Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

La semaine dernière, les autorités néerlandaises ont arrêté un volontaire néerlandais, connu sous le nom de guerre Andok, qui s’était battu avec les YPG contre l’État Islamique à Raqqa. Il aurait été identifié en septembre 2017 dans l’émission de télévision néerlandaise « EenVandaag ». Bien que n’ayant ni montré son visage ni révélé son nom durant l’interview pour se protéger de l’État islamique, il s’est retrouvé sur une liste de surveillance. Andok a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Schiphol après vérification de son identité. Il était cependant rentré aux Pays-Bas un mois auparavant (le voyage ayant mené à son arrestation n’étant donc semble-t-il pas son voyage de retour du Rojava). Mardi, il a été traduit devant le juge d’instruction de Rotterdam, qui l’a placé en garde à vue pour deux semaines.

Andok est le quatrième citoyen néerlandais poursuivi pour avoir pris part à la lutte des YPG contre l’État islamique. En 2016, la justice néerlandaise avait abandonné, faute de preuves, les poursuites contre Jitse Akse, un volontaire néerlandais des YPG (voir notre article). En 2018, Devin, un kurde néerlandais de 28 ans, faisait lui aussi l’objet d’un procès pour avoir combattu avec les YPG lors de la bataille de Tabqa en 2016.

Andok

Andok

Les autorités du Telengana ont annoncé avoir interpellé Savalam Soma, alias Chotu (22 ans), recherché dans le cadre de plusieurs attaques attribuées à la guérilla maoïste contre des hommes de la CRPF dans le Chhattisgarh. Deux hommes, qui seraient ses complices, ont également été interpellés. Du matériel explosif ainsi que des lances grenades ont été saisis. Selon le commissaire local de Laxminagaram, où les trois hommes étaient arrivés dimanche soir, les guérilleros étaient en mission pour récupérer des explosifs destinés à un bataillon maoïste basé dans le Chhattisgarh. Il a ajouté que Chotu, commandant adjoint d’un peloton dirigé par un cadre du nom de Hidma, serait impliqué dans cinq attaques importantes contre les forces de sécurité dans le Chhattisgarh, dont une embuscade ayant fait 24 morts dans les rangs de la CRPF. Ces deux dernières années, il aurait servi de courrier, fournissant des explosifs à Hidma.

Etat du Telengana

Etat du Telengana

Un policier local a été tué et un autre blessé lors d’une fusillade avec la guérilla maoïste vendredi à l’aube à Mt Kapuwaw, Bagnen Proper (province de Mountains). Le policier est décédé alors qu’il était soigné à l’hôpital Luis Hora Memorial de Bauko. Les deux policiers appartenaient 152e compagnie de la Force mobile régionale. Le caporal a été blessé et se trouve toujours à l’hôpital. La fusillade, qui a duré 15 minutes, a eu lieu alors que le directeur de la police nationale philippine, Oscar Albayalde, se trouvait dans le camp voisin de Dangwa à La Trinidad, pour une conférence de commandement.

Le lieu de la fusillade

Le lieu de la fusillade

Le tribunal de district de Holosiivskyi à Kiev a été mitraillé le 1é mars dernier. Les média ulkrainiens ont immédiatement tenté de disqualifier cette attaque en laissant entendre qu’elle venait de Russie. Les anarchistes qui ont mené cette attaque ont publié un document la revendiquant: “Notre attaque est un acte de solidarité anarchiste avec notre compagnon rebelle Azat Miftakhov. Tous les États sont des prisons. Les tribunaux ne constituent qu’un rouage dans l’appareil gouvernemental que les anarchistes du monde entier cherchent à détruire. La lutte révolutionnaire contre l’oppression étatique ne connaît pas de frontières tracées par les gouvernements. Nous sommes solidaires de tous nos camarades du monde entier. La police, les enquêteurs, les procureurs et le personnel judiciaire – ils sont coupés du même tissu dans le monde entier. Ce sont des instruments d’oppression aux mains de l’État, ce qui signifie que nous devons les cibler, quel que soit le lieu ou le lieu. Combats où tu te trouves!”

Lire tout le communiqué

En 2016, des anarchistes avaient déjà lancé plusieurs cocktails Molotov sur le tribunal de district d’Holosiivskyi (voir notre article). Après l’incendie, les autorités avaient installé un grillage sur leurs fenêtres pour se protéger des nouveaux Molotov.

