Un sous-officier a été tué lundi lors d’un affrontement avec des membres présumés de la Nouvelle armée populaire dans la province de Masbate City, dans l’île de Masbate (en rouge sur la carte). Le caporal a été tué après que le 2e bataillon d’infanterie ait participé à un échange de tirs de cinq minutes avec une douzaine de guérilleros maoïstes à Barangay Villahermosa. Les militaires ont pu récupérer sur le terrain un peu de matériel laissé sur place par les guérilleros lors de leur retraite.

 

Trois membres présumés de la Nouvelle armée populaire (NPA) ont été tués lors d’un affrontement avec les troupes gouvernementales dans la province de Sultan Kudarat. C’est le jeudi 2 mars à Sitio Isuko dans le village de Banali, (Sultan Kudarat) qu’un détachementdu 7e bataillon d’infanterie a accroché une groupe d’une dizaine de maoïstes. Après la fusillade, les militaires ont récupéré sur le site les corps de trois maoïstes, trois fusils M16, un fusil M653, et matériel divers (photo).

Deux soldats ont été abattus mardi par trois membres de la Nouvelle Armée Populaire sur le marché de Barangay Cotmon (région d’Albay), à 6 h 50 du matin. Les deux militaires appartenaient au 31e Bataillon d’infanterie, qui sécurisaient un projet d’infrastructure de Centerways Construction à Barangay Sulong. Les guérilleros se sont emparé de l’arme d’un des militaires. Un communiqué de la NPA expose que « Cette opération s’inscrit dans le cadre de la campagne punitive menée par la NPA contre les unités des AFP [l’armée gouvernementale] et d’autres agents de l’État impliqués dans des violations flagrantes des droits de l’homme. La 31e IBPA à laquelle appartiennent les deux soldats est responsable de nombreux crimes fascistes contre les populations d’Albay, de Sorsogon et de Masbate. Cette action s’inscrit également dans le cadre de l’hommage rendu par le mouvement révolutionnaire à la mémoire et à l’héritage révolutionnaires du camarade Jose Maria Sison. »

 

Cinq combattants de la New People’s Army (NPA) ont été tués hier vendredi à Barangay Gujom, dans la province insulaire de Masbate. C’est un détachement de la 9e division d’infanterie de l’armée de terre, basée à Pili, qui a accroché le groupe de guérilleros. La maoïstes tués sont Rufino Alba alias Kaloy, commandant du 1er peloton du 4e Comité provincial, et des combattants de ce peloton: Biroc Noynay alias Marjon, Jerome Sabang, Patrocenio Aton, et Reneboy Versaga. Les militaires ont récupéré les armes des guérilleros (photo). Les militaires affirment qu’un autre combattant de la NPA, Jimuel Naraja alias Angel et Highblood, a été blessé au cours de la fusillade, et que trois sympathisants des maoïstes avaient été arrêtés.

Trois combattants de la Nouvelle armée populaire (NPA) ont été tués à la suite de deux jours d’affrontements à Barangay Oringao, dans le sud de Negros Occidental. Le premier accrochage a eu lieu samedi vers 17 heures, lorsque les militaires du 94 bataillon d’infanterie et les policiers du bataillon régional de la force mobile de la police nationale ont accrochés un groupe de 15 guérilleros maoïstes. Une seconde fusillade a eu lieu à Sitio Bugne vers 8 heures du matin dimanche. Les militaires ont récupéré un fusil M14, deux pistolets, ainsi que des sacs à dos, des objets personnels et des documents politiques.

Trois combattants communistes ont été tués par les forces gouvernementales dimanche 29 janvier après-midi dans la ville de San Francisco, dans la province de Quezon. Un premier accrochage avait eu lieu vendredi 27 janvier dans l’après-midi, lorsque les troupes gouvernementales – une équipe conjointe de policiers et de soldats de l’armée – menaient des opérations de poursuite contre 10 à 15 guérilleros de la Nouvelle armée populaire. L’un des trois tués a été identifié comme Joseph delos Santos, alias Ka Ken ou Bingot, un cadre connu de la guérilla. Les soldats ont récupéré des éléments permettant de fabriquer des bombes, un téléphone portable et des effets personnels.

Les combattants de la New People’s Army (NPA) ont abattus trois informateurs de police, dont un responsable municipal dans les provinces de Negros au cours des deux dernières semaines. Parmi eux Regie de la Cruz, mercredi, à Sitio Maiti, Barangay Buenavista, dans la région de Himamaylan. Ses renseignements avaient permis aux forces de sécurité de tuer deux guérilleros l’année dernière. En outre, hier vendredi 27, une équipe mixte de policiers et des soldats du 85e bataillon d’infanterie de l’armée a été accrochée par un groupe de guérilleros à Barangay Pansoy, dans la province de Quezon. Un militaire a été blessé dans la fusillade.

Combattants de la NPA

Combattants de la NPA

Un commandant de la New People’s Army (NPA), ainsi qu’un guérillero de la NPA ont été tués par l’armée à Barangay New La Union, dans la province de Sarangani. Les personnes tuées sont Arnold Laugo Amad, le deuxième secrétaire adjoint présumé du Front de guérilla Musa de la région de l’extrême sud de Mindanao, et un combattant de la NPA identifié comme étant un alias « Saysay ». Ces sont les militaires du 34e bataillon d’infanterie qui ont tués les deux hommes alors que les soldats menaient une opération militaire suite à la découverte d’un camp abandonné de la NPA.

Les militaires du 79e bataillon d’infanterie de l’armée philippine ont capturé Felix Susas Jr, alias « Rigor/Budok », secrétaire du Front du Negros septentrional de la NPA ; Cherryl Catalogo, alias « Celo », membre du personnel éducatif de ce front et Jalen Susas, alias « Cristel/Izumi/Cg », membre du personnel médical du même front. Les arrestations ont été réalisées à Sitio Pinamactinan, Barangay Cambayobo, dans la province de Negros Occidental, lors d’une opération conjointe de la police et de l’armée. Les militaires ont saisis de trois pistolets, des grenades à fusil, des effets personnels, de médicaments et de documents politiques. Felix Susas faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour homicide et violation de la loi sur les armes. Jalen Susas est également poursuivie pour homicides.

Jose Maria Sison, le « camarade Joma », est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 83 ans après deux semaines d’hospitalisation aux Pays-Bas. Sison est le fondateur du Parti communiste philippin, dont la branche militaire – la Nouvelle armée populaire (NPA) – mène la lutte armée dans l’une des plus longues insurrections du monde. Jose Maria Sison vivait en exil en Europe depuis la fin des années 1980, après sa libération de prison à la suite de la chute du dictateur Ferdinand Marcos. Il avait été placé en 2002 sur la liste américaine des terroristes, ce qui l’empêchait de voyager.