Le Comité contre la torture de l’ONU (CAT) a condamné le Maroc pour des faits de torture et de mauvais traitements sur Mohamed Bourial, un prisonnier politique sahraoui du groupe de Gdeim Izik. Mohamed Bourial avait été arrêté le 8 novembre 2010, le jour du démantèlement du campement pacifique de protestation de Gdeim Izik dans la banlieue de Laâyoune au Sahara occidental (voir notre article). Il a été condamné par une Cour militaire en 2013 et confirmé en appel en 2017, à 30 ans de prison. C’est la troisième fois que cette instance de l’ONU condamne le Maroc, la première décision concernait Naâma Asfari, lui aussi prisonnier du groupe de Gdeim Izik, (décision prise le 16 novembre 2016) et la deuxième Omar N’dour (décision prise le 19 novembre 2021).

Détenus depuis 12 ans sur base de procès fondés sur la torture, la situation des prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik est encore plus difficile depuis le dernier procès en appel de juillet 2017. Au nombre de 19, ils sont dispersés dans 6 prisons, loin de leurs familles. Ils ont été privés de toute visite familiale pendant les deux ans du Covid, mesure toujours en vigueur à ce jour. Deux prisonniers, Hassan Dah et Zaoui Elhoussine, ont entamé une nouvelle grève le 1er avril pour réclamer leur droit au transfert auprès de leurs familles, ce que les prisonniers demandent depuis 2017, date de la fin du procès en appel.

La Cour d’appel de Casablanca a confirmé le 3 mars la peine retenue en première instance contre les journalistes Omar Radi et Imad Stitou. Les poursuites à l’égard d’Omar Radi ont débuté assez vite après les révélations indiquant que le journaliste avait fait l’objet d’espionnage par les autorités marocaines à I’aide du logiciel Pegasus (voir notre article). Ces journalistes, font les frais de la nouvelle technique de répression des autorités marocaines qui, plutôt que de leur reprocher leurs écrits ou leurs déclarations, montent de toute pièce de fausses accusations infâmantes (vols, viols, etc.). Ce procédé, qui aivait déjà permis l’emprisonnement d’un autre journaliste, Soulaimane Raissouni,  permet d’étouffer les mouvements de solidarité. Omar Radi, journaliste et militant des droits de l’homme, en détention préventive depuis 19 mois, a été condamné à six ans de prison dans un procès entaché de nombreuses irrégularités (le tribunal a rejeté les demandes de la défense d’entendre les témoins à décharge, aucune preuve tangible n’a été avérée), consacrant l’arbitraire des autorités marocaines.

Omar Radi

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Les forces marocaines ont réprimé lundi soir dans la ville de Dakhla, dans les sahraouis occupés occupée, des manifestants qui réclamaient que justice soit rendue dans l’affaire de l’assassinat de Lahbib Aghrichi. Les Sahraouis manifestaient dans le cadre d’un mouvement lancé depuis quelques jours pour exiger des autorités de l’occupation de dévoiler les circonstances de ce crime et punir ses auteurs. Les forces marocaines, appuyées par des policiers en civil ou portant des uniformes officiels et des forces auxiliaires, ont réprimé la manifestation, procédé à de nombreuses arrestations, et vandalisé des maisons et des voitures des habitants. Parmi les Sahraouis enlevés par les forces marocaines, l’ancien prisonnier politique Rachid Asseghir.

Ces manifestations ont été déclenchées après la disparition depuis quelques semaines, de Lahbib Aghrichi. Après avoir refusé d’ouvrir une enquête sérieuse sur cette disparition, les autorités marocaine ont annoncé, il y a deux jours, dans un communiqué, l’assassinat de ce citoyen sahraoui sans en clarifier les circonstances. La famille de la victime dénonce le fait que les autorités marocaines rechignent à élucider cette affaire, notamment après que des détails ont émergé sur l’implication de parties influentes proches des autorités marocaines. Cette implication se confirme par l’assassinat du seul témoin qui a été vu en compagnie de Lahbib Aghrichi avant sa disparition.

Les forces de sécurité se sont massivement déployées mercredi aux abords du Parlement marocain, suite à l’appel du « Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation » à un rassemblement contre la normalisation des relations avec Israël], coïncidant avec l’arrivée du ministre israélien Benny Gantz. Le régime et Israël ont conclu, lors de cette visite, un accord-cadre visant à « renforcer la coopération sécuritaire entre les services de renseignement marocains et israéliens ». Ce document fait du Maroc le premier pays arabe à signer des accords militaires avec Israël. Les manifestants, qui ont été brutalement dégagés par les forces de sécurité, dénoncent la normalisation comme une honte pour le Maroc et une trahison de la cause palestinienne. Des manifestations dans d’autres villes du Royaume contre la normalisation ont également été interdites et empêchées..

El Mahjoub Maliha, militant pour la cause du Sahara occidental, domicilié à Tessenderlo (Limbourg), avait été interpellé début novembre par le comportement suspect de son iPhone. Un courriel s’était affiché dans la boîte de réception de son iPhone comme « lu » alors qu’à peine reçu.  Il  a aussitôt contacté le laboratoire d’Amnesty International (voir notre article), transmettant une copie du contenu de son téléphone. Des traces de processus liés au logiciel espion Pegasus ont été découvertes dans la mémoire de l’appareil, elles datent de janvier, mars, avril, mai et juin 2021. La Maroc figure parmi les premiers utilisateur de Pegasus (voir notre article).

