Le ministère turc de l’Intérieur a récemment nommé des administrateurs dans sept municipalités de la province de Van remportées par le Parti démocratique du peuple (HDP) lors des élections locales du 31 mars 2019. M. Emin Bilmez, le gouverneur de Van qui a été nommé administrateur de la municipalité métropolitaine, avait annoncé après son entrée en fonction que les employés municipaux ne seraient pas licenciés. Malgré cette affirmation, 175 travailleuses et travailleurs ont été licenciés à Van et dans les districts environnants. Ces kurdes ont été licenciés sous prétexte de “lutte contre le terrorisme”. Le remplacement des maires HDP élu·es est une technique courante du régime (voir notre article).

Les municipalités kurdes de Batman, Silvan, Lice et Ergani sous tutelle du gouvernement turc (archive)

Les municipalités kurdes de Batman, Silvan, Lice et Ergani sous tutelle du gouvernement turc (archive)

Le musicien Ibrahim Gökçek était en grève de la faim contre l’interdiction en Turquie du groupe de musique sociale Grup Yorum. Mardi 5 mai, il a annoncé  arrêter sa grève de la faim après qu’une délégation composée d’artistes et de parlementaires CHP, HDP et TIP ait annoncé qu’elle se porterait garante de la concrétisation d’un concert de Grup Yorum. Leurs avocats ont déposé une nouvelle demande de concert le 5 septembre prochain à Istanbul, celle-ci n’a pas encore été acceptée.

Après 323 jours de grève de la faim (il n’absorbait que de l’eau, du sucre, du sel, des tisanes et de la vitamine B1), ses fonctions vitales sont fortement endommagées. Il menait ce combat avec Helin Bölek, chanteuse de Grup Yorum décédée le 3 avril dernier (voir notre article).

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Malgré les mesures de confinements, les militant·es de plusieurs villes européennes ont tenté de mener des actions à l’occasion du 1er mai. Voici un compte-rendu non exhaustif de la situation. À Paris, un groupe a tenté de manifester place de la République à Paris, en affichant notamment plusieurs banderoles indiquant “Le capitalisme est le virus, la révolution c’est le vaccin” et un autre dévoilant “Nos vies ou leurs profits”. La police est intervenue en nombre, a contrôlé les identités des militant·es et en a arrêté plusieurs. Plus tard dans la journée, d’autres tentatives de rassemblement ont eu lieu dans la capitale ou en banlieue parisienne, à Montreuil ou devant la mairie du 18e arrondissement. Une autre manifestation, organisée par la CGT a également eu lieu a Guingamp. Les militant·es syndicaux ont manifesté depuis leur voiture ce qui n’a pas empêché la police mettre 17 amendes.

À Berlin, 5 000 policiers étaient mobilisés pour empêcher les nombreuses personnes descendues dans la rue de partir en manifestation. Il y a eu des heurts en soirée, des échanges de coups  entre manifestants et policiers, dans le quartier de Kreuzberg. Plusieurs manifestants ont été arrêtés et trois voitures ont été incendiées. À Athènes, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le parlement tout en gardant leurs distances et en portant des masques. Une manifestation s’est également déroulée à Thessalonique. À Barcelone une manifestation, organisée par des syndicalistes, s’est tenue devant les urgences d’un hôpital tandis qu’à Saragosse, une manifestation syndicale s’est organisée depuis des voitures. Il y a aussi eu des manifestations à Vienne. À Zurich, les militant·es ont organisé plusieurs petites manifestations et initiatives, une banque a été attaquée avec des bouteilles remplies de peinture (voir la vidéo). Plusieurs arrestations ont eut lieu.

À Istanbul et à Ankara, au moins 45 personnes ont été arrêtées pour avoir tenté d’organiser des marches du 1er mai malgré un couvre-feu de trois jours imposé jeudi à minuit. Au moins 15 personnes ont été arrêtées lorsqu’un groupe s’est réuni au bureau central de la Confédération des syndicats progressistes (DISK) dans le quartier Besiktas d’Istanbul et a tenté de marcher jusqu’à la place Taksim. Le président de la DISK, Arzu Cerkezoglu, a également été brièvement détenu avant d’être libéré. Onze autres personnes ont été arrêtées dans le quartier de Kadikoy à Istanbul, du côté anatolien, pour avoir tenté de tenir un rassemblement. Douze autres personnes, qui voulaient marcher sur la place Taksim, ont été arrêtées dans le quartier Sisli d’Istanbul. Sept personnes ont été arrêtées dans la capitale Ankara. Toutes les personnes arrêtées à Istanbul auraient été libérées. Un total de 44 756 membres du personnel des services de police étaient mobilisés pour empêcher les manifestations.

