Le Dr Issam Hijjawi Bassalat et des prisonniers républicains irlandais ont entamé une grève de la faim le 16 septembre pour protester contre l’isolement du Dr Hijjawi Bassalat par les autorités pénitentiaires. Le Dr Hijjawi Bassalat, qui est un éminent représentant de la communauté palestinienne en Écosse, a été arrêté avec neuf républicains irlandais dans une opération qui a mobilisé le MI5 britannique, la Gardaí irlandaise, la police écossaise, la police métropolitaine de Londres et plus de 500 agents du service de police d’Irlande du Nord (PSNI). Cette «Opération Arbacia» visait officiellement la New IRA.

Le Dr Issam Hijjawi Bassalat, âgé de 62 ans, a entamé sa grève de la faim le 16 septembre, alors qu’il était de nouveau contraint à l’isolement dans le module de Foyle House dans la prison de Maghaberry dans le nord de l’Irlande. Les prisonniers républicains irlandais ont immédiatement entamé une grève de la faim de solidarité pour soutenir Issam. Plus tôt dans la journée, la libération sous caution d’Issam a été refusée. Il va maintenant saisir la Haute Cour pour attendre son procès en liberté. Le Dr Issam Hijjawi Bassalat a plusieurs problèmes de santé et a subi une IRM cette semaine. Foyle House est une prison dangereuse, touchée par le Covid-19.

Le Dr Hijjawi Bassalat

Dimanche 23 août, des militants des Jeunesses Révolutionnaires de Saint-Étienne se sont rendus devant le consulat irlandais à Lyon pour distribuer des tracts et poser une banderole en soutien à la campagne #KEEPLIAMHOME qui vise à empêcher l’extradition de Liam Campbell. Il s’agit d’un ancien membre du conseil de l’IRA Véritable, qui a été emprisonné pendant 8 huit ans pour appartenance à cette organisation. En mai 2009, il a été arrêté à la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt européen à la demande des autorités lituaniennes, où il était recherché dans le cadre d’une enquête sur du trafic d’armes. Notons qu’il n’a jamais mis les pied dans ce pays (voir notre article).

Action devant le consulat irlandais à Lyon contre l'extradition de Liam Campbell

Action devant le consulat irlandais à Lyon contre l’extradition de Liam Campbell

Le PSNI (police de l’Irlande du Nord) et la Gardaí (police de la République d’Irlande) ont mené cette semaine une opération transfrontalière officiellement pour combattre les activités de la nouvelle IRA. Les policiers du PSNI ont procédé le 189 août à neuf arrestations dans le Nord, en vertu de la loi sur le terrorisme. Il s’agit de 7 hommes et 2 femmes, âgés de 26 à 50 ans, parmi lesquels huit membres du Parti Socialiste Républicain Révolutionnaire Irlandais, Saoradh. En République d’Irlande, la Garda a également effectué un certain nombre de perquisitions à l’appui de l’opération. Ces perquisitions ont été effectuées à Dublin, Laois, Cork et Kerry. Les détectives de l’unité d’enquête sur le terrorisme du PSNI ont obtenu du tribunal 72 heures supplémentaires de détention à partir de 5h00 du matin le jeudi 20 août pour interroger les personnes arrêtées et détenues au Musgrave Serious Crime Suite. Une nouvelle opération a enfin eu lieu ce vendredi 21 août: la PSNI a perquisitionné quatre locaux du Saoradh à Belfast, Dungannon, Newry et Derry.

La pPerquisition au local de Saoradh à Belfast

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Lundi 3 août, un membre du “Revolutionary Republican Party, Saoradh” de Doire (Derry) a été attaqué par des forces de la couronne britannique lourdement armées alors qu’il voyageait avec sa femme. Cette dernière a été brutalisée tandis que son mari était menotté et arrêté. Au même moment, leur maison familiale, où résidaient leur fille, leur petit-enfant et leurs deux fils, a subi un raid. Les deux fils du militant républicain ont été arrêtés et l’un des enfants a ensuite été battu par les policiers. Le motif officiel de ce raid est la conduite d’une enquête sur la création, par le Revolutionary Republican Party, Saoradh d’une loterie pour soutenir les prisonniers républicains. Les raids sont des méthodes courantes pour réprimer les républicains, mais ces dernières semaines, il y a eu une augmentation notable du ciblage des familles. Le parti Saoradh est un parti de gauche formé par des dissidents républicains en 2016. Il est actif tant en Irlande du Nord que dans la république d’Irlande (voir notre article). Plus d’infos ici.

Saoradh

Saoradh

Samedi 4 juillet, une manifestation s’est tenue devant l’ambassade de Lituanie à Dublin pour protester contre extradition programmée de Liam Campbell vers la Lituanie. Liam Campbell est un ancien membre du conseil de l’IRA Véritable. Il a été emprisonné pendant 8 huit ans pour appartenance à cette organisation. En mai 2009, il a été arrêté à la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt européen à la demande des autorités lituaniennes, où il était recherché dans le cadre d’une enquête sur du trafic d’armes. Notons qu’il n’a jamais mis les pied dans ce pays.

