PrivacyBox avait été conçu pour offrir, essentiellement aux journalistes, bloggers et autres auteurs de publications diverses, la possibilité de proposer à leurs interlocuteurs des formulaires de contact anonymes, qui demeurent par ailleurs impossibles à tracer. Dans sa charte de confidentialité, PrivacyBox précisait avoir été «fait pour garantir une utilisation anonyme (et) maintenir l’échange de données libre», et qu’il ne conservait «aucune information à propos des destinateurs et destinataires des messages».

La German Privacy Foundation (GPF), qui avait lancé PrivacyBox en 2008, vient d’annoncer que le site n’était « conceptuellement et techniquement plus à jour » et qu’il allait donc bientôt fermer, faute de ressources pour développer un nouveau service. Le développeur de PrivacyBox a de son côté expliqué qu’il était tout à fait possible de mettre le code (OpenSource) à jour, mais qu’il avait décidé d’abandonner le projet parce qu’il soupçonnait le co-administrateur de PrivacyBox que la GPF lui avait imposé de travailler, sous le nom de code “Sysiphos”, en tant qu’informateur voire employé, pour les services de renseignement allemand…

A noter que des #Anonymous viennent de lancer AnonBox, avec pour objectif de lancer un nouveau PrivacyBox, à partir de son code (OpenSource) (Perl + CGI). Vu l’histoire de PrivacyBox, et ce pour quoi le service a décidé de fermer, reste donc à savoir si le code source peut être validé et amélioré, puis à trouver des serveurs, et administrateurs, de confiance pour les héberger.