Sur invitation du ministère israélien des Affaires de la diaspora, 35 policiers belges provenant de de sept zones de police flamandes ont suivi une formation en Israël. Pendant une semaine, ces policiers ont suivi une formation intitulée On coping with antisemitism and global terror (Comment faire face à l’antisémitisme et au terrorisme mondial). Sur la photo d’accompagnement que la zone de police Westkust a publiée en ligne, quatorze agents de police sont visibles sous les drapeaux belge, flamand et israélien. Au milieu du groupe figure le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA). Celui-ci avait rejoint les policiers alors qu’en compagnie de Flanders Investment & Trade, de l’ambassade de Belgique à Tel-Aviv et du consulat général à Jérusalem, il effectuait un voyage qui l’a amené à Haïfa, jumelée avec Anvers, mais aussi à Jérusalem-Est, illégalement annexée par Israël, ainsi que Bethléem. Pour couronner le tout, le séminaire a eu lieu dans un local d’IMI Academy, une filiale du producteur d’armes Elbit Systems.

Une forme particulièrement perverse de répression du peuple palestinien est « l’emprisonnement des corps », la rétention, par les autorité israéliennes, des dépouilles des résistants. Aujourd’hui, 256 résistants palestiniens sont enterrés dans des tombes ne portant qu’un numéro (renvoyant à une identité connue des seules autorités israéliennes), tandis que 142 autres sont gardés dans les morgues de l’occupation depuis 2015. Parmi eux figurent 11 prisonniers, 14 enfants et 5 femmes. Il s’agit pour les autorités d’occupation d’exercer un chantage sur les familles en leur refusant la possibilité d’enterrer leurs proches.

 

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Dimanche à l’aube, les forces d’occupation israéliennes ont pris d’assaut la ville de Tulkarem, au nord-ouest de la Cisjordanie occupée. De violents affrontements ont éclaté entre les éléments de la résistance palestinienne et les forces d’occupation. Alors que des snipers israéliens ont escaladé les toits des immeubles résidentiels, les soldats de l’occupation ont procédé à des fouilles des maisons de résidents palestiniens et à interroger leurs occupants. Quatre Palestiniens ont été blessés par balles.

Par ailleurs, dans la nuit du vendredi à samedi, les forces israéliennes ont appréhendé deux Palestiniens lors d’une opération menée  dans le village de Kafr Dan, dans la zone du nord de la Cisjordanie occupée, à quelques kilomètres au nord de Jénine.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Un Palestinien a été gravement blessé ce mercredi par des balles métalliques recouvertes de caoutchouc et une trentaine d’autres ont souffert de suffocation lors d’affrontements avec les forces d’occupation israéliennes dans le village de Burqa, au nord-ouest de Naplouse. Les Palestiniens ont repoussé une attaque des colons contre le village. Les colons étaient protégés par la protection des forces d’occupation israéliennes, ce qui a conduit à des affrontements au cours desquels les soldats d’occupation ont tiré des balles, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes.

A Hébron, d’autres Palestiniens ont été blessés, mardi soir, par étouffement lors d’affrontements qui ont éclaté avec les forces d’occupation israéliennes.  Les forces d’occupation, qui ont fermé l’entrée de la ville de Beit Kahil et la zone de Bir al-Mahjar menant à la route de contournement à l’ouest d’Hébron, ont tiré des grenades lacrymogènes et des gaz.

La grève de la faim illimitée menée par neuf détenus palestiniens (photos) en vue de protester contre leur détention en vertu de la politique de détention administrative d’Israël se poursuit. Les détenus : Kayed Al-Fasfous et Sultan Khlouf sont en grève de la faim depuis 18 jours tandis que le détenu, Osama Daqrouq, est en grève de la faim depuis 14 jours. Les six autres détenus sont en grève de la faim depuis 11 jours, à savoir: Hadi Nazzal, Mohammad Taysir Zakarneh, Anas Kmail, Abderrahmane Baraka, Mohammad Basem Ikhmais et Zuhdi Abdo. Lundi dernier, quatre autres détenus administratifs ont suspendu leur grève, qui a duré 16 jours.

