Loujain Al-Hathloul a été condamnée, lundi 28 décembre, à cinq ans et huit mois de prison par un tribunal antiterroriste saoudien. La militante féministe a été reconnue coupable “d’intelligence avec des parties étrangères” et de “diverses activités prohibées par la loi antiterroriste”. La peine étant assortie d’un sursis de deux ans et dix mois, la jeune femme pourrait toutefois être libérée en mars. L’activiste saoudienne, qui avait revendiqué le droit des femmes à conduire elle avait été arrêtée en mai 2018, en même temps que d’autres activistes, soit un mois avant la levée de l’interdiction faite aux Saoudiennes de conduire. Pendant sa détention, la militante féministe a été victime de torture, dont des chocs électriques, et de harcèlement sexuel. « L’un de ses tortionnaires n’était autre que Saoud Al-Qahtani, le conseil du prince héritier, qui a menacé plusieurs fois de la violer, de la découper en morceaux et de jeter son corps dans les égouts », accuse sa sœur Lina.

Privée de contacts avec sa famille et de la possibilité de consulter un avocat, Loujain Al-Hathloul a entamé deux grèves de la faim pour dénoncer ses conditions de détention. Le verdict de lundi, en apparence clément alors que le procureur avait requis la peine maximale de vingt ans de prison, est considéré comme une stratégie de sortie tout en gardant la face devant les fortes pressions internationales pour la libération de la militante. Loujain Al-Hathloul n’est toutefois pas sortie d’affaire. Elle est interdite de voyager à l’étranger pendant cinq ans, et la suspension d’une partie de sa peine d’emprisonnement est conditionnée à son silence pendant les trois années à venir.

Loujain Al-Hathloul