Le 16 avril, veille de l’élection présidentielle remportée par Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 15 ans, la police avait dispersé cette manifestation (photo), organisée par le mouvement Barakat (Ça suffit!). Un procureur algérien a requis dimanche un an de prison ferme contre deux jeunes, dont un Tunisien, accusés d’avoir participé à une manifestation contre un quatrième mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

En attendant la décision, qui doit être rendue le 18 mai, les prévenus restent en détention. Ils sont tous deux accusés d'”attroupement non armé portant atteinte à l’ordre public”. Les deux jeunes hommes ont toujours nié avoir une quelconque relation avec les manifestants, et affirmé qu’ils ne faisaient que passer au moment du rassemblement. Des organisations et militants de droits de l’Homme s’étaient mobilisé pour exiger la libération des deux jeunes. A l’ouverture du procès, la police avait empêché plusieurs jeunes d’entrer dans le tribunal. Des policiers avaient même fait irruption dans la salle d’audience pour en expulser une dizaine de personnes, dont le père d’un prévenu. Face aux protestations des avocats, le père a été autorisé à retourner dans la salle, suivi par les autres personnes évacuées.

antibout.jpg