Secours Rouge

Abattre le capitalisme, construire la solidarité.

Un commissariat et plusieurs véhicules ont été endommagés par l’explosion de cocktails molotov dans une série d’incidents en banlieue de Lisbonne dans la nuit de lundi à mardi, au lendemain d’affrontements en marge d’une manifestation contre les violences policières (voir notre article). Trois cocktails molotov ont été lancés contre un commissariat à Bela Vista, au sud de Lisbonne. Dans la banlieue nord, une autre série d’attaques, également avec des cocktails molotov, a provoqué des dégâts dans une dizaine de voitures dans les communes d’Odivelas et Loures. Quatre suspects dont l’un, âgé de 18 ans, a été placé en garde à vue.

Voiture incendiée à Loures

Voiture incendiée à Loures

Des heurts en marge d’une manifestation contre les violences policières dans le centre de Lisbonne ont fait ce soir plusieurs blessés légers (y compris parmi les forces de l’ordre). Cette manifestation avait été convoquée en réaction à une intervention musclée de la police dimanche à Seixal, commune de la banlieue sud de Lisbonne,, dénonçant devant le ministère de l’Intérieur le racisme et les violences policières. Au moment de la dispersion de cette manifestation en début de soirée, des manifestants se sont dirigés vers une avenue chic du centre de Lisbonne, l’Avenida da Liberdade avant de se heurter aux forces de l’ordre qui ont tiré avec des tirs de balles en caoutchouc.

Les manifestants se rassemblant à lisbonne

Les manifestants se rassemblant à lisbonne

Quatre hommes ont été arrêtés à la suite de l’attaque du palais de justice de Bishop Street, à Derry (voir notre article), tandis qu’un cinquième a été arrêté aujourd’hui lundi sur base de la loi sur le terrorisme. Il est arrêté pour l’attaque contre le palais de justice mais aussi pour un hold up dans le quartier de Meadowbank Avenue à Derry. Les cinq hommes sont toujours en garde à vue.

L'explosion de la voiture piégée devant le palais de justice

L’explosion de la voiture piégée devant le palais de justice

Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 janvier, une voiture piégée a explosé dans le centre-ville de Derry, en Irlande du Nord. Le samedi soir, deux hommes se sont emparés d’une voiture (séquestrant quelques heures le propriétaire) dans laquelle ils ont placé une bombe. Après l’avoir garé à deux pas pas du palais de Justice, ceux-ci ont appelé les autorités pour prévenir d’un attentat imminent. Ce dimanche matin, deux personnes d’une vingtaine d’années ont été arrêtés dans le cadre de l’enquête de l’explosion. La police accuse l’IRA (New IRA) d’être derrière l’attentat.

Explosion d'une voiture piégée à Derry

Explosion d’une voiture piégée à Derry

Dimanche 6 janvier, un groupe de fascistes portant des gilets jaunes, ont attaqué un piquet du syndicat des transports RMT à la gare de Manchester Victoria à Manchester
Les travailleurs, qui protestaient contre les réductions de postes d’accompagnateurs de train, ont été attaqués à cause de leur position de gauche et leur appartenance à la classe ouvrière organisée. Un travailleur asiatique a été agressé et traité de délinquant sexuel, pédophile.

Un des fascistes, portant une veste avec « Tommy Robinson News » inscrite dessus était présent pour prendre une vidéo. Pour rappel Tommy Robinson est le fondateur du mouvement néo-fascistes “English Defence League” (voir notre articlehttps://secoursrouge.org/Angleterre-La-police-protege-des-fascistes-face-aux-contre-manifestants). Il y avait également des gens portant des t-shirts du Football Lads Alliance (DFLA) et de l’English Defence League. L’ancien candidat du British National Party (BNP) à la mairie de Liverpool en 2012, Mike Whitby, était également présent.

Manifestation antifasciste à Londres contre les sympathisants de l'EDL (archive)

Manifestation antifasciste à Londres contre les sympathisants de l’EDL (archive)

Ozkan Ozdil, un internationaliste londonien de 32 ans ayant rejoint les Unités de protection du peuple (YPG) en Syrie, a été arrêté en vertu de lois terroristes à l’aéroport de Luton. Il aurait quitté le front il y a un petit temps déjà, et a été arrêté après être arrivé au Royaume-Uni par un vol en provenance du pays d’origine de sa compagne, la Serbie. Interrogé dans un commissariat de police du Bedfordshire, Ozkan Ozdil a été libéré sous caution jusqu’à la mi-janvier.