Des centaines de prisonniers palestiniens en détention israélienne prévoient d’entamer prochainement une grève de la faim illimitée pour protester contre les raids en cours par les unités de répression israéliennes sur les chambres des prisonniers dans diverses prisons, Cette décision intervient dans le contexte des récents raids des unités de répression israéliennes dans les sections 3, 4 et 26 de la prison israélienne de Naqab, où des centaines de Palestiniens sont emprisonnés, ainsi que des transferts arbitraires de prisonniers d’une prison à une autre. 75 prisonniers qui ont été récemment transférés de force de la prison de Naqab à la prison de Nafha ont officiellement décidé d’entamer une grève de la faim pour protester contre la mesure arbitraire israélienne.

 

Des affrontements ont éclaté dans la camp de Tulkarem où les forces d’occupation menaient une opération pour arrêter un membre de la résistance. Celui-ci, Mahmoud Jihad Jarad, 23 ans, membre des Brigades Martyrs Al-Aqsa (la branche armée du Fatah) a résisté et été tué par les militaires. Au moins quatre autres personnes ont été blessées au cours du raid, souffrant de blessures par balles à l’abdomen, au bassin, au pied et à l’épaule. L’un de ces blessés était dans un état critique. Le camp de Tulkarm, qui est construit sur une superficie de seulement 0,18 kilomètre carré, a été créé en 1950. Il abrite plus de 27 228 personnes. Un autre membre de la résistance, Amir Khalifa, avait été tué la veille dans le camp de réfugiés d’Al-Ain.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Des dizaines de Palestiniens ont été blessés mardi, lors d’affrontements avec l’armée israélienne en Cisjordanie occupée, après un raid des forces d’occupation dans le camp d’Askar dans l’est de la ville de Naplouse. L’un des blessés a été touché par des balles réelles dans le pied, trois autres ont été touchés par des balles en caoutchouc et 185 personnes ont été asphyxiées après avoir inhalé de fortes doses de gaz lacrymogènes. Des affrontements de plusieurs heures avaient éclaté après la prise d’assaut du camp pour démolir la maison d’Abdel Fattah Kharousha, tué en mars par les forces israéliennes, après avoir tué deux colons israéliens en février. Le 26 février, deux colons israéliens ont été tués dans une fusillade dans la ville de Hawara, au sud de Naplouse. L’attaque a été précédée d’attaques perpétrées par des colons, qui avaient coûté la vie à un Palestinien. Des dizaines d’autres avaient été blessés et plusieurs maisons et de voitures ont été détruites et incendiées. Par ailleurs, les forces d’occupation ont arrêté 27 Palestiniens de diverses provinces de Cisjordanie, dont 12 du village de Kobar, au nord-ouest de Ramallah.

Les prisonniers palestiniens entrent à nouveau en lutte contre la détention administrative, un emprisonnement sans inculpation ni procès. Sur un total de près de 5 000 prisonniers politiques palestiniens, environ 1 132 sont détenus sans inculpation ni jugement en vertu d’ordonnances de détention administrative renouvelables indéfiniment, ce qui représente le plus grand nombre de détenus administratifs depuis 20 ans.

Cinq prisonniers ont entamé une grève de la faim pour mettre fin à leur détention administrative, tandis que des dizaines d’autres lancent des actions de protestation contre l’administration pénitentiaire. Kayed Fasfous – ancien gréviste de longue durée qui a déjà obtenu sa liberté grâce à une grève de la faim – est en grève de la faim depuis cinq jours, rejoignant ainsi Saif Qassem Hamdan, Osama Maher Khalil, Qusay Jamal Khader et Salah Rafaat Rabaya qui sont en grève de la faim depuis neuf jours.

Prisonniers palmestiniens

Les forces israéliennes ont abattu ce vendredi à l’aube un adolescent palestinien dans le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem, dans le nord-ouest de la Cisjordanie occupée. L’armée israélienne a pris d’assaut le camp de réfugiés de Nour Shams, à l’est de Tulkarem, pour capturer des membres de la résistance, ce qui a déclenché des protestations parmi les jeunes Palestiniens. Les soldats ont tiré un barrage de balles réelles, de grenades lacrymogènes et de grenades sur les jeunes. Un soldat israélien a tiré dans la tête de Mahmoud Abu Sa’an, 18 ans, avec une balle réelle, apparemment à une courte distance. Le jeune homme blessé a été transporté à l’hôpital gouvernemental Martyr Thabet Thabet, où les médecins l’ont déclaré décédé peu après son arrivée. Sa’an venait de terminer ses études secondaires cette année.

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: