Des membres du Parti socialiste des opprimés (ESP) ont été placés en détention lors de descentes de police dans différentes provinces de Turquie, dont celle d’Izmir, mardi matin. Hıdır Ali Kılıç et Sinem Çelebi ont été placés en détention lors de descentes à Izmir, Birkan Polat à Istanbul, et Ebru Yiğit à Eskişehir. Le motif de la détention n’a pas été révélé. D’autre part, Sevinç Bozan, ancienne co-maire de la municipalité d’Artuklu à Mardin (Mêrdî), a été placée en garde à vue au palais de justice de Mardin où elle s’était rendue pour faire une déposition dans le cadre d’une enquête ouverte contre elle pour les activités organisées par le Mouvement des femmes libres – Tevgera Jinên Azad (TJA) auxquelles elle avait participé. Bozan a été arrêtée au palais de justice et emmenée au commandement de la gendarmerie provinciale de Mardin.

A İstanbul, l’exécutif de l’organisation du district de Gaziosmanpaşa du Parti des Peuples pour l’Égalité et la Démocratie (DEM), Doğu Yılmaz, et un membre du parti, Süleyman Turgut, ont été arrêtés et emmenés à la direction provinciale de la sécurité. A Diyarbakır), de nombreux jeunes, y compris des membres de l’assemblée des jeunes du parti DEM, ont été placés en détention. Les raisons de ces détentions n’ont pas été révélées. Une enquête menée par le bureau du procureur général de Diyarbakır a été citée comme raison des perquisitions. Alors que la police turque a pillé les biens dans les maisons, il est rapporté que le nombre de détentions pourrait augmenter. Les détenus ont été soumis à des restrictions arbitraires et systématiques concernant les avocats et l’accès aux dossiers.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags:

Les combats succèdent au Kurdistan irakien où l’armée turque a déployée de nombreuses unités et bases pour combattre les guérillas du PKK. Elles ont ce faisant offert de nombreuses cibles à cette même guérilla. C’est ainsi qu’une opération a été lancée contre une base turque dans la zone de Girê Cûdî dans la région occidentale de Zap, le 17 février. Plusieurs groupes de guérilleros ont mené une attaque coordonnée contre cette base. De nombreux soldats turcs ont été tués (le porte-parole de la guérilla en annonce 37 soldats turcs tués, dont un capitaine et plusieurs sous-officiers, en reconnaissant la perte d’un guérillero), les installations ont été incendiées et un important butin militaire a été emporté par les combattants kurdes (photo).

 

À quelques semaines des élections municipales en Turquie, le régime d’Erdogan multiplie les rafles à l’encontre de l’opposition politique, de la société civile et des médias indépendants. Les procureurs d’Istanbul et de Mersin soupçonnent au moins vingt personnes d’appartenir à une organisation terroriste, sous-entendu le PKK. Dans tous les cas, les dossiers d’enquête sont soumis à une clause de confidentialité et les personnes arrêtées sont interdites de contacter leur avocat pendant 24 heures. Neuf arrestations ont été confirmées jusqu’à présent à Mersin. Parmi les personnes visées se trouvent plusieurs membres de l’association de solidarité avec les prisonniers politiques (TUAY-DER). Ils ont été arrêtés lors de raids dans la province de Mersin, majoritairement dans le district de Tarsus. Les perquisitions se poursuivent dans d’autres districts de la région côtière.

À Istanbul, la police a mené des raids dans les districts d’Esenyurt, Esenler, Maltepe, Pendik et Kağıthane. Une famille kurde d’Esenyurt aurait été victime de violences policières au cours des perquisitions. Plusieurs personnes ont été rouées de coups de matraque au niveau du dos, des bras et des jambes. Au moins une femme figure parmi les personnes arrêtées. Plus tôt dans la journée, six professionnels des médias avaient déjà été placés en garde à vue à Izmir, toujours pour “terrorisme”. La veille, deux autres arrestations avaient eu lieu dans la soirée, près de Licê, au nord-est de la province kurde de Diyarbakir. Les deux hommes, originaires de la localité de Çemê Elîka (Birlik), sont encore en garde à vue à la gendarmerie, sans que l’on sache de quoi ils sont accusés.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags:

Des affrontements ont lieu avec la police qui essaye de bloquer une route, alors que les familles et les amis des disparus se rassemblent dans le centre-ville d’Hatay, à 4H17, l’heure de la première secousse, qui a fait plus de 53.500 morts dans le sud et le sud-est de la Turquie le 6 février 2023. Plus de 10 000 personnes se sont finalement rassemblées pour organiser une veillée à l’occasion du premier anniversaire des tremblements de terre, certains protestant contre la négligence du gouvernement à la suite de ces événements. Dans la province de Hatay, au sud-est de la Turquie, la plus touchée du pays, la population a appelé le gouvernement et les autorités locales à démissionner pendant la veillée, et a exigé que les fonctionnaires ne se présentent pas au mémorial, tout en huant les discours. Sur la place principale de la ville de Hatay, certains ont scandé « Quelqu’un peut-il entendre ma voix ? » pendant que le ministre de la santé s’exprimait, un slogan faisant référence aux appels entendus sous les décombres alors que les gens attendaient depuis des jours l’arrivée des secours.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan

Les prisonniers politiques kurdes Mohsen Mazlum, Mohammad Faramarzi, Wafa Azarbar et Pzhman Fatehi, ont été exécutés lundi matin après avoir été été détenus pendant 19 mois. Après une rencontre émouvante et unique avec leurs familles dimanche dernier, les prisonniers ont ensuite été transférés de la prison d’Evin à la prison de Qzalhisar à Kraj, où l’exécution a eu lieu. Les quatre militants avaient « disparu » il y a un an et demi, enlevés et torturés par le Service Secret iranien dans la métropole kurde orientale d’Urmia (Ûrmiye) en juillet 2022. Bien que l’organisation Komala ait nié que les quatre hommes aient planifié un attentat à la bombe à Ispahan, qu’aucune arme ni explosif n’ait été trouvé sur eux, et qu’ils n’aient pas été impliqués dans des activités d’espionnage mais actifs politiquement au sein du mouvement de gauche, ils ont été condamnés à mort sans preuve concrète. Aucune représentation légale n’a été autorisée lors du procès. Tous les appels ont été rejetés, menant à l’exécution de ces hommes lundi matin.

