Retrouvez sur cette page les dernières infos sur la répression et la résistance autour du confinement.

Retrouvez également :
Sans perdre un instant! (analyse du Secours Rouge International)
Petit guide des confiné-es (v2 – 7 avril 2020).
Petit guide V1 (avec Riot.im)
À l’attention des personnes et forces militantes, s’organiser contre le coronavirus et le capitalisme.

 

De graves affrontements ont eu lieu lors d’une manifestation contre le confinements hier à Barcelone. Les heurts ont commencé aux portes du palais de la Generalitat et de la mairie de Barcelone. Les manifestants ont affrontés la police, dressant des barricades, lançant divers projectiles et incendiant des conteneurs. Quatorze personnes ont été arrêtées et trente personnes ont été blessées selon le bilan officiel. Dans les affrontements, deux fourgons des brigades mobiles ont été mis hors service, ainsi que trois véhicules de police catalane, un véhicule et une moto de la Garde urbaine. A Burgos, un rassemblement anti-confinement s’est tenu dans le quartier de Gamonal vendredi soir. Il a également débouché sur de violents affrontements avec la police.

Les affrontements de Barcelone

Depuis l’éclatement de l’épidémie de coronavirus, la Direction Générale du Contrôle du bien-être au travail a mis au point une stratégie afin de contrôler si les employeurs respectaient suffisamment les règles mises en place pour endiguer la propagation du virus comme le respect de la distanciation sociale ou le port du masque. Au cours de la période entre le 18 mars et le 28 août dernier, le service de Contrôle du bien-être au travail a réalisé 4700 contrôles dans les entreprises, dont plus d’un millier entre mars et avril, 2700 en mai et juin, et plus de 900 pendant les vacances d’été. Par ailleurs, 1630 contrôles ont été effectués à distance, c’est-à-dire par téléphone, sur base d’une check-list. La plupart de ces contrôles (1501) ont eu lieu en mars et avril, à savoir pendant le confinement. Des manquements aux règles sanitaires ont été constatés sur 3223 lieux de travail. La majorité des employeurs en défaut (3039) s’en sont sortis avec un “avertissement”.

Une majorités des employeurs contrôlés ne respectent pas les règles sanitaires

Une majorités des employeurs contrôlés ne respectent pas les règles sanitaires

Des heurts ont opposé vendredi 23 au soir à Naples la police à des manifestants protestant contre le couvre-feu nocturne. Vers 23 heures, au début du couvre-feu qui court chaque nuit jusqu’à 5 heures en Campanie, la région de Naples, plusieurs centaines de personnes, souvent jeunes, ont allumé des fumigènes, incendié des poubelles et lancé des projectiles sur les policiers anti-émeute déployés dans le centre-ville. Des appels avaient été lancés sur les réseaux sociaux pour défier le couvre-feu décrété à partir de vendredi soir en Campanie, et également en vigueur dans le Latium, la région de Rome, et en Lombardie, la région de Milan (nord).

Dossier(s): Confinement Italie Tags: ,

En Mai, début du déconfinement, un artiste et accompagné trois techniciens avaient réalisé une performance, sur la rue Neuve noire de monde. Cette performance, réalisée dans le but de dénoncer l’abandon du secteur culturel, avait rapidement été interrompue par la police. En juillet, les quatre activistes avaient reçus une amende de 250 euros chacun pour “interdiction de circuler” et avaient décidé de la contester avec l’aide d’une avocate. Leur contestation a été rejetée aujourd’hui et les quatre activistes doivent donc payer un total de 1000 euros.

1000 euros d'amendes pour un artiste qui avait dénoncé l'abandon du secteur culturel

1000 euros d’amendes pour un artiste qui avait dénoncé l’abandon du secteur culturel

Lundi 19 octobre, une centaine de travailleuses et travailleurs de l’hôpital d’Érasme ont stoppé le travail afin de manifester leur colère et protester contre le manque de moyens et de personnel dans les hôpitaux. Le service de soins intensifs de l’hôpital est d’ores et déjà saturé. On attend quelques 1000 personnes en soins intensifs d’ici la fin du mois à l’échelle nationale.

Arrêt de travail du personnel de l'hôpital Érasme

Arrêt de travail du personnel de l’hôpital Érasme

Dimanche 18 octobre vers 21h, une manifestation contre le couvre-feu s’est déroulée dans le quartier des Halles à Paris. Les manifestant·es scandant des slogans anti couvre-feu tels que “Tout le monde déteste le couvre-feu”, “Liberté” ou encore “Travaille, consomme et rentre chez toi”. Une manifestation similaire devrait se tenir un octobre. Le couvre-feu a débuté samedi 17 octobre et devrait durer 4 semaines. Seules les personnes avec des dérogations pourront sortir entre 21h et 6h. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 135 euros.

Une manifestation brave le couvre-feu à Paris

Une manifestation brave le couvre-feu à Paris

Le comité de concertation a annoncé aujourd’hui de nouvelles mesures gouvernementales qui auraient pour but de lutter contre le Coronavirus. Parmi ces mesures, la mise en place d’un couvre-feu sur tout le territoire entre minuit et cinq heure du matin à partir du lundi 19 octobre. Un couvre-feu était déjà en place dans les provinces du Brabant wallon et du Luxembourg (voir notre article). La fermeture des entreprises non-essentielles, n’est, quant-à-elle, toujours pas à l’ordre du jour. Les lieux de travail ont pourtant été identifiés dans plusieurs pays comme étant les principaux foyers de contamination au Covid-19.

