L’ETA, qui avait renoncé à la lutte armée en 2011, a remis aux autorités françaises, via des “artisans de la paix” de la société civile française, une liste de caches d’armes. A Bayonne, l’ancien président de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) Michel Tubiana, un des “artisans de la paix” de la société civile française, a précisé que les huit caches d’armes d’ETA contenaient 120 armes à feu, trois tonnes d’explosifs et plusieurs milliers de munitions. La police française cherche désormais à localiser précisément les huit caches.

Policiers français déterrant des armes d'ETA

Policiers français déterrant des armes d’ETA