Un groupe de manifestants anti-Trump s’est affronté avec des policiers dans les rues de Manhattan dimanche 1er novembre. Les heurts ont eu lieu à l’angle de la West 24th Street et de la 10e Avenue. Les policiers voulaient refouler les manifestants qui s’étaient rassemblés au Madison Square Park pour affronter des caravanes pro-Trump sillonnant la région de New York avant l’élection présidentielle de mardi. Onze personnes ont été arrêtées.

 

Un couvre-feu a de nouveau été imposé dans la soirée, vendredi 30 octobre,  à Philadelphie tandis que des forces de la garde nationale étaient déployées dans la principale métropole de Pennsylvanie après des manifestations et des émeutes déclenchées par la mort d’un homme noir abattu par des policiers lundi (voir notre article). Le couvre-feu va 21 heures à 6 heures: les gens ne pourront sortir que pour travailler, s’ils ont besoin d’une aide médicale ou urgente… ou pour voter. Un couvre-feu similaire avait déjà été instauré mercredi soir, puis levé jeudi. La garde nationale avait été « déployée aux abords des bâtiments gouvernementaux stratégiques ou d’autres infrastructures.

Les manifestations de mercredi soir ont commencé par une veillée pour Karon Hylton. Ce jeune homme est mort après avoir été heurté par un automobiliste alors qu’au volant de son scooter il était poursuivi par une voiture de police. La veillée était dirigée par la mère d’Hylton à l’endroit où l’accident mortel s’est produit. La famille dénonce la poursuite policière comme ayant provoqué l’accident mortel. A mesure que la nuit avançait, de multiples incidents ont opposé manifestants et policiers dans les rues de la capitale. Des policiers ont mis en place des périmètres de sécurité pour tenter de contenir les manifestants, tandis qu’une foule de plus en plus déterminée assiégeait le poste de police du quatrième district, endommageant une patrouilleuse, et qu’un hélicoptère militaire patrouillait au-dessus. Quatre policiers ont subi des blessures après avoir été caillassés et essuyés des tirs de feux d’artifices.

 

 

La ville de Philadelphie, en Pennsylvanie a été le théâtre de manifestations et d’affrontements avec la police, avec des dizaines d’agents blessés, dans la nuit de lundi 26 octobre à mardi 27, après la mort d’un homme noir tué par les forces de l’ordre. Identifié comme Walter Wallace Jr., cet homme de 27 ans est mort lundi après-midi dans le quartier de West Philadelphia, abattu de plusieurs balles par deux policiers qui ne semblaient pas en danger imminent, comme le montre une vidéo circulant sur les réseaux sociaux. Trente policiers ont été blessés, dont plusieurs ont été hospitalisés, selon le bilan officiel. La plupart de leurs blessures viennent de projectiles, notamment des briques, lancées par les manifestants et une policière a été renversée par un véhicule. Des commerces ont été vandalisés, une voiture de police incendiée et de nombreux personnes ont été interpellés.

Une arrestation ce mardi à Philadephie

 

Le mois dernier, nous vous avions parlé d’Andrew Maximov, un technologue de Biélorussie basé à Los Angeles, qui avait mis en ligne sur YouTube une vidéo qui montre comment la technologie de reconnaissance faciale peut être utilisée pour enlever numériquement les masques sur le visage des policiers (voir notre article), la vidéo a été visionnée plus d’un million de fois. Il a fait des émules. Aux USA, un nombre croissant de militants développent des outils de reconnaissance faciale qui permettent d’identifier les policiers qui cachent leur identité lors de la répression des manifestations. L’un des projets est l’initiative d’un programmeur autodidacte Christopher Howell. Howell a utilisé une plateforme fournie par Google, TensorFlow, qui aide les gens à construire des modèles d’apprentissage automatique. Howell a rassemblé des milliers d’images de policiers de Portland à partir d’articles de presse et de médias sociaux après avoir trouvé leurs noms sur les sites Web de la ville. Il a ciblé des policiers de Portland, dans l’Oregon, parce qu’ils ont été autorisés à couvrir leurs noms tout en réprimant les protestations, l’été dernier. Portland a interdit la reconnaissance faciale pour les agents de police et les entreprises, mais le projet d’Howell est autorisé parce que c’est un individu, et les projets de loi ne s’appliqueraient pas aux particuliers, selon un avocat de Portland.

A Hong Kong, c’est Colin Cheung qui avait développé un outil permettant d’identifier les policiers à l’aide de photos d’eux récupérées sur Internet. Alors que Hong Kong était en proie à des semaines de protestations, les autorités traquaient les leaders des manifestations en ligne et recherchent leurs téléphones. Après avoir publié une vidéo sur son projet sur Facebook, Cheung a été arrêté. Il a finalement abandonné le travail.
Un autre projet de ce genre était en cours ce mois en France, avant d’être arrêté. Paolo Cirio, un artiste et hacktiviste a publié en ligne les photos de 4 000 visages de policiers français pour une exposition intitulée “Capture”, qu’il a décrite comme la première étape du développement d’une application de reconnaissance faciale. Il a rassemblé les visages de 1 000 photos qu’il avait recueillies sur Internet et auprès de photographes ayant participé à des manifestations en France. Mais Cirio a retiré les photos après que le ministre français de l’Intérieur ait menacé de poursuites judiciaires. Le site de Paolo Cirio renvoie désormais sur une pétition demandant l’interdiction de la reconnaissance faciale en Europe.

