Un dispositif de lasso éjectable est en test dans la police américaine. Dans un petit boîtier, le BolaWrap se déclenche dans une explosion assourdissante, pour provoquer un effet de surprise, et éjecte un câble de kevlar à plus de 150 mètre/seconde, sur une distance de 3 à 6 mètres. Surnommé “menottes à distance” il aurait le double avantage de maîtriser un individu éloigné tout en évitant de le blesser. À Seattle notamment, le BolaWrap a obtenu le feu vert des autorités pour un programme pilote de tests sur le terrain. Certaines incertitudes demeurent : Le BolaWrap ne prend en effet pas en compte les blessures potentielles occasionnées par la chute du suspect une fois attaché. De plus, si un faisceau laser permet de viser la partie du corps à ligoter, il suffirait que ce dispositif atteigne la tête ou la gorge pour provoquer d’importantes lésions.

Les dirigeants d’Europol, du FBI, de la police australienne ont révélé les dessous d’une opération baptisée “Trojan Shield”. Ces services ont spéculé sur le fait qu’après le démantèlement en juillet 2020 de la plateforme de communication chiffrée EncroChat  (voir notre article) et le blocage des communications par Sky ECC, les opérateurs d’activités illicites allaient chercher un nouvel outil. Une application de messagerie et de voix sur IP chiffrée (comme Signal ou Telegram) fonctionnant sur des téléphones personnalisés a donc été secrètement conçue par la police australienne et opérée par le FBI. Ces smartphones spéciaux étaient vendus environ 2000 dollars au marché noir avec seulement trois fonctionnalités : envoyer des messages, faire des vidéos et brouiller la voix.

Le smartphone a été poussé de façon assez subtile avec des “criminels influenceurs” pour paraitre crédible. Le service de messagerie était déguisé en application de calculatrice et il suffisait de taper un code pour y accéder. Dénommé Anom, ce service a été utilisé sur plus de 12 000 appareils appartenant à au moins 300 réseaux jugés criminels dans plus de 100 pays. Plus de 27 millions de messages ont ainsi pu être analysés en dix mois, avant que les forces de police passent à l’action dans 16 pays. Cette opération a débouché sur plus de 800 arrestations et la saisie de plus de 8 tonnes de cocaïne, 22 tonnes de cannabis, 8 tonnes d’amphétamine et méthamphétamine, 250 armes à feu, 55 véhicules de luxe et plus de 48 millions de dollars en devises et crypto-monnaies.

 

Une manifestation a eu lieu hier lundi dans le nord du Minnesota pour s’opposer aux efforts de la société Enbridge pour remplacer son oléoduc vieillissant. Des membres de groupes environnementaux et de communautés autochtones se sont enchaînés aux machines à une station de pompage de l’entreprise. D’autres ont bloqué les voies d’accès. Les opposants au pipe-line affirment que le pipeline de remplacement, qui transporterait du pétrole des sables bitumineux et du pétrole brut canadien venant de l’Alberta, pose des risques de déversement dans les zones où les autochtones récoltent du riz sauvage, chassent, pêchent, cueillent des plantes médicinales et revendiquent des droits issus de traités. Il y a eu plusieurs arrestations.

 

Jeudi 3 juin, Winston Boogie Smith Jr., un homme noir de 32 ans a été tué par balle par une équipe de US-marshals venue pour l’arrêter. Depuis lors, les manifestant·es sont descendu·es dans les rues de Minneapolis pour protester contre le meurtre. Au cours de ces quatre jours consécutifs de manifestation, des affrontements avec la police ont éclaté et du mobilier urbain a été incendié. Au moins neuf personnes ont été arrêtées pour “suspicion d’émeutes, d’agression, d’incendie criminel et de dommages matériels”.

Manifestations suite à la mort d'un homme noir tué lors de son arrestation à Minneapolis

Manifestations suite à la mort d’un homme noir tué lors de son arrestation à Minneapolis

Une manifestation regroupant des militant·es révolutionnaires et des habitant·es d’Austin s’est tenue dans la ville à l’occasion du 1er mai. Cette manifestation n’était pas autorisée mais la police, ne connaissant pas son point de départ, n’est pas parvenue à empêcher son départ. Elle a ensuite tenté d’y mettre fin ce qui a conduit à des affrontements avec les manifestant·es et ainsi qu’à huit arrestations. Les manifestant·es ont cependant continué à occuper les rues de la ville. Plus d’infos ici.

Affrontements avec la police lors d'une manifestation du 1er mai à Austin

Affrontements avec la police lors d’une manifestation du 1er mai à Austin

Les rues parisiennes ont connu de violents affrontements entre la police et les manifestants qui se sont rassemblés le 1er Mai malgré les restrictions. Les étudiants se sont joints à ces manifestations ouvrières qui ont parcouru les rues de Paris, au milieu de grands renforts de sécurité. La police a chargé à plusieurs reprises le cortège de tête. Elle a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants, qui ont lancé des cocktails Molotov. Une agence bancaire a été attaquée place Saint-Ambroise. Des incidents ont aussi opposés des manifestants à des membres de la CGT. Il y a eu 34 arrestations. D’autres affrontements entre manifestants et policiers ont eu lieu à Lyon.

