La garde à vue de l’étudiante interpellée mercredi dernier dans le cadre de l’enquête sur les tags anti-police découverts le 11 octobre dans les couloirs de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (voir notre article) a été prolongée le lendemain. Le parquet précise qu’une enquête a été ouverte après ces faits pour “”apologie d’atteinte à la vie”, “provocation en vue de commettre une atteinte à la vie”, “dégradations de biens publics” et “injures envers la police nationale”. Elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Un des tags de la Sorbonne

Un des tags de la Sorbonne