Cette nuit, des dizaines de suprémacistes pro armes et pro police sont sortis dans la ville de Kenosha pour s’opposer aux manifestants Black Lives Matters et aider la police. Un de ces suprémacistes a tiré sur plusieurs manifestants, tuant au moins deux personnes et en blessant plusieurs grièvement. Le terroriste s’appelle Kyle Rittenhouse.  Sur les réseaux, il affichait son soutien au mouvement Blue Live Matters, un groupe de soutien à la police né en 2014. Plusieurs vidéos de lui circulent sur les réseaux dans lesquelles on le voit lourdement armé en train de discuter avec la police. Après avoir tiré, il s’est même permis permet même d’approcher à nouveau de policiers et de discuter avec eux.

La révolte continue dans la ville de Kenosha où des manifestant·es ont incendié et détruit un bâtiment de l’administration pénitentiaire du Wisconsin. C’est dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres au sud de Milwaukee que la police a tiré dimanche 24 août à plusieurs reprises à bout pourtant sur Jacob Blake  (voir notre article). Plus d’infos ici.

Kyle Rittenhouse

A Kenosha, une ville de 170.000 habitants au bord du lac Michigan, un couvre-feu a été décrété pour la nuit de lundi à mardi, à partir de 20 heures, après une nuit d’affrontements entre manifestants et forces de police. Le gouverneur a annoncé que 125 militaires de la Garde nationale seraient déployés dans la ville afin d’y faire respecter l’ordre. De nouveaux affrontements ont pourtant eu lieu lundi soir. C’est dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres au sud de Milwaukee que la police a tiré dimanche 24 août à plusieurs reprises à bout pourtant sur Jacob Blake. Comme pour George Floyd, la tentative d’interpellation de ce père de famille qui n’était pas armé a été filmée par un témoin. Les images montrent l’Afro-américain de 29 ans suivi par deux policiers ayant dégainé leurs armes alors qu’il contourne une voiture. Au moment où il ouvre la portière, le policier fait feu atteignant Jacob Blake de plusieurs balles dans le dos. La victime a été opérée d’urgence dans un service de soins intensifs de la ville de Milwaukee, où son état restait critique. Les deux policiers ont été suspendus de leurs fonctions et une enquête a été ouverte.

Nuit d'émeutes à Kenosha

 

Des manifestants anti-police ont envahi le centre-ville de Denver, au Colorado, allumant des feux et brisant des vitres, les forces de sécurité ayant été débordées. Des policiers en tenue anti-émeute ont du protéger le quartier général de la police de Denver samedi soir 22 août, mais ailleurs dans le centre-ville, des groupes de manifestants révolutionnaires et BLM ont érigés des barricades enflammées et affrontés la police, notamment à l’aide de feux d’artifices. La police a procédé à 13 arrestations. Les affrontements font suite à un appel public à “Give ‘Em Hell”, partagé sur les réseaux sociaux au cours de la semaine dernière, appelant à un «Une action et une manifestation à la suite de la décision du conseil municipal de priver les habitants de Denver du droit de façonner leur communauté et de voter pour l’abolition de la police”.

Affrontements à Denver

Trois policiers ont été blessés et 18 personnes ont été arrêtées lorsqu’une émeute a éclaté dans le quartier SoDo de Seattle dimanche 16 août en soirée. L’émeute a fait suite à la manifestation BLM qui a débuté dans le district international vers 19 heures. La manifestation est restée pacifique jusqu’à 22 heures, lorsque le groupe de manifestants s’est dirigé vers le bâtiment de l’Association des policiers de Seattle, dans la 4e Avenue Sud. Un manifestant a lancé un gros pétard et un autre a tenté de briser la fenêtre d’un véhicule de police. Après que l’officier de police ait donné l’ordre de se disperser, les affrontements se sont généralisés. Au moins trois policiers ont été blessés, dont un a été emmené à l’hôpital. Au total, 18 personnes ont été arrêtées et incarcérées dans la prison du comté de King.

Les affrontements de dimanche à Seattle

Une manifestation pour le définancement de la police et le retrait des policiers des écoles publiques de Chicago a tourné, sur sa fin, en violents affrontements dans le centre de la ville ce samedi 15 août. La manifestation a commencé au célèbre Millennium Park avant d’emprunter Michigan Avenue et Wacker Drive, où de multiples incidents ont été signalés. Les manifestants se sont affrontés à la police: de nombreux projectiles ont été lancés sur les policiers qui bloquaient les rues et projetaient du gaz poivré. Les manifestants ont continué vers Michigan Avenue et Randolph Street en scandant “No justice, no peace”, tandis que, comme souvent en cas de manifestations, les ponts de la ville restaient levés, empêchant de traverser la rivière Chicago. La police a procédé à 24 arrestations – quatre d’entre elles pour coups et blessures graves à un policier.

Les ponts levés à Chicago pour les manifestations BLM

Il y a eu de nombreux accrochages entre manifestants BLM et policiers à Portland (Oregon), mercredi 5 et jeudi 6 août. Mercredi, des incidents ont eu lieu devant la commissariat principal de Portland avec jets de peinture et de projectiles, bris de vitres et feux de poubelles. Les affrontements entre la police et les manifestants se sont poursuivis pendant plus de trois heures dans le quartier commercial et résidentiel environnant. La police a utilisé des grenades assourdissantes et des lacrymogènes. Manifestations et affrontements ont repris hier soir.