Contrôle "coronavirus" de la police de Bruxelles

Contrôle “coronavirus” de la police de Bruxelles

Le gouverneur du Brabant wallon, Gilles Mahieu, a décidé d’instaurer un couvre-feu dans sa province pendant quinze jours. Dès lors, personne ne pourra se trouver dans la rue entre 1h et 6h du matin. Il sera donc interdit de se trouver sur la voie ou dans les espaces publics entre 1h et 6h du matin, sauf pour les déplacements médicaux urgents, pour les cas de force majeure, pour assister des personnes vulnérables, pour se rendre ou rentrer de son lieu de travail ou dans le cadre d’un voyage à l’étranger. Dans la province de Luxembourg, les déplacements non-essentiels seront également interdits de 01h00 à 06h00 dès le 14 octobre en province de Luxembourg. La décision a été prise en concertation la ministre de l’Intérieur, le commissaire fédéral en charge de la crise du coronavirus, le gouvernement wallon et les bourgmestres de la province. La fermeture des entreprises non-essentielles, n’est, quant-à-elle, toujours pas à l’ordre du jour.

Contrôle "coronavirus" de la police de Bruxelles

Contrôle “coronavirus” de la police de Bruxelles

Le 16 mai 2020, une centaine de soignant·es formaient une haie de déshonneur pour protester contre la 1ère ministre, Sophie Wilmes alors que celle-ci effectuait une visite de l’hôpital Saint-Pierre (voir notre article). Suite à cette action, des participant·e·s auraient reçu des menaces de licenciements ainsi que de non reconduction de contrat. Un médecin urgentiste a d’ores et déjà vu son contrat non-reconduit. Plus d’infos ici.

Les soignant·es forment une haie de déshonneur pour accueillir Sophie Wilmes

Nous serons en direct écrit et photo, de la “Grande Manifestation de la Santé” organisée par la Santé en Lutte. Le post le plus récent sera affiché en bas de l’article. Notre légal-team est joignable au +32 456 20 06 42 (privilégiez les messages écrits, joignable via Signal, Whatsapp et Telegram), vous pouvez également informer ce numéro des développements dans la manif afin d’alimenter le fil-info.

Notre “petit guide légal des manifestant-es” peut être consulté en cliquant ici.

LIVE :

  • 13h20 : Des centaines de manifestant·e·s déjà rassemblé·e·s. On rapporte une grande présence policière partout dans le centre-ville, dont notamment :
    • Une auto-pompe garée Place du Congrès,
    • Une auto-pompe et plusieurs combis garés Place Royale,
    • 4 grandes camionnettes et une voiture de commandement à l’Église de la Chapelle,
    • Des motards ferment la Rue Cantesteen,
    • La Rue Royale est fermée (au niveau des bureaux du journal Le Soir).
  • 13h55 : Les manifestant-es sont particulièrement présent-es sur le Boulevard de l’Empereur. La police est présente massivement, notamment aux abords de la Place de la Chapelle, à l’entrée des Marolles où plusieurs émeutes ont eu lieu la semaine passée. On signale également que le drone de la police est déployé aux abords du Mont des Arts. Voir la carte.
  • 14h : Une ligne de policiers avec boucliers et matraques bloquent maintenant le Boulevard de l’Empereur aux manifestant-es qui veulent passer.
  • 14h22 : Alors que ça discute avec le Commissaire Vandersmissen à l’avant, de l’autre côté du cortège, Place de la Justice, les flics se mettent en costume anti-émeute (pour nasser ?)
  • 14h27 : La manifestation se met en marche et fait demi-tour vers la Place de l’Albertine.
  • 14h45 : La manifestation semble se dissoudre autour de la Place de l’Albertine.
  • 15h10 : Affrontements au niveau de la Place du Marché aux Herbes.
  • 15h15 : La police repousse les manifestant-es qui tentaient d’aller au centre-ville, vers la Place de l’Albertine.
  • 15h20 : Beaucoup de lignes de police autour de la Gare Centrale
    • Rue Loxum (Albertine)
    • Boulevard de l’Impératrice (Gare Centrale) avec une autopompe.
    • Rue Haute et Place de la Chapelle avec une autopompe.
    • D’autres policiers sont déployés autour de la Bourse.
    • La situation chauffe.
  • 15h24 : Les flics sont repoussés Rue Cantesteen, au-dessus de la Gare Centrale. L’hélico est juste au-dessus.
  • 15h34 : La Place de l’Albertine est nassée, l’autopompe est en position et beaucoup de policiers en équipement arrivent en renfort. Plusieurs centaines de manifestant-es toujours présent-es.
  • 15h41 : Ce sont les escaliers du Mont des Arts qui sont nassés, avec beaucoup de flics en équipement dans le parc même.
  • 16h : La police se retire de la Place de l’Albertine, laissant se rencontrer les manifestants des nasses d’un côté et de l’autre du Boulevard de l’Empereur.
  • 16h10 : La police demande au mégaphone d’évacuer la route, précisant “manifestation interdite”.
  • 16h16 : La circulation est rouverte, les derniers policiers évacuent. Toujours 9 combis et une autopompe sur la Place Royale. On nous confirme l’arrestation d’une vingtaine de personnes devant les Musées Royaux.
  • 16h30 : Le direct est terminé.