Des milliers de chercheurs, scientifiques, universitaires et patrons d’entreprises technologiques (Stephen Hawking, Steve Wozniak et Elon Musk pour ne citer qu’eux) ont appelé à une interdiction des “armes autonomes”, c’est à dire des “robots tueurs”. Ce qui est désigné par là, ce sont des machines dotées d’une intelligence artificielle et qui peuvent prendre la décision de tuer sans qu’il y ait une décision humaine derrière. Cet appel a eu lieu lors d’une grande conférence sur l’intelligence artificielle -qui a connu des développements fulgurants ces derniers mois et années- à Buenos Aires. Les armes offensives autonomes sont désignées comme la “troisième révolution militaire”, après l’invention de la poudre et de la bombe nucléaire, puisqu’elles permettent de causer de grands dommages sans pertes humaines pour son propriétaire. Si cette dernière est difficile à fabriquer et qu’il est difficile de s’en procurer les ingrédients, les robots tueurs seront probablement ‘faciles’ à fabriquer et bon marché. De nombreuses machines autonomes sont déjà utilisées sur les champs de bataille (ou en phase de l’être), qu’on pense aux drones, devenus omniprésents dans les zones de conflits, ou au robots qui assistent les militaires dans leurs opérations (comme ceux de Boston Dynamics), avec la différence notable qu’elles ne disposent pas d’intelligence artificielle, ni du pouvoir de tuer sans décision humaine. Les appelants précisent que les armes autonomes (et l’intelligence artificielle) ne sont plus une question de décennies mais d’années.

Si ces armes venaient à être interdites avant même leur création, ce ne serait pas une première, les lasers aveuglants ont été interdits avant d’avoir été développés à grande échelle en 1998.

Un prototype de robot militaire

Un prototype de robot militaire