Depuis le 20 septembre, date anniversaire de la contestation anti Al-Sissi, des manifestations quotidiennes ont essaimé dans plusieurs villes en Egypte. Les Égyptiens expriment en effet de plus en plus leur mécontentement, notamment contre une campagne de destruction de logements illégaux dans des faubourgs populaires démunis. Des affrontements ont éclaté et des blindés ont aussitôt investi la place Tahrir.  De nombreux défilés ont eu lieu dans plusieurs quartiers du Caire et ailleurs dans le pays, à Alexandrie, Minya, Sohag et Assouan. A Gizeh, des blindés furent même contraints de prendre la fuite face à la détermination des manifestants, et dans un village de la Moyenne-Égypte, ils ont jeté une voiture de police dans un canal. Un manifestant a été tué et plus de 170 ont été arrêtées.

Manifestation en Egypte le 21 septembre

Une campagne de surveillance menée par des services iraniens contre les dissidents du régime, qui dure depuis six ans, a été mise au jour. Depuis 2014, Rampant Kitten (le groupe de piratage à l’origine à l’origine de cette campagne) lançait des attaques pour espionner leurs victimes, notamment via le détournement de comptes Telegram, l’extraction de codes d’authentification à deux facteurs via des SMS, des enregistrements téléphoniques, l’accès aux informations de compte KeePass et la distribution de pages de phishing malveillantes à l’aide de faux comptes de service Telegram.

Ils ont utilisé des documents malveillants pour attaquer leurs victimes et voler autant d’informations que possible stockées sur l’appareil infecté. Le document intitulé “Le régime craint la propagation des canons révolutionnaires.docx” (traduction) permettait à Rampant Kitten de mener ses attaques. Une fois ouvert, le fichier chargeait un modèle de document à partir d’un serveur distant (afalr-sharepoint [.] Com), qui se fait passer pour un site Web d’une organisation à but non lucratif qui aide les dissidents iraniens. Il téléchargeait ensuite un code de macro malveillant, qui exécute un script batch pour télécharger et exécuter une charge utile de l’étape suivante. Cette charge utile vérifie ensuite si le service de messagerie Telegram est installé sur le système des victimes. Si tel est le cas, il extrait trois exécutables de ses ressources. Ces exécutables incluent un voleur d’informations qui prend les fichiers Telegram de l’ordinateur de la victime, vole des informations de l’application de gestion des mots de passe KeePass, télécharge tout fichier qui se termine par un ensemble d’extensions prédéfinies, enregistre les données du presse-papiers et prend des captures d’écran. Rampant Kitten utilise également des pages de phishing usurpant l’identité de Telegram.

Une application Android malveillante a également été découverte. Elle était déguisée en service pour aider les Iraniens en Suède à obtenir leur permis de conduire. Une fois que les victimes téléchargaient l’application, la porte dérobée volait leurs messages SMS et contournait la double authentification (2FA) en transférant tous les messages SMS contenant des codes 2FA vers un numéro de téléphone contrôlé par un attaquant. L’une des fonctionnalités uniques de cette application malveillante est de transférer tout SMS commençant par le préfixe G- (le préfixe des codes d’authentification à deux facteurs de Google) vers un numéro de téléphone qu’il reçoit du serveur C2. Il convient de noter que l’application lance également une attaque de phishing ciblant les identifiants du compte Google (Gmail) des victimes. Il récupère également les données personnelles (comme les contacts et les détails du compte) et enregistre l’environnement du téléphone.

Plus d’infos ici et ici.

Gmail et Telegram compris par des pirates au service du régime

Gmail et Telegram compris par des pirates au service du régime

Suite à la pression d’organisations sionistes et de leurs avocats, Zoom a décidé de censurer un webinaire de Leila Khaled prévu à l’Université d’État de San Francisco. L’événement a également subi des restrictions de la part de Facebook. Mercredi, l’événement a eu lieu via YouTube mais, peu après le début, la société a coupé le canal vidéo, le remplaçant par un avis disant : “Cette vidéo a été supprimée, parce que qu’elle violait les conditions d’utilisation de YouTube.” Leila Khaled devait prendre la parole en compagnie du dirigeant militaire anti-apartheid sud-africain Ronnie Kasrils, d’activistes américains et d’anciens prisonniers politiques comme Sekou Odinga et Laura Whitehorn, ainsi que de la professeure Rula Abu Dahou, directrice de l’institut des études féminines à l’Université de Birzeit, en Cisjordanie occupée.

Zoom fait régulièrement l’objet de critiques pour son manque de sécurité et ses collaborations avec les différents gouvernements et forces de répression du monde entier (voir notre article). Nous conseillons l’utilisation de Jitsi qui constitue une alternative sécurisée et permet de se prémunir contre l’espionnage policier. Pour nos conseils sur l’utilisation de Jitsi (alternative sécurisée à Zoom): ici.

La députée palestinienne et icône de la résistance, Leila Khaled

La députée palestinienne et icône de la résistance, Leila Khaled

En réponse à la signature des accords de normalisation entre Israël, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, les Palestiniens ont appelé à une journée de protestation mardi 15 septembre. Brandissant des drapeaux palestiniens, des manifestants portant pour la plupart des masques anticoronavirus se sont rassemblés dans les villes de Naplouse et Hébron, dans le nord et le sud de la Cisjordanie, et dans la ville de Gaza. Une manifestation a eu lieu à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie. Plusieurs jeunes Palestiniens se sont affrontés à l’armée d’occupation près d’un checkpoint à Hébron.

