Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Jeudi 31 décembre des employés municipaux en grève ont bloqué l’entrée de la Banque Nationale à Guaymallén. Les employés dénoncent le non-paiement de leur salaire et le licenciement de 80 travailleurs. Malgré le dispositif policier, ils ont manifesté dans la ville, brûlé des pneus, jeté des pétards, bloqué des administrations et provoqués plusieurs incidents.

La succursale de la Banque Nationale à Guaymallén

La succursale de la Banque Nationale à Guaymallén

De violents incidents ont opposé mardi des manifestants qui bloquaient depuis cinq jours l’accès au plus grand aéroport d’Argentine et les forces de l’ordre qui les ont dispersés avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc. Quelque 250 hommes de la gendarmerie argentine en tenue anti-émeutes et équipés de canons à eau ont lancé dans la matinée une opération pour débloquer l’autoroute d’accès à l’aéroport international d’Ezeiza, près de Buenos Aires. Plusieurs manifestants ont été blessés lors d’affrontements au corps à corps avec les gendarmes.

L’entrée de l’aéroport était partiellement bloquée depuis la semaine dernière par des employés d’une entreprise avicole locale, Cresta Roja, qui réclament leurs salaires impayés. La décision d’envoyer les forces de l’ordre débloquer l’autoroute marque l’entrée en vigueur de dispositions adoptées par le nouveau pouvoir pour interdire les blocages de routes.

Les manifestants de Buenos Aires

Les manifestants de Buenos Aires

Aujourd’hui 9 septembre, un communiqué anarchiste a revendiqué l’attaque à la bombe artisanale (une charge de poudre noire et des bonbonnes de gaz) contre le Cercle des sous-officiers de la police fédérale argentine, dans le quartier de Balvanera, à Buenos Aires, le 24 août dernier. Le communiqué expose que cette action est aussi faites par sympathie avec les camarades anarchistes emprisonnés et en cavales dans diverses parties du monde.

Le Circulo de suboficiales de la Policía federal argentina

Le Circulo de suboficiales de la Policía federal argentina

Les agriculteurs argentins ont affrontés la police le 2 septembre à Paraná (Entre Rios), lorsqu’ils ont voulu entrer en force dans le siège du gouvernement local. Sept membres des forces de l’ordre ont été blessés par les manifestants qui ont aussi allumé des feux de pneus. Les agriculteurs argentins connaissent de grandes difficultés économiques, ils ont envahi la ville avec leur tracteur en exigeant des mesures politiques.

La manifestation à Paraná

La manifestation à Paraná

Joaquin Sorianello, chercheur en sécurité informatique a découvert une faille permettant à un assaillant de faire passer son ordinateur pour une des urnes électroniques utilisée lors des élections municipales de ce dimanche 5 juin à Buenos Aires. Cette fausse urne pouvait envoyer ses propres résultats au serveur central qui agrégeait la totalité des résultats. La faille était plutôt simple : les certificats SSL étaient à la disposition de tous. Ce sont ces certificats qui sont censés permettre aux urnes de communiquer avec le serveur centra de façon sécuriséel. Le chercheur a d’abord contacté la firme (privée) qui s’assurait seule du vote électronique, celle-ci ne donnant pas de réponses, Joaquin a rendu sa découverte publique et a rapidement reçu la visite de la police qui a saisit la totalité de son matériel informatique.

D’autres chercheurs ont démontré samedi, la veille du vote, que les bulletins (des bulletins papiers équipés de puces RFID) pouvaient aisément être contrefaits. Un attaquant avec un smartphone équipé d’une puce NFC (Communication en Champs Proche) pouvait donc théoriquement voter autant de fois qu’il le souhaitait. A nouveaux, pas de détection possible. Cette découverte ayant été ignorée : les hackers ont démontré en vidéo qu’ils pouvaient utiliser cette faille très facilement (voir la vidéo plus bas). Une université avait été chargée d’auditer le système de votes électroniques et n’a trouvé aucune de ces énormes failles informatiques.