Quelques impacts sur la façade du tribunal

Quelques impacts sur la façade du tribunal

Alors que des élections parlementaires doivent s’y tenir cette semaine, quatre guérilleros maoïstes, dont deux femmes, ont été abattus ce mardi dans le Bastar. Ils ont été abattus dans un combat contre des soldats de la CRPF dans le district de Sukma. Les autorités annoncent avoir abattu 17 maoïstes depuis le début de l’année. Selon le commissaire local, une brigade composée d’hommes de la CRPF, du commando CoBRA et de la police locale s’était rendue dans la zone de Karkanguda après avoir reçu l’information d’une présence maoïste dans la région.

Soldats indiens

Soldats indiens

Trois guérilleros présumés de la NPA ont été tués et un autre capturé après une fusillade avec la police dans le Samar du Nord aujourd’hui jeudi. Une cinquantaine guérilleros maoïstes, dont plusieurs femmes, arrivés en ville dans un camion ont attaqué le commissariat de police municipal de Victoria, aux environs de 3h44. Les tirs ont duré jusqu’à 6h40 entre assaillants et policiers qui, retranchés sur la terrasse bétonnée surplombant commissariat, ont eu l’avantage de la position. Deux sous-officiers de la police ont été blessés.

Policiers armés retranchés sur le toit du commissariat de Victoria

Policiers armés retranchés sur le toit du commissariat de Victoria

Un cadre présumé de la NPA a été tué vers 4 heures du matin, ce dimanche à Sitio Burak, alors que les troupes gouvernementales envahissaient une base de la guérilla, à la suite d’un combat dans l’arrière-pays d’Iloilo. C’est le quatrième accrochage en peu de temps entre une unité du front sud, Komiteng Rehiyon-Panay de Joven Ceralvo, et lmes détachement du 61 bataillon d’infanterie. Les militaires ont récupéré des documents subversifs, un fusil M16 et des munitions, des explosifs et des drapeaux de la NPA et du NDF.

Au cours de l’accrochage du 17 mars, les soldats du gouvernement ont capturé trois rebelles de la NPA identifiés comme étant Ramon «Toto» Elamparo, 48 ans; Roberto “Nono” Elbao, 50 ans; et Ruperto “Bebot” Elamparo, 50 ans.

Drapeaux et munitions récupérés par l’armée ce dimanche

Drapeaux et munitions récupérés par l'armée ce dimanche

Jeudi 21 mars, Alirio Montenegro Adamez,, pilote du bataillon de haute montagne n °8 de l’armée colombienne a été capturé par l’EPL alors qu’il se déplaçait dans un véhicule officiel à la hauteur de Llanito, dans la municipalité de Florida dans le département de Valle del Cauca. L’EPL a ensuite diffusé une vidéo du soldat dans laquelle il demandais la cessation des opérations anti-guérilla dans la région en échange de sa libération. Aujourd’hui l’EPL a décidé de le libérer et l’a remis à une commission du bureau du médiateur à Valle del Cauca.

Des opérations de recherche avaient été menées dans la muncipalité de Monténégro par l’armée au cour desquels des affrontements ont ont éclaté avec la guérilla. Un membre de l’EPL José Alfredo Solarte Henao, alias “Escalera”, est décédé durant ces affrontements.

Combattants de l’EPL (archive)

Combattants de l'EPL (archive)

Six soldats de la CRPF ont été blessés dans une embuscade tendue par des guérilleros maoïstes dans le district de Dantewada (Chhattisgarh) lundi dernier. Une brigade du bataillon 231 de la CRPF ainsi qu’une unité de la police de l’état menait une opération de sécurisation routière lorsqu’un IED a explosé. Immédiatement après l’explosion, une violente fusillade a éclaté entre des maoïstes et les soldats. Six d’entre eux ont été blessés.

Soldat de la CRPF

Soldat de la CRPF

Un responsable présumé du PCP-SL a été arrêté jeudi à Chiclayo, dans la région de Lambayeque. Gregorio Crisanto Tiquillahuanca, 50 ans, est accusé d’avoir commandé un groupe armé de la “base Maray Huarmaca”, appartenant au comité régional du Nord du PCP-SL. Il était recherché à la demande de la Chambre criminelle nationale du terrorisme de Lima. Il a été mis à la disposition de la police judiciaire de Chiclayo, en attendant son transfert à Lima.

Gregorio Crisanto Tiquillahuanca

Gregorio Crisanto Tiquillahuanca