Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Le Parlement européen a l’intention d’interdire les symboles communistes. Dans une résolution votée le 19 septembre dernier, l’institution condamne, dans une belle démonstration totalitaire, “toute démonstration et toute propagation d’idéologies totalitaires”. Dans le texte abordant la question de “l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe” le Parlement européen “condamne toute démonstration et toute propagation d’idéologies totalitaires, telles que le nazisme et le stalinisme, dans l’Union européenne” et se dit “préoccupé par le fait que des symboles de régimes totalitaires continuent à être utilisés dans les espaces publics et à des fins commerciales, tout en rappelant qu’un certain nombre de pays européens ont interdit l’utilisation de symboles nazis et communistes.”  L’Union Européenne rejoindrait ainsi un club assez fermé constitué de l’Iran et de l’Indonésie (ce dernier pays ayant interdit les symbole communistes après avoir massacré en 1965 des centaines de milliers de membres et sympathisants supposés du parti communiste)

Mardi 24 septembre, le procureur général bulgare, Sotir Tsatsarov, a annoncé qu’il avait déposé une requête auprès de la plus haute instance du pays, la Cour suprême de cassation, demandant la révocation de la libération conditionnelle de Palfreeman et la réouverture de son dossier. La légalité d’une telle démarche n’est pas claire. Le procureur a pris cette décision après avoir reçu une lettre de Mr Monov, un politicien bulgare bien connu, père du néo-nazi tué dans l’affrontement avec Jock. Jock Palfreeman a été libéré sur parole jeudi, après avoir purgé plus de 11 ans de prison mais il a été détenu au centre de détention de l’immigration en attendant la délivrance d’un nouveau passeport (voir notre article). À ce jour, nul ne connait la date à laquelle Jock Palfreeman recevra ses documents de voyage mais son avocat estime que s’il n’est pas sorti du territoire rapidement il risque de retourner en prison.

Free Jock

Jock Palfreeman, qui avait obtenu la libération conditionnelle avant-hier (voir notre article et son erratum), a finalement été libéré de la prison de Sofia mais transféré immédiatement au centre de détention pour immigrés de Sofia Busmantsi. La raison en serait que Jock n’a pas de passeport ni de documents d’identité en cours de validité. Il restera au centre de détention jusqu’à ce qu’il reçoive un nouveau passeport. Il n’est pas clair s’il restera ensuite en Bulgarie ou quittera le pays.De nombreux secteurs de l’élite politique bulgare se sont montrés scandalisés par la libération de Jock, mais la décision de la libération conditionnelle est définitive.

Jock quittant la prison de Sofia

ERRATUM: Le panel de trois juges de la Cour d’Appel de Sofia a aujourd’hui renversé la décision du Tribunal de Sofia de refuser sa libération conditionnelle à Jock Palfreeman. La libération de Jock ne semble donc plus être qu’une question de temps, même si à l’heure d’écrire ces lignes, il n’est pas encore effectivement libéré.

Aujourd’hui, le prisonnier antifasciste Jock Palfreeman a été [vu sa libération conditionnelle accordée] après 11 ans dans une prison bulgare suite à une décision de la cour d’appel de Sofia. Jock est enfermé depuis décembre 2007. Il avait été condamné pour meurtre en 2009 à 20 ans de prison pour la mort d’un militant néo-nazi, fils d’un politicien bulgare bien connu. Celui-ci avait été tué dans un affrontement avec Jock qui protégeait un Rom du groupe de hooligans d’extrême-droite dont faisait partie le jeune nazi (voir notre article). Les détails de la libérations conditionnelle ne sont pas encore connus.

