Samedi 4 juillet, une manifestation s’est tenue devant l’ambassade de Lituanie à Dublin pour protester contre extradition programmée de Liam Campbell vers la Lituanie. Liam Campbell est un ancien membre du conseil de l’IRA Véritable. Il a été emprisonné pendant 8 huit ans pour appartenance à cette organisation. En mai 2009, il a été arrêté à la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt européen à la demande des autorités lituaniennes, où il était recherché dans le cadre d’une enquête sur du trafic d’armes. Notons qu’il n’a jamais mis les pied dans ce pays.

Campbell est resté en prison pendant quatre ans et a été libéré en 2013 à la suite de la décision du Belfast Recorders Court de refuser l’extradition. Un troisième mandat d’extradition a été émis par l’État lituanien également en août 2013 et gardé en réserve pendant 3 ans, avant d’être envoyé à Dublin. En décembre 2016, Liam Campbell a été arrêté pour la troisième fois. L’extradition. Celle-ci devrait avoir lieu sur ordonnance de la Haute Cour de Dublin le lundi 13 juillet 2020.
Manifestation contre l'extradition de Liam Campbell

Manifestation contre l’extradition de Liam Campbell

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: , ,

Vendredi, des militants du “Republican Socialist Youth Movement” (RSYM) et un artiste local de Derry City ont peint une fresque murale exprimant leur solidarité avec les peuples des États-Unis qui se révoltent contre le meurtre raciste de George Floyd. Pendant qu’ils travaillaient sur la peinture murale, les militants ont remarqué que les caméras de surveillance du PSNI (le Service de police d’Irlande du Nord) s’étaient tournées pour surveiller leur travail. Alors qu’il rentrait chez lui, l’artiste a été arrêté par le PSNI, qui a également confisqué tous son matériel de peinture. Plus d’infos ici.

La fresque en mémoire de George Floyd réalisée en Irlande

La fresque en mémoire de George Floyd réalisée en Irlande

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags:

Niall Connolly, James Monaghan et Martin McCauley, trois membres présumés de l’IRA accusés d’avoir formé des FARC aux techniques de fabrication de bombes, ont obtenu l’amnistie près de deux décennies après leur arrestation, dans le cadre des accords de paix. Ils avaient été arrêtés à l’aéroport El Dorado de Bogotá en 2001 et étaient accusés de voyager avec de faux documents et d’enseigner aux FARC la construction de bombes et de mortier improvisées. Ils avaient été condamnés à 17 ans de prison en 2004 mais avaient déjà pu s’exfiltrer de Colombie suite à leur libération sous caution. La peine avait été ratifiée trois ans plus tard par la Cour suprême du pays. Mardi 21 avril, au cours de la dernière année de leur peine, Connolly, Monaghan et McCauley ont été amnistiés par un tribunal spécial pour la paix en Colombie.

Niall Connolly, James Monaghan et Martin McCauley

Paul McIntyre, 52 ans, de Derry, comparaît devant la Londonderry Magistrates ‘Court. Il est accusé d’avoir tiré le coup de feu qui a tué la journaliste Lyra McKee en avril dernier  (voir notre article). Lyra McKee, qui observait des émeutes à Derry, se tenait près d’un véhicule de police lorsqu’elle a été touchée par une balle visant les forces de l’ordre. La Nouvelle IRA avait assumé la bavure dans un communiqué public. Le tribunal a entendu un long mémoire de la défense de McIntyre demandant sa mise en liberté sous caution, mais le juge a ajourné l’audience jusqu’à ce qu’il reçoive de plus amples informations de la part de l’accusation concernant les preuves liant McIntyre aux accusations. L’affaire repose sur un “instantané” d’images de téléphone portable de mauvaise qualité qui, selon l’accusation, montraient un homme portant des vêtements correspondant à ce que portait McIntyre plus tôt dans la journée. Des dizaines de militants républicains manifestaient devant le tribunal pour soutenir McIntyre, ils se font affrontés à la police.