Plusieurs initiatives ont eu lieu dans le cadre des journées de solidarité avec Marco Camenisch:
– A Rothrist (Suisse) le 16 juin: Tagage contre les sociétés énergétiques AXPO et AEW.
– A Santiago du Chili le 15 juin: Attaque incendiaire contre une société automobile
– A Saint-Jacques de Compostelle (Espagne) le 17 juin: Soirée publique avec projection du film “Marco Libero!”
– A Hambourg le 17 juin: Soirée publique avec projection du film “Marco Libero!”
– A Zurich le 20 juin: Manifestation devant le centre fermé, (près de l’aéroport).
– En Italie le 20 juin: Affichages et tractages
– dans le Tessin (Suisse): Affichages et tractage
– A Buenos Aires le 21 juin: Peintures murales
– A Berne le 21 juin: Peintures murales
– A Berne le 22 juin: Bris des vitres des voitures de la société énergétique/nucléaires BKW
– En Turquie: stand et tractage
– A Winterthur (Suisse) le 22 juin : Soirée publique avec projection du film “Marco Libero!”
– A Bruxelles le 22 juin: Tag sur le siège des sociétés énergiques/nucléaires AREVA et ABB (lire le communiqué)

EDIT:
– A Zurich le 23 juin: Jets de peinture et serrure collée au service de psychiatrie légale
– Dresde le 23 juin: Accrochage de banderoles et tags
– Melbourne le 23 juin: Accrochage de banderole

Tags sur le siège d’AXPO

Cliquer ici pour les photos, images, communiqués et liens utiles

Tags sur le siège d'AXPO

Le 23 janvier 1989, la base militaire de la Tablada est attaquée par des membres du mouvement guérillero Tous pour la patrie (MTP), qui rassemble d’anciens membres des guérillas de la gauche révolutionnaire (EPR) et de la gauche péroniste (monteneros). Le MTP mène cette attaque pour prévenir la tentative d’un nouveau coup d’Etat, à partir de cette base, qui croit savoir imminent. Le siège dure 30 heures à l’aide de tanks et de bombes au phosphore : 11 militaires et policiers seront tués, et 28 guérilleros. Des images montrent clairement plusieurs guérilleros capturés vivants par les militaires, mais qui seront ensuite présentés morts, nus et calcinés. Ceux des prisonniers qui ne furent pas exécuté furent torturés.

Les dépouilles des guérilleros tués furent inhumées dans une tombe anonyme des années avant que des prélèvements soient autorisés pour permettre une identification. Plusieurs corps n’ont pas encore été retrouvés. La justice argentine avait décidé d’un non-lieu dans le procès de deux militaires poursuivis pour homicide aggravé pour la disparition de deux guérilleros. La Cour suprême vient de revenir sur cette décision, répondant à la recommandation de la Commission inter-américaine des droits de l’homme, faite en 1997.

Le président Alfonsin devant le corps d’une guérillera du MTP

Le président Alfonsin devant le corps d'une guérillera du MTP

Le lundi 29 décembre, une trentaine de personnes ont manifesté devant l’ambassade espagnole pour protester contre l’incarcération des anarchistes dans le cadre de l’Opération Pandora.

Argentine: Manifestation de solidarité avec les inculpés de l’opération Pandora

La ferme de Monte Peloni, non loin de la petite ville d’Olivarría, au sud de Buenos Aires était un des centres de détention clandestin où des militants de gauche, des syndicalistes et plus tard des membres du mouvement étudiant ont été torturés, violés et assassinés pendant la disctature, en 1976 et 1983. Quatre anciens militaires – généraux, sergents et officiers de renseignement – doivent répondre devant la Cour d’Olivarría pour leur rôle à Monte Peloni. Ils sont accusés de crimes contre l’humanité.

Lors du procès, les cas de 21 victimes seront analysés. La ville d’Olivarría avait été ébranlée début août par la réapparition du petit-fils d’Estela de Carlotto, la présidente de l’association des Grand-Mères de la place de Mai. Cet enfant avait été, comme tant d’autres, volé à sa mère biologique juste après sa naissance pour être donné à une famille proche du régime militaire.

En Argentine, on appelle « carancho » un oiseau charognard se nourrissant de cadavres d’animaux percutés sur les routes de la Pampa, et dont le nom a été repris pour désigner les avocats qui tirent profit de manière frauduleuse d’accidents de la route, allant jusqu’à monter ceux-ci de toutes pièces… Début juillet, lors d’une journée d’action des travailleurs de Lear, en lutte plus depuis trois mois, contre les licenciements, le traditionnel blocage de l’autoroute Panaméricaine avait été remplacé par une “opération escargot”. Face à des voitures roulant à 5 km / h, un gendarme s’est jeté sur une voiture pour faire semblant d’avoir été renversé et inculper le conducteur.

Plusieurs semaines après, une vidéo du « plongeon » du gendarme a fait le tour des médias. Sur cette même vidéo, on voit aussi un ancien militaire réembauché en tant que « coordonnateur d’opérations » par le secrétaire d’État à la sécurité infiltré dans les manifestations. Les autorités ont d’abord soutenu le gendarme, immédiatement surnommé le “gendarme  carancho ”, puis ont du reconnaître les faits.

Argentine: Provocation policière contre les grévistes de Lear