1er Mai à Athènes1er Mai à Berlin

Mercredi soir, l’entrée principale de l’entreprise “Rheinmetall Airdefence” à Zurich Oerlikon a été attaqué à l’aide d’engins pyrotechniques. Les RJZ de Zurich ont reçu un mail revendiquant cette action qui vise à marquer la solidarité avec le Rojava, dans le cadre du 1er mai. Rheinmetall Airdefence livre des armes à la Turquie et conclut des partenariats pour développer la production d’armes dans le pays. Ils octroient, par exemple, une licence pour la production de canons KBA Oerlikon à Aselsan (troisième groupe d’armement en Turquie), souhaitaient participer au développement des chars Altay via un partenariat avec MKEK (groupe d’armement de l’État turc).

Une photo de l'attaque

Le PKK lance un appel à l’action pour Ibrahim Gökçek, bassiste du “Grup Yorum” en grève de la faim depuis 316 jours. Deux semaines après le décès d’Helin Bölek, chanteuse du même groupe morte d’une grève de la faim, le comité pour l’art et la culture du PKK appelle à mettre la pression par tous les moyens sur le gouvernement turc pour éviter un nouveau martyr (voir notre article). Plus d’infos ici.

Ibrahim Gökçek, bassiste du Grup Yorum

Ibrahim Gökçek, bassiste du Grup Yorum

Aujourd’hui, Mustafa Koçak, militant d’extrême gauche, en grève de la faim depuis 297 jours est mort. Condamné à la perpétuité sur base d’un faux témoignage, il était accusé d’avoir tenté de renverser l’ordre constitutionnel de la Turquie et d’avoir fourni une arme ayant servi à l’exécution d’un procureur en 2015. Il avait entamé cette grève de la faim pour réclamer un procès équitable.

Mustafa Koçak

Le réfugié kurde, Resul Ozdemir a été extradé vers la Turquie. La Suède a collaboré avec les renseignements turcs (MIT) pour son extradition. Ozdemir, qui a survécu aux massacres de Cizre de février 2016 (voir notre article), avait été condamné à près de 15 ans de prison par un tribunal turc. Enfermé depuis 6 mois, il a été extradé, il y a quelques jours, sans que sa famille ou ses avocats ne soient prévenus. Plus d’infos ici.

Resul Ozdemir

Resul Ozdemir

Mardi 21 avril, Hakan Mağlay, responsable du Parti démocratique des peuples (HDP) à Ağrı (province d’Ararat) et Yusuf Keser, lui aussi membre du parti, ont été arrêtés par la police alors qu’ils distribuaient des colis alimentaires aux plus démunis. Ils ont ensuite été remis en liberté mais la police a confisqué les 50 colis alimentaires.

Les colis alimentaires saisis

Les colis alimentaires saisis

Şefik Sarıkaya est un révolutionnaire originaire de Turquie emprisonné en France pour ses engagements politiques. Le 20 décembre 2012, il a été condamné à 8 ans d’emprisonnement pour « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ». Il lui est notamment reproché d’avoir organisé un concert de Grup Yorum (voir notre article) ou encore d’avoir organisé des collectes pour des prisonniers politiques en Turquie. Le tribunal d’application des peines vient d’annoncer sa libération le 21 avril prochain. Le 8 avril dernier, la préfecture de la Loire lui a adressé un courrier lui signifiant qu’il allait être extradé vers la Turquie à sa libération. Son comité de soutien refuse son extradition et exige l’arrêt de la collaboration entre le gouvernement français et l’État fasciste turc.

L’unité de vengeance Tekoşer Gever du HDBH a revendiqué l’attaque à l’explosif contre l’usine ROKETSAN, qui produit des roquettes et des missiles dans l’arrondissement d’Elmadağ, à Ankara à mardi vers 14h30. L’explosion a complètement détruit une partie de l’installation de production et de l’entrepôt de matières premières utilisé pour fabriquer des roquettes. Les autorité turque ont reconnu que des explosions avaient détruits des réservoirs de carburant de Roketsan, faisant trois blessés. Le HBDH uni militairement les guérillas du PKK et de la gauche révolutionnaire turque.

Le siège de Roketsan

L'explosion à Roketsan