Le projet “Capture”

 

Il y a eu de nouveaux heurts, samedi 16, entre manifestants, agents fédéraux et policiers de Portland, devant le siège des services de l’immigration et des douanes dans la ville (l’ICE).
Les manifestants se sont rassemblés à Willamette Park avant de marcher sur l’ICE. Les manifestants scandaient des slogans à l’extérieur du bâtiment lorsque des agents du Service fédéral de protection sont sortis leur faire face vers 22 heures, heure locale. La police de Portland avait averti qu’elle utiliserait “des armes à impact, des gaz lacrymogènes et / ou des munitions OC” si les gens refusaient de dégager les routes et l’ICE. Les heurts ont alors commencés: caillassage contre tirs de grenades à gaz.

Les heurts de Portland ce samedi

La police est intervenue rapidement samedi soir, 10 octobre, pour arrêter environ un tiers des personnes qui manifestaient sur un boulevard alors que Portland s’approche de 130ème nuits de manifestations dans la ville. La manifestation de samedi soir n’a pas cependant été déclarée comme “rassemblement illégal” ou “une émeute”. Les manifestants se sont réunis à Alberta Park, quelques dizaines d’entre eux se sont déplacés sur le Martin Luther King Jr. Boulevard. Les responsables de la police ont ordonné au haut-parleurs de dégager le boulevard sous peine d’arrestation. La police est intervenue rapidement après et a commencé à procéder à plusieurs arrestations vers 22 h 45. La plupart des 26 arrestations portaient sur des accusations d’ingérence avec un agent de la paix et de conduite désordonnée.

Le lendemain, dimanche 11 octobre, un rassemblement dans le sud-ouest de Portland a été déclaré” émeute” par la police. Quelques centaines de manifestants s’était réuni à SW Park Ave et SW Madison Ave et ont fait tomber, avec une chaîne, les statues d’Abraham Lincoln et de Theodore Roosevelt. Trois personnes ont été arrêtées. Les organisateurs de la manifestation avaient appelé la manifestation «Journée de la rage des peuples autochtones», avant le jour de Christophe Colomb. Les manifestants ont marché vers le campus de l’Université d’État de Portland, attaquant plusieurs bâtiments sur le parcours.

La statue de Theodore Roosevelt

Le policier de Wauwatosa, Joseph Mensah, ne sera pas inculpé dans le meurtre de l’adolescent Alvin Cole, a annoncé mercredi le procureur du district du comté de Milwaukee. Mensah a tiré et tué Cole le 2 février à l’extérieur du centre commercial Mayfair. La police a déclaré que le jeune homme de 17 ans avait d’abord tiré sur des policiers avant d’être abattu. Un rapport de l’ancien procureur américain Steven Biskupic, qui a été choisi pour être un enquêteur indépendant, a cependant révélé que « Cole n’a pas tiré sur l’officier Mensah ou sur tout autre officier. Cole s’est tiré une balle dans le bras en fuyant les policiers. » La fusillade mortelle était la troisième de Mensah au cours des cinq dernières années; les deux fusillades précédentes ont également été jugées justifiées. Mensah a tiré et tué Antonio Gonzales en 2015 et Jay Anderson Jr.en 2016.

La mort de Cole a conduit à des manifestations à Wauwatosa tout au long de l’été dernier. Par craintes des manifestations, la mairie a fermé tôt mercredi avant la décision du procureur de district, et le district scolaire a basculé toutes les classes vers l’enseignement virtuel. Le gouverneur Tony Evers a mobilisé la Garde nationale du Wisconsin pour aider les forces de l’ordre locales. Un couvre-feu était en vigueur depuis 19 heures et, vers 21 heures, la police a qualifié le rassemblement de «rassemblement illégal», ordonnant aux manifestants de se disperser immédiatement. Cependant, la demande a été ignorée et les agents ont commencé à tirer plusieurs balles de gaz lacrymogène et de boules de poivre. Il y a eu 24 arrestations. La mère d’Alvin Cole, Tracy Cole, 48 ans, a été hospitalisée avec un bras cassé présumé et une tête qui saignait après qu’elle et ses filles aient été arrêtées lors de la manifestation.

Les affrontements de la nuit de mercredi à jeudi

Une autre nuit mouvementée samedi 26 septembre au centre-ville de Portland, en Oregon, s’est terminée par plusieurs arrestations. Des centaines de personnes étaient rassemblées pour dénoncer le profilage racial et la violence policière lorsque les autorités ont déclaré leur manifestation d’attroupement illégal. La foule avait notamment envahi le secteur où se trouve le palais de justice et la cour fédérale des États-Unis. Un drapeau américain a été brulé et des feux d’artifice o,nt été tirés vers les policiers. Il y a eu plusieurs arrestations. D’autres manifestations BLM ont donné lieu à des affrontements à Seattle (10 arrestations), à New York (4 arrestations).

Déploiement policier samedi à New York

Un dealer de Sacramento (Californie) qui commerçait sur le Dark Web a été condamné à cinq ans et dix mois de prison pour trafic de stupéfiants en 2019. Mais ce n’est que maintenant que les informations ont été révélées. Les transactions effectuées sur le Dark Web restent secrètes car généralement payées en crypto-monnaies. L’identité des vendeurs reste anonyme, mais celle de l’homme en question a pu être révélée le jour où il a envoyé à un client une série d’images de marijuana qu’il vendait. L’une des photos montrait ses doigts. Ses empreintes digitales étaient visibles sur les photos haute définition. La police a réalisé une analyse comparative avec leur base de données et a ainsi pu identifier le vendeur de 23 ans.

La photo de trop…