Trois volontaires britanniques au Rojava: Ozkan Odzil est à droite

Trois volontaires britanniques au Rojava: Ozkan Odzil est à droite

C’est ce vendredi qu’est entrée en vigueur une batterie de règles renforçant la sécurité aux frontières et au sein de l’espace Schengen. Ces nouvelles règles doivent considérablement améliorer le fonctionnement du système d’information Schengen (SIS), par lequel 26 des 28 États membres de l’UE (l’Irlande et Chypre n’y sont pas encore connectés) et 4 pays associés (Suisse, Norvège, Liechtenstein et Islande) partagent des données de sécurité. Signe de son importance, le SIS a été consulté pas moins de 5 milliards de fois en 2017 par les autorités nationales. Il contient actuellement près de 79 millions d’enregistrements.

Mais le SIS souffrait de plusieurs insuffisances dans la gestion des données, dues notamment à la trop faible interopérabilité des systèmes d’information existants. Ces trois dernières années, les instances de l’UE (Commission, puis Parlement et Conseil) ont donc réformé le système. Les États membres auront l’obligation de créer des signalements liés au terrorisme dans le système d’information Schengen renforcé. Et grâce à l’interopérabilité entre le SIS et nos autres systèmes d’information en matière de sécurité, de frontières et de migration, tous les points seront bientôt parfaitement liés entre eux.

Champ d'application du SIS

Champ d’application du SIS

Vendredi 14 décembre, à Belfast, Sean Carlin était reconnu coupable d’appartenir à une organisation illégale. Il avait porté en 2017 un drapeau de la brigade de Belfast de l’INLA lors d’une commémoration pour les combattants de cette brigade tombés à la fin des années 1980. Il a été condamné à trois ans de prison avec un sursis de deux ans.

Mercredi 19 décembre, Conor Metcalfe a été condamné par la cours criminelle spéciale pour appartenance à une organisation illégale, à savoir l’IRA à Belfast. Son refus de répondre à la Gardai (la police d’Irlande) a contribué au verdict de culpabilité. En Irlande la section des crimes contre l’État du code pénal permet de réaliser des déductions basée sur le refus d’un suspect de répondre. La sentence sera prononcée le 25 janvier, en attendant Metcalfe reste en prison.

Volontaires de l'armée de libération irlandaise

Volontaires de l’armée de libération irlandaise

Sean Carlin, porte-parole de l’IRSP (Parti républicain Socialiste Irlandais) passe ce vendredi 14 décembre devant un tribunal Britannique en Irlande du Nord. Il est jugé sous couvert de la loi anti-terroriste britannique pour avoir porté comme des centaines de militants irlandais d’autres organisation un drapeau commémoratif d’une organisation militaire de résistance, en l’espèce l’INLA (Irish National Liberation Army) qui a combattu l’occupation britannique en Irlande et ne s’est jamais repenti de l’avoir fait. Sean Carlin risque plusieurs mois de prison pour appartenance d’une organisation illégale, l’INLA qui pourtant a cessé le feu en 2009.

Voir le communiqué du Secours Rouge International

L'opération policière pour arrêter Sean Carlin, à Belfast, le 2 novembre

L’opération policière pour arrêter Sean Carlin, à Belfast, le 2 novembre

Des milliers de Hongrois ont manifesté hier jeudi dans le centre-ville de Budapest contre la réforme du code du travail et une disposition qui met les pouvoirs publics à l’abri des poursuites judiciaires. Les deux projets de loi présentés par le parti du Premier ministre Viktor Orban, ont été adoptés mercredi, malgré les protestations de l’opposition et les émeutes qui ont éclaté à Budapest. Jeudi, les manifestants ont bloqué la circulation sur l’un des ponts qui enjambent le Danube en scandant “Orban en enfer !” La réforme du code du travail, premier motif de protestation, autorise les employeurs à exiger jusqu’à 400 heures supplémentaires par an.

Affrontements à Budapest hier jeudi

Affrontements à Budapest hier jeudi