Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Le 12 octobre à Marseille, les jeunes Révolutionnaires revendiquent des dégradations sur la façade du consulat d’Italie en solidarité avec Nadia Lioce, prisonnière des Brigades Rouges PCC.

Le twitter des JR

Marseille: Le consulat d’Italie tagué en solidarité avec Nadia Lioce

Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), a été acquitté ce vendredi dans son procès pour une action de protestation menée en 2017 contre les restrictions supplémentaires mis en place dans le cadre de son isolement total (voir notre article précédent)

Des représentants du Secours rouge ont participé aux deux rassemblements de soutien organisés ce vendredi devant la prison où elle est détenue et devant le tribunal. En raison de son régime d’isolement, Nadia Lioce comparait via une vidéoconférence depuis la prison de l’Aquila.

Italie: Nadia Lioce acquittée dans le procès de rébellion contre l’isolement carcéral

Le 28 septembre, le procès de Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), reprendra à l’Aquila. Ce procès vise à réprimer la résistance de Nadia contre les conditions inhumaines de détention qui lui sont imposées dans le cadre du régime d’isolation spéciale 41bis. Ce régime est également appliqué contre d’autres membres des BR-PCC : Roberto Morandi et Marco Mezzasalma. Nadia est emprisonnée depuis 2003 et en isolement 41bis depuis 2005. Une manifestation aura lieu devant le tribunal à Turin le jour de l’audience, à l’appel de la section turinoise du Secours Rouge International. En solidarité avec Nadia Lioce, le Consulat Général d’Italie, situé Rue de Livourne à Bruxelles, a été tagué hier.

Le Consulat général d’Italie à Bruxelles

Le Consulat général d'Italie à Bruxelles

Ces 18-19-20 janvier avaient lieu trois conférences à Bruxelles, dans le cadre d’un week-end de solidarité avec Nadia Lioce et les autres combattants des BR-PCC emprisonnés en régime d’isolement absolu 41bis. Le jeudi 18, Silvia Baraldini, combattante et ancienne prisonnière de la ‘Black Liberation Army’ a donné une conférence en anglais sur les luttes révolutionnaires qui ont secoué les États-Unis dans les années 60, 70 et 80, livrant son propre témoignage. Le vendredi 19, Silvia Baraldini et Paola Staccioli et Silvia Baraldini ont présenté leur livre ‘Sebben che siamo donne’ sur 10 femmes révolutionnaires. Et le samedi 20, Alfredo Davanzo a présenté l’histoire des mouvements révolutionnaires italiens de 1969 à nos jours qu’il avait écrit en 2006 dans une brochure de ‘Solidarité internationale’ (retrouver ce texte sous format .pdf). Au cours des trois jours, une petite centaine de personne a assisté à au moins l’une des conférences.

Succès du week-end de solidarité avec Nadia Lioce

Succès du week-end de solidarité avec Nadia Lioce

Ce vendredi 24 novembre Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), emprisonnée depuis mars 2003 à l’isolement total (régime carcéral 41bis) depuis 2005, comparaissait pour une action de protestation contre de nouvelles restrictions. Ces restrictions concernent notamment le nombre des livres dont elle peut disposer en cellule. Ce nombre a été réduit à trois qu’elle ne peut acheter que via l’administration pénitentiaire, avec la censures et les atermoiements buraucratiques que cela comporte. Cette audience a été l’occasion de mobilisations solidaires en Italie et ailleurs, à commencer par des rassemblement devant le palais de justice et la prison de l’Aquila parce qu’en raison de son régime d’isolement, Nadia comparait via une vidéoconférence, mais aussi devant le palais de justice de Turin à l’initiative de la section locale du Secours rouge international.


Devant la prison de L’Aquila

Devant la prison de L'Aquila

Ce 23 septembre, apéro antirep’ en solidarité avec Nadia Lioce et contre le régime d’isolement absolu 41bis. Plus d’info ici.