Charge de police jeudi 6 août à Portland

Plusieurs incidents se soldant par huit arrestations ont eu lieu le 29 juillet lors de manifestations BLM à Springfield  (Oregon). Les manifestants s’étaient rassemblés aux alentours du Jesse Maine Memorial Park avant de se mettre en marche vers l’autoroute 126, et la police a érigé des barrières pour les en empêcher. Les manifestants ont tenté de forcer ces barrières, ce qui a conduit à l’arrestation de cinq personnes. Le département de la police a déclaré que plusieurs agents avaient été blessés alors qu’ils procédaient à ces arrestations.

Des contre-manifestants étaient également présents dans les environs. Un contre-manifestant a été arrêté. Il est soupçonné d’avoir agressé un manifestant. Enfin, deux autres personnes ont été arrêtées jeudi matin à l’aube. Elles sont soupçonnées d’avoir tagué la prison de la ville.

Les incidents de Springfield

La gouverneure de l’Oregon a annoncé mercredi 29 juillet que le vice-président américain Mike Pence avait accepté un retrait “par phases” des agents fédéraux de Portland.  Le déploiement d’agents fédéraux, parfois issus des douanes ou de la police aux frontières et arborant toute une panoplie militaire, a eu pour effet de durcir le mouvement dans cette ville à la longue histoire contestataire (voir notre article). Depuis deux semaines, les rassemblements BLM finissent quasi systématiquement en heurts avec les forces de l’ordre.

Le président Donald Trump a cependant déclaré que les autorités locales devaient d’abord “nettoyer” la ville des “anarchistes et des agitateurs”, louant “le travail fantastique” des policiers fédéraux.

Depuis l’envoi de forces fédérales à Portland, le gouvernement a décidé d’en dépêcher dans d’autres grandes villes du pays, pour la plupart gérées par des démocrates, comme Chicago. Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi l’envoi de ces forces dans trois nouvelles villes (Cleveland, Detroit et Milwaukee), officiellement pour les aider à endiguer une recrudescence de la criminalité.

Agents fédéraux déployés à Portland

Dossier(s): Amérique du Nord Tags:

La manifestation annuelle de soutien à la police a été désorganisée par l’irruption d’une forte contre-manifestation ce dimanche 19 juillet au Civic Center Park de Denver. Manifestants et contre-manifestants se sont rudement affrontés. Ron MacLachlan, l’organisateur du rassemblement pro-police, a été blessé d’un grand coup de skate-board sur la tête. La police est intervenue pour séparer les antagonistes, en utilisant des lacrymogènes. Au moins une personne arrêtée pour voie de fait.

Les affrontements de Denver

Dossier(s): Amérique du Nord Tags: ,

Les agents fédéraux ont été envoyés à Portland afin de mettre un terme aux manifestations organisées chaque nuit devant le tribunal fédéral de la ville pour protester contre les brutalités policières et le racisme. Ces agents sont déployés dans les rues où ils utilisent des moyens interdits à la police. C’est ainsi que samedi soir, des agents fédéraux ont tiré sur un manifestant à la tête, probablement avec des balles à blanc, blessant gravement ce dernier. Selon sa mère, il a souffert de fractures au crâne et a dû subir une opération chirurgicale.

Ces agents procèdent aussi à des arrestations qui, au regard de la loi américaine, s’apparentent à des enlèvements. Un véhicule banalisé s’est ainsi arrêté devant Mark Pettibone, vers 2h du matin mercredi 14. Quatre personnes en tenue de camouflage en sont sorties sans marque d’identification. L’un des agents l’attrapé et la jeté dans le fourgon tandis qu’un autre a tiré son bonnet vers le bas pour l’empêcher de voir. Après avoir été fouillé, sur l’un conduit au tribunal fédéral où on l’a placé dans une cellule. Deux heures plus tard, on a laissé partir sans lui dire pourquoi il avait été arrêté. Dans un communiqué publié vendredi 17, l’Agence des douanes et de la protection des frontières (CBP), qui dépend du ministère de l’Intérieur américain, a indiqué que ses agents avaient procédé à l’interpellation après avoir eu des “informations” selon Mark Pettibone était “soupçonné” de s’en être pris à des agents ou des biens fédéraux.

Le maire de Portland a déclaré que la réponse fédérale était «irresponsable» et a demandé que les agents mobilisés restent à l’intérieur des bâtiments fédéraux ou quittent la ville. Quant à la gouverneure démocrate de l’Oregon, elle a critiqué sur Twitter l’intervention du gouvernement dans la ville. “Cette comédie politique du président Trump n’a rien à voir avec la sécurité publique”, a-t-elle écrit. Trump a déclaré la semaine dernière qu’il avait envoyé du personnel de la sécurité intérieure à Portland parce que “les locaux ne sont pas capables de s’occuper eux-mêmes”.

Agents fédéraux déployés à Portland

 

Dossier(s): Amérique du Nord Tags: