En Russie, les citoyens déclarés coupables de « sabotage » risquent désormais d’écoper de la prison à perpétuité. Poutine a promulgué une loi en ce sens jeudi. La peine pourra être infligée à tout individu qui réalise un acte de sabotage, comme des « actions subversives » ou un complot de coup d’Etat, mais aussi à ceux qui contribuent à planifier ou financer un tel crime.

Depuis le déclenchement de la guerre, il y a eu 72 attaques recensées visant des bureaux de recrutement et infrastructures militaires en Russie (voir cet article ou celui-ci). Pour les seuls derniers jours de décembre, des box de garage d’une unité militaire dans le district de Sokolinaya Gora sur la 3e rue ont été incendiés. Le feu a couvert une zone de 200m². Un incendie s’est déclaré dans un dortoir du Service de la Garde fédérale, rue Tvardovskogo. Un incendie a touché à l’Institut russe des alliages légers (entre 400 et 600m² de hangars de propane et d’acétylène étaient en feu); cet institut travaille pour l’armée. Dans la région de Saratov, le feu a été mis au bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire d’Ivanteevka. Le bureau de l’officier d’enregistrement et d’enrôlement militaire de service était complètement brûlé. A Podolsk, (nous l’avions traité dans cet article) deux retraités ont tenté de mettre le feu au bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire. A Novocherkassk, un incendie a complètement détruit un bâtiment à deux étages de la 150e division de fusiliers motorisés dans le village de Persianovskoye (photo).

Un couple de retraités a été arrêté à Podolsk pour avoir tenté d’incendier le bureau local d’enregistrement et d’enrôlement de l’armée. Alexander Rassokhin, 70 ans, a trempé un chiffon dans de l’essence et l’a placé sur la fenêtre d’un bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire en bois, tandis que sa femme, Maria Medvedeva, 76 ans, le filmait. Le retraité ne s’est pas arrêté, même lorsque la voiture de police est arrivée. L’incendie a été rapidement éteint. Le couple a été emprisonné.

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags:

Le demandeur d’asile kurde Mahmut Tat, qui a migré en Suède en 2015, était un membre actif du Parti démocratique des peuples (HDP). Il a été jugé et condamné à six ans et dix mois de prison en Turquie il y a sept ans. « Le terrorisme est mentionné à de nombreuses reprises tout au long de votre dossier. Le PKK est également une organisation terroriste pour nous. La République de Turquie vous a jugé équitablement. Vous êtes une menace pour notre pays et vous ne pouvez pas rester ici », lui ont déclaré les institutions suédoises. Le 22 novembre, elles l’ont placé en détention, puis l’ont emmené au centre de détention de Märsta le 1er décembre, d’où il a été transféré en Turquie.

L’extradition de Tat vers la Turquie a eu lieu au milieu des négociations de l’OTAN entre la Turquie, la Suède et la Finlande. Après l’invasion de l’Ukraine, les deux pays scandinaves ont demandé à adhérer à l’OTAN. Toutefois, Erdoğan avait déclaré qu’il gèlerait le processus d’adhésion si les deux pays ne prenaient pas de mesures contre l’exil politique kurde. Le nouveau Premier ministre suédois, qui s’est récemment rendu à Ankara, a promis de respecter toutes les obligations que son pays a contractées envers la Turquie, notamment l’extradition de dissidents, en échange de l’approbation de la candidature de son pays à l’OTAN. Le parlement suédois a également annoncé un vote le 16 novembre sur des amendements constitutionnels qui pourraient conduire à un renforcement des lois antiterroristes, une autre étape vers le respect des exigences de la Turquie. La Suède accueille une diaspora kurde dont les estimations varient entre 85 000 et 100 000 personnes, soit 1% de la population suédoise.

Une patrouilleuse de police qui circulait dans le quartier de Mount Carmel Heights de la ville de Strabane (comté de Tyrone), en Irlande du Nord, a été la cible d’une attaque à la bombe, jeudi vers 23H. Malgré l’explosion, les deux policiers ont pu continuer leur route jusqu’au commissariat où les dégâts ont été constatés sur leur véhicule. La police a déclaré que l’enquête s’orientait vers la Nouvelle IRA. En mars, le MI5 a abaissé le niveau de menace pour l’Irlande du Nord pour la première fois en 12 ans. La dernière campagne d’actions de la Nouvelle IRA avait eu lieu en 2019 visant généralement les forces de police.

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Il y a deux mois, les membres de l’équipe féminine de la République d’Irlande avaient entonné, suite à leur victoire 1-0 sur l’Écosse lors du barrage de la Coupe du monde (voir ici),  « Ohh Ahh Up the Ra », une partie de la Celtic Symphony (voir ici). Une vidéo avait circulé et l’affaire avait fait scandale en Grande-Bretagne, cette strophe de la chanson étant à la gloire de l’IRA. Il apparait que, deux mois après l’affaire,  la police écossaise enquête toujours sur l’incident.
En fonction de l’effet Streysand (en gros: quand on attire l’attention sur ce qu’on voudrait occulter) , la chanson s’est retrouvée être le deuxième chanson la plus téléchargée en Grande-Bretagne (après un inédit de Queen),  elle a été reprise en public et en groupe à plusieurs reprises, faisant naître la nouvelle et particulière notion de « terrorisme musical »…
Notons quand même qu’on entend depuis longtemps cette chanson lors des combats de Michael Conlan (voir ici) ou des matchs du Celtic (voir ici).

