12000 personnes ont participé au traditionnel 1er Mai révolutionnaire de Berlin Kreuzberg, encadré par 6500 policiers… Il n’y a eu que peu d’incidents, mais dans la nuit du 30 avril au 1er mai, la manifestation queer-féministe de la Nuit des Walpurgis a rassemblée quelques milliers de participantes et a donné lieu à des heurts avec la police et à des arrestations.
A Istanbul, la place Taksim est un lieu symbolique en raison d’un attentat sanglant contre des manifestants lors de la fête du Travail de 1977. En hommage aux victimes, des centaines de personnes s’y rassemblent chaque année et déposent des fleurs devant le mémorial… malgré les interdictions instaurées par le gouvernement d’Erdogan. Hier, au moins 100 manifestants ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de rejoindre la place.
Des affrontements ont eu lieu au Chili, dans le centre de Santiago: les manifestants ont affronté les blindés des Carabiniers avec des pierres et des cocktails Molotov (photo).

Ce sont au total 128 personnes qui ont été arrêtées à la suite des opérations policières du 25 mai touchant 21 villes (voir notre article). Des mandats d’arrêt ont été émis contre un total de 216 personnes, dont des journalistes, des politiciens, des avocats et des artistes. 28 personnes ont été mises en garde à vue jeudi. Abdurrahman Gök, rédacteur en chef de l’Agence Mésopotamie, Beritan Canözer, correspondant de JINNEWS, et les journalistes Mehmet Şah Oruç et Remzi Akkaya, qui ont été transférés au juge pénal de paix le jeudi 27, ont été placés en détention provisoire pour « appartenance à une organisation terroriste ». Trois avocats faisaient partie des personnes incarcérées pour « appartenance à une organisation terroriste ». Trois autres ont été libérés sous contrôle judiciaire, et trois autres encore ont été libérés sous contrôle judiciaire et interdits de séjour à l’étranger.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

Militantes, avocats, journalistes, artistes, dirigeants d’ONG… au moins 110 personnes ont été arrêtées en Turquie dans le cadre d’une opération « anti-terroriste » visant officiellement le PKK, à trois semaines des élections présidentielle et législatives. L’opération, survenue aujourd’hui mardi, survient à trois semaines d’élections cruciales pour la Turquie et elle a touché 21 provinces du pays, dont celle de Diyarbakir, au sud-est, à majorité kurde. Le nombre total d’interpellations pourrait atteindre 150. Les avocats sont interdits de tout contact avec leurs clients pendant 24 heures. Les élections présidentielle et législatives se tiennent dimanche 14 mai en Turquie et seront décisives pour le maintien, ou non, du président Recep Tayyip Erdogan et de son parti AKP, au pouvoir depuis deux décennies. L’opposition présente un front uni de six partis qui a désigné Kemal Kiliçdaroglu comme candidat de l’alliance de l’opposition pour la présidentielle turque, soutenu par le parti HDP.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

La police turque a de nouveau empêché la veillée hebdomadaire des mères du samedi à Istanbul et arrêté dix-sept personnes, principalement des parents de militants disparus mais aussi la coprésidente de l’Association des droits de l’homme (IHD), Eren Keskin, et le porte-parole de la Commission pénitentiaire de l’IHD, Nuray Çevirmen. La place Galatasaray, où devait avoir lieu le sit-in des Mères du samedi, avait été bouclée par des barrières policières depuis le petit matin. La police anti-émeute déployée avec un important contingent a empêché le groupe de s’approcher de la place. La place Galatasaray est considérée comme un lieu symbolique de la lutte pour les droits de l’homme en Turquie. Les parents des disparus avaient annoncé qu’ils iraient déposer des œillets rouges à cet endroit symbolique et nous souvenir de nos proches qui ont disparu en détention. On estime que plus de 17 000 personnes « disparues » ont été enlevées, torturées et assassinées par des escadrons de la mort dans les années ’80 et ’90. En 1995, des femmes d’Istanbul sont descendues dans la rue pour la première fois pour attirer l’attention sur des proches arrêtés puis portés disparus. Depuis une attaque contre les mères du samedi ordonnée par le ministère de l’Intérieur il y a cinq ans, la place Galatasaray est une zone interdite aux mères du samedi.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: ,

La militante kurde Ayşe Gökkan est née dans le district de Suruç à Urfa en 1965 et a étudié le journalisme. Elle a été arrêtée plus de 80 fois. En 2009, Gökkan a été élue maire du district de Nusaybin à Mardin avec 83 % des voix. La plupart des enquêtes à son encontre ont eu lieu pendant son mandat. En décembre 2020, elle a été condamnée à dix-huit mois de prison à Mardin. Lors du procès, elle a été accusée de se trouver dans une zone militaire restreinte et d’avoir causé des dommages matériels. L’accusation découle d’une action de désobéissance civile en octobre 2013. À l’époque, Gökkan était maire de Nusaybin et avait protesté par une grève de la faim  contre la construction d’un mur à la frontière avec la Syrie. Gökkan avait été condamné à 22 ans et 6 mois de prison pour des accusations de « terrorisme » et d’appartenance au PKK par la 9e chambre criminelle de Diyarbakır en octobre 2021. Une cour d’appel régionale d’Amed (tr. Diyarbakır) a confirmé mercredi le verdict en première instance.

