Le 31 mai 1974 à la Grugahalle de Essen, a lieu un immense concert de solidarité avec le peuple chilien suite au coup d’Etat du général Pinochet le 11 septembre 1973. Le concert est donné par quelques artistes allemands et par les plus célèbres musiciens du Chili qui avaient échappés aux militaires.

Le groupe Quilapayun, très populaire avec son mélange d’instruments traditionnels andins et ses chansons engagées, avait été nommé en 1972 “ambassadeur culturel” du Chili par Salvador Allende. Fin août 73, le groupe était en tournée en France et devait rentrer à Santiago le 24 septembre 73. Il restera 15 ans en exil en France. La situation du groupe Inti Illimani, emblématique de la nouvelle chanson chilienne, était identique: également en tournée européenne au moment du coup d’Etat, il restera 15 ans en exil en Italie. Quant à Isabel Parra, elle avait échappé aux militaires lors du coup d’Etat en se réfugiant à l’ambassade du Venezuela, sous cette protection, elle avait pu quitter le Chili en 1974.

La Grugahalle de Essen

La Grugahalle de Essen


konzert.jpg

En introduction au concert, passe la voix enregistrée de Victor Jara, interprétant Herminda de la Victoria. Victor Jara était un chanteur communiste d’une immense popularité au Chili et ses chansons avaient rythmé le mouvement de l’Unité Populaire et du président Salvador Allende. Il avait été arrêté par les militaires lors du coup d’État, emprisonné et torturé au stade de Santiago avec de nombreuses autres victimes de la répression. Il y écrit le poème Estadio de Chile qui dénonce le fascisme, et qui est resté inachevé: Víctor Jara est isolé des autres prisonniers: les militaires lui coupent les doigts à la hache et finissent par l’assassiner le 15 septembre.

chile_1973_-_disco_de_victor_jara.jpg
victor-jara-500.jpg

Suit alors Quilapayun qui interpète trois chanson de Victor Jara: Plegaria a un labrador, Que lindas son las obreras et Con el alma llena de banderas.

inti_illimani.jpg
quilapayun.jpg

Succèdent:
– deux autres chansons de Jara, Lo unico que tengo interprètée par Isabel Parra, et Te recuerdo Amanda par Patricio Castillo (du groupe Quilapayun).
Donde esta la patria, par Isabel Parra et Patricio Castillo
Marsch der mumien III, et Des volkes fesseln, par Floh de Cologne
Ya parte el galgo terrible (sur un poème de Pablo Neruda), Chile herido, El aparecido (une chanson de Victor Jara), La segunda independencia, par Inti-Illimani.
– Dieser chilenische sommer war süss, par Dieter Süverkrüp
– Station Chile, par Franz Josef Degenhardt
– Wir sind fünftausend (une chanson de Victor Jara), par Reinhold Ohngemach
– Allende lebt, par Dietrich Kittner

En final Inti-Illimani et Quilapayun reprennent ensemble El pueblo unido jamas serà vencido, puis tous les artistes reprennent le Venceremos, qui fut l’hymne de l’Unité Populaire d’Allende, et sont relayé par la foule assistant au concert qui scande sa solidarité.

Ecouter ici le concert