Le 10 décembre, l’entreprise israélienne Cellebrite, qui vend des produits d’exfiltration de données de smartphone aux forces de l’ordre (voir notre article), a annoncé avoir trouvé une solution pour déchiffrer l’application Signal. « Déchiffrer les messages et les pièces jointes envoyés par Signal a été impossible… jusqu’à maintenant », pouvait-on lire dans une note de blog supprimée depuis. Derrière des explications techniques sur une récupération de clé secrète, Cellebrite annonçait en réalité qu’elle pouvait lire vos textes en ayant en possession de votre téléphone… déverrouillé. Ce que n’importe qui aurait pu faire simplement en ouvrant l’application pour consulter les messages. Bref, un grand “effet d’annonce”, largement relayé, pour ce qui n’est en réalité qu’une petite amélioration rendant l’exportation des données plus confortable à partir du moment où l’on a déjà un accès total au téléphone…