Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue le 10 mars en Russie contre le projet de loi visant à doter le pays d’un “internet souverain”. Une manifestation a été organisée à Moscou, et des rassemblements de plus petite envergure se sont tenus à travers le pays. Au lendemain de protestations, le Kremlin a défendu sa proposition de loi visant à se doter d’un internet indépendant, en assurant ne pas vouloir “couper” le web russe mais le protéger d’attaques extérieures.

Le projet de loi prévoit d’empêcher les sites russes de fonctionner grâce à des serveurs étrangers, ce qui est naturellement perçu comme une tentative de contrôler les contenus, voire d’isoler progressivement l’internet russe. Voté en première lecture par les parlementaires en février, le projet de loi devra encore être étudié plusieurs fois par les deux chambres du Parlement.

La manifestation de Moscou

La manifestation de Moscou

Vendredi 14 décembre, Sean Carlin, un militant de l’IRSP passait au tribunal, sous couvert de la loi anti-terroriste britannique, pour avoir pour avoir porté un drapeau de l’INLA (voir notre article). Dans le cadre de ce procès, Sean Carlin, avait été condamné par un tribunal de Belfast à une peine avec sursis.

Lors de la première audience d’une audience d’appel cette semaine, la défense a plaidé avec succès l’absurdité et le caractère politique de l’accusation, poussant le juge à annuler la peine privative de liberté. Le juge a tout de même imposé une amende de 100 £ à Sean Carlin.

Cette décision a pour effet de neutraliser les tentatives du PSNI /MI5 de créer un nouveau moyen d’emprisonner les républicains qui commémorent leurs camarades tombés au combat.

L'opération policière pour arrêter Sean Carlin, à Belfast, le 2 novembre

L’opération policière pour arrêter Sean Carlin, à Belfast, le 2 novembre

Révélé il y a dix ans, une enquête publique (rapport Creedon sur l’opération Reuben) vient de confirmer l’implication de la police et des services de sécurité dans la mise en place d’une liste noire de travailleurs à «l’échelle industrielle» pour empêcher l’embauche de travailleurs membres de syndicats. La police, y compris les services spéciaux et les services de sécurité, a fourni des informations à la liste noire financée par les principales entreprises de construction du pays et ce, pendant des dizaines d’années. Un policier aurait, entre autre, infiltré le syndicat de la construction Ucatt pour y recueillir des informations sur “plus de 300 personnes”. La police partageait par la suite des informations avec de grandes entreprises et d’autres organismes sur des employés potentiels.

Blacklist Support Group

Blacklist Support Group

Aidan James est un volontaire anglais qui s’est battu contre l’Etat islamique avec les YPG. À son retour, il a été arrêté et placé en détention provisoire à la prison de Belmarsh, où il se trouve depuis le 14 février 2018 ! Inculpé pour préparation d’actes de terrorisme et de s’être rendu à un lieu utilisé pour l’entraînement de terroristes, son procès devrait commencer le 1er avril.

Aidan James

Aidan James

Le conseil de l’Europe, qui regroupe des représentants des 47 états membres de l’union européenne, a publié un rapport sur le mouvement des gilets jaunes dans lequel il condamne l’usage du LBD 40. L’arme, symbole de la militarisation de la police et des violences policières, blesse et mutile depuis des années, mais cela a pris une autre ampleur depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes. Le rapport condamne également les autorités judiciaires qui ont trop recours aux comparutions immédiates et dénonce les nombreuses interpellations non légitimes.

Le gouvernement français a riposté à cette condamnation en rappelant que le conseil d’État avait rejeté la requête de la CGT et de la LDH (ligue des droits de l’homme) qui demandait l’interdiction du LBD 40. Depuis le début du mouvement plus de 9.200 cartouches ont été tirées, et on ne compte plus les éborgnés et mutilés.

LBD

LBD

La cubaine María Victoria et son époux anglais Geoff Oliver tiennent depuis 15 ans le restaurant “El Cuba Libre” à Manchester, en Angleterre. En décembre de l’année dernière, ils ont été visités, d’abord par un officier de police puis par des inspecteurs, qui les ont avertis que s’ils ne retiraient pas du restaurant le drapeau de Cuba avec l’image de Che Guevara qui le décore depuis des années, ils seraient soumis à une enquête criminelle et leur permis serait éventuellement retiré. L’avertissement reposait sur une plainte alléguant qu’il s’agissait d’une image de terroriste.

María et Geoff ont décidé de refuser et d’appeler au soutien. Le 9 février, une fête au restaurant a vu tous les participants porter une chemise à l’effigie de Che…

A la fête du 9 février...

