Arrêté dans la localité de Galapa (nord), Hernan Cantillo, 38 ans, sur lequel pesait un mandat d’arrêt international, a appartenu durant vingt ans aux Autodéfenses Unies de Colombie (AUC), des milices d’extrême droite nées dans les années 80, considérées comme responsables de la mort de milliers de personnes. Le 22 novembre 2000, il aurait dirigé un massacre de 36 habitants dans la commune de Sitionuevo (nord) et serait aussi impliqué dans le meurtre d’un sociologue en 2004.

Cette arrestation survient au moment ioù le président de la Colombie, Juan Manuel Santos, a reconnu pour la première fois que “L’Etat colombien a été responsable, parfois par omission, parfois de manière directe, de graves violations des droits de l’homme et d’infractions au droit humanitaire international durant ces cinquante ans de conflit armé interne” dans un discours devant la Cour constitutionnelle.