Lors des manifestations pour le 1er Mai, la solidarité avec les militants et militantes italiens menacés d’extradition (voir notre article) s’est exprimée. À Paris comme à Toulouse, des banderoles ont été confectionnées et brandies.

À Toulouse

À Paris

À Paris

Mercredi 28, plusieurs militants et militantes italiens ont été arrêtés à Paris en vue d’une extradition vers l’Italie pour des faits remontant aux années 70-80 (voir notre article). Ils et elles sont ressortis dans la soirée du 29 avril avec différents degrés de probation. Une première audience aura lieu le 5 mai prochain afin d’examiner la demande d’extradition. Sur les 10 exilés recherchés par la police française, une personne reste introuvable.

Mercredi 28 avril au matin, cinq anciens membres des Brigades Rouges italiennes, un ancien membre de Nuclei Armati per il Contropotere Territoriale et un de Lotta Continua ont été interpellés en France pour des actes commis dans les années 70-80, à la demande de l’Italie. Dans le cadre de la même procédure, trois autres personnes sont également recherchées.  La décision de transmettre au Parquet ces dix noms, sur les 200 personnes que réclame l’Italie à la France depuis des années, a été prise par Emmanuel Macron.

Des dizaines de personnes se sont rassemblées pour rendre un dernier hommage à Salvatore Ricciardi, ancien militant des Brigades Rouges et animateur à la Radio Onda Rossa, décédé à Rome ces derniers jours à l’âge de 80 ans. Un tag sur le mur d’Aurélien, des chansons et des slogans et des drapeaux ont animé ce rassemblement qui revendiquait aussi la liberté de manifester et de protester malgré le coronavirus. Beaucoup portaient des masques et respectaient les distances de sécurité. La police est intervenue et a bloqué le rassemblement.  Après quelques instants de tension les manifestants se sont dispersés. Quarante-six manifestants identifiées par les policiers de la Digos seront sanctionnés pour non respect des interdictions prévues par le décret de confinement. Un premier groupe s’était d’abord rassemblé devant la Policlinico Umberto I en attendant la sortie du cercueil tandis qu’une cinquantaine attendait le corbillard dans le quartier populaire de San Lorenzo pour l’hommage et le départ vers le cimetière. Salvatore Ricciardi, décédé ces derniers jours à l’âge de 80 ans, avait été hospitalisé pendant quelques semaines à l’automne suite à une initiative de lutte en faveur des détenus à risque de coronavirus. Il était un des fondateurs de l’autonomie ouvrière romaine, et avait rejoint, dans la seconde moitié des années 70, la colonne romaine des Brigades rouges. Arrêté en mai 1980 et condamné à la réclusion à perpétuité, il avait obtenu sa totale liberté en 2010.

Salvatore Ricciardi lors du procès pour l'enlèvement d'Aldo Moro

Le rassemblement d'hommage

Le 12 octobre à Marseille, les jeunes Révolutionnaires revendiquent des dégradations sur la façade du consulat d’Italie en solidarité avec Nadia Lioce, prisonnière des Brigades Rouges PCC.

Le twitter des JR

Marseille: Le consulat d’Italie tagué en solidarité avec Nadia Lioce

Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), a été acquitté ce vendredi dans son procès pour une action de protestation menée en 2017 contre les restrictions supplémentaires mis en place dans le cadre de son isolement total (voir notre article précédent)

Des représentants du Secours rouge ont participé aux deux rassemblements de soutien organisés ce vendredi devant la prison où elle est détenue et devant le tribunal. En raison de son régime d’isolement, Nadia Lioce comparait via une vidéoconférence depuis la prison de l’Aquila.

Italie: Nadia Lioce acquittée dans le procès de rébellion contre l’isolement carcéral

Le 28 septembre, le procès de Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), reprendra à l’Aquila. Ce procès vise à réprimer la résistance de Nadia contre les conditions inhumaines de détention qui lui sont imposées dans le cadre du régime d’isolation spéciale 41bis. Ce régime est également appliqué contre d’autres membres des BR-PCC : Roberto Morandi et Marco Mezzasalma. Nadia est emprisonnée depuis 2003 et en isolement 41bis depuis 2005. Une manifestation aura lieu devant le tribunal à Turin le jour de l’audience, à l’appel de la section turinoise du Secours Rouge International. En solidarité avec Nadia Lioce, le Consulat Général d’Italie, situé Rue de Livourne à Bruxelles, a été tagué hier.

Le Consulat général d’Italie à Bruxelles

Le Consulat général d'Italie à Bruxelles

Ces 18-19-20 janvier avaient lieu trois conférences à Bruxelles, dans le cadre d’un week-end de solidarité avec Nadia Lioce et les autres combattants des BR-PCC emprisonnés en régime d’isolement absolu 41bis. Le jeudi 18, Silvia Baraldini, combattante et ancienne prisonnière de la ‘Black Liberation Army’ a donné une conférence en anglais sur les luttes révolutionnaires qui ont secoué les États-Unis dans les années 60, 70 et 80, livrant son propre témoignage. Le vendredi 19, Silvia Baraldini et Paola Staccioli et Silvia Baraldini ont présenté leur livre ‘Sebben che siamo donne’ sur 10 femmes révolutionnaires. Et le samedi 20, Alfredo Davanzo a présenté l’histoire des mouvements révolutionnaires italiens de 1969 à nos jours qu’il avait écrit en 2006 dans une brochure de ‘Solidarité internationale’ (retrouver ce texte sous format .pdf). Au cours des trois jours, une petite centaine de personne a assisté à au moins l’une des conférences.

Succès du week-end de solidarité avec Nadia Lioce

Succès du week-end de solidarité avec Nadia Lioce

Ce vendredi 24 novembre Nadia Lioce, militante des BR-PCC (Brigades Rouges pour la construction du Parti Communiste Combattant), emprisonnée depuis mars 2003 à l’isolement total (régime carcéral 41bis) depuis 2005, comparaissait pour une action de protestation contre de nouvelles restrictions. Ces restrictions concernent notamment le nombre des livres dont elle peut disposer en cellule. Ce nombre a été réduit à trois qu’elle ne peut acheter que via l’administration pénitentiaire, avec la censures et les atermoiements buraucratiques que cela comporte. Cette audience a été l’occasion de mobilisations solidaires en Italie et ailleurs, à commencer par des rassemblement devant le palais de justice et la prison de l’Aquila parce qu’en raison de son régime d’isolement, Nadia comparait via une vidéoconférence, mais aussi devant le palais de justice de Turin à l’initiative de la section locale du Secours rouge international.


Devant la prison de L’Aquila

Devant la prison de L'Aquila