Le 15 septembre a commencé un nouveau procès contre Nadia Lioce pour une action de protestation contre les restrictions dont elle fait l’objet. Nadia est militante des BR-PCC, emprisonnée depuis mars 2003 et soumise au régime carcéral 41bis (isolement total) depuis 2005, Ces nouvelles restrictions concernent notamment le nombre des livres dont elle peut disposer en cellule. Ce nombre a été réduit à trois, elle ne peut les acheter que via l’administration pénitentiaire qui en outre censure ses lectures.

Des telles mesures ne répondent à aucun motif sécuritaire alors qu’elles aggravent des conditions de vie déjà invivables, constituées de privation et d’isolement. Leur finalité est strictement politique: briser la résistance de ces prisonniers, les pousser à la capitulation.

Nadia Lioce et les autres camarades détenus sous régimes spéciaux depuis de nombreuses années, parfois des décennies, affrontent ces traitements comme une partie de la guerre de classe, comme une partie du processus révolutionnaire. Ils ne glisse jamais dans des attitudes victimistes mais offrent au mouvement de classe leur résistance comme élément avancé de la lutte de classe, en rejetant aussi les propositions récurrentes de “solution politique” et autres formules qui signifient reddition et capitulation. Cette cohérence, ce courage, de Nadia et des autres, nous devons les apprécier et les soutenir.

Liberté pour Nekane, Nadia et Mesale!

Liberté pour Nekane, Nadia et Mesale!

A l’occasion du 70ème anniversaire de la libération de l’Italie, plusieurs milliers de manifestants ont défilé à Turin. La ‘Charge Prolétaire pour le Communisme’ a distribué 600 tracts contre le régime 41bis, le régime d’isolement le plus dur du pays dans lequel 3 membres des BR/PCC sont encore emprisonnés.

Voir le tract.

Rassemblement contre 41bis à Turin.

Rassemblement contre 41bis à Turin.

Le tribunal de Pérouse a reconnu qu’Enrico Triaca, ancien militant des Brigades rouges qui a passé en tout 13 ans dans les prisons spéciales, a dit la vérité en dénonçant qu’il avait été torturé en 1978. Les magistrats reviennent donc sur la précédente sentence qui avait infligée un an et quatre mois de prison à l’ancien brigadiste pour calomnie. C’est la première fois en Italie que des juges brisent l’omerta qui depuis plus de 35 ans couvrait l’action d’un groupes de fonctionnaires de la direction de la police politique, l’UCIGOS qui ont torturé des dizaines (70?) de membres des BR. Après avoir entendu les témoignages du commissaire qui recueillait les confessions sans infliger directement les supplices, et des deux journalistes qui avaient rencontré et interviewé les tortionnaires, les juges se sont exprimés sans tarder, mais en résumant cette procédure à une seule et unique audience, les juges font aussi l’impasse d’appeler à la barre Nicola Ciocia, le responsable d’une équipe des tortionnaires.

« Est-il exact que des agents de la CIA ont assisté à des ‘traitements ‘ et ont été surpris par votre technique ? » A cette question posée par un journaliste, Nicola Ciocia, qui cachait son identité derrière le pseudo “professeur De Tormentis”, avait répondu avec fierté « Les Italiens sont les meilleurs au monde. Les autres, ceux des autres pays, n’ont pas assez de tripes, ils n’en ont pas autant que nous, les italiens. Ce ne sont certainement pas les américains qui nous ont appris certaines choses, nous sommes les meilleurs. » qui ajoutait: « Quand on agit au nom de l’Etat , on a les épaules couvertes. » Avec raison: les faits sont désormais prescrits et il n’existe aucune loi dans le code pénal italien qui condamne la torture.

Suite à la jambisation de la semaine dernière (deux personnes masquées à moto avait tiré dans la jambe d’un patron de l’industrie nucléaire) la police italienne a indiqué ce matin être à la recherche de deux anciens membres des Brigades Rouges qui auraient tenté de reconstituer une cellule en l’an 2000. La police a également indiqué que les deux suspects auraient été en contact avec un Génois enprisonné après que l’on ait retrouvé d’anciennes armes soviétiques chez lui.