Trois mois après le début de la crise du Coronavirus, les soignant·es sont descendu·es ce mardi dans la rue pour réclamer plus de moyens pour l’hôpital. À Paris, la manifestation, qui a regroupé plusieurs dizaines de milliers de personnes, a donné lieu des affrontements avec la police. Celle-ci a notamment utilisé abondamment du gaz lacrymogène alors que les manifestant·es répliquaient avec des jets de projectiles. Au moins 16 personnes ont été arrêtées. Des affrontements ont également été signalé à Lille. D’autres manifestations, rassemblant plusieurs milliers de personnes, se sont tenues à Toulouse, Bordeaux, et Strasbourg.

Une infirmière arrêtée durant la manifestation

Une infirmière arrêtée durant la manifestation

Mercredi 17 juin à 6H30, un militant de l’organisation révolutionnaire occitane Libertat a été arrêté par 6 gendarmes venus à son domicile. Placé en garde à vue à Pau, la justice lui reproche une publication Facebook à propos de l’organisation basque ETA. Celle-ci est qualifiée de “soutien au terrorisme”. Libertat a organisé un rassemblement le jour même devant la gendarmerie de Pau.

A l’appel du Comité Vérité et Justice pour Adama, plus de 100.000 personnes se sont rassemblées place de la République à Paris contre le racisme et les violences policières. Au côté de la famille Traoré (voir notre article), plusieurs familles de victimes de crimes policiers étaient également présentes tout comme des soutiens à la libération de Georges Abdallah. Le groupuscule fasciste Génération Identitaire a tenté de déployer une banderole en haut d’un immeuble mais celle-ci a été rapidement déchirée par les habitants de l’immeuble puis enlevée par des militants antifascistes.

Tolérée par la préfecture dans un premier temps, la manifestation a finalement été interdite puis nassée pendant plusieurs heures. Après des tirs de gaz lacrymogènes, plusieurs personnes ont été légèrement blessées.

Mardi 2 juin, les gendarmes ont interpellé 18 personnes en Ardèche. Ces interpellations font suite à l’enquête consécutive à l’incendie d’un relais TDF à Bourg-Saint-Andéol le 24 août dernier. L’opération a mobilisé mardi 150 gendarmes dans cinq départements : la Drôme, le Vaucluse, l’Essonne, les Hauts-de-Seine et la Haute-Garonne. Sur les dix-huit personnes interpellées, dix ont été placées en garde à vue. Une seule a été mise en examen à l’issue de sa garde à vue par un magistrat instructeur, les neufs autres seront convoquées ultérieurement devant le tribunal correctionnel. En octobre 2019, le parquet de Privas avait ouvert une information judiciaire pour “destruction de biens par moyens dangereux pour les personnes”.

Le relais TDF incendié

 

 

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

En 2017 et 2018, la police des polices avait accordé une case aux enquêtes pour soupçons d’insultes “racistes ou discriminatoires”. Elle ne l’a pas fait pour son rapport de 2019. La police nationale précise que ce choix date de “mars 2020”, date où le rapport devait être rendu public mais n’avait finalement été partagé qu’à l’administration. L’IGPN est régulièrement accusée de couvrir les crimes policiers. Elle a perdu sa crédibilité au point qu’un fil sur Twitter est apparu pour parodier les constats de la police des polices (voir notre article).

un_exemple_de_tweet_sur_selonlipgn.png

Dossier(s): France - Autres sujets Tags:

Mardi 9 juin, PayPal a fermé le compte du Collectif Palestine Vaincra sans aucune explication. Cette entreprise censure régulièrement des comptes d’organisations de soutien à la Palestine sous la pression de groupes pro-israéliens. Cette censure a été l’objet de nombreux articles sur des médias pro-israéliens et sur des sites de l’extrême droite sioniste. Ils soulignent que cette fermeture a lieu car ce groupe pro-palestinien aurait des liens avec le FPLP, une organisation de la gauche révolutionnaire palestinienne considérée comme terroriste par l’Union Européenne.

Mercredi 3 juin, le Syndicat des avocats de France, celui de la magistrature ainsi que la CGT, la FSU et Solidaires ont engagé une procédure de référé-liberté devant le Conseil d’État, pour que le droit de manifester soit rétabli. Cette procédure conteste l’article 3 du décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 en demandant la suspension de son premier tiret qui stipule que “tout rassemblement, réunion ou activité sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public, mettant en présence de manières simultanées plus de dix personnes, est interdit sur l’ensemble du territoire de la République”. Les cinq organisations estiment que l’interdiction des rassemblements n’est, en effet, pas cohérente considérant que la liberté de circuler sur le territoire français a été rétablie et que les bars-restaurants ont été réouverts avec bien souvent plus de 10 personnes sur les terrasses (voir notre article). L’audience se tiendra mercredi 10 juin à 9h30. Plus d’infos ici.

Déconfinement, tout est autorisé sauf les manifestations

Déconfinement, tout est autorisé sauf les manifestations

Suite à la manifestation du mardi 2 juin 2020 devant le palais de justice à Paris pour réclamer justice pour Adama Traoré et dénoncer les violences policières , plusieurs arrestations ont eu lieu (voir notre article). Jeudi 4 juin, un des inculpés est passé en comparution immédiate. Il a écopé de 8 mois de prison avec mandat de dépôt. Sur 18 interpellations suite à la manifestation parisienne, il y a eu 11 gardes à vue. Plusieurs d’entre eux sont mis en examen. 3 d’entre eux seront jugés le 22 septembre prochain.

Le Saint Sauveur, bar antifasciste du quartier Ménilmontant à Paris, a été attaqué par une vingtaine de nervis d’extrême droite armés de barres de fer, manches de pioche et gazeuses. L’attaque a été repoussée rapidement et a été revendiquée par le groupuscule fasciste Zouaves Paris. Celle-ci coïncide avec le septième anniversaire de la mort de Clément Meric, jeune syndicaliste et antifasciste assassiné par des membres de l’extrême droite le 5 juin 2013 (voir notre article).

 

 

 

Samedi 30 mai, une manifestation de sans-papiers et de personnes solidaires était prévue à Paris. La police a donc décidé de se poster à la sortie du métro pour séparer les blancs et les personnes de couleur afin de fouiller ces derniers. La scène a été filmée et peut être visionnée dans cette vidéo. La manifestation, intitulée marche des solidarités était interdite par la préfecture de police. Les gendarme mobile ont tiré des gaz lacrymogènes avant de charger les manifestant·es afin de les disperser.

La police séparant les blancs des personnes de couleur à Paris

La police séparant les blancs des personnes de couleur à Paris