L’enquête administrative confiée à l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) après la mort fin octobre de Rémi Fraisse lors d’affrontements sur le site du barrage de Sivens, ne conclut à aucune “faute professionnelle” des gendarmes, a annoncé mardi son chef. “En l’état des informations recueillies dans cette enquête et au plan strictement administratif, je ne dispose pas d’éléments permettant de caractériser une faute professionnelle”, a déclaré le général Pierre Renault lors de son audition par la commission des Lois de l’Assemblée nationale. “Il reviendra à l’enquête judiciaire de déterminer l’exacte responsabilité et le degré de responsabilité imputable au lancer”, a-t-il ajouté.

remi.jpg