Jeudi 18 janvier, Firyal Sileman Xalid (nom de guerre Zelal Zagros), une révolutionnaire kurde, a été assassinée par balles devant une école de Kirkouk (ville du Bashur – Kurdistan Sud – Irak). L’attaque a été menée par deux personnes à l’aide d’une arme avec silencieux. Faryal Suleiman Khaled, née à Amûdê (Rojava) en 1975, a commencé à militer dans le mouvement kurde au Rojava au début des années 1990 . Elle a a participé à la guérilla dans les montagnes pendant 15 ans et à par la suite travaillé huit ans auprès de la société kurde d’Arménie. Elle a participé à la résistance armée au Rojava lorsque l’État islamique a envahi le nord de la Syrie, et à partir de 2016, a poursuivit son travail au sein de la société civile et politique du Rojava en tant que membre du mouvement des femmes Kongra Star. Elle travaillait récemment au Kurdistan du Sud pour le mouvement des femmes où elle a été assassinée ce 18 janvier.

Firyal Sileman Xalid (Zelal Zagros)

Firyal Sileman Xalid (Zelal Zagros)

La prisonnière politique kurde Gülser Özbay, 68 ans, a été libérée de la prison de Sakran, à Izmir, après une détention de 31 ans et 6 mois. Elle avait été arrêtée en juillet 1992 à Agirî et, après plusieurs semaines de torture, condamnée à la prison à vie pour avoir attenté à  « l’unité et à l’intégrité » de la Turquie. En détention, elle a développé un cancer de l’utérus. En Turquie, les « condamnés à vie » sont normalement libérés après trente ans, mais de nombreux prisonniers politiques sont exemptés de cette règle. L’été dernier, lorsque Gülser Özbay a refusé une nouvelle fois de prendre ses distances avec le mouvement kurde, la date de sa libération a de nouveau été repoussée de six mois. De retour retour à Doğubayazıt, sa ville natale, elle a assisté aux élections primaires du Parti de l’Égalité et de la Démocratie du Peuple (Parti DEM) à la salle des fêtes Mem û Zin, un événement marquant dans le calendrier politique local. Gülser Özbay a souligné la situation précaire des nombreux détenus qui restent incarcérés, insistant sur la nécessité de prêter attention aux prisonniers malades et à leur lutte.

La Turquie poursuit ses bombardement contre les régions autonomes du nord et de l’est de la Syrie. En 72 heures, l’armée turque a mené des frappes aériennes sur 80 installations, principalement des des infrastructures énergétiques et des installations de service public. Outre les centrales électriques et les installations de gaz et de pétrole, l’aviation turque a ciblé des habitations, des centres agricoles et des usines. Les frappes du 14 janvier ont gravement endommagé des centrales électriques cruciales à Amûdê, Qamishlo, Kobanê, Tirbêspî et Aïn Issa, entraînant des coupures d’électricité généralisées. Suite aux bombardements, 2,5 millions de personnes sont privées d’électricité, d’eau, de gaz et de carburant dans la région.

 

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Le 12 janvier à 17h10, la guérilla kurde a mené une attaqué complexe contre une base turque dans la zone de Girê Amediyê, au Kurdistan irakien. Les guérilleros ont tout d’abord désactivé toutes les mines et dispositifs d’alertes, et ont attaqués plusieurs points de la base ennemie avec des armes lourdes et des armes individuelles. Plusieurs dizaines de militaires turcs ont été tués et 20 d’entres eux identifiés, les guérilleros ayant saisis leurs documents. Un important butin a été emporté par les guérilleros, et ce qui n’a pu être emporté a été incendié

Comme à son habitude, le régime a caché à l’opinion publique turque l’étendue réelle des pertes. Mais les forces kurdes ont filmé leurs opérations mais elles ont montré les papiers d’identité de 20 soldats tués. L’Etat turc a mené des opérations de police politique dans 32 villes tôt ce matin. Des maisons ont été perquisitionnées par la police à Adana, Adıyaman (Semûr), Agri (Agirî), Amasya, Ankara, Antalya, Aydın, Balıkesir, Bingöl (Çewlîg), Amed, Antep (Dîlok), Hakkari (Colemerg), Hatay, Îdir, Maraş, Kastamonu, Kayseri, Kilis, Konya, Malatya (Meletî), Manisa, Mêrdîn, Mersin, Muğla, Mûş, Osmaniye, Sakarya, Siirt (Sêrt), Sivas, Şirnex, Dersim et Wan. Quelque 113 personnes ont été placées en garde à vue jusqu’à présent. Il semble que plusieurs de ces arrestations soient liées à la diffusion sur les réseaux sociaux d’informations sur les pertes turques (notament les noms des soldats tués) que le régime essaie de cacher.

Combattants du PKK

Combattants du PKK