Les heurts devant le tribunal de Derry

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Une consultation publique a été lancée l’année dernière en République d’Irlande afin de mettre à jour la loi contre les “discours de haine”. L’extrême-droite irlandaise organisait hier une manifestation contre cette loi, dans le centre de Dublin, et les forces antifascistes ont formé une contre-manifestation. Plusieurs heurts ont opposés les antifas et membres de la Garda Síochána, ces policiers s’interposant pour protéger le rassemblement d’extrême-droite. Il en a résulté plusieurs blessés dont un policier, et six arrestations. Ces six personnes ont depuis été relâchées dans l’attente de leur comparution.

Membres de la Garda Síochána

Dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4, des policiers étaient en train de patrouiller dans la zone de Falls Road, un quartier républicain de Belfast, quand une grenade a été lancée contre leur Land Rover. Le véhicule s’est éloigné après l’explosion, ses occupants ne sont pas blessés. Cette attaque intervient à quelques jours des élections législatives du 12 décembre au Royaume-Uni centrées sur le Brexit. Un sujet particulièrement sensible pour l’Irlande.

Déploiement policier sur les lieux de l'attaque

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Deux personnes – âgées de 19 et 57 ans – ont été arrêtées tôt dans la semaine en lien avec une enquête liée au tir d’une salve d’honneur au-dessus du cercueil de l’ancien prisonnier de l’INLA, Michael McElkerney en mai dernier à Belfast (voir notre article). La police a également saisi des téléphones portables, de la documentation et d’autres appareils électroniques lors de perquisitions. Les deux hommes ont été remis en liberté. La police a accusé l’INLA de multiplier les attaques dans le nord-ouest de l’Irlande du Nord au cours des dernières semaines. La publication d’une photo, prise mardi à Derry, montrant cinq membres de l’INLA portant des cagoules, dont quatre portant des armes, a fait un tollé.

la photo de l'INLA

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Divers panneaux qui imitaient les panneaux de signalisation mais qui en fait s’adressait aux informateurs des forces de l’ordre, ont été posés dans la région de Creggan (Derry). Ces panneaux portaient notamment les messages suivants ignés par l’IRA: “La police vous oubliera, nous ne vous oublierons pas” et “Les informateurs seront abattus”. Ces panneaux ont depuis été enlevés.

Quelques un des panneaux d'avertissement

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags:

Alex Murphy était l’un des deux membres de l’IRA emprisonné pour avoir abattu deux sous-officiers britanniques. Ceux-ci étaient tombés par hasard, le 19 mars 1988, en plein dans une funérailles de l’IRA,en 1988. En civil mais armé, ils avaient sortis leur arme mais avaient été désarmés et frappés par la foule en colère, puis amené à l’écart par des membres de l’IRA et abattus. L’événement avait frappé les esprits en Grande-Bretagne parce qu’il s’était largement passé devant les caméras de télévision. Alec Murphy avait été condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité avec un autre militant républicain, Hugh Maguire, mais a été libéré en 1998 en vertu de l’Accord du Vendredi Saint après avoir purgé environ 10 ans de prison. Vétéran de la cause républicaine, Alec Murphy avait été emprisonné par les Britanniques dès l’âge de 15 ans, à la prison de Long Kesh au début des années 1970.

Alex Murphy est décédé paisiblement à son domicile de Falls Road, à Belfast, âgé d’une soixantaine d’années, le 15 août dernier et ses funérailles ont eu lieu lundi après-midi en présence d’une grande foule. Une vidéo mise en ligne a montré qu’iune salve d’honneur avait été tirée au dessus de son cercueil, devant son domicile, par deux hommes portant une cagoule noire, devant une assistance. La police a déclaré que cet hommage était un “acte criminel”. Les policiers ont fouillé la maison du défunt à Belfast un jour après ses funérailles, et saisi un certain nombre d’objets, mais ils n’ont procédé à aucune arrestation.

Extrait de la vidéo de la salve d'hommmage

 

L’IRA Continuité a tenté de piéger la police à Craigavon. Ils ont attiré des policiers en les intoxiquant à propos d’une attaque au mortier sur la route de Tullygally, vendredi aux environs de minuit. Les policiers ont effectivement trouvé un dispositif évoquant un mortier près d’un arrêt de bus. Il s’agissait en fait d’une bombe les visant, conçue pour exploser lorsqu’on la déplaçait. Celle-ci n’a pas explosé suite à un problème technique, évitant à la patrouille de se faire faucher.

Le faux mortier, en fait une vraie bombe

Le faux mortier, en fait une vraie bombe