La répression se poursuit en Algérie. Un militant du mouvement de protestation contre le pouvoir en Algérie, Yacine Mebarki, a été condamné jeudi à dix ans de prison ferme pour “incitation à l’athéisme” et “offense à l’islam” par le tribunal de Khenchela (est). Cette nouvelle condamnation s’inscrit dans une vague de répression ciblant quotidiennement des militants de la contestation ou “Hirak”, des opposants politiques, des journalistes et des blogueurs. Il s’agit de la plus lourde peine prononcée contre un militant du Hirak depuis le début en février 2019 du soulèvement populaire pacifique pour réclamer un changement du système en Algérie. Très impliqué localement dans le Hirak et militant berbère, Yacine Mebarki, 52 ans, a été arrêté le 30 septembre après une perquisition à son domicile. Les policiers auraient trouvé chez lui un exemplaire jauni du Coran appartenant à son grand-père, dont une des feuilles était déchirée du fait de l’ancienneté de l’ouvrage. Déchirer une page du livre saint est considéré comme une atteinte à l’islam. Yacine Mebarki a décidé de faire appel.