Affrontements mardi à Hébron

Le gouvernement israélien a décidé de ne plus rendre à leurs familles les corps des Palestiniens tués par l’armée d’occupation israélienne. En 2019, au moins 132 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes. On ignore combien de corps ont été détenus par les autorités israéliennes puis rendus aux familles. Jusqu’à présent, Israël ne refusait la restitution que des dépouilles de combattants du Hamas tués dans des affrontements qui avaient causé des pertes israéliennes. Désormais, tous les corps de Palestiniens tués lors de heurts avec des forces d’occupation israéliennes seront conservés, même si ces affrontements n’ont pas causé de pertes israéliennes.

Check-point israélien à Beit Einun

Check-point israélien à Beit Einun

La semaine dernière, du 22 au 28 août 2020, de jeune insurgés ont pris pour cible des centres de répression en Iran. En outre, les jeunes rebelles ont brûlé d’autres centres du régime ainsi que des panneaux à la gloire de Khamenei et de Qassem Soleimani (des pasdarans), dans différentes villes. Ces activités ont été menées alors que les forces répressives du régime clérical sont en plein état d’alerte. En plus de Téhéran, des actions de résistance ont été signalées dans les villes de Machad, Karadj, Ispahan, Khomeini-Shahr, Pakdasht (Téhéran), Khorramabad, Hormozgan, Tchalousse et Arak. Des vagues d’actions de genre ont eu lieu plusieurs fois en Iran (voir notre article).

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

En moins d’une semaine, à Bassora, dans le sud de l’Irak, deux militants ont été assassinés et trois autres ont été blessés. Mercredi, Riham Yacoub, une jeune militante de Bassorah a été criblée de balles. Elle était au volant de sa voiture lorsque des hommes chevauchant un scooter et armés de fusils d’assaut, l’ont tuée sur le coup, blessant les trois autres passagères. Riham Yacoub était médecin et coach de fitness, plusieurs fois menacée de mort. Depuis deux ans, elle participait aux mouvements de contestation pour dénoncer la déliquescence des services publics et la corruption des autorités locales. Charismatique, on la retrouvait à la tête des cortèges de manifestantes. Son assassinat est intervenu quelques jours après le meurtre d’un autre militant, Tahseen Ousama, lui aussi tué de sang-froid par des miliciens.

En réaction, des manifestants ont incendié le bureau local du parlement alors que les forces de sécurité tiraient des balles réelles en l’air pour les disperser Les manifestants s’étaient rassemblés pour exiger que le parlement irakien limoge le gouverneur de la province après l’assassinat des deux militants.

Les affrontements à Bassorah

La Jordanie a mis en place des mesures inédites pour museler la couverture médiatique de manifestations d’enseignants après la fermeture de leur syndicat. Le 25 juillet, la justice jordanienne a interdit d’activité l’Association des enseignants et ordonné la fermeture de ses locaux pour une durée de deux ans, après une manifestation organisée par le syndicat pour réclamer au gouvernement d’honorer un accord sur des hausses de salaire (voir notre article). Les autorités ont arrêté au moins deux journalistes en raison de leur couverture des manifestations d’enseignants, deux autres ont été frappés par les forces de sécurité en voulant couvrir la protestation. L’interdiction de couvrir les manifestations d’enseignants est la dernière d’une série de restrictions visant les médias ( harcèlement par les forces de sécurité, confiscations de cartes de presse, etc.).

manifestation des enseignants à Amman (archive)

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Plus de 400 artistes et acteurs marocains dénoncent dans un manifeste la répression policière et la diffamation de la part médias proches du pouvoir qui cherchent à faire taire les voix critiques. Sous le titre «Cette ombre est là», le texte pointe «plusieurs cas d’emprisonnement politique, de harcèlements et de répression, parmi lesquels l’arrestation des journalistes Omar Radi et Hajar Raissouni, ainsi que les répressions subies par des mouvements sociaux». La situation a été exacerbée par la pandémie et l’état d’urgence sanitaire, ajoute le manifeste signé entre autres par les écrivains Abdellatif Laâbi et Abdellah Taïa, le cinéaste Faouzi Bensaïdi ou encore la chanteuse Oum. Dans ce contexte, les médias de ‘‘diffamation’’, proches de l’appareil policier de l’Etat, ont joué un rôle important dans cette répression. Le manifeste réclame la «libération de tous les prisonniers politiques et le droit de la population de chercher, discuter, analyser, critiquer (…) sans être diffamé, criminalisé». A la mi-juillet, un groupe de 110 journalistes avait appelé les autorités marocaines à prendre des mesures contre les «médias de diffamation» qui calomnient impunément des «voix critiques».

Un manifestant brandit le portrait d'Hajar-Raissouni (archive)

Mardi 11 août, la population libanaise descendait pour la quatrième nuit d’affilée dans les rues de Beyrouth dans le but de faire tomber l’ensemble de la classe dirigeante. Le gouvernement de Hassan Diab a démissionné lundi mais les Libanais veulent aussi le départ du chef de l’État, du chef du Parlement, et des députés (voir notre article). Les affrontements ont repris entre manifestant·es et les forces de sécurité près du siège du Parlement à Beyrouth. Les manifestant·es ont tenté de défoncer des barricades en y mettant parfois le feu alors que la police utilisait des gaz lacrymogènes. Dix blessés ont été transférés vers des hôpitaux et 32 ont été soignés sur place, selon la Croix-Rouge libanaise. La révolte contre la classe dirigeante corrompue libanaise dure depuis octobre 2019 (voir notre article). La colère populaire générée par l’explosion de mardi, n’en est que le dernier chapitre.

Émeutes du mardi 11 août 2020 au Liban