplement hors ligne. Le personnel pénitentiaire ne pouvait pas non plus consulter les dossiers des détenus et les fichiers qui recensent les incidents de sécurité semblent avoir été corrompus par l’attaque. Une situation précaire qui a amené le Metropolitan Detention Center à confiner tous ses détenus. Le centre carcéral n’était d’ailleurs pas précisément ciblé, il fait partie des victimes d’une attaque rançongiciel plus large qui touche depuis plusieurs jours l’administration du compté de Bernadillo, autour de la ville d’Albuquerque. D’autres administrations de la ville ont tout simplement dû fermer, faute d’avoir des systèmes fonctionnels.

Dossier(s): Amérique du Nord Tags:

A l’arrivée des premiers prisonniers le 11 janvier 2002, le camp X Ray, rebaptisé ensuite Camp Delta est devenu l’incarnation de la détention arbitraire et du terrorisme d’état. La prison de Guantanamo, installée dans une enclave occupée par les USA au sud-est de Cuba, a vu en 20 ans 780 personnes subir une détention arbitraire sans procès et des tortures. Il reste 39 détenus aujourd’hui dans une prison qui coûte 500 millions de dollars par an. La base abrite 6 000 personnes, dont près de 2 000 militaires, à plein temps.

Dossier(s): Amérique du Nord Tags:

Aux USA, les forces de l’ordre ont déployé des simulateurs de site cellulaire, une technologie de surveillance controversée pour surveiller les téléphones portables. Suite à des critiques considérant cette technologie contraire au droit, le Congrès US a décidé de restreindre son utilisation. Néanmoins, en 2019, le service de police de Boston a acheté un appareil exploitant cette technologie avec une « caisse noire légale » alimentée par de l’argent saisi en lien avec le trafic de drogue. Comme l’usage de cette caisse relève de la police, cet achat a été dissimulé non seulement au public mais aussi aux élus de la ville…
La police de Boston a donc acheté, pour une montant de 627 000 $, à la société Tactical Support Equipment Inc., basé en Caroline du Nord, spécialisé dans la technologie de surveillance, ce simulateur de site cellulaire connu sous le nom de « stingray ». Celui-ci agit comme un relais de téléphonie mobile commerciale, incitant les téléphones à proximité à s’y connecter. Une fois que les téléphones s’y connectent, le simulateur obtient secrètement l’emplacement et d’autres informations potentiellement identifiables.

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10, en appel, le refus d’extrader vers les États-Unis le fondateur de Wikileaks. Elle ouvre ainsi la voie à l’extradition de Julian Assange que Washington veut juger pour une fuite massive de documents. La Cour « autorise l’appel » formé par les États-Unis, ce qui signifie que la justice annule la décision de première instance et que la justice britannique devra de nouveau statuer sur la demande d’extradition américaine. Les hauts magistrats britanniques reviennent ainsi sur la décision initiale d’une juge qui, il y a près d’un an, s’était opposée à la remise aux autorités américaines de l’Australien âgé de 50 ans, invoquant le risque de suicide. Poursuivi notamment pour espionnage, Assange risque jusqu’à 175 ans de prison.

 

Un guide interne du FBI daté du 7 janvier 2021 sur les types de données que les organismes fédéraux et étatiques peuvent demander à 9 des plus grandes applications de messagerie affirme qu’il est particulièrement facile de collecter des données à partir des services de WhatsApp et d’iMessage. Il suffit que le FBI obtienne un mandat. Selon ce document, WhatsApp est une source de données pour le FBI. Le bureau fédéral serait capable d’obtenir un accès légal en temps réel aux discussions des utilisateurs de WhatsApp. Enfin, le document indique qu’une assignation ne fournit que des informations de base sur un utilisateur, mais qu’un mandat de perquisition permet d’accéder au répertoire d’un utilisateur, ainsi qu’à d’autres utilisateurs de WhatsApp qui ont la personne dans leurs contacts.