Mike Africa Sr. a obtenue une libération conditionnel et est sorti de prison ce mardi 23 octobre. Mike Africa avait été arrêté en 1978 suite à l’attaque de la communauté Move à Philadelphie. Il aura passé au total 40 ans en prison. Cette libération fait suite à celle de Debbie Africa libérée en juin de cette année (voir notre article).

Cinq membres de Move sont toujours en prison.

Mike et Debbie Africa

Mike et Debbie Africa

Environ 300 manifestants ont manifesté dimanche 16 septembre dans la Gare Centrale de New-York City contre le gouvernement philippin de Duterte et pour dénoncer la guerre et la militarisation menées par les États-Unis aux Philippines. Depuis son élection en 2016 et avec le soutien de l’administration Trump, plus de 20 000 exécutions extrajudiciaires ont eu lieu sous la présidence de Duterte. Outre le nombre de consommateurs de drogues, le nombre de morts augmente avec les assassinats de dirigeants autochtones, d’agriculteurs, de dirigeants d’organisations progressistes et de membres des églises. Parallèlement, la loi martiale est toujours appliquée à Mindanao (île des Philippines où la guérilla de la NPA est la plus active).

Manifestation à New-York contre Duterte et Trump

Manifestation à New-York contre Duterte et Trump

Ce jeudi 30 août, les avocats de Mumia Abu Jamal passaient en audience devant le Tribunal de Droit Commun de Philadelphie. L’enjeu de cette audience fait suite aux précédentes ayant eu lieu cette année (voir notre article précédente) et devrait permettre de rouvrir le droit à Mumia Abu Jamal de faire appel appel à son jugement. Pour rappel, Ronald Castille, juge à la cours suprême de Pennsylvanie, avait refusé de se récuser lorsque le cas Mumia fut porté devant cette cour Suprême de Pennsylvanie. Cela avait été jugé inconstitutionnel, puisqu’il avait été procureur du district de Philadelphie durant les précédentes procédures en appel de Mumia. Les avocats d’Abu-Jamal ont demandé plus de temps pour travailler sur l’affaire après avoir pris connaissance d’une lettre de 1988 d’un ancien législateur de Pennsylvanie à un ancien procureur qui travaillait sous le mandat du procureur de Philadelphie, Ronald Castille.

L’audience final devrait se tenir le 29 octobre.

Mumia Abu-Jamal

Mumia Abu-Jamal

Les prisonniers palestiniens du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), qui font partie des quelques 6 000 Palestiniens emprisonnés par l’occupation israélienne aujourd’hui, ont rendu public une déclaration de solidarité avec la grève des prisonniers dans les prisons US, qui commence ce mardi 21 août.

Lire ce communiqué

.

.

Le 21 août, les prisonniers états-uniens prévoient de se mettre en grève dans au moins 17 états. Ils protesteront contre les jobs dans les prisons qui les forcent généralement à travailler pour quelques cents de l’heure. Les prisonniers ont décidé de faire des grèves du travail et des grèves de la faim. Le travail des prisonniers occupe une place très importante dans l’économie états-uniène. Les prisonniers appellent donc également au boycott des entreprises qui bénéficient de ce travail.

Le choix du 21 août s’est fait afin de commémorer une célèbre révolte des prisonniers qui a eut lieu en 1971 à la prison d’Attica. Par ailleurs en 2016, une grève nationale des prisonniers avait également eut lieu dans 12 états. Celle de cette année étant plus étendue, elle devrait devenir la plus grande grève des prisonniers de toute l’histoire du pays. Plus d’infos ici et [ici
->https://twitter.com/JailLawSpeak/status/988771668670799872/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E988771668670799872&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.vox.com%2F2018%2F8%2F17%2F17664048%2Fnational-prison-strike-2018]

Une partie des revendications des prisonniers

Une partie des revendications des prisonniers

Les employés du gouvernement américain, des agences publiques et mêmes les fournisseurs ne pourront utiliser la plupart des équipements de Huawei et de ZTE suite à la promulgation de la loi Defense Authorization Act. En fait, cette loi proscrit l’utilisation d’appareils et d’équipement servant à consulter ou diffuser les données des utilisateurs. De fait, cela touche les smartphones et les routeurs de Huawei et ZTE (et d’une poignée d’autres constructeurs chinois moins connus) ; néanmoins, les clients du gouvernement américain peuvent toujours utiliser des composants qui n’exploitent pas les données d’utilisateurs. En vérité, bien peu d’appareils.

Cette interdiction est la conséquence de plusieurs années de débats touchant à la sécurité nationale américaine. ZTE ne s’en sort pas si mal, le Sénat US ayant d’abord voté une mesure interdisant purement et simplement l’entreprise de travailler avec des constructeurs américains, ce qui lui aurait barré la route de composants indispensables pour ses produits. La Chambre des représentants a finalement revu le projet de loi pour permettre à ZTE de survivre, un texte qui a été accepté par le Sénat.