 

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,

Voici la déclaration faite par notre camarade G. lors de son procès pour son engagement internationaliste au Rojava:

« Aujourd’hui on m’accuse de service militaire à l’étranger. La grande question semble être de savoir si oui ou non j’ai contribué à la résistance des Unité de Défense du Peuple (YPG) lors de mon séjour. En tant que militant communiste suisse, le but de mon voyage était de voir une révolution de mes propres yeux et d’y participer.
Aujourd’hui, la Confédération suisse me juge par votre biais car j’aurais violé la «fameuse» neutralité helvétique en me rendant au nord de la Syrie et j’aurais porté atteinte à la puissance défensive du pays. A se demander si la Suisse a tant d’intérêt commun avec l’État Islamique ou le fascisme turc ?
Deux rapports de police disent clairement qu’il n’est pas possible de savoir ce que j’aurais fait durant mon séjour. Les preuves manquent à l’évidence. A contrario, les preuves que la neutralité suisse n’est qu’un mythe bien utile à la bourgeoisie sont nombreuses.
Quand la Suisse vend des armes ou des composants d’armes à l’État fasciste turc la neutralité importe peu, seul le profit compte. Ces armes servent à réprimer les mouvements progressistes en Turquie. Certaines se sont aussi retrouvées dans les mains de l’Etat Islamique.
Quand la Suisse extrade des militants et militantes progressistes turques et kurdes à la demande du régime d’Erdogan ou d’autres Etats européens, où est donc la neutralité ?
Quand les plus grandes banques du pays investissent chaque année plusieurs milliards dans l’industrie de l’armement, qui alimente les conflits du monde entier, où est donc la neutralité ?
L’État suisse n’est pas neutre. Il a choisi son camp depuis longtemps, celui de l’impérialisme occidental. Moi aussi j’ai choisi mon camp, celui des opprimés.
Depuis deux siècles s’est développée une tradition de solidarité révolutionnaire internationale. En me rendant au Rojava, j’y ai soutenu le camp des peuples qui luttent pour leur liberté. Il n ‘ y a qu’une solidarité internationale, ses formes sont multiples et toutes sont légitimes. Une révolution ne peut se construire sans projet de société et elle ne peut vivre si elle ne peut pas se défendre.
En suivant l’exemple donné par Norman Bethune ou Barbara Kistler , j’ai continué cette tradition. De même que toutes celles et ceux qui ont participé, d’une manière ou d’une autre, à la lutte de peuples qui n’était pas le leur. De la résistance antifasciste en Espagne à la lutte pour la libération de l’Algérie ou de la Palestine, nombreux et nombreuses sont les camarades qui ont porté leur engagement au niveau international. Cet engagement a pris différentes formes, toutes ayant leur importance.
En me rendant au Rojava, j’ai soutenu la construction d’une société basée sur des principes de justice sociale, de féminisme et d’écologie. Une société qui aujourd’hui lutte toujours contre le fascisme turc et ses soutiens occidentaux.
Mon choix est un choix politique, tout comme celui que l’État Suisse fait en me faisant passer, sur mandat de l’exécutif, devant ce tribunal. Sans preuves concrètes, je suis amené à comparaître devant vous, ceci sur un simple et seul avis des Service de renseignement de le Confédération, qui n’ont visiblement pas daigné fournir les fondements de leurs allégations.
Partout en Europe, la solidarité avec le mouvement kurde est attaquée. Le peuple du Kurdistan nous montre qu’une révolution est possible et bien réelle. C’est pour cette raison que notre solidarité et les liens que nous construisons sont vus comme dangereux.
Quelque que soit l’issue de ce jugement, je n’ai aucun regret. Je continuerai à soutenir la lutte révolutionnaire au Kurdistan car comme le dit un de leur proverbe : « La résistance, c’est la vie ! »
En tant que militant révolutionnaire et internationaliste, je tiens à finir ma déclaration en saluant le camarade Alfredo Cospito et toutes celles et ceux qui luttent contre le régime d’isolement 41bis en Italie.
Je salue aussi Georges Ibrahim Abdallah et les prisonniers et prisonnières de la cause palestinienne.
Je salue Pola Roupa et Nikos Maziotis emprisonnés en Grèce pour leur engagement révolutionnaire.
Je salue aussi les milliers de prisonnières et prisonniers politiques actuellement dans les geôles du régime fasciste turc.
Je salue l’engagement de celles et ceux qui crient tous les jours dans les rues d’Iran, «Jin, Jîyan Azadî» et se font emprisonner ou tuer.
Je salue Serge, militant français dalns le coma qui lutte pour garder la vie. Il y a deux semaines, il a été gravement blessé par la police lors des manifestations contre le projet écocidaire des mégas-bassines dans l’ouest de la France.
Tous ces militants et militantes nous démontrent que même en faisant face à la plus dure des répressions, la lutte pour un monde meilleur continue.
Comme l’a très bien dit le camarade Fred Hampton : «On peut emprisonner un révolutionnaire, mais on ne peut pas emprisonner la révolution.»« 