Campbell est resté en prison pendant quatre ans et a été libéré en 2013 à la suite de la décision du Belfast Recorders Court de refuser l’extradition. Un troisième mandat d’extradition a été émis par l’État lituanien également en août 2013 et gardé en réserve pendant 3 ans, avant d’être envoyé à Dublin. En décembre 2016, Liam Campbell a été arrêté pour la troisième fois. L’extradition. Celle-ci devrait avoir lieu sur ordonnance de la Haute Cour de Dublin le lundi 13 juillet 2020.

Manifestation contre l'extradition de Liam Campbell

Manifestation contre l’extradition de Liam Campbell

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: , ,

Vendredi, des militants du “Republican Socialist Youth Movement” (RSYM) et un artiste local de Derry City ont peint une fresque murale exprimant leur solidarité avec les peuples des États-Unis qui se révoltent contre le meurtre raciste de George Floyd. Pendant qu’ils travaillaient sur la peinture murale, les militants ont remarqué que les caméras de surveillance du PSNI (le Service de police d’Irlande du Nord) s’étaient tournées pour surveiller leur travail. Alors qu’il rentrait chez lui, l’artiste a été arrêté par le PSNI, qui a également confisqué tous son matériel de peinture. Plus d’infos ici.

La fresque en mémoire de George Floyd réalisée en Irlande

La fresque en mémoire de George Floyd réalisée en Irlande

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags:

Niall Connolly, James Monaghan et Martin McCauley, trois membres présumés de l’IRA accusés d’avoir formé des FARC aux techniques de fabrication de bombes, ont obtenu l’amnistie près de deux décennies après leur arrestation, dans le cadre des accords de paix. Ils avaient été arrêtés à l’aéroport El Dorado de Bogotá en 2001 et étaient accusés de voyager avec de faux documents et d’enseigner aux FARC la construction de bombes et de mortier improvisées. Ils avaient été condamnés à 17 ans de prison en 2004 mais avaient déjà pu s’exfiltrer de Colombie suite à leur libération sous caution. La peine avait été ratifiée trois ans plus tard par la Cour suprême du pays. Mardi 21 avril, au cours de la dernière année de leur peine, Connolly, Monaghan et McCauley ont été amnistiés par un tribunal spécial pour la paix en Colombie.

Niall Connolly, James Monaghan et Martin McCauley

Paul McIntyre, 52 ans, de Derry, comparaît devant la Londonderry Magistrates ‘Court. Il est accusé d’avoir tiré le coup de feu qui a tué la journaliste Lyra McKee en avril dernier  (voir notre article). Lyra McKee, qui observait des émeutes à Derry, se tenait près d’un véhicule de police lorsqu’elle a été touchée par une balle visant les forces de l’ordre. La Nouvelle IRA avait assumé la bavure dans un communiqué public. Le tribunal a entendu un long mémoire de la défense de McIntyre demandant sa mise en liberté sous caution, mais le juge a ajourné l’audience jusqu’à ce qu’il reçoive de plus amples informations de la part de l’accusation concernant les preuves liant McIntyre aux accusations. L’affaire repose sur un “instantané” d’images de téléphone portable de mauvaise qualité qui, selon l’accusation, montraient un homme portant des vêtements correspondant à ce que portait McIntyre plus tôt dans la journée. Des dizaines de militants républicains manifestaient devant le tribunal pour soutenir McIntyre, ils se font affrontés à la police.

Les heurts devant le tribunal de Derry

 

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,

Une consultation publique a été lancée l’année dernière en République d’Irlande afin de mettre à jour la loi contre les “discours de haine”. L’extrême-droite irlandaise organisait hier une manifestation contre cette loi, dans le centre de Dublin, et les forces antifascistes ont formé une contre-manifestation. Plusieurs heurts ont opposés les antifas et membres de la Garda Síochána, ces policiers s’interposant pour protéger le rassemblement d’extrême-droite. Il en a résulté plusieurs blessés dont un policier, et six arrestations. Ces six personnes ont depuis été relâchées dans l’attente de leur comparution.

Membres de la Garda Síochána

Dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4, des policiers étaient en train de patrouiller dans la zone de Falls Road, un quartier républicain de Belfast, quand une grenade a été lancée contre leur Land Rover. Le véhicule s’est éloigné après l’explosion, ses occupants ne sont pas blessés. Cette attaque intervient à quelques jours des élections législatives du 12 décembre au Royaume-Uni centrées sur le Brexit. Un sujet particulièrement sensible pour l’Irlande.

Déploiement policier sur les lieux de l'attaque

Dossier(s): Reste de l'Europe Tags: ,