Un ZTE blade

Un ZTE blade

Dimanche 12 août à Washington, la manifestation des suprémacistes blancs de “Unite the Right” n’a réuni que très peu de personne. Cette manifestation se tenait un an jour pour jour après l’assassinat de Heather Heyer par un néo-nazi qui avait foncé avec sa voiture sur une contre-manifestation antifasciste à Charlottesville (voir notre article). Le groupe néo-nazi à l’origine de cette manifestation espérait réunir environ 400 personnes. Finalement contrairement à l’année précédente, seul 20 sont venus. Beaucoup de néo-nazis, de leur propre aveux, n’ont pas souhaité venir à cause des contre-manifestants antifascistes qui eux étaient plusieurs centaines ce jour là.

Le même jour à Toronto, la police avait protégé pendant trois heures un espace vide qui devait accueillir des manifestants islamophobes. Ces derniers n’ont également pas osés venir.

La police de Toronto protège un espace vide qui devait accueillir une manifestation fasciste

La police de Toronto protège un espace vide qui devait accueillir une manifestation fasciste

Joseph Mahmoud Dibee, militant de l’Animal Liberation Front et de l’Earth Liberation Front a été remis par les autorités cubaines au FBI ce jeudi 9 août après avoir été appréhendé à la Havane alors qu’il s’apprêtait à embarquer dans un vol à destination de la Russie. La remise d’un militant par Cuba vers les États-Unis dans le cadre d’interpol semble être un événement inédit, confirmé par le site internet officiel du Ministère des Affaires Étrangères cubain. Joseph est l’un des inculpés de l’opération Backfire, qui avait visé 13 militants écologistes dans le Colorado. Cette opération s’était faite dans le contexte de la “Green Scare” (par analogie à la Peur Rouge, la répression contre les écologistes radicaux aux USA). Des cellules de l’Animal Liberation Front et de l’Earth Liberation avaient mené de nombreuses actions de sabotage entre 1995 et 2001 qui avaient provoqué plus de $80 millions de dommages au niveau fédéral. Ces actions avaient visé entre autres des abattoirs, des entreprises d’emballage de viande et des compagnies de déforestation, des laboratoires, etc… L’action la plus notable avait été l’incendie d’une station de ski en 1998 qui avait à elle seule provoqué $26 millions de dommage. Joseph, détenteur de passeports syrien et russe, est suspecté d’avoir voyagé au Mexique, au Liban, en Syrie, en Équateur et au Salvador. Arrivé sur le sol états-unien, il a plaidé non-coupable aux accusations d’incendie, de conspiration en vue de commettre des incendies, destruction d’installations énergétiques, et possession d’engin explosif.

Marius Mason était le dernier militant ELF incarcéré avant l’arrestation de Joseph, mais une militante, Josephine Sunshine Overaker, est toujours recherchée à l’heure actuelle. Marius Mason purge lui une peine de 22 ans de prison pour des actions de sabotage dans le Michigan.

Joseph Mahmoud Dibee au début des années 90.

Joseph Mahmoud Dibee au début des années 90.

Dimanche 4 août, se tenait un rassemblement de l’ALT-Right contre le marxisme. Des militants antifascistes bien plus nombreux s’étaient mobilisés. La police de Berkeley (Californie) a alors arrêté 20 militants antifascistes. Elle a ensuite posté sur son compte twitter les noms, photos et villes de résidence d’une grande partie des arrêtés.

Cette manoeuvre facilite grandement l’actions de fascistes qui voudraient mener des attaques contre ces militants. Les agences de polices en Californie collaborent régulièrement avec les groupes de néo-nazis en les protégeant des militants antifascistes qui eux sont arrêtés et poursuivis en justice.

Arrestation à Berkeley (archive)

Arrestation à Berkeley (archive)

Quelques centaines de manifestants d’extrême droite suprémacistes blancs venus de tous les USA se sont rassemblés hier samedi sur le front de mer à Portland, en Oregon, pour une “Marche de la liberté”. Des dizaines d’entre eux étaient venu avec toute sorte de casse-tête et de couteaux. La police avait déclaré ces armes illégales dans les parcs de Portland mais n’avait rien fait pour les confisquer. Pendant des heures, quatre lignes de policiers anti-émeute ont séparé les fascistes de contre-manifestants antifas bien plus nombreux (un gros millier).

Aucun des deux camps n’avait de permis de manifester, mais lorsque les fascistes ont décidé de quitter leur point de rassemblement la police a entrepris de leur ouvrir la voie en tirant des dizaines de stun-grenades sur les antifas. Beaucoup de ces grenades ont explosés au-dessus des manifestants mais d’autre ont été tirées à tir tendus, blessant au moins trois personnes. L’un d’eux n’a eu la vie sauve que grâce à son casque, pourtant perforé par la grenade.

L’antifa blessé à Portland et son casque perforé par la grenade

L'antifa blessé à Portland et son casque perforé par la grenade