Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Au moins 26 soldats de la CRPF et de la police du Jarkhand ont été blessé suite à l’explosion de plusieurs IED ce mardi matin dans les collines de Rai Sindri du district de Sarikela-Kharsawan. 24 d’entre eux font partie de l’effectif du bataillon 209 du Commando Battalion for Resolute Action (CoBRA), brigade de la CRPF spécialisée dans les actions de contre-insurrection, tandis que les deux autres sont membres de la Special Task Force de la police du Jharkhand. D’après les autorités, il n’y aurait pas eu de combat avec les guérilleros, qui auraient battu en retraite dès l’explosion des bombes. Elles ont imposé un cordon sur toute la zone afin de mener des opérations de ratissage afin de les retrouver.

District de Sarikela-Kharsawan

District de Sarikela-Kharsawan

Samedi, 1er juin, une bombe improvisée a été découverte sous la voiture d’un policier à Belfast-Est. Le dispositif a été découvert près du terrain de golf de Shandon Park situé près du siège du PSNI (la police d’Irlande du Nord). D’après les autorités, il s’agirait d’une opération menée par des dissidents républicains.

Opération de désamorçage de la bombe

Opération de désamorçage de la bombe

Au moins huit militaires du 403e bataillon d’infanterie (403IB) de l’armée philippine ont été blessés jeudi 30 mai, lorsque des guérilleros maoïstes de la NPA ont attaqué leur convoi à Impasug-ong, Bukidnon. Les militaires escortaient des observateurs étrangers venus observer l’activité des volontaires de la communauté locale appartenant à Higaonon Amamag Malandang Olandok Gagaw (Hamog), organisation non gouvernementale qui promeut la préservation de la culture dans la région. Les guérilleros ont fait exploser un IED au passage du véhicule des militaires, et une longue fusillade s’en est suivie.

La région d’Impasug-ong

La région d'Impasug-ong

Quinze soldats ont été blessé dans l’explosion d’un IED qui avait été placée sur une route dans le district de Kharsawan (Jharkhand) ce mardi matin. Les guérilleros ont ensuite ouvert le feu à l’encontre des forces de sécurité. Celles-ci menaient une opération spéciale anti-maoïste lorsque l’incident a eu lieu. La zone a été immédiatement bouclée par les autorités qui ont déclenché une vaste opération de ratissage pour retrouver les maoïstes ayant mené l’attaque. Le commissaire local a déclaré que l’explosif avait probablement été posé en amont des élections qui viennent de se terminer, ajoutant qu’une opération conjointe de l’unité CoBRA de la CRPF, des Jharkhand Jaguar et de la police locale était en cours pour nettoyer la zone.

Kharsawan (Jharkhand)

Kharsawan (Jharkhand)

Les autorités nord-irlandaises cherchent à extrader John Downey afin qu’il fasse l’objet de poursuites pour avoir participé à une attaque à la voiture piégée ayant tué deux fantassins de l’armée britannique en 1972. John Downey a été arrêté en novembre dernier à son domicile à Ards, Creeslough (dans le comté de Donegal en République d’Irlande) dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen lancé contre lui.

En mars, la Haute Court de Dublin a ordonné son extradition. Pourtant il est en possession d’une lettre émises par le gouvernement Tony Blair. Il s’agit d’une des lettres qui garantissent aux républicains qu’ils ne sont pas recherchés pour des actes effectués avant les accords de paix. Le procureur général estime cependant que l’objet de ce type de lettres était de préciser qu’il n’y avait aucune procédure connue, mandat d’arrêt ou enquête en cours à cette époque et ne signifiait qu’ils ne serait pas poursuivit dans le futur. John Downey a fait appel de la décision d’extradition. Il passait hier en audience.

En 2014, John Downey avait déjà été arrêté en lien avec l’attaque à la voiture piégé contre la garde du palais royal (menée en 1982 durant laquelle quatre soldats et sept chevaux avaient été tués) alors qu’il passait par l’aéroport de Gatwick à Londres. La lettre du gouvernement lui avait finalement permis d’échapper aux poursuites.

John Downey

John Downey

La police péruvienne a arrêté hier dimanche, après des années de recherche, Adelina Mariluz Trujillo dans le secteur de Campo Grande du district de Pueblo Nuevo à Huánuco. Adelina Mariluz Trujillo, la “camarade Susana” du PCP-SL, âgée de 64 ans, était recherchée pour ses responsabilité dans la comité régional du Huallaga. Elle faisait l’objet d’une avis de recherche de la Chambre pénale nationale. Adelina Mariluz Trujillo avait échappé à la police en quittant son domicile à Ventanilla pour se rendre dans le Haut Huallaga.

Guérilleros maoïstes dans le Huallaga

Guérilleros maoïstes dans le Huallaga

Mercredi 22 mai, six soldats ont été blessés à Catatumbo suite à une attaque à l’explosifs de l’ELN. L’opération a eu lieu lorsque les combattant·e·s de l’ELN ont activé une charge explosive au moment où les soldats du 30e bataillon d’artillerie lançait une opération dans une zone rurale de la région de Catatumbo. Trois des blessés ont reçus des éclats d’obus et les trois autres ont été assommés par la vague explosive. Après l’attaque, l’armée a inspecté la zone et a trouvé trois autres charges d’explosifs, qui ont été détruites de manière contrôlée par le Groupe des explosifs et des démolitions.

Combattante de l’ELN

Combattante de l'ELN

22/05/2019

Inde: Arrestations

Deux guérilleros dont la tête était mise à prix ont été arrêté ce mardi dans la région de Katekalyan dans le district de Dantewada (Chhattisgarh). Tous deux sont accusés d’avoir pris part à deux attaques contre les forces de sécurité. Selon les autorités, leur rôle principal au sein de leurs structures locales était d’organiser des réunions et de rassembler les gens afin qu’ils puissent rencontre des dirigeants maoïstes, poser des IED ou encore saboter des voies routières. Une équipe conjointe du bataillon 195 de la CRPF et de la police locale avait été envoyée en opération après avoir été informée de la présence d’un groupe de guérilleros dans la zone. Leur arrivée a provoqué un retrait du groupe, et les soldats sont parvenus à interpeller les deux hommes (Kawasi Masa, 26 ans et Kudami Hadma, 25 ans) qui avaient sur eux des détonateurs, des arcs et des flèches.

Guérilleros maoïstes en Inde

Guérilleros maoïstes en Inde

Des soldats de l’armée gouvernementale ont tué quatre guérilleros maoïstes lors d’une fusillade à Carmen (Surigao del Sur). C’est un détachement du 502e brigade d’infanterie qui a rencontré un groupe d’une dizaine de combattants de la NPA. Les militaires ont récupéré sur le terrain trois AK47, deux M16, des téléphones portables et divers documents.

Combattants maoïstes

Combattants maoïstes

Deux membres de la Special Auxiliary Police du Jharkhand ont été blessé au cours d’un affrontement avec une brigade maoïste dans le district de Seraikela-Kharswan ce lundi. Les deux hommes ont immédiatement été évacué en hélicoptère et hospitalisé à Ranchi, la capitale de l’état. Selon les autorités, les maoïstes auraient ouvert le feu contre des membres des forces de sécurité qui effectuaient une mission de repérage dans la zone. Ces derniers ont battu en retraite, mais les soldats ont déclaré avoir blessés plusieurs maoïstes par leurs tirs. Le commissaire local a immédiatement déclenché une vaste opération de ratissage au cours de laquelle ses hommes auraient repéré des traces de sang sur le chemin emprunté par les guérilleros lors de leur retraite.

District de Sarikela-Kharsawan