La déclaration en anglais

Le 14 avril, se tiendra à Sion le procès, devant la justice militaire suisse, d’un militant du Secours Rouge de Genève. Il est accusé « d’atteinte à la puissance défensive du pays » et de « service militaire à l’étranger ». L’État suisse lui reproche d’avoir pris les armes au Rojava entre 2015 et 2016 contre Daesh. Une mobilisation solidaire aura lieu ce jour à Sion. Lire la déclaration du Secours Rouge de Genève

Le chantage qu’Erdogan exercé envers la Finlande et la Suède via son véto à leur adhésion à l’OTANt  porte ses fruit. L’année passée, la Finlande avait signé un mémorandum lors d’un sommet de l’Otan à Madrid afin de répondre aux demandes de la Turquie « en ce qui concerne les exportations d’armes et la lutte contre le terrorisme ». Depuis, la Finlande a multiplié les gestes envers le fascisme turc et ce tournant se passe aussi dans les rues. A Helsinki, des manifestants ont marché vers l’ambassade de Turquie pour montrer « leur solidarité avec le mouvement kurde contre les attaques de l’État fasciste turc et demander l’arrêt du commerce d’armes entre la Finlande et la Turquie, ainsi que la condamnation des attaques contre la liberté d’expression par la police finlandaise ». La police anti-émeute est intervenue lors du spectacle contre le gouvernement turc en saisissant la marionnette représentant Erdogan. Il y a quatre mois déjà, la police finlandaise était intervenue pour forcer des manifestants à enlever les drapeaux du PKK, des YPG et des YPJ.

Abdulhalim Kırtay a été libéré après 30 ans de détention. Il avait été détenu dans la prison Farqîn (Silvan) d’Amed en 1993, puis jugé par la Cour de sûreté de l’Etat. Il a été condamné à 36 ans de prison pour avoir « menacé l’unité et l’intégrité de l’Etat ». Après avoir purgé 30 ans, il a été libéré de la prison de Balıkesir Burhaniye. Des membres de sa famille vivant à Yalova l’ont accueilli à sa sortie de prison. Gravement malade,Kırtay avait été soigné à l’hôpital d’État Menemen d’İzmir en novembre 2022. Bien que son état ait été signalé comme grave, Kırtay avait été hospitalisé menotté pendant les 4 jours de son traitement, et a été brutalisé. Kırtay est si malade qu’il peut à peine se lever.

En 2018, la Turquie a attaqué le canton Afrin et occupé cette région du Rojava où se trouve la ville Jindires, qui avait été épargnée jusqu’alors par la guerre civile syrienne. Auparavant, Afrin était à près de 90% kurde et était un bastion de la lutte de libération. Depuis l’occupation, les islamistes règnent sur la région et environ 300.000 personnes en ont été chassées. La population kurde et d’autres minorités sont violemment réprimées ou ont quitté la région. La Turquie installe de manière ciblée des familles de combattants islamistes afin de modifier la démographie. Les moyens de subsistance des poplations kurdes (comme les oliveraies) sont détruites.

Mardi, les Kurdes de Jindires fêtaient le Newroz (nouvel an kurde) lorsque les miliciens islamistes qui servent de supplétifs à l’armée turque ont ouvert le feu sur la foule, tuant quatre personnes et en blessant plusieurs autres. Depuis, des manifestations ont lieu dans la ville pour demander la fin de l’occupation et le départ des milices islamistes. C’est la première fois depuis longtemps que la résistance civile s’exprime dans la région.

Dossier(s): Turquie-Kurdistan Tags: , ,