Apple a annoncé mardi avoir déposé une plainte contre NSO Group, la société israélienne qui fabrique  Pegasus  et avoir demandé au tribunal d’interdire définitivement les programmes de NSO sur les appareils et services de sa marque.

Le Front Polisario a lancé un appel à de toutes les sociétés étrangères impliquées par les autorités de l’occupation marocaine à « quitter immédiatement » le territoire sahraoui.  70 entreprises étrangères maintenaient ou auraient maintenue un contrat avec le Maroc pour commercer au Sahara occidental. La plupart des entreprises présentes dans la région seraient espagnoles (14), françaises (9) et marocaines (6). Ces entreprises étrangères travaillent essentiellement dans les secteurs du phosphates, de la pêche, du l’agriculture, du gaz, du fer, du cuivre et de l’uranium.

Front Polisario

Front Polisario

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags:

Le Maroc mène des opérations ciblées au moyen de drones armés contre le Front Polisario. En avril 2021, l’armée marocaine avait déjà utilisé contre les Sahraouis trois drones militaires de type Harfang, conçu par Israël et produits par Cassidian (Airbus Group). En septembre dernier, le Maroc avait fait l’acquisition de quatre drones SeaGuardian de dernière génération en provenance des États-Unis, qui se sont ajoutés aux 4 Predators de la génération précédente et aux 14 drones d’origine israélienne.  Cette année, le Maroc a acquis 13 drones de type Bayraktar TB-2 auprès de la compagnie turque Baykar. Ce type de drone est utilisé massivement par l’armée turque contre les Kurdes. C’est ce vendredi que la livraison des premiers Bayraktar TB2 a débuté. Les équipages militaires marocains ont terminé leur formation en Turquie il y a quelques semaines.

Le Maroc va en outre se lancer dans la fabrication de drones kamikazes, des appareils relativement simples à construire dont l’efficacité a été prouvée lors du conflit au Nogorno-Karabakh. Le lancement de ce projet intervient après plusieurs mois de négociations menées entre le Maroc et le groupe israélien Aerospace Industries (IAI), implanté au Maroc à travers sa filiale Bluebird Aero Systems, spécialisée dans la fabrication de drones.

Depuis une dizaine d’années, Rabat musèle la presse, en multipliant les procès et les amendes, ce qui a souvent eu pour conséquence d’assécher financièrement des médias. Des dizaines de journalistes ont été arrêtés, sous un prétexte ou sous un autre (au moyen d’affaires liées à leur vie privée par exemple). Pour ce faire, les autorités marocaines utilisent le logiciel espion Pegasus. Celui-ci n’est commercialisé qu’auprès d’États ou d’agences gouvernementales, avec l’aval du gouvernement israélien, par la société NSO (voir notre article). Pegasus pénètre dans les smartphones et a ensuite accès à tout : contacts, photos, mots de passe. Il peut lire les emails, suivre les conversations, même sur les messageries chiffrées, géolocaliser l’appareil, et activer micros et caméras pour transformer le smartphone en mouchard.

Les numéros de dizaines de journalistes et de militants des droits de l’homme marocains ont été sélectionnés pour un éventuel ciblage par le logiciel Pegasus. Une sélection de numéros qui ne concerne pas que des journalistes, mais bien 10 000 numéros, essentiellement marocains, algériens et français. Le Security Lab d’Amnesty International a analysé les iPhone des cinq journalistes français qui ont accepté cet examen. Tous leurs téléphones étaient infectés par Pegasus. Il s’agit de l’ancienne chroniqueuse judiciaire du Canard enchaîné ; le directeur de la radio TSF Jazz qui mène depuis trois ans des actions au Maroc, en faveur notamment des prostituées ; la journaliste de Mediapart qui enquête sur les violences sexuelles et qui a aussi enquêté sur le patron des services secrets de Rabat ; une journaliste du Monde et le fondateur du journal Mediapart qui avait a exprimé publiquement son soutien au Hirak marocain et aux prisonniers du Rif.

Le siège de NSO Group

Le commandant de la gendarmerie du Front Polisario a été tué par une frappe de drone marocaine au Sahara occidental dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 avril. Addah Al-Bendir était en mission militaire dans la zone libérée de Rouss Irni, à Tifariti, une localité située dans le nord du territoire libéré et sous contrôle du Polisario. Né en 1956, il avait rejoint le Polisario en 1978. Il a été tué peu après une attaque des combattants du Polisario dans la zone de Bir Lehlou contre le mur qui sépare les deux camps sur plus d’un millier de kilomètres. Ces derniers mois, pour la première fois depuis des décennies, des accrochages armés opposent l’Armée de libération populaire sahraouie (ALPS) aux forces marocaines. L’ALPS revendique quotidiennement des attaques visant les positions des forces d’occupation marocaines le long du mur.

Combattants du POLISARIO

Dossier(s): Monde arabe et Iran Tags: ,

Malgré l’interdiction annoncée dimanche par les autorités locales de Rabat, les enseignant·es contractuel·les en grève ont investi, mardi, la rue de la capitale, dans le cadre d’une manifestation massive à laquelle plusieurs sections locales de la Confédération démocratique du travail (CDT) ont pris part. Faisant appel à la force publique, les autorités de Rabat sont intervenues pour disperser les manifestant·es et en arrêter 19. Selon la CDT, leur sort reste inconnu. Ces arrestations interviennent après des convocations de mauvaise foi d’enseignant·es ainsi que des prélèvements sur les salaires des enseignant·es grévistes.

Manifestation des enseignant·es malgré l'interdiction

Manifestation des enseignant·es malgré l’interdiction

Dossier(s): Afrique Tags: , ,