Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Une manifestation a eu lieu le 25 mars devant de la Cour suprême, à Colombo, pour remettre au ministère de la Justice une pétition demandant l’abrogation de la loi de prévention du terrorisme (Prevention of Terrorism Act, PTA). Des centaines de journalistes , dirigeants politiques d’opposition et séparatistes tamouls ont été détenus sans jugement, sous le régime de cette loi de 1979, parfois pendant 15 ans. Ceux qui tombent sous le coup de la loi PTA peuvent être détenus indéfiniment, ne sont pas autorisés à rencontrer même les avocats , ni même des membres de leur famille. Les manifestants disent que depuis la fin de la guerre qui a opposé l’Etat sri-lankais aux Tigres de l’Elam Tamoul, il y a cinq ans, la PTA n’a servi qu’à museler l’opposition politique.

Le 13 mars, la Division des enquêtes terroristes du pays (TID ) a arrêté Balendran Jeyakumari, un militant militants connu et son fils de 13 ans à Kilinochchi. Jeyakumari, qui enquête sur les crimes de guerre de l’armée sri-lankaise, et notamment les “disparitions” en masse de Tamouls, a été arrêté en vertu de la PTA. Trois jours plus tard, Ruki Fernando militant du Centre de documentation sur les droits de l’homme de l’homme, et un religieux, le père oblat Praveen Mahesan, directeur du Centre pour la paix et la réconciliation, ont également été arrêtés selon la PTA parce qu’ils se sont penché sur le cas de Jeyakumari. Après une vague de condamnations, ces deux derniers ont été libérés avec interdiction de parler aux journalistes.

La manifestation du 25 mars

La manifestation du 25 mars

Les travailleurs membres du syndicat FTZGSEU, et employés par Ansell au Sri Lanka étaient en grève en grève pour défendre leurs droits syndicaux. En réponse, le fabricant multinational de gants latex et de préservatifs, les a tout simplement remplacé par des jaunes et licencié leur président et certains membres de l’exécutif.

grévistes chez Ansell

grévistes chez Ansell

La lutte des étudiants au Sri Lanka a commencé au début du mois, lorsque le vice-chancelier de l’Université Sabaragamuwa, avec l’appui du Ministère de l’enseignement supérieur, a décidé d’interdire les syndicats d’étudiants sur le campus. Quatre étudiants ont entamé une grève de la faim pour protester contre l’interdiction et ont également exigé que cinq élèves qui ont été suspendus en raison de leur connexion à des syndicats étudiants soient réadmis à l’université.

Le samedi matin, les quatre étudiants qui jeûnaient ont dû être hospitalisés en raison de leur état de santé gravement détérioré. Cela a déclenché une protestation massive des étudiants qui ont bloqué la route Colombo-Badulla, provoquant une violente intervention policière et au moins quatre arrestations. L’armée avait également été déployée pour disperser les étudiants qui manifestaient.

Sri Lanka: La police et l’armée contre les étudiants