A la fête du 9 février…

Une loi anti-terroriste promulguée au Royaume-Uni rend passible de dix ans d’emprisonnement le fait pour un Britannique de séjourner sans motif valable en Syrie, une mesure destinée à lutter contre le problème du retour des jihadistes étrangers dans leur pays d’origine, mais qui risque d’être utilisée pour ceux et celles qui ont combattus dans les forces kurdes et dans les FDS. Ozkan Ozdil, un internationaliste londonien ayant rejoint les YPG en Syrie, avait ainsi été arrêté en vertu de lois terroristes à l’aéroport de Luton.

Promulgué hier, ce nouveau texte renforce l’arsenal législatif britannique qui, jusqu’ici, exigeait des autorités la preuve que les personnes rentrant de Syrie y avaient mené des activités terroristes. En vertu de ces nouvelles dispositions, le ministre de l’Intérieur peut désigner un territoire étranger dont la simple fréquentation constitue un crime, sauf pour les personnes disposant d’un motif valable, à l’instar du personnel humanitaire, des journalistes ou encore des personnes se rendant aux obsèques d’un proche. Les Britanniques concernés auront un mois pour quitter ces zones après l’entrée en vigueur de la loi.

Trois volontaires britanniques au Rojava: Ozkan Odzil est à droite

Trois volontaires britanniques au Rojava: Ozkan Odzil est à droite

Le 1er février, à Moscou, le FSB russe a perquisitionné plusieurs appartements et arrêté 10 personnes sous l’accusation de “complot”. Tous ont ensuite été relâchés après une journée entière d’interrogatoires et des tortures, à l’exception d’Azat Miftahov. Azat est accusé de fabrication d’explosifs et d’être membre de «l’organisation anarchiste radicale Autodéfense du Peuple». Cette organisation est devenue l’année dernière, la principale cible des répressions policières en Russie: plusieurs membres présumés de ce groupe ont été arrêtés, torturés ou menacés. Certains membres ont dû quitter le pays sous peine de longues peines de prison et de tortures.

L’un des anarchistes arrêtés, Daniil Galkin, a été battu et torturé à l’électrochoc dans le véhicule de la police pendant 2-3 heures. Sous la torture, Galkin a été obligé de dire qu’Azat ​​Miftahov avait pris part à des actions anarchistes. Galkin a été obligé de donner une interview à la télévision et de promettre de collaborer avec la police. Au poste de police de Balashiha, dans la région de Moscou, Galkin a vu Azat: défiguré à cause des tortures. Il a également déclaré avoir entendu les cris d’une des militantes arrêtées, qui se trouvait dans la pièce à côté de la sienne. Il a entendu dire que l’un des anarchistes arrêtés s’était coupé les veines et avait pris des pilules afin d’éviter de nouvelles tortures et d’éviter ainsi de donner des informations sur d’autres camarades. Il s’agirait d’Azat. Azat n’a pas été autorisé à voir son avocat. La nuit, il a été guidé hors du poste de police, juste devant son avocat qui l’attendait, et conduit dans une direction inconnue.

La rafle contre les anarchistes russes

La rafle contre les anarchistes russes

Soutien financier aux anarchistes russes:
Pay Pal: https://www.paypal.me/vladimirakimenkov…
Virement bancaire international: SWIFT SABRRUMM
Numéro de compte: 40817810238050715588
Nom: AKIMENKOV VLADIMIR GEORGIEVITCH
Veuillez indiquer «don solidaire» lors de votre transfert.

Le parquet néerlandais a requis jeudi une peine de vingt mois d’emprisonnement contre Ercan Polater, un militant kurde de 36 ans accusé d’avoir lancé trois cocktails Molotov contre le consulat de Turquie à Amsterdam le 11 août dernier. Ercan Polater avait été arrêté en 2004 en Turquie mais il avait pu fuir le pays et avait obtenu le statu dev réfugié politique en Europe. En juillet 2012, il avait été arrêté en Bulgarie à la demande d’Ankara, mais son extradition avait été refusée. Le tribunal néerlandais prononcera son verdict le 14 février.

L'attaque du consulat turc d'Amsterdam

L’attaque du consulat turc d’Amsterdam

Mardi 29 janvier au soir, un membre des Republican Sinn Féin Poblachtach était chez sa compagne à Belfast lorsqu’il s’est rendu compte que la maison de celle-ci été encerclée par la police. Des agents de différents services de polices d’Irlande du Nord accompagnés de chiens étaient présents. Lorsqu’il est sorti, il a été arrêté violemment et embarqué dans une jeep blindée qui l’a conduit au centre d’interrogatoire de Musgrave. La maison de la compagne a été fouillé ainsi que celle du militant arrêté.

Le logo des Republican Sinn Féin Poblachtach

Le logo des Republican Sinn Féin Poblachtach