 

 

Des manifestants anti-gouvernementaux et la police se sont affrontés devant le bureau du Premier ministre Edi Rama à Tirana, la capitale de l’Albanie, où des milliers de personnes s’étaient rassemblées pour protester contre la corruption, l’augmentation de la pauvreté et le nombre croissant de personnes quittant le pays. Les manifestations qui ont duré trois heures ont tourné à l’affrontrement lorsque les manifestants ont brisé les cordons de police autour du bureau de Rama et jeté de la peinture rouge et noire. La police a arrêté un manifestant. Cette année, les prix ont augmenté de 8 % dans ce pays du sud-est de l’Europe, notamment pour les denrées alimentaires de base et le carburant.

Hier mardi à La Haye, une manifestation a eu lieu pour dénoncer l’utilisation par la Turquie d’armes chimiques au Kurdistan irakien. Les manifestant exigeaient que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye, enquête et cette utilisation. Certains manifestants avaient revêtu des combinaisons de protection blanches. Des centaines de manifestants ont marché dans le centre de la ville de La Haye mais à la fin de la manifestation, certains ont voulu marcher vers l’ambassade de Turquie. L’unité mobile de la police est alors brutalement intervenue, avec de la cavalerie et des chiens. Cela a provoqué un dur affrontement, certains manifestants ont été blessés, ayant été battus ou écrasés par des chevaux. Douze personnes ont été arrêtées pour violence contre la police.

 

L’affaire qui a conduit à l’extradition, en mai de cette année, de Liam Campbell, ancien membre du conseil de l’IRA Véritable, vers la Lituanie (voir notre article) est maintenant terminée: toutes les charges ont été abandonnées par le tribunal de Vilnius devant lequel Liam avait comparu en août. En mai 2009, Liam a été arrêté à la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt européen à la demande des autorités lituaniennes, où il était recherché dans le cadre d’une enquête sur du trafic d’armes. Liam Campbell est rentré libre en Irlande depuis la Lituanie après un jugement expéditif qui clôture 13 ans de procédures.

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: , ,

Ecevit Piroğlu milite en Turquie depuis 1992. Il a été arrêté pour cette raison à plusieurs reprises et après sa dernière incarcération, il a été contraint de quitter la Turquie pour échapper à de nouvelles persécutions. Ecevit doit être jugé, entre autres, pour son rôle dans le soulèvement de Gezi en 2013. Pour cette seule raison, il risque 30 ans de prison. Il a également combattu le Daesh au Rojava, ce qui lui vaut d’être poursuivi en Turquie comme « membre d’une organisation terroriste armée ».

Le 25 juin 2021, Ecevit s’est envolé pour la Serbie et a été arrêté après avoir atterri à l’aéroport Nikola Tesla de Belgrade et est en détention depuis lors. Le 2 juin 2022, Piroğlu a entamé une grève de la faim illimitée contre son extradition. Des mois plus tard, il a perdu un poids considérable et perd ses forces et sa conscience. Il est désormais détenu à l’isolement et sa vie est en danger. Une audience du tribunal s’est tenue à Belgrade vendredi passé, et l’audience non publique a été ajournée sans verdict. La prochaine date du procès n’a pas été mentionnée.

« Non à la guerre ! » et « Pas de mobilisation ! », scandaient les manifestants à Moscou. L’opposition à la mobilisation aura valu à au moins 1.332 personnes d’être arrêtées, mercredi en Russie, lors de manifestations improvisées dans au moins 38 villes du pays. Il s’agit des plus importantes protestations en Russie depuis celles ayant suivi l’annonce de l’offensive de Moscou en Ukraine fin février. Plusieurs manifestants arrêtés se sont vu remettre un ordre de mobilisation au poste de police après avoir été interpellé, et le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a jugé auprès de journalistes qu’il n’y avait là rien d' »illégal ». Un témoin raconte qu’après son arrestation, les policiers l’ont conduit dans une pièce à part où ils ont voulu lui faire signer une convocation à se rendre dans un centre de mobilisation de l’armée : « Soit tu signes ça, soit tu passeras dix ans prison ». Mardi, à la veille de la mobilisation partielle, le Parlement avait voté de lourdes peines de prison pour ceux qui refuseraient de rejoindre l’armée ou déserteraient. Le texte n’est cependant pas encore entré en vigueur. Les sabotages anti-guerres se poursuivent en Russie. Le feu a été mis au commissariat militaire à Lomonosovo à Saint Petersbourg, un commissariat est chargé de mobiliser des gens pour les envoyer à l’Ukraine (photo) et dans la ville de Togliatti des cocktails Molotov ont été lancés sur la bâtiment de l’administration de la ville.