Paris

À Berlin, la traditionnelle “manifestation révolutionnaire du 1er mai” voulait aller de Neukölln à Kreuzberg, mais fut bloqué Sonnenallee. Une pluie de pierres et des bouteilles s’est abattue sur les policiers bloquant Sonnenallee. Les manifestants ont traîné des bennes à ordures et des palettes dans la rue et y ont mis le feu. Des policiers ont été attaqués alors qu’ils tentaient d’extraire des manifestants pour les arrêter. Il y a eu cependant des arrestations. À Hambourg, la police a attaqué un rassemblement devant le célèbre squat Rote Flora avec des canons à eau. Dans la soirée, la police a bloqué une manifestation révolutionnaire non autorisée et a arrêté environ 150 manifestants. Il y a aussi eu des incidents à Francfort et Leipzig.

Toutes les régions du pays en Turquie sont confinées depuis jeudi jusqu’au 17 mai, les personnes ne sont autorisées à quitter leur domicile que pour des raisons de force majeure. La police avait seulement autorisé des représentants des syndicats et des politiciens de l’opposition à se réunir sur la place Taksim. Mais la police est violemment, arrêtant finalement 212 manifestants. 20 manifestants avaient également été arrêtés dans la ville d’Izmir, dans l’ouest du pays. Les médias locaux ont rapporté les efforts déployés par la police à Istanbul et à Ankara pour empêcher les journalistes de filmer les manifestations et les détentions du 1er mai, les policiers citant une nouvelle circulaire de la police.

Istanbul

La police de Seattle a arrêté d’au moins 14 personnes après que des manifestations non autorisées marquant le 1er mai se soient transformées en affrontements violents dans le centre-ville. Les manifestants ont lancé des bouteilles, des fusées éclairantes, des pierres, des œufs remplis de peinture sur des policiers. A Turin, des manifestants des centres sociaux et du mouvement No Tav se sont réunis sur la Piazza Vittorio Emanuele et ont marché jusqu’à la être confronté à un fort déploiement des forces de police, qui les a bloqué lorsqu’ils ont tenté de marcher sur la mairie. Des affrontements ont alors eu lieu.

 

Nous y avions consacré un article la semaine passée : Moxie Marlinspike, développeur de Signal a démontré il y a quelques jours qu’il était d’une facilité déconcertante de pirater les terminaux Cellebrite, utilisés par les polices du monde entier pour scanner les smartphones de “suspects”, pour peu que ceux-ci soient déverrouillés.

Suite à ce hack, Cellebrite annonçait hier que l’un des deux engins proposés aux forces de l’ordre (Physical Analyzer, l’autre étant l’UFED) ne supporterait plus le scan des iphones. Le même jour un avocat du Maryland aux USA demandait la révision de la condamnation de son client : “Par essence, la sécurité interne des appareils Cellebrite est si faible que n’importe quel appareil examiné peut à son tour corrompre le terminal Cellebrite et affecter tous les rapports passés et futurs. Les vulnérabilités pourraient donner des arguments aux avocats afin de contester l’intégrité des rapports légaux générés par le programme Cellebrite”.

Côté Signal, et sans lien avec ce premier sujet, l’application de messagerie a publié pour la seconde fois de son existence une demande légale de données faite par la justice américaine, à laquelle les seules données ayant pû être fournies sont la date de création du compte et la date du dernier message, c’est à dire les seules données que Signal possède sur n’importe lequel de ses utilisateurs. La demande ainsi que la réponse de Signal peuvent être consultés ici.


Ce qu’un policier pourrait lire la prochaine fois qu’il scanne un téléphone.

Dossier(s): Sécurité IT Tags: , ,

La semaine passée, alors que la police était mobilisée à tenter de contrôler une manifestation devant le bureau du Shérif du comté de Multnomah (où se trouve la ville de Portland), le parking de la police de Portland, à St John’s, a été attaqué. Le grillage de son enceinte a été découpé, les pneus de plusieurs véhicules de police ont été crevés, leurs vitres ont été brisées et les rétroviseurs cassés. Au même moment, les manifestants caillassaient les policiers, les voitures et les fenêtres du bureau du Shérif de Multnomah.

Dossier(s): Amérique du Nord Tags:

Il y a deux ans, la police de Detroit a arrêté Robert Williams à la suite d’une analyse des images de sécurité qui capturaient le vol dans un magasin. Un détective a utilisé la technologie de reconnaissance faciale à travers une image granuleuse tirée de la vidéo. Le programme a établi une correspondance avec la photographie du permis de conduire de Williams. Le département a ainsi mis en place une ligne de photographies, qui contenait la photographie de Williams. Les images ont ensuite été montrées à un agent de sécurité qui, cependant, n’avait pas été témoin du vol. Cependant, la sécurité a identifié Williams et un mandat d’arrêt a été immédiatement obtenu. Williams rentrait chez lui après une journée de travail lorsqu’il a été arrêté et a été détenu 30 heures.

L’Union américaine des libertés civiles (ACLU) a déposé une plainte officielle au nom de la victime. L’ACLU affirme que la police de Detroit a utilisé la reconnaissance faciale dans les cas où elle aurait dû savoir qu’elle pouvait obtenir des résultats peu fiables. Malhonnêtement, les autorités n’ont pas mentionné les failles du système de reconnaissance faciale comme une forme de doute dans les preuves.

Image qui a conduit à la mauvaise reconnaissance faciale de Robert Williams

Les manifestations radicales se succèdent à Portland (Oregon) depuis l’année dernière, provoquées de diverses manières par la brutalité policière, la discrimination raciale et la politique d’immigration américaine. Le bâtiment de l’autorité fédérale américaine de l’immigration et des douanes (ICE) est souvent le point de mire des manifestations. Samedi soir les manifestants y ont provoqué un début d’incendie. Les agents fédéraux sont sortis du bâtiment pour repousser les émeutiers en tirant des centaines de balles au poivre.