Free Jock

La police britannique a arrêté un certain nombre d’activistes écologistes affiliés à un groupe qui avait annoncé, le mois dernier, l’utilisation de drones pour tenter d’interrompre ce vendredi matin le trafic sur l’aéroport le plus fréquenté du pays. Le groupe, qui s’appelle Heathrow Pause, proteste contre la décision du gouvernement de donner son feu vert à une troisième piste à l’aéroport.  Heathrow Pause a laissé entendre que plus de 200 personnes étaient disposées à se porter volontaires pour piloter des drones jouets à quelques pieds du sol dans la zone d’interdiction de vol pour les drones (5 km autour de l’aéroport). Ce projet était illégal, même si le groupe a déclaré qu’il n’utiliserait que de petits drones, pilotés à hauteur d’homme et non dans les trajectoires de vol, et qu’il avait clairement communiqué ses intentions à la police et à l’aéroport bien avant le début de la manifestation. Trois femmes et six hommes âgés de 20 à 60 ans ont été arrêtés préventivement pour “suspicion de complot en vue de commettre une nuisance publique”, hier jeudi, à Bethnal Green, Haringey et Wandsworth. Deux autres hommes ont été arrêtés ce matin dans l’enceinte de l’aéroport d’Heathrow.

Déploiement policier ce vendredi à Heathrow

Divers panneaux qui imitaient les panneaux de signalisation mais qui en fait s’adressait aux informateurs des forces de l’ordre, ont été posés dans la région de Creggan (Derry). Ces panneaux portaient notamment les messages suivants ignés par l’IRA: “La police vous oubliera, nous ne vous oublierons pas” et “Les informateurs seront abattus”. Ces panneaux ont depuis été enlevés.

Quelques un des panneaux d'avertissement

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags:

Le porte-parole du gouvernement (socialiste) portugais, a annoncé lundi, dès le premier jour de la grève des chauffeurs de camions-citernes pour des augmentations de salaire, la réquisition de chauffeurs dans les régions et les secteurs où les services minimum n’ont pas été respectés. Ce service minimum prévoit un approvisionnement de 50% à … 100% selon les secteurs. Lundi matin, des convois de camions-citerne ont commencé à quitter les principaux dépôts de carburant du pays, sous escorte policière, vers les aéroports et les stations services de la région touristique de l’Algarve. Une partie des quelque 500 policiers et gendarmes préalablement formés à conduire des camions citernes ont dû être mobilisés pour remplacer des grévistes. Une des dispositions de la réquisition a permis d’engager également des militaires. Lundi après-midi pourtant, environ 18% des quelque 3000 stations service du pays étaient totalement à sec et autant manquaient d’au moins un type de carburant. La réquisition, mesure prévue par la loi pour faire face à des situations d’urgence ou assurer des services d’intérêt public essentiels, a été employée une trentaine de fois depuis sa création en 1974.

Des soldats surveillent le ravitaillement des transporteurs d’essence, à Aveiras

La 7e Semaine internationale de solidarité avec les prisonniers anarchistes aura lieu du 23 au 30 août. Depuis 6 ans, cette semaine est l’occasion de manifester sa solidarité avec ces anarchistes que des procès en Italie, en France, en Allemagne et en Russie amènent de plus en plus nombreux en prison. Les récits et rapports d’actions et d’événements peuvent être envoyés à [email protected] qui fera un résumé des initiatives à la fin de la semaine.

Affichde de la semaine de solidarité

L’IRA Continuité a tenté de piéger la police à Craigavon. Ils ont attiré des policiers en les intoxiquant à propos d’une attaque au mortier sur la route de Tullygally, vendredi aux environs de minuit. Les policiers ont effectivement trouvé un dispositif évoquant un mortier près d’un arrêt de bus. Il s’agissait en fait d’une bombe les visant, conçue pour exploser lorsqu’on la déplaçait. Celle-ci n’a pas explosé suite à un problème technique, évitant à la patrouille de se faire faucher.

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

La semaine dernière, Jock Palfreeman, un antifasciste de 32 ans, s’est vu refuser la libération conditionnelle. Condamnée en 2009 à 20 ans de prison pour meurtre (voir notre article) et emprisonné depuis 2007, Jock a déjà passé plus de 11 ans en prison. Malgrè cela, tous les appels déposés contre la condamnation et la peine – ainsi que les demandes d’autorisation à purger le reste de sa peine en Australie – ont échoué.

La décision du tribunal de refuser la libération conditionnelle à Jock avait été précédée en avril par sa grève de la faim afin de protester contre les mauvais traitements infligés par les autorités pénitentiaires. La grève a pris fin en mai après 33 jours (voir notre article).

Free Jock

Free Jock